Littérature québécoise








télécharger 247.64 Kb.
titreLittérature québécoise
page1/14
date de publication18.05.2017
taille247.64 Kb.
typeLittérature
p.21-bal.com > loi > Littérature
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14


Philippe-Aubert de Gaspé, fils

Le chercheur de trésors



BeQ

Philippe-Aubert de Gaspé, fils

(1814-1841)

Le chercheur de trésors

ou

l’influence d’un livre

roman

La Bibliothèque électronique du Québec

Collection Littérature québécoise

Volume 5 : version 1.3

Préface


Ceux qui liront cet ouvrage, le cours de Littérature de Laharpe à la main, et qui y chercheront toutes les règles d’unité requises par la critique du dix-huitième siècle, seront bien trompés. Le siècle des unités est passé ; la France a proclamé Shakespeare le premier tragique de l’univers et commence à voir qu’il est ridicule de faire parler un valet dans le même style qu’un prince. Les romanciers du dix-neuvième siècle ne font plus consister le mérite d’un roman en belles phrases fleuries ou en incidents multipliés ; c’est la nature humaine qu’il faut exploiter pour ce siècle positif, qui ne veut plus se contenter de Bucoliques, de tête-à-tête sous l’ormeau, ou de promenades solitaires dans les bosquets. Ces galanteries pouvaient amuser les cours oisives de Louis XIV et de Louis XV ; maintenant c’est le cœur humain qu’il faut développer à notre âge industriel. La pensée ! voilà son livre.

Il y a quelques années, j’avais jeté sur le papier le plan d’un ouvrage, où, après avoir fait passer mon héros par toutes les tribulations d’un amour contrarié, je terminais en le rendant heureux durant le reste de ses jours. Je croyais bien faire ; mais je me suis aperçu que je ne faisais que reproduire de vieilles idées, et des sensations qui nous sont toutes connues. J’ai détruit mon manuscrit et j’ai cru voir un champ plus utile s’ouvrir devant moi. J’offre à mon pays le premier roman de mœurs canadien, et en le présentant à mes compatriotes je réclame leur indulgence à ce titre. Les mœurs pures de nos campagnes sont une vaste mine à exploiter ; peut-être serais-je assez heureux pour faire naître, à quelques-uns de mes concitoyens, plus habiles que moi, le désir d’en enrichir ce pays. Le Chercheur de trésor ou L’influence d’un Livre est historique, comme son titre l’annonce. J’ai décrit les événements tels qu’ils sont arrivés, m’en tenant presque toujours à la réalité, persuadé qu’elle doit toujours remporter l’avantage sur la fiction la mieux ourdie. Le Canada, pays vierge, encore dans son enfance, n’offre aucun de ces grands caractères marqués, qui ont fourni un champ si vaste au génie des romanciers de la vieille Europe. Il a donc fallu me contenter de peindre des hommes tels qu’ils se rencontrent dans la vie usuelle. Mareuil et Amand font seuls des exceptions : le premier, par sa soif du sang humain ; le second, par sa folie innocente. L’opinion publique décidera si je dois m’en tenir à ce premier essai. En attendant, j’espère qu’en terminant cet ouvrage mon lecteur aura une pensée plus consolante, pour l’auteur, que celle de Voltaire :

Tout ce fatras fut du chanvre en son tems.

I



L’alchimiste


Sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, dans une plaine qui s’étend jusqu’à une chaîne de montagnes, dont nous ignorons le nom, se trouve une petite chaumière, qui n’a rien de remarquable par elle-même ; située au bas d’une colline, sa vue est dérobée aux voyageurs par un bosquet de pins qui la défend contre le vent du nord, si fréquent dans cette partie de la contrée. Autrefois cette misérable cabane était habitée par trois personnes : un homme, son épouse, jeune femme vieillie par le chagrin, et un enfant, fruit de leur union. Cet homme, que nous appellerons Charles Amand, la possédait au temps dont nous parlons, en ayant éloigné ses autres habitants afin de vaquer secrètement à des travaux mystérieux auxquels il avait dévoué sa vie. C’était le quinze août de l’année 182- ; Charles Amand était debout au milieu de l’unique pièce que contenait ce petit édifice presqu’en ruine. D’un côté, un méchant lit sans rideau ; vis-à-vis, un établi de menuisier, couvert de divers instruments, parmi lesquels on remarquait deux creusets, dont l’un était cassé : aussi, différents minéraux que Charles considérait d’un air pensif sur un âtre ; au côté droit de l’appartement, brûlaient, épars ça et là, quelques morceaux de charbon de terre. Près de l’âtre, sur une table, un mauvais encrier, quelques morceaux de papier et un livre ouvert absorbaient une partie de l’attention de l’Alchimiste moderne ; ce livre était : les ouvrages d’Albert le Petit.

