THÈse pour le diplôme d’État








télécharger 366.54 Kb.
titreTHÈse pour le diplôme d’État
page9/19
date de publication27.10.2016
taille366.54 Kb.
typeThèse
p.21-bal.com > loi > Thèse
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   19

Se rapprocher

  1. Convivialité


Le thème de la convivialité est apparu spontanément dans la majorité des entretiens, le plus souvent en début de rencontre. Ce sentiment est assez flou, nous pouvons le séparer en 2 sous-notions, dégagées grâce à la définition de la convivialité (23) :

1- L'ensemble des rapports autonomes et créateurs entre les personnes d'une part, et des rapports entre les personnes et leur environnement d'autre part.

2- Goût des réunions et des festins : « La gourmandise est l’un des principaux liens de la société; c'est elle qui étend graduellement cet esprit de convivialité qui réunit chaque jour les divers états, les fond en un seul tout, anime la conversation, et adoucit les angles de l'inégalité conventionnelle ». BRILLAT-SAVARIN, Physiol. du goût, 1825, p. 147.

En reprenant l’origine latine du mot convivialité, il est intéressant de constater que convivium signifie prendre un repas en commun.
        1. Vivre ensemble


E03 : Se retrouver à plusieurs personnes … Une convivialité… On se parle pas comme ici, où on se croise beaucoup, on prend un café le matin.
E04 : Il y a quand même une certaine convivialité…

E08 : Mais étant seul je voulais retrouver un peu de monde.

E16 : Moi ce que j’ai découvert c’est qu’on ne se sent pas seul, moi je me sentais seule là-bas, la solitude je la vivais. Ici, je la sens pas. Je descends, tout de suite parle, je dis bonjour. Donc j’ai enlevé la solitude ma vie et ça c’est important.

E13 : C’était à la retraite, vivre avec d’autres … C’était vraiment pouvoir vivre dans un collectif et puis travailler avec d’autres…

E15 : Moi ça a été de trouver un petit peu, je veux dire … de contact avec d’autres personnes.


E15 : Et je ne comprends pas pourquoi les gens qui, venus dans un FL, qui est peut-être plus cher qu’un HLM, mais ils participent à rien ! J’aime beaucoup l’idée de partage, de choses comme ça. Donc je suis un peu déçu parce qu’il n’y en a pas assez !

Nous avons rencontré des résidents qui s’étaient installés seuls et ont fini par changer d’appartement pour vivre en couple.

E07: C’est que, le FL permet de faire des miracles !!!

Nous nous sommes rencontrés à la résidence Pasteur à Nanterre. Il habitait sur le même pallier que moi, lui dans un studio et moi dans un autre, lui au 33 et moi au 37.

On s’est croisé, on s’est aimés, on s’est mariés ! C’est un miracle parce que a 72 ans, aller à la mairie faire un 3eme mariage avec pas de chance dans la vie… Pour mon mari la même chose!

E08 : La voilà la convivialité !!

        1. Activités communes


La participation aux activités de groupe concernait 12 résidents.

Les activités sont variées et s’adaptent surtout à tous les âges et les degrés d’autonomie. Nous avons rencontré des établissements proposant des cours d’informatique, de gymnastique, des sorties culturelles, des groupes de lecture, et même des ateliers de manucure.

E04 : Enfin les liens on se les ait est créés, avec mes amies on fait de la peinture, tout un tas de choses.

E06 : Je faisais de la gym douce.
E07 : Sur la brochure était dit […] que nous avions aussi beaucoup de convivialité, qu’on organisait certaines animations, donc on se sentait pas seule. Parce que je descendais les après-midi à jouer au scrabble, à discuter avec l’une avec l’autre, à boire le thé ensemble.

E12 : il y a beaucoup de … distractions, et de … des activités qui font appel à la mémoire … Oui, plutôt à la mémoire ou d’autres activités qu’ils choisissent eux même entre eux. Ce jeu où on répond là… Me rappelle plus du nom. Des jeux y a des jeux de dame, de domino, il y a beaucoup de jeux à disposition.
E21 : Autrement je participerai plus ou moins aux activités d’ici, bien sûr ! C’est pas la peine de venir ici si on participe pas aux activités, plus ou moins.

Les personnes « actives » semblaient très impliquées dans le déroulement de leurs loisirs, avec une régularité importante.

E13 : Ce matin on avait une réunion à la bibliothèque… Moi je tiens la bibliothèque. Bon, on a des liens avec les bibliothèques qui viennent nous présenter livres et tout ça.



E15 : On n’est pas isolées. Maintenant on est quand même une douzaine qui font un petit groupe. Bon il y a 2 – 3 groupes. Maintenant il y a des gens qui jouent au petit dada tous les soirs, mais ils sont pas mal. Ils ont commencé à 3 ou 4 mais maintenant ils sont une dizaine, même ceux jouent pas ils sont à côté donc ça fait de l’animation. Tous les après-midi… C’est très bien.



