Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ?








télécharger 315.2 Kb.
titreQuel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ?
page3/7
date de publication19.05.2017
taille315.2 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7
Partenariat/ouverture :

  • Dépasser le stade de la classe

  • Ouverture vers l’extérieur, des partenariats

  • Découverte de la politique locale en faveur de l’environnement

  • Mobiliser les compétences les plus larges pour mettre en œuvre des projets


Après avoir cherché à préciser ce qu’est l’EEDD, il est temps de cerner la participation du professeur-documentaliste à cette éducation.

1.3 Le professeur-documentaliste dans ce contexte

1.3.1 Ses missions

La Circulaire n° 86-123 du 13 mars 1986 « Missions des personnels exerçant dans les centres de documentation et d'information » régit toujours notre métier. La profession est dans l’attente d’une nouvelle circulaire toujours sur le « métier ».

Le  documentaliste exerce un rôle important au sein de l'établissement. Il assure l'accueil des élèves au C.D.I. et leur initiation aux techniques de documentation, entretient avec les professeurs et personnels d'éducation une coopération pédagogique suivie qui lui permet d'apporter aux élèves une aide adaptée. Il apporte, dans les domaines de sa compétence, une assistance technique à l'organisation par l'établissement de certaines activités et contribue à son ouverture sur le monde extérieur.

1.3.2 Le CDI : lieu ressource

Un lieu d’innovation pédagogique : la création des CDI devait permettre de rénover l’enseignement grâce à une pédagogie de projet et un travail en équipe. Depuis de nombreuses années, les CDI oeuvrent pour la pédagogie différenciée, le travail autonome, la méthodologie de travail sur documents. Mais l’autonomie ne se décrète pas, elle s’acquiert tout au long d’apprentissages construits, progressifs et centrés sur des compétences informationnelles.

Un lieu de travail : la recherche documentaire, l’utilisation du CDI peut créer des liens plus visibles entre les disciplines au niveau des savoirs et savoir-faire.

Un lieu de gisement documentaire : le fonds s’enrichit notamment sur les indications que donnent les professeurs de chaque discipline. L’EEDD pouvant s’appuyer aussi bien sur des éléments de la vie locale que sur des évènements lointains, une tâche primordiale du documentaliste est donc de veiller à ce que son fonds permette les recherches prévues et les emprunts par les élèves et les adultes.

Un lieu de culture, ouvert sur le monde  volontiers fréquenté par les élèves pour le plaisir de lire et de découvrir 

Un lieu d’animation : conférence, exposition, valorisation de travaux d’élèves…

Un lieu de rencontre : ouvert à toute la communauté scolaire, lieu de concertation avec les enseignants.

Un lieu d’utilisation des TICE : les documents sur support numérique sont aussi une grande source d’information en ce qui concerne l’EEDD (Cdrom, DVD, sites Internet). Leur utilisation « raisonnée » permettra d’acquérir des compétences du B2i, des connaissances ainsi qu’un regard critique sur l’information.

Un lieu d’exercice de la citoyenneté : des droits et devoirs
1.3.3 Professeur-documentaliste : membre de l’équipe pédagogique

Les grands principes de sa fonction :

  • Développer l’autonomie

  • Aider à la construction des savoirs

  • Développer des capacités d’adaptation et de transfert de connaissances

Il est le spécialiste de cet « enseigner autrement », il fonde sa pratique sur un plaisir de lire et de chercher… plaisir à faire vivre aux élèves, savoir se former en s’informant…

Quel travail en partenariat avec les enseignants ?

Fournisseur de services ou membre à part entière d’une équipe ?

Sans l’appui et la collaboration des enseignants, l’action du professeur-documentaliste aura peu d’ampleur.

Dans la circulaire de missions il est dit qu’il favorise les relations entre les disciplines et qu’il est associé au travail des équipes pédagogiques, en particulier celles mettant en jeu une ou plusieurs disciplines. L’EEDD, dans le meilleur des cas revêt la forme de projets interdisciplinaires.

Le professeur-documentaliste peut être associé au projet sur une échelle se situant aux 2 extrêmes suivants17 :

Au minimum : comme fournisseur de ressources, celui qui sait les organiser, qui aidera les élèves à les trouver, les conseillera, les aidera dans leur production…ce sont surtout ses compétences techniques qui sont utilisées (utilisation de cdrom, navigation Internet, élaboration de bibliographie…). Le documentaliste est là, en plus, comme aide du professeur.

Au maximum : la dimension transversale est prise en compte. Le professeur-documentaliste poursuit des objectifs documentaires. Il transmet aux élèves des méthodes de travail, des techniques de recherche documentaire, d’organisation, d’utilisation de connaissances acquises dans plusieurs champs du savoir. Dans ce cas de figure, il est membre d’une équipe dont les objectifs, les méthodes, l’évaluation sont collectivement définis.