L’homme dont nous parlons était d’une taille médiocre ; son vêtement, celui des cultivateurs du pays ; son teint livide et pâle, ses cheveux noirs et épars qui couvraient un beau front, son œil brun, presqu’éteint dans son orbite creux, tout son physique annonçait un homme affaibli par la misère et les veilles. Il rassembla les charbons, les souffla et y posa un creuset contenant différents métaux ; puis s’étant couvert la bouche d’un mouchoir, il se mit à l’ouvrage. Après un travail opiniâtre, qui dura près de trois heures, il s’assit presqu’épuisé et contemplant la composition nouvelle qui se trouvait devant lui, il se dit à lui-même : Travail ingrat ! Faut-il enfin que je t’abandonne ? Ne me reste-t-il plus d’espoir ? J’ai pourtant suivi à la lettre toutes les directions, ajouta-t-il en prenant le livre, oui : étain, zinc, arsenic, vif-argent, sulfate de potasse. Ah ! s’écria-t-il en regardant de plus près : soufre ! Je l’avais oublié et il se remit à l’ouvrage. Après une demi-heure de travail il tira du creuset une composition qu’à sa couleur on eût prise pour du fer. – Malédiction ! murmura-t-il, et il laissa tomber la nouvelle substance métallique. Peu importe, j’aurai recours à l’autre voie ; celle-là me réussira, j’en suis sûr ; il me coûte d’en venir là ; mais il me faut de l’or, oui : de l’or ; et l’on verra si Amand sera toujours méprisé, rebuté comme un visionnaire, comme un... oui, comme un fou ; pourquoi me cacher le mot ? ne me l’ont-ils pas dit, ne me l’ont-ils pas répété jusqu’à ce que j’aie été près de le croire ; mais ces mots de l’écriture : cherchez, vous trouverez, je les ai gravés là (et il touchait sa tête) ; ils y étaient au moment où je paraissais sourire à leurs plaisanteries, si agréables pour eux, et si amères au malheureux qui manque de pain. Je ne le leur ai pas dit ; je n’ai pas besoin de pitié ; car c’est tout ce qu’ils m’auraient prodigué.

Il se leva, fit quelques pas et puis ajouta : Il doit pourtant être près de minuit et Dupont ne vient pas ; s’il allait renoncer à son projet ? mais non, c’est un homme de cœur.

Au même instant on frappa à la porte.

– Qui va là ? dit-il, en donnant un accent menaçant à sa voix.

– Un ami, fut la réponse.

– Ah ! c’est lui. Ouvrez ; et l’inconnu entra aussitôt. – Je commençais à craindre que tu n’eusses oublié notre rendez-vous.

– Il n’est que minuit, dit Dupont.

– C’est vrai.

– N’était-ce pas l’heure convenue.

– Tu as raison.

– Alors, pourquoi me faire des reproches ?

– Tu te trompes, Dupont, ce ne sont pas des reproches ; j’étais seul et je m’ennuyais. Dis-moi, as-tu songé à ce que tu m’as promis ?

– Oui et plus j’y songe et plus je m’en dégoûte : sais-tu que c’est mal ?

– Pshaw ! enfant, je m’engage à prendre toute la responsabilité. Voyons, sois homme. Tu sais ce dont il s’agit ; notre fortune ! Tu dois être persuadé de l’infaillibilité de notre moyen. Qu’est-ce qui peut donc te faire balancer encore ?

– Cette poule noire.

– Eh bien, ce n’est rien ; tu n’as qu’à la voler et moi je me charge du reste.

– Pourquoi ne pas l’acheter ?

– Imbécile ! tu sais bien qu’alors elle serait inutile. Veux-tu que je te lise encore le passage ? Est-ce que tu ne t’en rappelles plus ? Qu’est-ce au fait, que de voler une poule noire ! Quand bien même tu serais découvert ? tu diras à ton voisin que tu voulais lui faire une plaisanterie ; et puis, tout sera dit.

