Consommation responsable – Secondaire Actualisé Diapo 1 : Pour une consommation responsable








télécharger 62.68 Kb.
titreConsommation responsable – Secondaire Actualisé Diapo 1 : Pour une consommation responsable
date de publication27.03.2017
taille62.68 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > loi > Documentos

Consommation responsable – Secondaire - Actualisé




Diapo 1 : Pour une consommation responsable



Présentation des animateurs et du RITA.

Diapo 2 : Consommation et surconsommation



Présentation des objectifs de l’animation.

(Aujourd’hui nous vous ferons découvrir ce que c’est la consommation responsable, mais avant, qu’est-ce que la surconsommation? qu’est-ce qui nous fait consommer? et pourquoi faut-il s’en préoccuper? À la fin de cette rencontre, vous comprendrez non seulement ce que signifie la consommation responsable, mais vous serez en mesure d’être vous-mêmes des consommateurs responsables, vous allez voir que chacun de nous peut poser des gestes concrets et comprendre de quelle façon la consommation responsable affecte notre vie et celle des autres habitants de la planète. Par notre vie et celle des autres j’entends: ma santé; mon environnement; les droits humains; la pauvreté.)

Diapo 3 : Qu’est-ce qui nous fait consommer ?



Demander aux jeunes s’ils s’imaginent pourquoi nous consommons. Consommer, ça fait partie de la vie… Nous avons des besoins essentiels auxquels il nous faut répondre : se nourrir, se vêtir, se loger, se déplacer, se divertir, s’éduquer… Et pour subvenir à ces besoins essentiels, il existe des entreprises, des compagnies, des fabricants, qui offrent soit des services, soit des produits. Consommer n’est donc pas mauvais en soi, le problème c’est la SURconsommation. Mais comment en arrive-t-on à surconsommer?

Diapo 4 : Et la publicité dans tout ça ?



Demander aux jeunes s’ils reconnaissent ce qu’il y a sur ces photos. Toutes ces images sont en lien avec la surconsommation. N’est-ce pas drôle de reconnaître ces compagnies sans que leur nom soit indiqué sur la photo?

Nous sommes constamment bombardés de publicité. À combien de publicités pensez-vous être exposés chaque jour? (Enchères : qui dit mieux? Réponse : environ 3000) Il n’y a pas que la publicité à la télévision ou dans les magazines. Où retrouve-t-on la publicité? Radio, radios publicitaires des magasins, affiches à l’école, panneaux le long des autoroutes, arrêts d’autobus, autobus, Internet… Mais aussi plus subtile mais efficace : les marques. T-shirts, sacs à dos, carton de lait le matin et boîte de céréales, mon ordinateur!)

Ces publicités nous incitent à consommer toujours davantage. Toutefois, le fait que nous consommions implique malheureusement très souvent, que nous encourageons sans le savoir des gestes qui détériorent l’environnement, briment les droits humains, sont nocifs pour la santé et bien plus encore! C’est vrai que nos besoins sont illimités mais est-ce que les ressources sont illimitées? Notre consommation affecte donc notre vie et celle de notre planète à plusieurs niveaux.

Diapo 5 : Image…




Les publicités prennent-elles trop de place ? Qu’est-ce que cette image évoque chez vous ???

Diapo 6 : 5 planètes Terre nécessaires…



Si tous les habitants de la Terre adoptaient le mode de vie qui prévaut dans les pays industrialisés du Nord, une planète Terre ne serait pas suffisante pour combler tous les besoins… il en faudrait plutôt 5 !!! 3,5 pour assurer la production des biens de consommation et 1,5 pour accumuler tous les déchets qui seraient produits !

Diapo 7 : Les impacts de la (sur)consommation



Nous fabriquons aujourd’hui 80% plus d’emballage qu’en 1960. De plus, chaque citoyen jette en moyenne une demi-tonne d’ordures par année…À ce rythme, chacun d’entre nous aura généré, à l’âge de 70 ans, 700 fois son poids en déchets domestiques. Comme environ 70% du contenu de nos ordures domestiques est lié à l’alimentation, il est facile de réduire les impacts sur l’environnement en modifiant quelque peu nos comportements à l’épicerie. En achetant les aliments les plus nus possible.

Diapo 8 : Cycle de vie d’un vêtement




Diapo 9 : L’empreinte écologique




Diapo 10 : L’empreinte écologique par pays




Diapo 11 : Et les droits humains dans tout ça ?