C’est un spécialiste de la recherche documentaire : apprendre à rechercher l’information avec un regard critique (la notion de «développement durable est encore en construction). Un travail de recherche documentaire en EEDD pourra s’accompagner d’un travail sur les médias, principaux fournisseurs d’information dans ce domaine.
Tout en même temps pourvoyeur d’idées, instance de propositions, accompagnateur, voire coordonnateur et participant direct, le documentaliste joue désormais un rôle que l’on souhaite déterminant dans les TPE, les PPCP, les IDD ou tout autre projet mis en place par une équipe. Le professeur-documentaliste peut participer à la mise en cohérence des savoirs pluridisciplinaires nécessaire à l’EEDD en apportant des informations, en suscitant des occasions de rencontres. Il « participe à la conduite de projet, met à disposition les éléments de documentation et d'instruments nécessaires à la réalisation d'un travail individuel ou collectif, il organise des visites, des rencontres, élabore des dossiers, prépare des expositions, travaille en étroite collaboration avec les professeurs concernés »18

Le professeur-documentaliste participe à l’éducation civique et citoyenne de l’élève, à la prise de conscience de l’élève qu’il a des droits mais aussi des devoirs, qu’il est responsable de son comportement et de ses conséquences. Il veille à faciliter toutes les « éducations à… ». La notion de responsabilité, importante en EEDD se retrouve aussi dans d'autres éducations tournant autour de la construction de la notion de risque, comme l'éducation à la santé, l'éducation à la sécurité (sécurité routière et domestique, éducation aux risques majeurs, éducation au développement et à la solidarité internationale) qui privilégient aussi la mise en relation des phénomènes et des processus. Eduquer à la citoyenneté c’est aussi éduquer à l’information, lutter contre la désinformation, apprendre à faire face à la manipulation des esprits par l’image et le mot. Eduquer à la citoyenneté c’est encore rendre compte des disparités socio-économiques et des différentes cultures pour former des citoyens curieux, critiques, responsables, autonomes et engagés dans la démocratie.

« Sous l'autorité du chef d'établissement, il prend des initiatives à la fois pour mieux faire connaître, à l'extérieur, l'établissement scolaire et pour l'ouvrir sur l'environnement local et régional, voire national et international. Cette ouverture doit permettre également de favoriser l'apprentissage de la vie collective et de la vie sociale. »19

Les missions du documentaliste sont multiples. Il ne peut toutes les remplir avec la même efficacité. Il y a des choix à faire et des priorités à établir. Pour cela il n’est pas seul. Il ne peut construire sa politique, son projet sans tenir compte du projet de l’établissement qu’il contribue d’ailleurs à définir et à mettre en œuvre.

Exemples possibles de participation d’un professeur-documentaliste à un projet :

Avant le lancement du projet : propose le thème et organise une réunion de lancement, propose quelques pistes et réflexions de travail, propose une organisation matérielle, temporelle en liaison avec l’équipe de direction, communique des adresses de partenaires et leur contribution possible, aide à la recherche de financement, incite à participer à des concours scolaires ou des démarches innovantes, décide de la production en accord avec les professeurs, prévoit des achats en collaboration avec les enseignants.
Tout au long du projet : reçoit et redistribue les informations, personne pivot car son temps de présence est important, tisse des liens avec toutes sortes de partenaires intérieurs à la communauté scolaire (vie scolaire, administration, infirmière, conseiller d’orientation, personnels techniques, ouvriers et de service, parents…) et extérieurs (culturels, collectivités, associations…), participe à l’organisation de sorties, échanges, voyages scolaires…, peut participer à la présentation du projet aux élèves, participe activement aux questionnements, au travail sur les représentations des élèves dans la 1ère phase du projet, aide dans le travail d’enquête, d’investigation auprès des différents acteurs locaux (élaboration de questionnaire, répertoire de personnes ressources, initiatives des élèves à développer), rencontre régulièrement les professeurs pour la mise au point et peut jouer un rôle de fédérateur des différents collègues engagés ou même un rôle de moteur au sein de l'équipe, aide à préparer la visite d’un lieu.
Dans la dernière phase : rôle dans la phase de communication avec l’utilisation possible des TICE : fait réfléchir aux critères de validité d’une publication, participe à l’évaluation, valorise les productions des élèves.
Dans cette coopération le professeur-documentaliste promeut la lecture pour élargir ses horizons, permet que le CDI soit un lieu propice à des forums, des débats, des rencontres d’artistes ou d’experts, des expositions, amène ses compétences documentaires, de travail sur les médias, prévoit la recherche documentaire au CDI, en définit les objectifs, prépare des questionnaires, des listes de fictions à lire, des périodiques, participe à l’éducation aux médias et il crée dans le CDI un espace EEDD.
En conclusion l’EEDD est un enjeu non seulement pour le CDI qui y trouve un élément directement de son ressort mais pour l’ensemble des apprentissages auxquels elle apporte un sens irremplaçable. Voyons maintenant la pratique et les actions menées au collège de Brumath.
2. Quelques actions réalisées au collège de Brumath