– Pourquoi ne le fais-tu pas toi-même ?

– Pas mauvais ! D’abord, tu sais qu’il faut être deux, nous le sommes ; mais crois-tu que je vais courir tous les risques et puis ensuite partager avec toi ? Il faudrait être fou ! J’aimerais autant tout garder moi-même.

– Écoute, Charles, tu connais M. B*** ; te rappelles-tu comme il s’est moqué de nous, quand tu lui as parlé de ton projet ?

– D’accord ; mais écoute à ton tour : cet homme est riche, n’est-ce pas ? N’est-il pas de son intérêt de nous cacher les moyens par lesquels il est parvenu à la fortune ? Tu sais qu’il a tous les livres du monde, excepté un ?1

– Oui.

– Eh bien, pourquoi a-t-il refusé de me les prêter ? C’est qu’il craignait que je ne fisse comme lui. Comme je puis me fier à toi, je vais te confier un secret : Tu connais cette petite rivière qui serpente derrière son domaine. Je l’ai vu, moi-même, de mes yeux, à minuit, avec son fils, tous deux occupés à conjurer des esprits de l’autre monde. J’avais le cœur faible alors. Aussi je m’éloignai. Si je pouvais retrouver une aussi bonne occasion de m’instruire, je t’assure que je ne la perdrais pas à présent.

– Je consens, dit Dupont.

– Touche là, dit Amand ; à demain, vers minuit. Et les deux amis se séparèrent.

La nuit était sombre, le vent faisait trembler la chaumière, mal assurée sur ses fondements, et quelques gouttes de pluie poussées par l’orage suintaient au travers des planches mal jointes de son toit. Le tonnerre se faisait entendre au loin. Tout présageait une nuit horrible. Amand avait froid. Dans l’enthousiasme de son zèle pour s’assurer de son compagnon irrésolu, il avait oublié d’alimenter son feu qui se trouvait maintenant éteint. Il fit inutilement tous ses efforts pour le rallumer ; enfin, accablé de fatigue, il se dépouilla de ses vêtements et se mit au lit. Il s’endormit facilement ; car depuis longtemps il avait pour habitude de ne prendre que deux heures de sommeil par nuit. Heureux moments où son âme s’élança dans ce monde idéal pour lequel il était né ! Que n’aurait pas fait cet homme si son imagination fertile eût été fécondée par l’éducation ?

Cette nuit il eut un songe1 : il lui sembla être près de l’astre du jour, qui d’un côté lui présentait un vaste jardin au milieu duquel, sur un trône, était assis un esprit céleste qui l’excitait du geste et de la voix à le rejoindre. Amand, enivré de joie, s’élançait vers lui et celui-ci lui faisait place à ses côtés et lui disait : « Sans nul secours, tu t’es frayé un chemin au travers du sentier rude et épineux de la science, tu as pénétré dans les secrets les plus profonds de la nature, tu as approfondi des mystères que le vulgaire regarde de l’œil de l’indifférence ; les difficultés ne t’ont pas rebuté : pas même la dérision à laquelle tu t’exposais. Viens jouir maintenant de ta récompense. Tu vas retourner sur cette terre où l’on t’appelait visionnaire ; mais tu n’y seras plus pauvre et sans asile. Suis-moi. » Et, accompagnant l’esprit céleste, il passait sur la surface opposée du dieu de la lumière, et il lui semblait qu’il était sur un miroir d’or et de rubis et que tout cela était à lui. Puis il se retrouvait sur notre globe, on l’adorait, on l’aimait, on l’enviait... Il était heureux !

Le jour mit fin à cette douce erreur, et la froide réalité vint rappeler à notre héros qu’il était seul, couché sur un misérable grabat, et presque mourant d’inanition au fond d’une chaumière.

II



  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14

similaire:

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise
«le plus irrévérencieux et le plus humoristique des journaux du siècle dernier»

Littérature québécoise iconLittérature québécoise
En 1908, désireux d’avoir ses coudées franches pour critiquer notre politique tant fédérale que provinciale, IL [Fournier] succède...

Littérature québécoise iconLittérature québécoise Volume 204 : version 0 Avertissement Une antique...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com