Activité étiquettes

Demandez aux jeunes de lire leur étiquette de vêtement et de remarquer leur pays d’origine. Dites-leur que vous leur donnez une minute. Une fois que tout le monde aura terminé… Demandez-leur de lever la main si leur chandail vient de CHINE. (plusieurs mains levées). D’un autre pays d’Asie (donnez des exemples). Du MEXIQUE. D’un autre pays d’Amérique Latine. D’EUROPE? (peu de mains) Du CANADA? (peu de mains).
Pourquoi nos vêtements sont-ils faits ailleurs? C’est moins cher. Pourquoi? Les gens sont moins bien payés? Pourquoi? Les pays pauvres sont surendettés, ils n’ont pas le choix d’accepter que des compagnies viennent s’installer chez eux pour faire travailler leurs gens à bas prix.

Diapo 12 : Le travail et l’exploitation des enfants



Dans plusieurs pays du monde des enfants doivent travailler pour subvenir aux besoins de leurs familles. Ils travaillent à des salaires très bas, dans des conditions de travail souvent dangereuses (charges trop lourdes, contacts avec des produits chimiques) et difficiles (horaires de travail trop longs, absences de pauses). Ils travaillent dans presque tous les secteurs d’activités comme : agriculture, artisanat, petits métiers des villes (vendeur à la criée, domestique, cireur de chaussures, etc.), mines et usines. Plusieurs produits que nous consommons dans notre quotidien (vêtements, nourriture, etc.) proviennent de zones où les droits humains ne sont pas respectés.

Diapo 13 : Les ateliers de misère (sweatshops / maquiladoras)



Les ateliers de misère (sweatshops) rappellent les conditions d’esclavage d’il y a des siècles.

  • Ce terme désigne souvent une manufacture — très souvent dans l'industrie textile — dans laquelle les employés sont exploités, travaillent trop longtemps et / ou de manière forcée, dans lesquels sévissent des abus physiques ou moraux, ou encore où on fait travailler des enfants. Plus de 27 millions de personnes y travaillent dans environ 150 pays du monde


Les conditions dans les ateliers de misères ont souvent les suivantes :

  • salaire sous le seuil de la pauvreté

  • longues heures de travail supplémentaires et obligatoires imposées, souvent non-payées, afin d’atteindre les quotas de production quotidiens

  • emploi d’enfants

  • aucun accès aux soins de santé

  • aucune sécurité d’emploi

  • refus du droit de se s’organiser en syndicat

  • accès limité à la toilette pendant les heures de travail

  • harcèlement et discrimination sexuelle

  • etc…



Diapo 14 : Pesticides et coupe à blanc



Les pesticides (substances chimiques utilisées afin de détruire les êtres nuisibles aux cultures) sont arrosés sur les champs, venant ainsi se loger sur les produits agricoles vendus aux consommateurs et les récoltes destinées à nourrir les animaux (les résidus se logent dans le gras et dans les tissus des animaux, ils nous sont ensuite transmis quand nous mangeons leur viande). Les problèmes de santé qui en découlent sont nombreux : intoxication, perturbations hormonales, diminution du système immunitaire et de la fertilité, etc.
La coupe à blanc (abattage de la totalité des arbres d’une portion de terrain boisé) fait des ravages au Québec : près de 100 000 arbres peuvent être coupés avec une seule abatteuse par semaine ! En 2000, environ 300 abatteuses étaient en activité au Québec

• 0,18% de la superficie de la forêt mondiale est coupée chaque année (13 millions d’hectares)

• Cela correspond à environ 1 terrain de soccer par seconde !!!
Conséquences de la coupe à blanc :

  • Contribue au réchauffement climatique (plus de gaz carbonique est présent dans l’air car il manque d’arbres pour l’emprisonner, en plus de la quantité de gaz carbonique dégagée par les forêts incendiées)

• Accélère les phénomènes de désertification et d’érosion des sols (dus à l’appauvrissement des sols causé par l’absence de racines)

• Augmente les dommages provoqués par les ouragans et les tsunamis (les forêts jouant généralement le rôle de barrières naturelles)
Le déboisement est en grande partie responsable des inondations qui surviennent dès l’arrivée de la saison des pluies. La terre déboisée n’est pas en mesure de retenir la pluie et les eaux coulent le long des montagnes avant de s’accumuler au pied de celles-ci. De grandes coulées de boue dévalent aussi des montagnes, emportant parfois avec elles la vie de plusieurs personnes.

