Une approche martiale du karate do originel








télécharger 43.74 Kb.
titreUne approche martiale du karate do originel
date de publication20.05.2017
taille43.74 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > droit > Documentos


ASSOCIATION KARATE DO ET TAI JI MARTIAL

UNE APPROCHE MARTIALE DU KARATE DO ORIGINEL



Relations entre SHIN-GI-TAI et SHU-HA-RI

Depuis quelques années, j’attire particulièrement l’attention de mes élèves sur la nécessité de progresser et je voudrais, à travers cet article, faire référence à deux concepts de l’enseignement traditionnel japonais pour bien ancrer cette notion.
Pour bien comprendre cette relation un peu complexe entre les concepts SHIN, GI, TAI et SHU, HA, RI, il est indispensable de se remémorer certaines notions fondamentales et d’établir un processus de raisonnement.
Tout d’abord, il convient de se situer dans l’optique d’un enseignement traditionnel d’un RYU ou d’une école au Japon, tout ce qui va être dit ne pouvant exister dans un système occidental de fédération sportive et de diffusion à un nombre élevé de pratiquant, sans contact direct avec un Maître !
VIDEO Senseï ou BOUQUIN Senseï , même officiel , d’un organisme quelconque ne remplaçant jamais l’enseignement direct de Maître à disciple.
- S’accorder sur le terme tradition
La notion : Je pratique un karaté traditionnel, renferme tout et n’importe quoi et amène à des formes d’entraînements extrêmement différentes suivant la signification que chacun donne à cette idée.
Car, mais comme dit l’autre, qui est un grand philosophe, la tradition, d’accord, mais laquelle ????????
Le dictionnaire donne, entres autres, pour tradition, deux définitions qui peuvent s’appliquer à notre cas :
1-Façon de faire, de penser, héritée du passé dans un groupe social ou professionnel.
2- Action, façon de transmettre un savoir, abstrait ou concret, de génération en génération, par la parole, l’écrit ou l’exemple.
Donc, lorsque nous donnons des cours de karaté do traditionnel, à quelle tradition faisons- nous référence ? :

- A la tradition japonaise, allant de 1920 à la dernière guerre, correspondant à l’entrée et au développement du karaté do au Japon

- A l’histoire des samouraïs, du Bushido.. à la culture d’Okinawa..de la Chine..du Zen…du théâtre No et pour chacune de ces composantes , à quelle époque, car, la tradition par essence même est fluctuante dans le temps !!!
Comme pour la cuisine, pour un même plat, en employant des ingrédients identiques mais en ne suivant pas les mêmes dosages, nous allons obtenir des saveurs complètement différentes !
- L’enseignement traditionnel
Très rapidement , au Japon, un ryu était composé d’un maître qui enseignait à des disciples suivant 3 niveaux ;

Un premier enseignement s’adressant à tous, donc général et basique.

Ceci était appelé OMOTE
Un deuxième enseignement s’adressant à un cercle plus restreint d’élèves , nommés Uchi-deshi ( élèves internes ) .

Cet enseignement était nommé URA
Un troisième enseignement s’adressant à un cercle très restreint ( quelques personnes ) ou le Maître dispensait les véritables savoirs et spécificités de l’école .

Il existait souvent deux disciples principaux :

Un, connu de tous, qui était désigné officiellement comme le descendant du ryu et un autre, caché , qui était le véritable «  sachant »

Cet enseignement était nommé : OKUDEN
L’enseignement était basé essentiellement sur l’observation du maître, la répétition des techniques et le travail personnel ;
Ceci étant posé, rappelons que l’enseignement du karaté do est un système d’entraînement global et logique basé sur trois parties indissociables : Kata, kihon et kumité.
Chaque partie de l’entraînement apportant des spécificités visant toutes le même but :

Faire progresser le pratiquant pour qu’il obtienne le maximum de son potentiel, physique et mental dans un but d’efficacité en combat, de meilleure santé et de longévité !!
Pour imager et symboliser cette progression, les japonais utilisent les deux concepts déjà nommés .
SHIN-GI-TAI
Ce concept est maintenant assez connu, il représente les trois valeurs interdépendantes (ESPRIT-TECHNIQUE-CORPS ) qui expliquent la progression dans les arts martiaux ;

Ces valeurs évoluent au gré du temps, lorsqu’on est jeune ,la valeur TAI-CORPS est forcément la plus importante ,le SHIN-ESPRIT n’est pas très fort et au fur et à mesure, cette dernière prend le plus d’importance alors que la première s’affaiblit ;
SHU-HA-RI
Ce concept est un peu connu mais je voudrais donner quelques éclaircissements à ce sujet et voir comment on peut l’appliquer dans différents domaines et étudier quelles relations on peut établir entre les deux.

