Le fonctionnement du Système nerveuse se fait sur trois éléments : entrée/ intégration/ sortie








télécharger 133.3 Kb.
titreLe fonctionnement du Système nerveuse se fait sur trois éléments : entrée/ intégration/ sortie
page1/3
date de publication03.04.2018
taille133.3 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3
Neurophysiologie

Sensorialité
I. Généralités
Le fonctionnement du Système nerveuse se fait sur trois éléments : entrée/ intégration/ sortie.

Entrée : capter les informations de l’information a l aide récepteurs spécifiques qui transforment les énergies environnementales en potentiel d’action> codage de l’information = transduction. Puis par les voies afférentes les informations sont acheminés vers le SNC.

Intégration : analyse des informations par le SNC. Traitement rapide par la moelle épinière en réflexe mais simultanément le SNC analyse pour créer une sensation et donc une perception. > Ordre d’action partant par des voies efférentes vers le SNP.

Sortie : produire des comportements.

Tout le fonctionnement de l’organisme reproduit ce schéma.

 

1. Rôle des informations sensorielles :

Fonction d’alarme et de protection : il nous alerte sur la modification du milieu extérieur pour permettre de modifié notre comportement.

Fonction d’analyse : analyser les informations de notre environnement et de les intégré dans le temps et l’espace pour permettre l’exploration de notre environnement.

2. Classification des sensibilités :

Somesthésie : sensibilité générale :

Extéroceptive : superficielles cutanée

Nociceptive : sensibilité douloureuse

Proprioceptive : sensibilité musculaire

Intéroceptive : sensibilité des organes interne ;

Sensorialité : sensibilité desservie par des appareils sensoriels localisés :

Téléceptive : vision, audition, odorat > éloigné de l’organisme.

Chémoceptive : chimique (> le gout)

Labirinthique : équilibre

 

3. Classification des récepteurs sensoriels :

 

  • Mécanorécepteurs :

Sensibilité tactile cutanée : récepteurs tactiles (épiderme)

Sensibilité profonde : récepteurs des muscles et des tendons

Audition récepteurs chocléaire.

Equilibration : récepteurs vestibulaire

• Thermorécepteur : variation de température

• Nocicépeteur : douleur

• Récepteurs électromagnétique : vision

• Chémorécepteur : gout olfaction.

 

4. Organisation des 2 voies sensorielles :

 

• Voies spécifiques primaire constitué de trois neurones : organes des sens, motoneurones > moelle épinière > bulbe >thalamus> air spécifique du cortex.

 

• Voies non spécifiques : elle pour départ la voies primaire, mais ce sont certain neurones qui se sont séparés et se retrouve dans la formation réticulé > puis se retrouve dans des noyau non spécifique du thalamus > qui vont activés l’ensemble du cortex. Cela à pour Rôle : augmenter la vigilance de l’organisme, permet la prise de conscience de l’information et donc que nous sommes capable de la reconnaitre et de l’identifier.

 

Elle détient des informations du système limbique (stimulus émotionnels) et de l’hypothalamus (fonctions végétatives).

 

5. Organisation corticale : somatotopie

Ex la sensibilité de la peau :

PEAU :

 

 

Relais 1

 

 

Relais 2

 

 

Cortex

 

A travers chaque relais on trouvera une somatotopie > projection point par point.

 

 

LE TRAITEMENT DE L’INFORMATION SENSORIELLE :

 

Transduction :

Au niveau du récepteur il existe deux sites spécifiques :

- Site transducteur : transforme les stimuli sensoriels en énergie

- Site générateur : génère le PA

Un stimulus entraine, la dépolarisation de la membrane par l’entrée d’Ion Sodium (N+) > ce qui déclenche un potentiel récepteur. Le site transducteur devient alors positif, ce qui entraine alors un courrant électrique entre le site transducteur (+) et le site générateur (-). Cela entraine un changement de polarité du site générateur, qui induit alors un potentiel générateur, qui quand il atteint un certain seuil déclenche une émission de PA qui renferme toutes les informations sensorielles.

 

 

Codage de l’information sensorielle dans le potentiel d’action :

1. La qualité (modalité sensorielle) > sensation éprouvée (visions audition, touché, goût, odorat) et différente qualités de la sensation (vision : couleur/ audition : fréquence)

2. L’intensité : sensation forte ou faible.

3. La durée : sensation brève ou longue.

4. Localisation : localisation dans l’espace (visions, audition ou sur notre corps) et capacité à différencier deux stimulus voisins.