E15 : Oui, ici je pensais trouver d’autres animations… on est très peu à participer aux activités.

Au début on avait quand même un peu plus d’activités. Et puis ce qu’il n’y avait pas on l’a créé. Il y a de la couture … Il y a bibliothèque … Là on a remis sur pied le jardinage, mais c’est pareil, c’est difficile d’avoir 3 personnes.



E16 : Après je descends dans la salle pour prendre le café à 3 heures et demi, on joue au scrabble … J’ai fait de l’informatique à un moment donné, je ne fais pas de gym parce que c’est pas trop mon truc.



E19 : Je donne des cours ici 2 fois par semaine.


La régularité paraissait nécessaire pour tisser des liens amicaux avec les autres résidents, et former des réseaux sociaux pour ceux qui n’en n’avaient pas avant leur emménagement.

Les repas réguliers en groupe sont appréciés par les résidents, mais semblent moins importants que les repas dits « festifs », donnés pour des occasions spéciales.

E04 : On fête les anniversaires, les petits apéritifs lors des fêtes comme le premier novembre.

E19 : Pour le repas j’avais essayé une semaine, je me suis dit comme je donne des cours ici 2 fois par semaine, à la fin des cours on mange ensemble.

E13 : On a fait des repas solidaires, plein de choses

E04 : A l’époque ou ma mère y était, elle était toujours en activité, elle allait toujours à des fêtes… qui malheureusement n’existent plus maintenant.

E08 : (en parlant de son mariage) Ça a été l’objet d’une réunion avec tous les résidents, la directrice de Levallois nous a prêté une salle, la salle à manger en l’occurrence. Et j’ai fait venir un orchestre, nous avons fait un cocktail au champagne, et tous les résidents étaient avec nous. Et toute la direction.
Les personnes âgées qui ne participaient pas aux loisirs proposés par le foyer logement semblaient tout de même être satisfaites que de telles activités soient disponibles.

E17 : Non pas tellement, pas pour l’instant mais ça viendra peut-être.
ANALYSE :

Cette partie est volontairement placée en premier dans l’analyse des résultats, car il ressort de l’étude que le désir de retrouver ou de maintenir une vie sociale est la plus grande attente des personnes âgée à l’entrée en foyer logement.

Les activités offertes par les établissements, qui nous paraissaient importantes en début de travail, se sont avérées intéressantes pour les locataires, mais non primordiales. Les personnalités les plus « sociales » créaient elles même des occasions de sorties.

En revanche, pour les personnes en perte d’autonomie motrice, le fait de disposer chez soi de locaux et d’intervenants extérieurs permettait le maintien d’une activité dans des conditions optimales.
      1. Fuir la solitude, décès d’un proche, traumatisme


Quatre personnes avaient perdu au moins un de leur enfant.

E06 : Mais j’ai perdu un fils à 20 ans, donc j’en ai plus que 4.

E07 : Une qui… elle habite au cimetière… Elle est décédée à 32 ans.

E12 : 2 j’ai mon fils qui est décédé, j’en n’ai plus qu’un…

En dehors de l’aspect pratique et matériel, le choix du foyer logement s’est fait pour certains à l’occasion d’un évènement de vie traumatique. Conformément à nos hypothèses, le veuvage était un facteur déclenchant de déménagement. Il concernait 4 personnes.

Dans ce cas, s’installer en foyer logement leur permettait de ne pas se retrouver seuls.

E22 : Parce que j’ai perdu ma compagne il y a 2 ans et j’habitais au même endroit qu’elle. Dans le même immeuble qu’elle. . Quand elle est décédée, je me suis retrouvé tout seul dans mon studio, et bon… Je me suis dit « qu’est-ce que je fais, je n’ai pas envie de rester là », je vous dis, moi c’est un problème sentimental…

E10 : Tout le monde m’a laissé tomber.

E22 : Comme en plus je vois pas souvent mes enfants car elles travaillent beaucoup. Ce qui fait que je suis presque tout le temps tout seul.

E10 : Ma mère étant décédée.

E19 : C’est l’idéal, vous n’êtes pas tout seul il y a du monde, ça circule. On se sent moins en solitude.
La détresse morale d’un nombre conséquent d’interviewés nous a surpris.

Dans notre échantillon, 3 personnes avaient vécu un épisode dépressif récent (avec quelques fois des passages à l’acte évoqués au cours de l’entretien), et nous ont spontanément parlé d’idées suicidaires antérieures à leur emménagement. Ils voyaient alors le foyer logement comme leur dernier espoir de trouver du réconfort.

E08 : Parce que… Pour essayer de mieux vivre. Je vous ai dit j’étais sur le point de…. Je me fichais de tout…

      1. Combler l’absence d’entourage familial


Trois personnes interrogées ont répondu directement à la question de recherche « quelles étaient vos attentes en entrant en foyer logement » par leur absence d’enfant, de famille ou de conjoint.

