Géographie physique et humaine








télécharger 21.94 Kb.
titreGéographie physique et humaine
date de publication17.05.2017
taille21.94 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > droit > Documentos



Inde (république de l’)
(Bharat Inktarashtra)

État d’Asie méridionale constituant un véritable sous-continent, séparé du reste de l’Asie par l’Himalaya; 3.287.590 km²; 93.060.0000 d’habitants, la deuxième population du monde après la Chine (croissance démographique 1,7 % par an); capitale New Delhi. Nature de l’État: république fédérale membre du Commonwealth (25 États et 7 territoires). Langue officielle: hindi (avec l’anglais). Monnaie: roupie. La population descend essentiellement d’une souche hypothétique, les Aryens, le reste étant composé principalement de Dravidiens. Religions: hindouisme (79,8 %), islam (13,7 %), christianisme, bouddhisme, sikhisme.

Géographie physique et humaine


Trois ensembles naturels constituent le territoire indien. ­ L’Himalaya, puissante barrière montagneuse, surtout présente au nord-ouest et au nord-est du pays, compte une série de sommets à 8000 mètres, dont le K2, point culminant du territoire (8620 m). ­ La plaine indo-gangétique, plus au sud, est un ancien golfe marin remblayé de sédiments et d’alluvions arrachés à la montagne par les puissants fleuves himalayens (Indus et Gange principalement). Inondable dans ses parties basses, elle se termine sur le golfe du Bengale par le plus grand delta du monde. ­ Le Dekkan forme la partie péninsulaire de l’Inde. C’est un socle cristallin, élément de l’ancien continent Gondwana, qui a été fracturé à l’ère tertiaire et recouvert au nord-ouest de vastes épanchements de basalte (Trapps). Les bordures redressées de ce plateau forment les Ghats, hauteurs vigoureuses et abruptes qui dominent une étroite plaine littorale à l’ouest (côte de Malabar), moins élevées à l’est et s’abaissant progressivement vers une plaine côtière plus large (côte de Coromandel et des Circars). Le climat, rythmé par la mousson, oppose une saison sèche d’hiver (novembre à mai) à une saison des pluies d’été (juin à septembre). On distingue une Inde humide (à l’ouest, Ghats occidentaux, au sud, Kerala, et au nord-est, Assam, Bengale, moyenne vallée du Gange), qui concentre les plus fortes densités humaines du pays, et une Inde sèche (Dekkan intérieur, Nord-Ouest), moins peuplée mais où les irrégularités climatiques peuvent être catastrophiques. À l’extrême Nord-Ouest du pays s’étend un véritable désert, le Thar. Les zones de végétation naturelle ­ forêt de mousson à teck et santal de l’Inde humide, qui abritait une riche faune sauvage (tigres, éléphants, buffles), épais fourrés d’épineux et d’acacias de l’Inde sèche (jungle) ­ ont été largement défrichées. La mosaïque ethnique et linguistique de l’Inde découle de l’histoire de son peuplement. Aux populations autochtones de Noirs dravidiens (aujourd’hui 100 millions de personnes groupées au sud) et de tribus du Nord du pays sont venus s’ajouter, entre 1700 et 1000 avant J.-C., les Aryens, envahisseurs venus du Nord par la passe de Khaybar. On dénombre aujourd’hui plus de 1600 langues et dialectes, dont 15 importants. L’hindi, langue officielle, est en progrès (30 % de la population), mais l’anglais, parlé par toutes les élites, reste la langue véhiculaire. L’hindouisme, religion majoritaire, s’accompagne du système jati, inégalitaire, qui divise la société en castes et qui, malgré son interdiction par Gandhi, structure encore les rapports sociaux dans le pays (plus de 100 millions de Harijans, les intouchables). Les problèmes démographiques sont à la mesure du pays; en dépit de succès notables du planning familial, l’excédent naturel dépasse 18 millions de personnes par an, d’où des problèmes insolubles d’éducation et d’emploi et un développement économique freiné. Plus de 70 % des Indiens sont encore des ruraux et l’exode entraîne une explosion urbaine incontrôlée: plus de 20 agglomérations dépassent le million d’habitants.