2.1 L’existant les années précédentes

  • Travail sur le commerce équitable en SVT avec enquête dans un supermarché et une exposition au CDI

  • Présence dans chaque salle de classe de poubelles papier qui sont régulièrement vidées dans la poubelle « recyclage papier » par un groupe d’élèves volontaires sous la responsabilité d’une enseignante d’histoire-géographie (action toujours en cours)

  • Lors de la journée portes ouvertes, l’an dernier : exposition dans la salle de physique sur la durée de vie de certains déchets

L’on peut voir que certains enseignants sont déjà sensibilisés à l’EEDD.
2.2 La démarche : penser les activités et organiser en amont

Compte tenu de l’ampleur de l’EEDD et du temps nécessaire pour être reconnu et pour mettre en place des actions cohérentes, cette année, j’ai dû faire des choix. J’ai retenu comme priorité la sensibilisation des enseignants à cette cohérence nécessaire ainsi que la sensibilisation d’un maximum d’élèves à cette thématique. Se faire connaître et reconnaître par les enseignants pour faciliter la mise en place de collaboration permet de valoriser le rôle du professeur-documentaliste.

Je ne pouvais monter un projet EEDD interdisciplinaire principalement par manque de temps. Je ne pouvais m’insérer dans un projet car il n’en existait pas. Je n’ai pris connaissance du recyclage des papiers comme axe possible que trop tard.

Des thématiques concernant l’EEDD existent dans les programmes de différentes matières, je souhaitais y intégrer une part de recherche documentaire.

Voulant sensibiliser un maximum d’élèves avec l’envie de déboucher sur une action concrète, j’ai contacté un certain nombre d’enseignants sans exclusive de discipline. Certains ont répondu favorablement et nous nous sommes lancés dans des actions plutôt ponctuelles avec certaines classes tout en essayant de viser une diffusion des productions vers d’autres publics. Après quelques visites en salle des professeurs, des réunions plus ou moins informelles, des discussions à la cantine, des professeurs ont accepté de faire un travail autour de l’EEDD en partenariat avec le CDI.

Les séquences ne répondent malheureusement pas aux critères d’une démarche de projet. Le tâtonnement des élèves n’est pas permis, faute de temps, l’action concrète se limite à la production d’informations et à leur diffusion. J'ai fait le choix délibéré de m'adresser ponctuellement à chaque niveau. J’espère impliquer tous ces élèves un minimum, pour semer des idées, des notions et, je souhaite leur faire prendre conscience qu'ils sont tous concernés.

J’aimerais, pour plus d’impact, créer un événement final mettant en valeur toutes ces productions, faire en sorte que les actions des uns soient connues des autres. C’est à moi de faire des propositions, quelques professeurs sont déjà partants.
2.3 Séances au CDI

2.3.1 Prendre conscience de son rôle d’acteur : les déchets en classe de 6ème
Objectifs disciplinaire : acquérir des notions sur le traitement des déchets

Objectifs documentaires : retrouver l’information dans un document, référencer le document Production attendue : réalisation d’affichettes

Evaluation : les affichettes les plus réussies seront exposées et un petit cadeau sera donné aux 3 meilleures productions.

Annexe E p. 49 : questionnaire élève, fiche méthodologique
Les deux enseignants de SVT impliqués m’ont gentiment accordé 2 heures de travail au CDI avec les trois classes de 6ème ayant un emploi du temps concordant avec le mien. Bien sûr, pendant les cours à de nombreuses reprises, ils font allusion à des éléments relevant de l’EEDD, mais ils n’ont pas l’habitude d’utiliser le CDI. Le temps de recherche documentaire est encore considéré comme du temps pris sur le programme. Après diverses rencontres pour décider du travail retenu et de sa répartition, chacun a préparé un questionnaire pour sa séance. J’ai soumis aux collègues, par mail, mon questionnaire élaboré après la 1ère séance pour vérification de la faisabilité par des élèves de 6ème.

Je tenais à une approche méthodologique. Fournir une fiche méthodologique a été la seule solution pour moi, pour apporter ces informations dans un temps très limité. Evidemment, ces élèves sont en 6ème et auront le temps de revoir ces notions lors d’autres séances de travail au CDI. Mais c’est tout le problème du référentiel de compétences documentaires non reconnu officiellement avec une progression à mettre en place selon les niveaux.