Diapo 15 : Fermes industrielles et dépotoirs



Au milieu du 20ième, les compagnies agroalimentaires ont commencé à modifier les fermes écologiques familiales en ferme industrielles pour améliorer leur profit et ceci aux détriments des animaux et des humains. Étant de grands consommateurs de viandes et de produits animaliers, on soutient l’agriculture intensive. Cette forme d’agriculture est néfaste pour les animaux et les produits que nous consommons. Les fermes industrielles polluent air, eau et sol. En plus de laisser de moins en moins de place aux petits producteurs indépendants.
Les fermes industrielles visent à produire de façon. Au Canada, ce sont 650 millions d’animaux (porcs, poulets, bœufs…) qui y vivent dans des conditions insupportables. De plus, ce mode de production intensif est des plus polluants (fumier déversé dans l’eau, gaz toxiques libérés dans l’air, contamination bactériologique…).
L’accumulation de déchets dans les dépotoirs est nocive pour la santé des humains (émanations de biogaz dangereux et de substances cancérigènes, etc.). De plus, la problématique grandissante des dépotoirs clandestins ou illégaux témoigne des immenses progrès qu’il reste à faire pour arriver à une gestion saine des déchets.

Diapo 16 : La gestion des déchets au Québec



Chaque année au Québec, des quantités impressionnantes de déchets sont produites. On estime que près de 85 % de ces « déchets », que l’on appelle désormais des « matières résiduelles», pourraient et devraient être réutilisés, recyclés, compostés ou valorisés.
En 2006, les Québécois ont…

… généré 12 952 000 tonnes de déchets (12% de plus qu’en 2004)

… cela signifie plus de 1,7 tonne de déchets par personne

récupéré et/ou revalorisé 6 235 000 tonnes de déchets, soit 48% de la quantité totale de déchets produite (l’objectif du gouvernement du Québec était de 65% pour 2008).

Diapo 17 : Parlons des sacs en plastique



Saviez-vous que :

  • Au Québec seulement, 13 millions de sacs de plastique sont utilisés chaque semaine?

  • Entre 1,4 et 2,7 milliards des sacs en plastique auraient été utilisés au Québec en 2006 (plus de 350 sacs par personne) ? La plupart d’entre eux ne sont pas biodégradables et sont utilisés seulement 1 ou 2 fois avant d’être ensuite jetés ?
  • Le 01/01/2008, Huntingdon est devenue la première ville québécoise à interdire leur utilisation sur son territoire ?



Mise en situation : des sacs de plastique

Sensibiliser les élèves au nombre de sacs qu’on utilise lors d’une journée de courses. Ayez des enveloppes identifiées à un type de commerce (« Pharmacie », « Épicerie », « Marché », « Dépanneur », « Quincaillerie », etc.). Chaque enveloppe contient des sacs de plastique selon le commerce correspondant (n’oubliez pas les sacs transparents pour les fruits et légumes en vrac). Ayez un nombre de sacs suffisant pour les courses de la semaine. Distribuez ces enveloppes parmi les élèves. Simulez une journée d’achats (essentiels).
Ex : Je travaille du lundi au vendredi. Je choisis donc de faire toutes mes courses le samedi. Je me rends à la « pharmacie » (allez vers l’élève ayant cette enveloppe en sa possession) et j’achète du dentifrice et du shampoing. (Demandez à l’élève de vous emballer vos achats, c.a.d. ouvrir le sac. Passez le sac sur votre avant bras), Je me rends ensuite à l’épicerie et j’y achète… (même procédé. élève emballe. sac sur l’avant-bras). Au fur et à mesure que vous allez de commerce en commerce, vous accumulez des sacs sur votre bras. Enfin, vous arrivez à la maison et que trouvez vous accroché à votre boîte aux lettes? (Laissez les élèves répondre puis sortez un Publi-sac).
Montrez le nombre de sacs que vous avez accumulés. Spécifiez que vous avez acheté l’essentiel : pas de cadeau de fête, pas de décos de Noël, pas de nouveaux vêtements, pas de livres ou de matériel scolaire…
Demandez aux élèves ce que l’on peut faire pour éviter d’accumuler autant de sacs (réutiliser ces mêmes sacs, sac en plastique résistant ou en tissu, bacs de plastique, boîtes en carton) Attention : les sacs en papiers ne sont pas la meilleure solution. Ils génèrent plus de pollution en passant par l’usine de recyclage qu’en se décomposant dans les dépotoirs. Beaucoup de pollution énergétique.