Modalités sensorielles :

Organes sensoriels : les 5 sens > modalité sensorielle due à la nature du récepteur stimulé et de la spécificité des voies sensorielles emprunté par l’information.

En effet chaque récepteur sensoriel possède des caractéristiques intrinsèques qui vont lui permettre de capter un stimulus sensoriel.

 

 

 

Codage de l'information sensorielle-la qualité (modalité sensorielle) → qualités intrinsèques du récepteur → spécificité des voies sensorielles

 

-l'intensité (1) → réponse à un stimulus faible donne naissance à un potentiel général → '' '' modéré donne naissance à un potentiel générateur juste en dessous du seuil → réponse à un stimulus fort donne naissance à un potentiel générateur supérieur au seuil ce qui donne le potentiel d'action (PA)

Augmentation d'amplitude du potentiel générateur => création du Potentiel d'Action

Seuil absolu qui permet de mesurer la sensibilité d'un système sensoriel, plus l'intensité du stimulus augmente plus la fréquence des PA est importante

(2)Lorsque le PA atteint 150 par secondes les neurones vont saturer (neurone à seuil bas, neurone à seuil moyen, neurone à seuil élevé) Plus on augmente l'intensité plus ce sera des seuils différents de seuil d'activation bas à seuil d'activation élevé

 

Le codage de l'intensité du stimulus se fait en trois étapes :

1- codage en amplitude du potentiel générateur

2- codage en fréquence des potentiels d'action

3- recrutement de neurones à seuil de plus en plus élevé

 

-la durée → stimulus de durée constante, émet des PA, la fréquence des PA va diminuer = phénomène d'adaptation. Les récepteurs tactiles sont des récepteurs à adaptation rapide. Les thermorécepteurs réagissent rapidement au variation de températures.

Les récepteurs articulaires et musculaires ne réagissent pas ou peu. Nocicepteurs.

-Récepteurs phasiques répondent au début de la stimulation puis cessent des répondre puis reprennent la stimulation en fin. Rôle : codent les variations d''intensité du stimulus en fonction du temps (aspect dynamique)

-Récepteurs toniques répondent pendant toute la durée de la stimulation. Rôle : valeur absolue de la durée du stimulus (aspect statique)

 

Le codage de la durée du stimulus se fait grâce au mécanisme d'adaptation qui permet de décrire deux types de récepteurs :

1- les récepteurs toniques à adaptation lente renseignent sur la durée du stimulus

2- les récepteurs phasiques à adaptation rapide renseignent sur les variations d'intensité du stimulus dans le temps

 

-la localisation → détection Acuité → discrimination

Croisement des voies sensorielles Somatotopie permet d'affiner la localisation, mécanisme relativement grossier Champ récepteur : tous les neurones sensoriels sont constitués par un champ récepteur. C'est l'ensemble des récepteurs qui sont en relation avec ce neurone sensoriel

 

Densité des récepteurs Taille du champ récepteurs peut varier : La précision de la localisation et le pouvoir de discrimination dépendent de la taille des champs récepteurs

Corrélation entre le récepteur et la sensation et le récepteur et le neurone.

 

Phénomène d'inhibition latérale : Certains récepteurs sont en accès direct avec le neurone sensoriel (centre), de chaque côté : périphérie récepteur en relation indirect par l'intermédiaire de inter-neurone inhibiteur

Stimulus au centre va activer directement le neurone sensoriel donc émission de PA

centre : excitateur

périphérie : inhibitrice

 

La taille du champ récepteur peut varier. Stimulus étroit ou étendu

Grand champ récepteur et stimulus étroit → réponse peu activée

Petit champ récepteur et stimulus étroit → forte activité

Grand champ récepteur et stimulus étendu → forte activité

Petit champ récepteur et stimulus étendu → pas de changement d'activité

 

Seuil de discrimination tactile :Extrémité de la langue =/ dos

Effet de contraste Répartition spatiale du stimulus sans inhibition latéraleRépartition spatiale du stimulus avec inhibition latéraleL'inhibition latérale améliore le contraste de l'information
II.                    Le système visuel