Comme la fiche était très dense, je leur ai donnée pour qu’ils s’y reportent en cas de besoin et j’en ai fait un commentaire très succinct.
Réalisation

  • 1ère heure : dans la salle vidéo jouxtant le CDI, projection d’une émission sur les déchets, choisie par les enseignants avec réponse à un questionnaire conçu par eux.

  • 2nde heure : 1h par ½ classe : travail par groupe de 2 ou 3 élèves, tirage au sort d’une question à traiter à l’aide de livres, de périodiques, de sites Internet proposés par la documentaliste.

Le temps de réalisation de l’affichette est prévu en dehors des cours.

L’attention des élèves n’est pas identique le matin et l’après-midi. Je pensais les voir plus disponibles le matin qu’en fin d’après-midi. Il n’en a rien été, ce fut plutôt le contraire. Le professeur de SVT n’en a pas été étonné, la 1ère heure du matin est une heure difficile de mise en route. Les deux dernières heures de l’après-midi sont plus performantes.
Points positifs : les élèves étaient intéressés par le travail de recherche, certains déjà sensibilisés par leur famille. L’émission projetée a retenu leur attention.

Travailler en demi classe est très facilitant mais le professeur de discipline n’est pas présent. Le fait que cela ne soit pas noté ne les a pas démotivés.
Points négatifs : séance trop courte, la fiche méthodologique ne peut palier le peu de temps consacré à la méthodologie. Même si beaucoup d’élèves disposent d’un ordinateur souvent connecté à Internet chez eux, ils ne sont pas forcément à l’aise dans la navigation à l’intérieur d’un site. Il faudrait des séances spécifiques pour apprendre à utiliser Internet sans passer par le sempiternel Google. Les sites que je leur avais indiqués étaient fiables et suffisaient, à condition de naviguer dans différentes pages et de lire. Je ne pouvais aborder la notion de validité des informations que très brièvement à l’occasion de la découverte de réponses différentes à une même question.

De plus, le travail supplémentaire demandé aux élèves sera-t-il fait ?

J’ai bien conscience qu’en une heure, je leur demandais de réaliser beaucoup de choses, les deux membres du groupe devaient s’organiser pour se répartir la tâche puis utiliser les documents que je leur avais préparés. Les réponses à apporter étaient brèves sauf l’une qui exigeait un approfondissement.

Attendons les productions. Je leur ai laissé un délai jusqu’à fin Mars, date de mon retour dans l’établissement. Les enseignants de SVT leur rappelleront la tâche et la date limite.
2.3.2 Etre sensibilisé : des fictions autour d’un thème EEDD en classe de 5ème

Objectif disciplinaire : réaliser une fiche de lecture et la présenter en table ronde tout en approchant par une fiction l’un des nombreux thèmes concernant l’environnement. La lecture de fiction comme ouverture sur le monde réel, les problèmes et les solutions apportées.

Objectif documentaire : réinvestir les connaissances acquises lors de l’initiation au CDI en classe de 6ème : trouver des documents, les référencer, prendre des notes et produire un panneau d’exposition

Production attendue : fiche de lecture écrite, présentée à l’oral, réalisation d’un panneau sur un thème relatif à l’environnement qui présente les romans liés à ce thème.

Evaluation : fiche de lecture notée par le professeur de français

Annexe F p.51: liste des livres, fiche élève sur la production attendue
Cet enseignant de français avait été intéressé alors que je présentais ma demande de partenariat en EEDD en salle des professeurs. Comme je cherchais à faire un travail autour de fictions concernant ce thème, il a répondu présent. Nous nous sommes réunis dans un premier temps pour choisir des fictions. J’avais préparé une bibliographie des fictions dont nous disposions au CDI et je m’étais procuré par ailleurs une bibliographie grâce à un enseignant travaillant sur ce thème dans une autre académie.

J’avais déjà lu un certain nombre de ces livres (empruntés dans d’autres bibliothèques ou au CDI), j’ai conseillé le professeur, il a choisi en fonction du niveau de ses élèves. Ma conseillère pédagogique m’a laissé un petit budget pour que je puisse commander huit livres. Nous avons organisé ensemble la séquence qui aura lieu au CDI.
Réalisation

  • 1ère heure : j’ai disposé les livres sur une grande table, un à chaque place. Tous les élèves sont passés autour de la table avec pour consigne de remarquer les éléments communs aux différents livres, simplement en regardant la 1ère de couverture (titre et illustration). Lors de la mise en commun, nous avons vu qu’ils ont bien remarqué qu’il s’agissait de nature, d’animaux, de la Terre.

Puis nous leur avons fait faire un petit remue-méninges sur le mot « environnement », d’abord individuellement, en écrivant cinq mots qui leur venaient à l’esprit. La mise en commun, d’abord laborieuse s’est enrichie progressivement. J’écrivais les suggestions au tableau, celles-ci se partageaient entre ressources naturelles et problèmes, pollutions ou dégradations diverses.