Diapo 18 : Les déchets électroniques




Chaque jour, des appareils électroniques sont remplacés par des dispositifs plus rapides et plus petits. Pourtant, peu de ces produits sont recyclés une fois périmés. Il en résulte que des piles de déchets électroniques s'amoncellent dans les lieux d'enfouissement des quatre coins du Canada.



Ce qui préoccupe davantage, c'est que la plupart des produits électroniques renferment des substances toxiques, comme le plomb, le cadmium et le mercure. Ces métaux lourds et d'autres substances contenues dans ce matériel présentent des risques élevés pour la santé humaine et l'environnement s'ils ne sont pas convenablement gérés. Ces objets contiennent également des matériaux précieux, comme l'aluminium, des métaux ferreux et du cuivre, qui pourraient être recyclés. Toutefois, à cause d'un manque d'installations de recyclage des déchets électroniques au Canada, très peu sont récupérés.
Qu’est-ce qu’on peut faire ?

  • La première étape est simple : elle consiste à bien définir tes besoins. Pourquoi utilises-tu l’ordinateur? Quels logiciels te faut-il vraiment? Quelle vitesse et quel type de mémoire suffiront à tes besoins? Le superflu et les gadgets, tu oublies! Ensuite, porte une attention spéciale à l’étiquetage. Cherche, par exemple, le logo de l’efficacité énergétique

  • Demande-toi si ton ordinateur actuel est vraiment fini. Au lieu de le jeter, peux-tu faire des mises à jour ou ajouter des composants (disque dur, prises USB, etc.) pour augmenter son efficacité? Penses-y!

  • Sinon, évalue la possibilité de te procurer un ordinateur usagé, qui répond à tes besoins.

  • Tu as un nouvel ordi et tu ne sais pas trop quoi faire avec l’ancien? Offre-le à tes amis, peut-être en ont-ils besoin. Sinon, informe-toi auprès des organismes communautaires de ta région. Plusieurs d’entre eux offrent un service de collecte de meubles, d’électroménagers et d’ordinateurs usagés. Ils seront par la suite redistribués aux gens qui sont dans le besoin.

  • Pourquoi jeter ton ordinateur et ses accessoires, quand tu peux les recycler? Informe-toi auprès des fabricants de produits électroniques ou auprès d’organismes qui récupèrent le matériel informatique.

  • Les composants informatiques ne peuvent pas toujours être recyclés, mais ce n’est pas une raison pour les gaspiller en les incinérant ou en les enterrant! Certaines pièces (comme le boîtier en plastique) sont combustibles, autrement dit : elles peuvent servir à produire de l’énergie. Les usines ont donc la possibilité de brûler ces pièces dans des installations capables de nettoyer les gaz de combustion. Voilà comment ton vieil ordinateur peut servir à produire de l’énergie!

Diapo 19 : La biodégradation




Il existe de nombreuses techniques pour utiliser la dégradation telles le compost, favorable à la culture, ou le biogaz, source d'énergie. Pour cela il convient dans un premier temps d'être attentif au tri des matières à utiliser, et dans un deuxième temps de se munir d'un équipement pour broyer, compacter et aérer ces produits.



La biodégradabilité permet par essence, la décomposition de produits d'origines diverses en substances non polluantes, présentes à l'état naturel. Cependant les micro-organismes sont incapables de décomposer un grand nombre de substances très toxiques issues des activités humaines, tels les métaux lourds, les pesticides ou les herbicides.
Enfin, il ne faut pas croire que parce qu'un matériau est biodégradable il est écologique... Par exemple on a des matériaux issus de maïs qui sont très gourmands en eau, voire transgéniques. Dans la même idée, des produits biodégradables issus du pétrole, sont issus d'une ressource non renouvelable.

Diapo 20 : Activité sur la biodégradation



15 objets sont apportés en classe (papier essuie-tout, couche jetable, verre de polystyrène, chaussette de laine, papier, pelures d’orange, chewing gum, carton de lait, bouteille de plastique, chaussure de cuir, tissu en nylon, boîte de conserve, canette d’aluminium, sac de plastique, bouteille de verre).
15 élèves se verront attribuer un objet ; ils/elles devront, avec l’aide de leurs collègues de classe, disposer les objets en ordre croissant, allant de celui qui met le moins de temps à celui qui met le plus de temps à se biodégrader.