Il possède un organe spécialisé : l’œil

Il est constitué de différentes membranes superposées : sclérotique, la choroïde et la rétine

La rétine est constituée de deux sortes de récepteurs visuels: les bâtonnets et les cônes, qui sont en relation avec des neurones bipolaires eux-mêmes en relation avec des neurones ganglionnaires

Les neurones ganglionnaires forment de longs axones qui vont former le nerf optique

Entre les neurones bipolaires et les récepteurs visuels se trouve la cellule horizontale

L’information suit donc le chemin normal (récepteurs visuels > neurones bipolaires > neurones ganglionnaires), ou passe directement par la cellule horizontale

Au niveau de la rétine, on trouve deux zones particulières : la fovéa (centre de la rétine) qui est située sur l’axe optique ; puis la papille optique ou tâche aveugle (c’est le point de convergence de tous les axones des cellules ganglionnaires)

 

La spécificité du récepteur rétinien est qu’il renferme une molécule de rhodopsine qui sert à décomposer l’information

 

  • Organisation de la rétine

La densité des bâtonnets est importante à la périphérie de la rétine, proche du centre leur nombre diminue rapidement jusqu’à ne plus en avoir au niveau de la fovéa

Les cônes sont très rares à l’extrémité de la rétine, augmentent lorsqu’on se rapproche du centre et leur nombre devient maximum au niveau de la fovéa

Au niveau du point aveugle, il n’y a ni cônes ni bâtonnets

 

On distingue la rétine centrale et la rétine périphérique :

-          La rétine centrale : à ce niveau, les relations entre les récepteurs, les cellules bipolaires et ganglionnaires se font de  manière linéaire

-          La rétine périphérique : les relations entre les récepteurs et les cellules bipolaires se font de manière convergente

 

Ces différences d’anatomie font que dans la rétine centrale, le champ récepteur du neurone ganglionnaire est très petit car il est constitué par un seul un récepteur

Au niveau de la rétine périphérique, les champs seront plus étendus car les relations se font de manière convergente

 

  • Rôles des cônes et des bâtonnets

Les bâtonnets sont des cellules ayant un seuil d’activation très bas, ils ont une forte sensibilité à la lumière)

Ils sont utilisés en visions de nuit (vision scotopique)

Les cônes ont un seuil d’activation élevé donc ils sont peu sensible à la lumière

Ils sont donc plutôt utilisés en visions de jour (vision photopique)

Les cônes présentent cependant une particularité : ils sont responsables de la vision des couleurs

 

Conséquences fonctionnelles :

Au niveau de la rétine centrale, un récepteur est en relation avec une cellule bipolaire, qui est elle-même en relation avec une cellule ganglionnaire : les champs récepteurs sont donc très petits

Au niveau de la rétine périphérique, une cellule ganglionnaire est en relation avec plusieurs cellules bipolaires, qui sont elle-même en relation avec plusieurs récepteurs : les champs récepteurs sont plus étendus

  • La rétine centrale va pouvoir détecter de manière précise la position d’un stimulus

  • La rétine périphérique quant à elle, va brouiller l’information

La précision de l’information sera moins grande au niveau de la rétine périphérique

La rétine centrale est plus précise que la rétine périphérique (acuité visuelle maximum)

 

Lorsqu’un stimulus est positionné sur la rétine centrale, un potentiel récepteur au niveau des récepteurs va être transmis aux cellules bipolaires, puis aux cellules ganglionnaires

S’il est positionné sur la rétine périphérique, les potentiels récepteurs vont être transmis à l’ensemble des récepteurs, puis aux cellules bipolaires et enfin aux cellules ganglionnaires

  • Un même stimulus de même intensité ne pourra être perçu par la rétine centrale, mais sera perçu par la rétine périphérique

La rétine périphérique est plu sensible que la rétine centrale

 

Si l’on prend un stimulus en mouvement, il sera essentiellement détecté au niveau de la rétine périphérique

La rétine périphérique est sensible aux mouvements

 

  • Propriétés fonctionnelles de la rétine

Rétine périphérique :

-          Présence de bâtonnets

-          Relations convergentes

-          Grand champ récepteur

-          Forte sensibilité

-          Faible pouvoir de discrimination

-          Sensibilité au mouvement

-          Traite les informations relatives au mouvement

  • Détection de l’information

 