Par cette première partie de séance, nous amenions le sujet de la séquence que nous avons présenté. Nous avons distribué à chaque élève la liste des fictions. J’ai présenté une douzaine de titres représentant les différents thèmes. J’avais prévu plus de titres que d’élèves. Ensuite nous avons distribué la fiche présentant ce qui était attendu comme production puis les élèves ont emprunté des livres. Pour la fois suivante, ils ont eu pour consigne de trouver le thème environnemental de leur livre. Certains, ayant mal compris les consignes, ont cru devoir faire des recherches chez eux, nous les avons détrompés. Nous avions sélectionné des BD (Jean de Florette et Manon des Sources) pour des élèves plus en difficulté mais personne ne les a empruntées.

Je pense que certains élèves ont choisi le livre qui se trouvait par hasard devant eux quand ils se sont assis. L’enseignant de français en a conseillé quelques-uns par rapport à leur niveau de lecture.

  • 2ème  et 3ème heures : recherche : les élèves se regroupent par trois ou quatre par sous-thèmes communs entre les romans puis recherchent des documents au CDI en utilisant BCDI3.

Il a fallu presque la moitié de l’heure pour constituer ces groupes de façon cohérente. Certains élèves n’avaient pas repéré leur thème (pas lu ou pas encore assez lu ?), certains avaient des difficulté à accepter de travailler ensemble (des problèmes garçons/filles ?), certains livres pouvaient appartenir à différents thèmes. De plus, il fallait veiller à équilibrer les groupes. C’est surtout le professeur de français qui constituait les groupes, je m’occupais d’aider les élèves dans leur recherche pour trouver de bons mots-clés pour utiliser BCDI3, le logiciel documentaire.

Ils allaient eux-mêmes chercher les documents. Ils ont bien réinvesti leur connaissance technique de BCDI3 et bien utilisé la disposition du CDI pour trouver les documents.

Par contre le tri, la sélection, la prise de notes sont des compétences en cours de construction, ce qui est normal. La prise de notes est difficile, ils préfèrent recopier pour travailler ensuite chez eux.

Leur recherche poursuivait deux buts : rajouter une courte présentation du thème lors de la table ronde et préparer des éléments qui seraient affichés sur le panneau

  • 4ème heure : table ronde : trois tables de huit ou neuf élèves avec présentation orale du livre et du thème devant les autres élèves et un adulte (le professeur de français, ma conseillère pédagogique et moi), chacun dans une salle (salle vidéo, CDI, salle de cours). Les dix dernières minutes étaient prévues pour l’emprunt d’un nouveau livre.

A la table où je me trouvais, très peu d’élèves savaient présenter un livre sans regarder ce qu’ils avaient écrit, c’est un exercice neuf pour eux. Deux élèves sur les huit n’avaient pas lu le livre ou du moins pas dépassé le premier chapitre. Je m’en suis rapidement rendu compte, ayant moi-même lu ces livres. Il s’agissait de filles ayant des difficultés scolaires. Que faire ? Une autre élève disait avoir lu ce livre « pour une fois en entier », toutefois sa présentation était très succincte.

D’autres élèves m’ont surprise agréablement par leur présentation et leur intérêt pour le livre. Je n’avais peut-être pas été assez claire sur les consignes de présentation de la fiche, bien sûr, ce n’était pas un exposé sur le sujet mais il fallait au moins parler du thème et de la façon dont il était abordé dans le livre. Très peu d’élèves l’ont fait sans que je pose des questions supplémentaires. Les deux autres groupes ont travaillé de manière plus approfondie.
La séquence n’est pas terminée, la préparation du panneau se fera pendant une séance ou deux début avril.

Points positifs : certains élèves ont fait une présentation très vivante et ont appris des choses

Points négatifs : il est difficile de motiver pour la lecture des élèves ayant des difficultés de lecture même en utilisant un thème porteur comme la protection des animaux
2.3.3 Faire réagir : créer un portrait de « super-cracra » par rapport à l’environnement en classe de 4ème
Objectif disciplinaire : réaliser un portrait sous forme de texte accompagné d’une production artistique

Objectif documentaire : recherche d’informations à l’intérieur de documents sélectionnés par la documentaliste

Production attendue : un portrait textuel et visuel d’un personnage par rapport à l’environnement

Evaluation : notation finale dans les deux matières

Annexe G p.53 : liste des thèmes avec les documents proposés
J’avais contacté cette enseignante de français lors de ma recherche de partenaire. Elle avait d’abord eu un mouvement de recul «on parle trop d’environnement, ça devient du politiquement correct ». Mais j’ai pu la convaincre qu’il est quand même nécessaire de sensibiliser un maximum de personnes.