Diapo 21 : Retour sur l’activité




Produit

Temps de dégradation







Kleenex
Papier

3 mois
2 à 5 mois

Pelures d'orange ou trognon de pomme

6 mois

Chaussette en laine

1 à 5 ans

Chewing-gum

5 ans

Briques de lait (plastique+carton)

5 ans

Chaussures en cuir

25 à 40 ans

Tissu en nylon

30 à 40 ans

Boîte de conserve

50 à 100 ans

Canette en aluminium

80 à 100 ans

Sac plastique

450 ans

Bouteille en plastique
Couche jetable
Verre de polystyrène
Bouteilles en verre

450 ans
500 ans
1000 ans
1 million d'années

Diapo 22 : Mais comment ces produits peuvent-ils connaître une deuxième vie ?



Kleenex : Les produits à usage unique ont une durée de vie très courte et sont souvent ni recyclables ni réutilisables. Passez du mono-usage au durable. Privilégiez l’usage d’objets durables : mouchoirs en tissu, rasoirs rechargeables, lingettes en tissu, piles rechargeables, etc..
Papier : Chaque tonne de papier récupérée permet d’éviter la coupe d’environ 17 arbres. Utilisez du papier 100% recyclé post-consommation et recyclez-le!
Pelure d’orange ou de pomme : Les matières organiques constituent au moins 40% de nos déchets domestiques. Compostez vos restants de table : c’est facile, même en ville!
Chaussette en laine, Chaussure en cuir et Tissu de nylon  : Les vêtements et textiles achetés à chaque année par la population du Québec représentent une montagne d’environ 180 000 tonnes. Visitez les friperies et les ressourceries qui donnent une seconde vie aux vêtements, permettent de faire des économies et favorisent la réduction des déchets.
Chewing-gum : Puisqu’il est difficile de le recycler ou de le réutiliser, pourquoi ne pas tout simplement en réduire notre consommation ?
Carton de lait : Favoriser le recyclage.
Boîte de conserve : Favoriser le recyclage ou la valorisation (s’en servir pour le transformer en porte-crayon ou en boîte pour ranger les vis…!).
Cannette en aluminium : Pour fabriquer un vélo de poids moyen de 8 kg, 400 canettes seront nécessaires. Recyclez ! Une canette d'aluminium peut être recyclée à l'infini sans perdre ses propriétés.
Sac de plastique : Faites vos emplettes avec des sacs réutilisables. Utilisés sur une base régulière, ce sont des dizaines voire des centaines de sacs qui seront détournés de l’enfouissement.
Bouteille en plastique : Rapportez vos contenants consignés chez le marchand. Au travail et à l’école, comme à la maison, utilisez des verres et des tasses durables et mettez à la récupération les autres contenants recyclables. Pensez à utiliser des carafes d’eau pour vos réunions.
Couche jetable : Pour un seul enfant (entre zéro et deux ans et demi) plus de 6000 couches sont jetées aux ordures ménagères. Utilisez des couches lavables qui exigent peu de matières premières et consomment de deux à trois fois moins d'eau que les couches jetables.
Verre de polystyrène : Le polystyrène, ou plastique numéro six, n’est pas recyclé au Québec. Une seule usine de recyclage du polystyrène existe au Canada. Elle est située à Mississauga, près de Toronto, en Ontario. Un éventuel transport vers cette usine serait peu efficace et coûteux à cause de la faible densité du polystyrène expansé. Avant de penser au recyclage, il est plus efficace de penser à réutiliser (dans ce cas-ci, réutilise ta tasse).
Bouteille de verre : Jeté, le verre occupe de l’espace dans les lieux d’élimination et y demeurera à jamais. Réutilisez-le ou recyclez-le! L’une des propriétés du verre est de se recycler à l’infini.