Après reformulation de la question, certains ont précisé leur réponse, orientant la discussion sur la convivialité, mais l’isolement familial restait présent dans leur explication.
      1. Rester dans son quartier


La situation géographique de l’ancien domicile était abordée de façon systématique. Le cercle amical et familial, lorsqu’il existait, motivait un déménagement dans un quartier très proche.

E01 : Oui oui, je suis du quartier depuis des années ! C’est mon pays !

E04 : Moi j’ai habité Villeneuve pendant 30 ans avant de partir en province au moment de la retraite. De revenir dans un endroit que je connaissais, c’est préférable !

E10 : Je suis tombé dans une maison en 99 qui avait le un pour cent patronal. Il fallait voir où ils mettaient, c’était dans des endroits pas possible… je suis resté à Gennevilliers…

E11 : le dernier logement c’était à Gennevilliers 115 avenue des grésillons.

E19 : Je voulais aller sur Vichy, en conservant ici en attendant. Et c’était assez simple Vichy car il n’y a pas de problème de logement. C’est dans le privé mais il y a … C’est pas mal, mais pour se réadapter à la province je vous dis pas hein ! Rire ! Le weekend ça va, mais la semaine à 7 heures tout est fermé … Alors là j’ai dit « pourtant je suis de là-bas », j’ai mes amis là-bas et out, mais je ne m’y ferais pas !

E21 : Parce que je suis Clichois et que je connais cette maison là depuis 1979. Je connaissais ! Le derrière n’existait pas, il y avait simplement le devant en 1979, j’allais à l’école à côté.
      1. Rester près de la famille


16 résidents avaient des enfants et, pour 15 d’entre eux, au moins un habitait en Ile de France. Pour beaucoup, la visite des enfants et/ou des petits enfants était régulière, et se faisait aussi bien au domicile des enfants qu’au foyer logement.

E12 : Il me reste une fille qui habite à côté à Asnières, 92… J’ai la chance d’avoir ma fille à côté qui vient me chercher tous les weekends.

E01 : J’ai ma petite sœur qui est de l’autre cote de l’île, elle est restée là, elle est née là ! J’ai tous mes parents qui sont au cimetière, j’ai tout…

Les individus sans enfants, mais avec une fratrie encore présente, attachaient une grande importance à garder une proximité avec leur famille.

E04 : D’ailleurs ma sœur qui habite l’immeuble à côté.

E11 : Oui j’ai une sœur arrivée ici il y a 2 ans, dans le foyer!
      1. Rester avec sa génération


E05 : C’est la rencontre d’autres personnes, j’aime bien le contact humain, ça me manquait, et ce sont de personnes de ma génération.

E16 : Et puis… donc c’est vrai que l’immeuble où j’étais, c’était que des jeunes, qui travaillaient toute la journée.

E17 : … Comme nous, retraités qui ont les mêmes significations que nous. Qui sont pas toujours en train de boboter sur les autres.

L’aspect mono générationnel recherché par les résidents semblait dû aux contraintes horaires des générations plus jeunes.

En effet, compte tenu des horaires de travail, les personnes âgées déploraient de ne pas rencontrer leurs voisins, et par conséquent de ne jamais réussir à tisser des liens amicaux avec eux.

De plus, des expériences personnelles et parcours de vie communs permettent de rentrer en contact plus facilement.

E05 : On n’a pas eu une vie pareille mais du tout du tout ! Alors on ne se comprend pas du tout. Et je les comprends, parce qu’elles n’ont pas eu mon environnement, ma vie alors, et puis il y a l’âge.


      1. Connaitre ses voisins : du positif et du négatif


Les relations avec les autres résidents ne faisaient pas partie du questionnaire. Nous avons tout de même entendu que les séniors y prêtaient une grande attention. Ce rapport entre « voisins » pouvait être considéré comme enrichissant, mais aussi comme source d’ennuis, même si aucun cas de mésentente franche ne nous a été rapporté.

E04 : que le caractère de certains des fois n’est pas toujours aimable et pose des fois des conflits envers les uns et les autres.

E06 : Oui par exemple pour la maison … jamais entre les résidents, tout le monde se côtoyait, avais plus ou moins d’affinités. Mais jamais il y avait un mot plus haut que l’autre, depuis 5 ans malheureusement les personnes sont décédées.

E08 : Le matin vous les voyez au café, c’est des morts vivants, vous entendez une mouche voler, ça ne parle pas rien, elles sont là… L’après-midi c’est pareil ici.

E12 : Exactement, on peut voisiner si on veut. Moi j’aime pas.

Une fois le sujet lancé, la discussion avait beaucoup de mal à se recentrer sur la question de recherche.
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   19

similaire:

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État de

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com