Il est vrai qu’on pourrait se poser la question de la récupération politique du concept de développement durable ainsi que du traitement souvent alarmiste de ces questions par les médias, mais ce ne sera pas l’objet de cette séance ou alors uniquement par très petites touches…

L’enseignante a réfléchi à un partenariat possible et a décidé d’axer cette séance sur le portrait, notion au programme de 4ème. Un livre qu’elle possédait montrait la réalisation de portrait sous forme de poème et de peinture à partir des Caractères de La Bruyère. Elle m’a proposé de faire réaliser aux élèves le portrait d’un personnage faisant absolument le contraire de ce qu’il faudrait faire dans l’optique d’un développement durable. Elle pense intéresser davantage les élèves et aller dans leur sens car ils aiment bien les extrêmes, si on leur propose de décrire quelqu’un qui adopte les pires comportements possibles. Mais pour les dépeindre il faudra tout d’abord qu’ils se renseignent sur le problème et donc ainsi découvrent les solutions possibles.

L’enseignante a proposé quelques pistes, j’ai complété jusqu’à arriver à onze sujets. J’ai recherché les documents dont nous disposions au CDI pouvant servir pour chaque thème.

Nous avons préparé rapidement la séance en face à face et au téléphone. Elle a contacté le professeur d’arts plastiques, stagiaire comme moi, qui a accepté de participer au projet. Je ne pouvais le contacter moi-même pour des raisons d’emploi du temps. Il est d’accord pour faire réaliser aux élèves le portrait à partir de ce qu’ils auront écrit. Il y ajoutera peut-être quelques éléments de lecture d’image.

L’enseignante aurait pu mener la séance seule avec les documents que je lui avais préparés, mais j’ai tenu à y participer, je suis donc venue en plus de mon emploi du temps.
Réalisation :

Seule la première séance a eu lieu avant les vacances de février.

  • 1ère heure : au CDI, dans un premier temps remue-méninges pendant quinze minutes dans chaque groupe sur la question tirée au sort. Les élèves devaient écrire leurs idées, une feuille par groupe de quatre élèves.

Un groupe a voulu changer de sujet, et comme il restait des sujets nous leur avons laissé choisir celui qui les intéressait. Il vaut mieux des élèves motivés par leur sujet…

Certains élèves avaient beaucoup d’idées, d’autres séchaient ou partaient sur de mauvaises pistes. Nous passions entre les tables pour les aider.

Dans un deuxième temps nous leur avons distribué les documents pour rechercher des informations sur le problème soulevé par la question. Chaque groupe se retrouvait avec cinq à huit documents papier (en majorité des périodiques) pour mieux en déduire des comportements irresponsables quant à leur conséquence sur l’environnement.

Beaucoup de groupes n’ont pas eu assez de temps pour trier les documents. J’en avais prévu un trop grand nombre. Les élèves se sont sentis submergés (voici encore un objectif à traiter de façon spécifique). Je voulais que chaque élève manipule individuellement un document et qu’ils mettent ensuite en commun dans leur groupe. Il leur est resté trop peu de temps pour lire, prendre des notes. Pour référencer les documents ils ont seulement noté les titres des documents que j’avais inscrits sur la feuille entourant chaque lot.

L’enseignante de français a ramassé une feuille par groupe qui devait contenir le nom des élèves, l’intitulé du thème, leurs idées, les idées d’après les documents, les références des documents.

Elle a l’intention de noter cette feuille. C’est une classe qui d’habitude n’est pas très facile. Durant cette heure, les élèves n’ont pas été agités mais dans chaque groupe chacun ne travaillait pas, comment faire ?

Analyse :

J’ai eu le temps de parcourir rapidement cette feuille, en général, il y avait peu d’idées trouvées sur documents.

Une autre séance de recherche est prévue. J’ai laissé dans un bac tous les documents. L’enseignante pourra les utiliser dans sa salle de cours après les vacances de février. Je ne serai pas là, étant en stage dans un autre établissement. Pendant cette période, elle fera écrire le portrait.

Ces séances me servent surtout à faire le diagnostic des carences en méthodologie ou en motivation. Est-ce seulement une certaine paresse, une certaine difficulté à se mettre en activité de lecture, s’assumer comme créateur de son savoir et non plus comme simple réceptacle de la parole du professeur ?

Est-ce un certain sentiment d’incapacité ? Ils ne maîtrisent pas la méthodologie de recherche documentaire et de lecture exploratoire ou de sélection. Mais à quel moment construit-on de manière cohérente et transversale ces capacités ? Est-ce en réalisant qu’ils y arriveront ? Faut-il proposer des exercices plus cadrés ? Mais alors quand ? Les heures de français sont au plancher et les dispositifs interdisciplinaires sont en voie de disparition…

Quant à la sensibilisation aux thèmes environnementaux, attendons de voir les productions.