Diapo 23 : Recyclage = transformation





Les matériaux recyclés…

sont transformés en:

CAOUTCHOUC

Agendas, étuis et porte-documents, …

CARTON

Boîtes de carton, papier brun, …

ACIER

Pièces de moteur, outils, boîtes de conserve, …

ALUMINIUM

Canettes, meubles de jardin, …

PAPIER JOURNAL

Boîtes à œufs, isolants à fruits, litière pour animaux, …

PLASTIQUES

Vêtements de polar, jouets, cassettes vidéo et audio, baignoires, …

VERRE

Contenants type bouteille, pots et matériaux de fibre de verre, …



Diapo 24 : La consommation responsable : une alternative



Nous vivons dans une société de surconsommation, mais il y a moyen de faire autrement….

Diapo 25 : Qu’est-ce que la consommation responsable ?



C’est vrai que les prix et la qualité sont importants, mais c’est aussi une question d’effets sociaux et environnementaux. Parce que nous prenons conscience que nos choix de consommation ont une influence sur le monde qui nous entoure. On devient consommateur responsable lorsqu’on s’informe et on se sensibilise à des réalités : on passe à l’action.
Pour consommer de façon responsable, il est aussi important d’apprendre à consommer selon ses besoins. Pour nous, Occidentaux, ceci implique nécessairement de consommer moins. Notre rythme de consommation est la source de la production d’un nombre incalculable de déchets annuellement, ce qui accentue le phénomène du réchauffement de la planète (par les émanations de gaz à effet de serre).
Enfin, la consommation responsable, ça veut aussi dire consommer moins d’énergie. Pourquoi ne pas se faire sécher les cheveux à l’air libre plutôt que d’utiliser un séchoir ? Pourquoi utiliser la climatisation de la voiture quand on pourrait tout simplement ouvrir la fenêtre ? Ce sont des petits gestes qui font toute la différence !

Diapo 26 : Et moi ? Qu’est-ce que je peux y faire ?



Demander aux élèves ce que le dessin leur inspire.
On a souvent l’impression qu’on est trop petits pour changer les choses telles qu’elles sont: que nos gestes ne sont qu’une goutte d’eau dans un océan. Pourtant, il ne faut pas se décourager, parce que si chacun fait des petits gestes tous les jours, c’est là qu’un grand changement survient.
Nous te proposons maintenant des pistes d’actions concrètes

(Pour les diapositives suivantes, toujours demander aux élèves s’ils ont des exemples.)

Diapo 27 : Connaissez-vous bien les 3RV ?



Attention : avant de recycler, il y a d’autre étapes à franchir. Connaissez-vous les 3R? On doit tout d’abord essayer le plus possible de RÉDUIRE notre consommation. Ensuite RÉUTILISER. Ce n’est que quand on n’a pas d’autre choix qu’on RECYCLE. Recycler, ça pollue puisque nos matières doivent être traitées dans des usines. Par contre, on peut faire quelque chose de nouveau en bout de ligne et on n’accumule pas de déchets dans nos dépotoirs.

Demander aux jeunes s’ils peuvent fournir des exemples…

Diapo 28 : Transport



Nous avons vu que nous avons des besoins essentiels à combler. Nous pouvons le faire de façon plus responsable, en faisant attention à notre environnement, à notre santé, et aux droits humains.
Tu peux choisir un mode de transport écologique: vélo, marche, patin, etc.

Le transport en commun ou le covoiturage…

Diapo 29 : Alimentation



Choisir des produits locaux : ce sont ces produits qui correspondent le mieux à nos besoins nutritionnels. Aussi, leur transport est limité, donc, moins de pollution. Faire pousser ton jardin l’été! Ou avoir des pousses dans ta cuisine (tournesol, radis) et des germinations (lentille, luzerne). Il y a aussi les paniers de produits locaux (explications…) et biologiques (aliments…définitions).

Diapo 30 : Vêtements



Conserver plutôt que consommer.

Faire des achats durables: qualité, goût, facilité de réparation.

Donner une 2e vie aux vêtements (les donner, acheter usagé, recycler).

Fabriquer ses vêtements à partir de tissus récupérés, réparer ses vêtements, ou leur donner un nouvel usage (exemple de sacoche en pantalon jean).

Acheter des vêtements « éthiques ».