Rétine centrale :

-          Présence unique de cônes

-          Relations linéaires

-          Champ récepteur petit

-          Faible sensibilité

-          Fort pouvoir de discrimination

-          Sensible à la couleur

-          Traite les informations relatives à la forme et à la couleur

  • Reconnaissance de l’information

 

 

  • Les voies visuelles

Le champ visuel de l’œil droit et l’œil gauche forme le champ de vision binoculaire (portion de l’espace vu par les deux yeux en même temps)

(Voir schéma, Schwann)

Les fibres qui font relais au niveau du colliculus supérieur sont essentiellement issues de la rétine périphérique

On va donc pouvoir en déduire 2 systèmes visuels séparés :

-          Le premier a pour origine la rétine périphérique, et fera relais dans le tectum : il va permettre la localisation de la stimulation

-          Le second a pour origine la rétine centrale, fera relais dans le corps genouillé latéral avant de se projeter sur le cortex visuel primaire : il va permettre l’identification de la stimulation

 

  • Analyse de l’information visuelle : localisation et reconnaissance

Le champ visuel peut se subdiviser en différentes parties comme étant le champ récepteur d’un neurone ganglionnaire

Rétinotopie : projection point par point du champ visuel dans la rétine

A la surface de la rétine, on va donc retrouver une organisation topographique du champ visuel

Au niveau du colliculus supérieur, on va voir une représentation du champ visuel

Lorsqu’un stimulus apparait dans un endroit spécifique du champ visuel, il va activer un point spécifique de la rétine, qui elle-même va activer un neurone moteur particulier ; ce qui va activer le muscle oculaire (réflexe de fixation, localisation)

 
  1   2   3

similaire:

Le fonctionnement du Système nerveuse se fait sur trois éléments : entrée/ intégration/ sortie iconL'examen d'entrée dans une école d'électronique comporte trois épreuves...

Le fonctionnement du Système nerveuse se fait sur trois éléments : entrée/ intégration/ sortie icon1 Quelles sont les caractéristiques du tyran dans les trois textes du corpus ?
«avec ce système j’aurai vite fait fortune, alors je tuerai tout le monde et je m’en irai»

Le fonctionnement du Système nerveuse se fait sur trois éléments : entrée/ intégration/ sortie iconAdj et n f. Qui se rapporte à (l’action, en grec) le «genre dramatique»...
«chacune des subdivisions d'un acte» IL y a changement de scène à chaque entrée ou sortie d'un(ou des) personnage(s)

Le fonctionnement du Système nerveuse se fait sur trois éléments : entrée/ intégration/ sortie iconEléments de programme pour la préparation du concours d’entrée au crmef

Le fonctionnement du Système nerveuse se fait sur trois éléments : entrée/ intégration/ sortie iconTp 21 : Organisation et fonctionnement du système cardiovasculaire

Le fonctionnement du Système nerveuse se fait sur trois éléments : entrée/ intégration/ sortie iconSortie à Sarlat le Dimanche 23 octobre 2016
«Pour l'Entretien Physique et la Santé 23» propose trois fois par semaine des parcours de randonnée nordique avec des groupes de...

Le fonctionnement du Système nerveuse se fait sur trois éléments : entrée/ intégration/ sortie iconI /- les elements de bases d’un systeme teleinformatique 1-/ Présentation

Le fonctionnement du Système nerveuse se fait sur trois éléments : entrée/ intégration/ sortie iconTp de physique n°5 : Les éléments chimiques sur Terre et dans l’Univers
«Nous sommes tous des poussières d’étoiles !»-Abondance des éléments chimiques sur Terre et dans l’Univers

Le fonctionnement du Système nerveuse se fait sur trois éléments : entrée/ intégration/ sortie iconAbondance relative des éléments chimiques
«s’allument pas», c’est ce qui s’est passé pour les neuf planètes du Système Solaire

Le fonctionnement du Système nerveuse se fait sur trois éléments : entrée/ intégration/ sortie iconRésumé Cinquante ans après l’indépendance du Sénégal, du Mali et...
«suivre la route» au côté d’individus circulants afin de mettre en lumière la multiplicité des trajectoires et l’emboitement complexe...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com