2.3.4 Comprendre : les enjeux énergétiques en classe de 3ème
Objectif disciplinaire : sensibiliser les élèves aux enjeux énergétiques.

Objectif documentaire : sélectionner des informations dans un document, prendre des notes, reformuler sous forme d’articles et référencer les documents

Production attendue : un article par groupe pour le journal scolaire

Evaluation : une bonne note en histoire-géographie si l’article est retenu pour parution

Annexe H p.54 : liste des documents, fiche élève, un travail d’élève
L’enseignante d’histoire-géographie, sensibilisée aux problèmes d’environnement et de développement durable a l’habitude de travailler au CDI, elle a accepté de monter une séance avec moi et ses deux classes de 3ème. Comme nous avons reçu chacune la proposition de l’association Junium de conférence (gratuite), nous avons décidé de l’organiser. Nous nous sommes réunies deux fois pour organiser les séances, partager les tâches, et se soumettre ce que nous avions chacune préparé. En ce qui concerne la première séance qui préparait la venue de l’intervenante, le questionnaire a été rédigé par l’enseignante en fonction d’un document fourni par l’association. Elle avait repéré des documents au CDI, je les ai préparés pour la séance.
Réalisation 

  • 1ère séance : elle se divisait en deux parties : réponse au questions sur des extraits de textes puis courte recherche sur documents pour remplir un tableau. J’ai fourni aux élèves quelques adresses Internet pouvant leur être utiles.

Les élèves ont tout juste eu le temps de finir le questionnaire. Certains éprouvaient des difficultés à se lancer dans le travail mais beaucoup étaient motivés. Le questionnaire les guidait beaucoup.

Le professeur de physique, sur la demande de l’enseignante d’histoire-géographie avait traité rapidement la notion d’alternateur avant cette séance.

  • 2ème séance : l’intervention de la conférencière a duré deux heures.

Celle-ci était dynamique et utilisait différents supports : des transparents, une vidéo. Elle a distribué un document qu’elle faisait remplir aux élèves au fur et à mesure. Pour finir elle leur a demandé d’évoquer les gestes qu’ils pouvaient faire pour économiser l’énergie, certains ont eu de bonnes idées. Malheureusement, il n’y a pas eu de temps prévu pour des questions/réponses. Un bémol, la conférencière n’était pas tout à fait neutre en ce qui concerne l’énergie nucléaire (association sponsorisée par EDF).

Les élèves étaient bien préparés par le questionnaire, ils sont restés bien attentifs pendant les deux heures (avec une pause au milieu).

  • 3ème et 4ème séances : réservées à l’approfondissement de différents sous-thèmes, dans le but d’écrire un article qui paraîtrait dans le journal de l’établissement s’il était jugé publiable par le comité de rédaction.


Analyse :

J’espérais, en valorisant leur production, motiver les élèves. Les articles retenus pour parution leur vaudraient une bonne note en histoire-géographie. Les autres ne seraient pas sanctionnés par une mauvaise note. Je voulais utiliser la notation de façon positive et valorisante.

J’avais retenu, en accord avec l’enseignante, un certains nombre de sous-thèmes pour lesquels j’avais sélectionné deux documents papier et un ou deux sites Internet. J’aurais voulu passer plus de temps sur la méthodologie de sélection d’information dans un document et de rédaction d’un article mais cela était impossible dans le temps imparti. J’ai donc conçu une fiche permettant de référencer les documents et présentant les différents éléments à retrouver dans un article de journal.

En distribuant la fiche, je l’ai commentée brièvement mais cela n’a guère eu d’effet. Les articles rendus n’ont pas de « chapeau » et aucune source n’est mentionnée, à de rares exceptions près. Les élèves par groupe de deux ou trois ont reçu les documents avec le titre de leur thème.

Un groupe a eu des difficultés importantes avec les documents que j’avais retenus. Il a fallu que je trouve rapidement deux autres documents d’accès plus facile. Heureusement je connaissais les richesses du CDI sur cette thématique.

La 4ème heure a été prêtée gracieusement par l’enseignante de français de la classe qui est venue au CDI avec les élèves pour finir les recherches et commencer à écrire l’article. Celui-ci a été terminé chez eux, faute de temps. Nous passions de groupe en groupe pour répondre aux questions des élèves, les motiver, les remettre sur les rails.

La difficulté la plus grande pour la majorité des élèves est de se lancer dans la lecture d’articles (la plupart des documents étaient des périodiques). Les jeunes n’ont pas l’habitude de la lecture survol, de la pêche aux informations en fonction d’un questionnement. C’est une compétence à former qui relève des compétences documentaires mais qui est aussi développée dans d’autres matières pourtant…

Quand ils cherchaient sur Internet, certains abandonnaient rapidement disant ne rien trouver sur les sites indiqués alors qu’ils ne savent pas vraiment naviguer à l’intérieur des sites. Est-ce toujours un problème de lecture ?