Quand on applique ce concept au karaté do, voici en général le tableau qui est donné



ETAPES DE LA PROGRESSION


ETAPE

SIGNIFICATION

PROGRESSION TECHNIQUE

NIVEAU DAN

SHU

ETRE AVEC LE MAITRE

  • S’IDENTIFIER A L’ENSEIGNEMENT RECU

  • S’ATTACHER A LA FORME TECHNIQUE STRICTE

1/2 DAN

HA

SUIVRE LE MAITRE

  • S’AFFRANCHIR DE LA FORME POUR PRIVILEGIER LE FOND

  • BRISER LES CHAINES FORGEES

3/4/5 DAN

RI

ALLER SON PROPRE CHEMIN

  • FRANCHIR LES BARRIERES QUAND L’ESPRIT S’OUVRE

  • S’AFFRANCHIR DES APPARENCES

6/7/8/9 DAN

MUSHIN

REVENIR A L’ESPRIT ORIGINEL

  • LA PERCEPTION FAIT PLACE A L’INTUITION

10 DAN



Ce tableau est extrêmement important et il est absolument nécessaire de bien s’en imprégner ;

95% des karatékas actuels ne restent qu’à la première étape et on observe, lors des passages de grades par exemple, que des 5 ème Dan effectuent des katas dans le même état d’esprit qu’un premier Dan, en étant simplement un peu meilleur dans l’exécution mais sans aucune recherche personnelle.
Ils deviennent des experts de technique de base, ce qui est absolument contraire à la progression prônée dans le karaté do !!!

Comprenez ce que signifie concrètement : Briser les chaînes forgées !!!!
Allons plus dans le détail ;
Le mot SHU qui symbolise la première étape vient d’un autre terme signifiant : Protéger, observer une règle ;
L’acception généralement admise et diffusée est celle figurant dans le tableau
Il convient de signaler que ce concept, à l’origine, était utilisé dans la cérémonie du thé et à pris naissance vers 1800 .

C’est au fil du temps qu’il s’est appliqué dans les différents arts martiaux, le sabre, le kendo, le judo ect
Les différentes méthodes, donc les RYU , possédaient, des spécificités ,qui allaient en faire des méthodes plus ou moins efficaces en combat ;
SHU correspond donc à l’étape de l’étude où on acquiert la ou les particularités de son école, par l’observation du Maître et que l’on va protéger pour la conserver.
Si on applique ce principe à travers l’étude du kata, par exemple, le pratiquant va copier la gestuelle du Maître pour en apprendre la chorégraphie, la suite des techniques et appliquer les principes de son école ; Se tenir bas pour les shotokan, travailler en position sanchin pour les shito ect pour rester sur des exemples très simples ;
Mais, dans cette étape ainsi que dans la suivante, l’étudiant pratique au niveau esprit dans ce qu’on nomme : USHIN : l’esprit entravé
Cela signifie que l’esprit est actif, présent , on réfléchit d’abord et on exécute ensuite .

Le corps n’est pas encore formé par l’assimilation de la technique et si on fait la relation avec ce qui se passe en combat à cette étape, on s’aperçoit que le temps de réaction est très long, donc, on a que peu d’efficacité, on en est par exemple au stade de la contre-attaque !!
Les yeux voient une attaque, cette information arrive au cerveau qui analyse et décide d’une défense puis ordonne une riposte !!!!!!
Kata , tout le monde le sait , veut dire : Forme ou moule ;
A force de répétition, le corps acquiert des automatismes qui feront que l’esprit pourra se libérer.
Mais, une répétition réfléchie, pensée !
On apprend par la ressemblance mais c’est forcément limité ;
Dans cette étape, GI et TAI sont prédominants et SHIN assez faible .
La pensée est trop présente et bloque l’exécution.
Il faudra une observation plus en profondeur et pas seulement corporelle, ce qui amène à la deuxième étape ……

HA qui signifie : Destruction
Cela fait plusieurs années qu’on répète des techniques ou des katas, comment faire pour progresser ?