Économie


L’Inde est la troisième puissance économique du tiers monde, après le Brésil et la Chine. Le développement du pays s’est fondé sur un important héritage légué par la colonisation britannique (réseau de transports, ferroviaire en particulier, ports, infrastructures énergétiques, bases agricoles et industrielles, équipements d’hygiène et de santé) et sur la mise en place d’un système économique original ­ qui a permis de parler de «modèle indien de développement» ­ faisant coexister un secteur public puissant et de grands groupes privés nationaux (Tata, Birla). Depuis 1984, la libéralisation de l’économie est à l’ordre du jour, avec l’allègement des contrôles étatiques, l’encouragement de l’initiative privée, l’ouverture sur l’extérieur et aux capitaux étrangers; ainsi, l’image d’une Inde socialiste s’estompe. L’agriculture reste une activité économique de premier plan et emploie 62 % des actifs. Elle est fondée sur les cultures kharif, de saison des pluies (riz, millet, jute, coton), et sur les cultures rabi, de saison sèche (blé, orge, colza); les cultures de plantations comme le thé et l’exploitation du bois (teck, bois de santal, bois de rose) constituent des exportations appréciables. Le cheptel est considérable mais sous-utilisé pour des raisons religieuses; la pêche apporte un complément de protéines indispensable. La révolution verte, les progrès techniques, l’extension de l’irrigation ont permis à l’Inde d’atteindre l’autosuffisance dans le domaine céréalier mais la production reste soumise aux aléas climatiques et les disparités sont fortes. 40 % des ruraux, tenanciers et petits propriétaires, vivent encore dans la misère et, si les régions du Nord (le Pendjab en particulier) ont réussi leur décollage agricole, celles du Centre, de l’Est et du Sud restent attardées. Les ressources du sous-sol sont relativement abondantes: houille, hydrocarbures (dont la production s’accroît), fer, bauxite, manganèse. De plus, le pays renforce son potentiel hydroélectrique et nucléaire. Les industries lourdes (charbonnage, sidérurgie, pétrochimie, engrais) sont contrôlées par l’État mais le secteur privé couvre une gamme très complète de productions. L’Inde a même développé des branches de pointe comme la chimie fine, l’électronique, l’aéronautique, les armements. Le pays apparaît donc comme une puissance industrielle évoluée, capable de satisfaire à la plupart de ses besoins. Cependant, l’économie indienne souffre d’un marché intérieur trop étroit, d’une trop faible compétitivité internationale, d’un réseau de transport saturé et d’une pénurie de main-d’oeuvre qualifiée. L’industrie se concentre dans les grandes métropoles du pays, le bassin de la Damodar apparaissant comme la principale région d’industries lourdes. Il faut enfin noter que l’Inde dispose d’une recherche de haut niveau et de la première industrie cinématographique mondiale, ces deux domaines contribuant à son renom à l’étranger. Les atouts du pays sont donc importants, et ses difficultés économiques (fort endettement, inflation élevée) sont compensées par une croissance élevée. Amener l’énorme masse démographique indienne à un niveau de vie décent reste cependant le vrai défi des prochaines décennies.