En ce qui concerne les productions, la plupart des élèves ont fait des efforts de reformulation et de présentation (certains ont imprimé leur article). Les consignes de volume ont été respectées (une à deux pages).

Nous avons plus axé la production sur des objectifs de contenu mais un jour il faudrait prendre le temps d’approfondir la méthode qui est vraiment transversale pour de nombreuses matières. Ah, ces problèmes de temps soi-disant perdu…Espère-t-on qu’à force de faire (pas si souvent que ça), ils y arriveront tout seuls ?
2.4 Valoriser les différentes productions et élargir le public

Il me semble important de valoriser les productions des élèves, cela donne du sens à leur travail qui sert réellement à quelque chose, au moins informer d’autres personnes.

  • A l’occasion d’une période finale en fin d’année

  • A l’occasion de l’utilisation de l’exposition « le développement durable, pourquoi ? ». que je suis allée chercher au CRDP. Certains enseignants sont venus regarder les photos, encore emballées et vont réfléchir à son utilisation

  • A l’occasion de la parution du journal en fin d’année distribué gratuitement, une mouture plus légère serait donnée au nouveaux élèves de 6ème à la rentrée prochaine


2.5 Autres activités du professeur-documentaliste

Durant cette période de stage j’ai pensé faire tourner d’autres activités autour de l’EEDD :

  • Club journal : peu d’élèves présents (six), à qui j’ai donné la possibilité d’écrire des articles sur ce thème, un élève en a proposé un sur le site Internet « Défi pour la Terre ».

  • Initiation au CDI en classe de 6ème : deux classes, recherche sur des thématiques concernant le DD, mais les séances d’une heure sont vraiment trop éloignées les unes des autres (au minimum 15 jours et plus souvent un mois). De plus l’objet de ces séances est avant tout méthodologique avant d’avoir des objectifs de contenus

  • Questionnaire en direction des professeurs : 7 réponses sur 50…

  • Questionnaire test sur le comportement par rapport à la planète 20: j’ai eu le temps de le distribuer à une classe de 6ème. Les élèves étaient fiers d’avoir un bon comportement (en grande majorité) mais ils ont peu d’idées de gestes concrets à faire.


Quel bilan peut-on faire de ces différentes actions ?

3. Bilan et nouvelles pistes

3.1 Evaluation

3.1.1 Difficultés / points positifs

Difficultés

Matérielles

  • Il n’y a pas de temps prévu dans les emplois du temps pour se rencontrer et créer des partenariats, il faut prendre ce temps sur les heures libres, pauses de midi, récréation…

  • Les matières voient leurs horaires diminués, cela ne laisse guère le temps de faire d’autres activités ou de les réaliser autrement en prenant plus de temps

  • Les dispositifs permettant de travailler de façon interdisciplinaire ont tendance à disparaître

  • Il y a parfois un problème de disponibilité du CDI occupé par d’autres activités

  • Emploi du temps du professeur ne coïncidant pas avec ma présence au CDI (deux jours par semaine)

1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconLa perte de la masse et de la force musculaire a un rôle majeur dans...
«sarcopénie» fut employé pour la première fois en 1989 par Irwin Rosenberg (1) pour définir la diminution de la masse du muscle squelettique...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconSandrine Marziani (professeur documentaliste) et de Sylvie Snauwaert (professeur de philosophie)
«viande» et levare «enlever». IL signifie donc littéralement «entrée en carême». Période de fête qui précède le carême

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconRésumé : Depuis une dizaine d’années, le développement durable (DD)...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconGuide pour une intensification durable de la production

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconQuelle définition de l’éducation thérapeutique ?
«L'éducation thérapeutique s'inscrit dans le parcours de soins du patient. Elle a pour objectif de rendre le patient plus autonome...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconOrganisateur de temps de loisirs pour enfants et adolescents ayant...
«L'éducation ne se borne pas à l'enfance et à l'adolescence. L'enseignement ne se limite pas à l'école. Toute la vie, notre milieu...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconHistoire de l’éducation physique et du sport de 1887 – 1918 I. Pour une réforme de l’éducation

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconMichèle Bourton, ancien professeur dans l'Éducation nationale, a...
Elle nous a envoyés notre numéro d'établissement national. Nous sommes connus et inspectés par l'Éducation nationale, mais nous ne...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconDossier de vie quotidienne et rôle de l’amp
«Pour l’éveil comme pour le sommeil, IL faut aussi des conditions psychologiques : l’intérêt ou l’attention commande l’éveil» de...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconInvite hec paris, la Banque Africaine de Développement et l’ong ampion, pour son lancement
«Ampion Venture Bus». Ils disposeront de 5 jours pour affiner la démonstration de leur concept innovant pour le présenter devant...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com