Diapo 31 : Tourisme responsable



C’est de privilégier une approche beaucoup plus sociale à la culture visitée. Par exemple, préférer les petites auberges, aux grands centres de villégiature. Échanger avec la population locale plutôt que de suivre des parcours tout tracés avec un groupe de touristes. Localement, faire des excursions en prenant soin de respecter l’environnement, ne pas abîmer la nature lorsque nous partons en forêt, partir en canot plutôt qu’en bateau moteur, etc.
Exemple (faire comparaison avec tourisme international):

Si je vous invite tous chez moi pour un party, mais personne ne prend le temps de jaser avec moi. Vous dévalisez mon frigo, vous ne m’aidez pas à faire la vaisselle ni le ménage. Est-ce que c’est agréable pour moi? Est-ce que j’aurai envie de vous inviter à nouveau? Je vous donne une deuxième chance et deux semaines plus tard je vous invite de nouveau. Cette fois-ci chacun d’entre vous apporte un petit quelque chose, on jase après le repas, certains ont apporté de la musique, d’autres lavent la vaisselle, d’autres restent pour m’aider à faire le ménage. Laquelle des deux situations a été la plus agréable pour moi en tant que votre hôte?

Diapo 32 : Médias d’information



Consommer de façon responsable c’est aussi consommer l’information qu’on nous offre tous les jours de façon critique et responsable! C’est pourquoi on doit être à la recherche d’informations, varier ses sources, et privilégier les médias indépendants.
Rappelons que les médias d’information forgent l’opinion publique en ce qui a trait, entre autres, à la politique, à l’économie et/ou à la société. Si plusieurs médias choisissent de diffuser les mêmes informations et les mêmes analyses, le public se retrouve contraint à se bâtir une opinion basée sur des informations qui se ressemblent et qui n’offrent pas toujours une diversité de points de vue sur les événements de l’actualité.
Mise en situation :

Je veux m’informer de façon responsable. Je regarde donc 2 postes de télé (TVA, TQS), je lis trois journaux différents que j’emprunte ici et là (Journal de Montréal, Journal de Québec, Calgary Sun), je lis le 7 jours et le Lundi. Me suis-je bien informé? Ai-je varié mes sources?

Exemple d’un empire médiatique important au Canada: Québécor Inc. Il possède plusieurs quotidiens : Le Journal de Montréal, Le Journal de Québec, The Ottawa Sun, The Toronto Sun, The London Free Press, The Winnipeg Sun, The Edmonton Sun, The Calgary Sun. Il possède aussi : TVA, TQS, LCN, TV Hebdo, 7 jours, le Lundi, les magasins Archambault, le Club Vidéotron


Diapo 33 : En résumé…



Faire lire chacun des énoncés par un élève…

Diapo 34 : Réseau In-terre-Actif



Parler du site In-Terre-Actif.




similaire:

Consommation responsable – Secondaire Actualisé Diapo 1 : Pour une consommation responsable iconCritique 183: Une analyse étrange du lien existant entre la consommation...
«modérés» réduisent-ils leurs risques de mortalité ? Un examen systématique, une méta-analyse de la consommation d’alcool et de la...

Consommation responsable – Secondaire Actualisé Diapo 1 : Pour une consommation responsable iconSignature du N+1 ou du responsable

Consommation responsable – Secondaire Actualisé Diapo 1 : Pour une consommation responsable iconResponsable Technique et administratif

Consommation responsable – Secondaire Actualisé Diapo 1 : Pour une consommation responsable iconActos responsable de cancer de la vessie

Consommation responsable – Secondaire Actualisé Diapo 1 : Pour une consommation responsable iconArchéologue territorial – Responsable d’opération

Consommation responsable – Secondaire Actualisé Diapo 1 : Pour une consommation responsable iconGuide à l’intention des organisateurs d’événements avec alcool à l’Université de Montréal
«Le permis de réunion autorise, pour une période déterminée par la Régie, la vente ou le service de boissons alcooliques, sauf la...

Consommation responsable – Secondaire Actualisé Diapo 1 : Pour une consommation responsable iconOffre d'emploi Adjoint au responsable du Pôle Espoir Rugby de Talence

Consommation responsable – Secondaire Actualisé Diapo 1 : Pour une consommation responsable iconBost Frédéric, professeur d’eps evariste Galois, responsable de la section sportive Basket

Consommation responsable – Secondaire Actualisé Diapo 1 : Pour une consommation responsable iconFuites urinaires de la sportive : un problème tabou pourtant si fréquent
«crunchs» par exemple, peut être aussi responsable d’une hyperpression abdominale donc de fuites urinaires

Consommation responsable – Secondaire Actualisé Diapo 1 : Pour une consommation responsable iconUsage du produit Consommation annuelle envisagée








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com