Chaque individu est différent, physiquement et mentalement, donc, un kata ne peut correspondre à tout le monde.
C’est pourquoi chacun possède un kata favori, qui sera le même ou qui changera pendant sa vie de karatéka.
Si le pratiquant cherche à être sincère et à « vivre » son kata , il ressentira le besoin de s’exprimer et pour cela, de détruire ce qu’il a construit ;
C’est le début de la progression dans la voie ;
Il convient non seulement d’observer le Maître mais de percevoir derrière les gestes, les intentions, les subtilités, la signification et la profondeur des techniques ;

On est toujours dans l’état d’esprit USHIN
On cherche à ressentir physiquement les sensations que procurent une technique exécutée justement techniquement .
On commence à ressentir les principes énergétiques et à les appliquer : enracinement, vigilance, kime,
Dans cette étape, GI,TAI et SHIN commencent à se fondre .
On peut alors passer à l’étape suivante……
RI qui signifie : s’écarter, s’éloigner .
La forme est assimilée par le corps, l’esprit se libère !
On n’exécute plus un kata, on EST le kata.
On entre dans la forme d’esprit nommée : MUSHIN qu’on traduit aussi par : vacuité, fluidité ou non-agir mais non-agir dans le sens d’action se manifestant spontanément, naturellement !
On rejoint là notre temps de réaction de la première étape !
On en est arrivé au réflexe conditionné, le corps réagit sans que l’esprit intervienne ,
C’est le temps de l’anticipation , le Sen no sen.
Si on pratique un kata dans cet état d’esprit, il n’est pas possible de s’interrompre, on commence et on termine son kata ,même en cas d’erreur technique .
A ce stade, chaque expert fait un kata personnel et on peut dire que suivant l’état physique et mental du moment, le kata deviendra différent ;
C’est aussi pourquoi Maître Oshima insistait sur la nécessité pour éviter la dérive qui malheureusement s’est produite , d’enseigner toujours le même kata bien que chacun possède sa façon de le faire qui doit absolument rester personnelle.
Dans cette étape, USHIN devient MUSHIN.
SHIN-GI-TAI s’équilibrent et se fondent
Il est amusant que les deux concepts SHIN-GI-TAI et SHU-HA-RI s’énoncent dans un ordre différent ;

Dans le premier, on part du degré le plus haut pour aller vers le plus simple et dans l’autre, c’est le contraire
Il est aussi assez particulier de constater que pour vous faire comprendre cette progression, j’ai pris l’exemple du kata qui est une partie de l’entraînement que pour des raisons que j’expliquerai plus tard, j’ai très peu travaillé.
Voici en gros comment j’essaie maintenant d’organiser mon enseignement en ne négligeant évidemment pas les réalités des temps modernes et ses nécessités.
Ce sont les raisons pour lesquelles j’ai créé ce que je nomme des groupes de travail, ce qui peut représenter le cercle des Uchi-deshi.
Bonne progression !!

Guy Sauvin



www.akdtm.com Page / Version Imprimable


similaire:

Une approche martiale du karate do originel iconRésumé : Le problème de l'origine des comportements est ancien. Au...
«l'étude de l'instinct» (1971), a depuis longtemps préoccupé les observateurs de la nature et les chercheurs. Elle constitue évidemment...

Une approche martiale du karate do originel iconCommuniqué de presse
«La technologie led ultramoderne permet une présentation moderne même des objets sensibles tout en préservant le caractère originel...

Une approche martiale du karate do originel iconUne approche efficace page 3

Une approche martiale du karate do originel iconUne approche globale du sevrage tabagique

Une approche martiale du karate do originel iconVariation de l’inductance d’une bobine à l’approche d’un métal

Une approche martiale du karate do originel icon1°l -devoir surveillé de sciences physiques n°2
«le vermillon originel a noirci au contact de l’air, et le bleu est vert aujourd’hui.»

Une approche martiale du karate do originel iconCe document est un guide d’entraînement à l’attention des différents...
«clinicienne» proposée permet d’établir un projet de jeu, d’apprentissage individuel et un projet pédagogique nécessaire à une action...

Une approche martiale du karate do originel iconArchitecture logicielle [texte imprimé] : pour une approche organisationnelle,...

Une approche martiale du karate do originel iconRésumé : Ce document définit un modèle de configuration de référence...

Une approche martiale du karate do originel iconL’éducation musicale conduit les élèves vers une approche autonome...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com