Histoire


La protohistoire de l’Inde est marquée par une civilisation urbaine, dite de l’Indus (sites de Harappa et de Mohenjo-Daro, vallée de l’Indus, 2500-1500 avant J.-C.), qui disparut peut-être du fait de l’invasion des Aryens ou de la désorganisation de son agriculture irriguée. L’introduction de la civilisation aryenne après le XVe siècle avant J.-C. nous est connue par les textes sacrés du Veda (recueil littéraire et religieux). Au VIIe siècle avant J.-C., cette civilisation, profondément marquée par le pouvoir religieux des brahmanes, s’étend vers l’est et se développe. Une réaction contre le système d’organisation sociale lié au brahmanisme (castes) s’opère au siècle suivant, avec la naissance du jaïnisme et, surtout, du bouddhisme. À la même époque, le Nord-Ouest du pays connaît l’invasion perse de Darius Ier, qui s’empare de la vallée de l’Indus et la constitue en satrapie (fin du VIe siècle avant J.-C.). Deux siècles plus tard, l’expédition d’Alexandre met l’Inde en contact direct, mais bref, avec le monde grec (l’art gréco-bouddhique du Gandhara s’est développé plus tard, au début de l’ère chrétienne, au contact de la Bactriane largement hellénisée). Chandragupta fonde en 321 avant J.-C. la dynastie des Maurya, repousse Séleucos Ier, lieutenant d’Alexandre, et établit un empire que son fils, le roi bouddhiste Açoka (vers 264-226 avant J.-C.), élargit considérablement. Après la chute de l’empire des Maurya (début du IIe siècle avant J.-C.), l’Inde subit une nouvelle invasion (indo-scythe) et le royaume des Kushana se forme, accordant un rôle considérable à la culture hellénique (Ier-IIIe siècle après J.-C.). L’Empire andhra des Çatakarni s’établit en même temps dans le Dekkan. Avec la formation de l’Empire gupta (IVe-VIe siècle), l’Inde retrouve son unité et connaît une ère de grand éclat culturel. C’est l’âge classique de l’Inde, placée sous l’autorité d’une dynastie nationale. Mais l’invasion des Huns, au VIe siècle, provoque l’éclatement politique de l’Inde du Nord; le Dekkan est le lieu d’un bel essor de l’hindouisme (art d’Ajanta, de Tellora). La conquête musulmane, commencée par le Turc Mahmud de Ghazni (999-1030), est poursuivie par le prince iranien Muhammad de Ghor à la fin du XIIe siècle. Le sultanat de Delhi, qui avait rendu à l’Inde son unité, ne résista pas à l’invasion de Tamerlan (1398-1399) et se trouva morcelé en une multitude de principautés musulmanes et hindoues en lutte perpétuelle. Grâce aux contacts avec l’islam, les échanges commerciaux, intellectuels et artistiques sont en plein essor; en 1498, Vasco de Gama débarque à Calicut à la recherche d’épices. Un descendant de Tamerlan, Baber, fonde l’Empire moghol, qui atteint son apogée du règne d’Akbar (1556-1605) à celui d’Aurengzeb (1658-1707), après quoi l’Inde est à nouveau morcelée. De la fin du XVe siècle jusqu’au XVIIe siècle, les contacts avec les Occidentaux, Portugais, puis Hollandais, enfin Français et Anglais, furent d’abord commerciaux (création des Compagnies des Indes orientales). Au XVIIIe siècle, Dupleix, gouverneur des Établissements français en Inde, intervint le premier dans les querelles indiennes, afin d’obtenir des concessions territoriales et de créer un empire colonial. Désavoué, Dupleix dut laisser le champ libre à la Compagnie anglaise des Indes qui l’emporta définitivement après la défaite de Lally-Tollendal (1761). Devenue une colonie rattachée à la Couronne (1858) après la Grande Mutinerie ou révolte des cipayes (1857-1858), l’Inde est transformée par les Anglais (qui confient des postes importants aux Indiens): impôt foncier, justice, voies ferrées. En 1877, la reine Victoria est proclamée impératrice des Indes. Mais, dès la fin du XIXe siècle apparaissent des revendications politiques, incarnées surtout par le parti du «Congrès»: demande du statut de dominion (1885), d’une participation politique et de la création d’une industrie nationale. Au début du XXe siècle, l’opposition nationaliste prend un caractère terroriste. Cependant, Gandhi, porté à la tête du mouvement national, tout en se battant pour l’indépendance, refuse la violence et préconise la «désobéissance civile». Londres accorde en 1919 (Government of India Act) une représentation indienne dans les assemblées locales et centrale; en 1935, un nouveau Government of India Act crée une réelle autonomie, mais la Seconde Guerre mondiale, les engagements pris par les Britanniques rendent inévitable l’indépendance; elle est accordée en 1947, mais l’antagonisme irréductible entre les hindous et les musulmans oblige les Anglais à procéder à une partition de l’ancien empire des Indes en deux États: l’Union indienne et le Pakistan. Ce partage provoque de nombreux massacres entre les deux communautés et d’importants déplacements de population; il sera à l’origine de conflits entre les deux États au sujet des frontières du Cachemire (1947, 1957 et 1965). Après l’assassinat de Gandhi (janvier 1948), l’Inde, dotée d’une Constitution de type parlementaire, calquée sur celle de la Grande-Bretagne, se donne comme chef du gouvernement le pandit Nehru, qui engage son pays dans la voie d’un État moderne en créant une puissante industrie lourde. Sa politique internationale, fondée sur le principe du neutralisme, donne à l’Inde une place capitale parmi les pays du tiers monde. En 1962 éclate un conflit avec la Chine au sujet du Tibet. Après la mort de Nehru (1964), puis celle de son successeur, Lal Bahadur Shastri (1966), Indira Gandhi, fille de Nehru, devient Premier ministre. Elle se heurte à de graves problèmes politiques (opposition des «grands féodaux» et des révolutionnaires), qui se doublent de problèmes économiques liés à la démographie. À l’extérieur, en 1971, l’Inde favorise, par une nouvelle guerre (après celle de 1965) contre le Pakistan, la naissance du Bangladesh (ex-Pakistan oriental). En mai 1974, l’Inde fait exploser sa première bombe atomique. En 1975, le Sikkim est annexé, devenant le vingt-deuxième État de l’Union. Face aux problèmes économiques et à une violente contestation politique, Indira Gandhi instaure, de 1975 à 1977, l’état d’urgence et fait arrêter des milliers d’opposants. Battue par la coalition des partis d’opposition en 1977, elle doit laisser le pouvoir à Morarji Desai. Mais ce dernier ne réussit pas à redresser la situation économique, et les élections de 1980 sont un triomphe pour la fille de Nehru. Cette seconde partie du «gouvernement Indira» est marquée par un essor économique régulier, mais aussi par l’accentuation des particularismes culturels, qui culmine en 1984 avec l’agitation sikhe, l’assaut donné par l’armée au Temple d’or d’Amritsar et l’assassinat du Premier ministre. Son fils, Rajiv Gandhi, qui lui succède, remporte les élections de décembre 1984. En 1986, l’Arunachal Pradesh et, en 1987, le Mizoram et le territoire de Goa deviennent États de l’Union indienne. En 1989, compromis dans des scandales financiers, R. Gandhi est battu par son ancien ministre de l’Économie, V. P. Singh. En 1990, au Cachemire, sous administration directe de New Delhi depuis janvier, les graves violences dont est victime la minorité musulmane mettent en évidence la recrudescence des tensions religieuses, sur fond de déséquilibre social. V. P. Singh démissionne en novembre 1990 et C. Shekhar, dont le parti est minoritaire mais soutenu par R. Gandhi, devient Premier ministre. Il démissionne en mars 1991. R. Gandhi est assassiné pendant la campagne électorale; néanmoins et malgré les progrès de la droite hindouiste, le parti du Congrès remporte les législatives de juin 1991, et le nouveau président du parti, Narasimha Rao, devient Premier ministre. Sur le plan international, l’Inde s’est illustrée, dans cette période, en prêtant main-forte au gouvernement du Sri Lanka dans sa lutte contre les séparatistes tamouls (1987-1989). Elle a également fait peser sur le Népal un blocus économique qui ne fut levé qu’en 1990, après d’importants changements politiques à Katmandou. Suite à l’effondrement de l’U.R.S.S., N. Rao a accéléré l’ouverture du pays sur l’Occident et la libéralisation de l’économie. Depuis 1990, la montée du fondamentalisme hindou qui s’est traduite par les succès électoraux du parti Bharatiya Janata ou Parti du peuple indien (B.J.P.) est à l’origine d’affrontements entre hindous et musulmans. Par ailleurs, de violentes secousses ethniques ébranlent le pays dans ses zones de vulnérabilté (Jammu-et-Cachemire, Assam, Bihar). En 1996, avec la victoire des hindouistes du B.J.P., aux élections législatives, la laïcité de l’État est mise en cause

similaire:

Géographie physique et humaine iconL'âme humaine selon le symbolisme du christianisme primitif
«La connaissance de l'âme humaine, comme entité psychique et physique, sera la science de demain.» C. Flammarion

Géographie physique et humaine iconSection 2 la protection humaine
«poste fixe» ou «vigie», la garde statique est une technique de protection humaine que ne remplacent par les moyens mécaniques ou...

Géographie physique et humaine iconSynthèse du plan
«volume sonore» qui se mesure en décibel (abrégé dB). L’oreille humaine perçoit les sons sur un intervalle allant de 0 dB, seuil...

Géographie physique et humaine iconEpidemiologie appliquee a la sante de reproduction
Par santé en matière de la reproduction on entend, le bien-être général, tant physique que mental et social, de la personne humaine...

Géographie physique et humaine iconLa mondialisation : GÉographie

Géographie physique et humaine iconHistoire-Géographie – Terminale S

Géographie physique et humaine iconLa géographie : nomenclatures ou leçons de choses

Géographie physique et humaine iconCanada politique et concepts de base en géographie

Géographie physique et humaine iconIntroduction : penser les conflits en géographie. 1ere partie

Géographie physique et humaine iconThèse de doctorat de Géographie
«Environnement et aménagement en régions méditerranéennes» obtenue en 1993 à l’Université d’Aix-Marseille








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com