Sommaire








télécharger 54.08 Kb.
titreSommaire
date de publication03.04.2018
taille54.08 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > loi > Documentos
Règlement Championnat de France

SOMMAIRE




La participation au championnat 1

La constitution des équipes 1

A qui s’adresse le championnat Sport Partagé tennis de table ? 1

Le profil des élèves en situation de handicap 1

Les enjeux de la mise en œuvre d’aménagements sportifs 2

Les constats à l’origine de cette démarche 2

Préserver l’équité sportive 2

Les aménagements sportifs 3

Le tennis de table 3

La définition des handicaps et incidences sur la pratique du tennis de table 3

LES ATTEINTES MOTRICES 3

LES ATTEINTES COGNITIVES 6

Le système de compensation de points 7

Le règlement 7

Les aménagements du milieu sportif 7

Comment définir la compensation de points de l’élève en situation de handicap ? 9


La participation au championnat

La constitution des équipes


Historiquement, les équipes participant au challenge Sport Partagé de tennis de table se constituaient via un conventionnement entre deux structures, soit un établissement ordinaire et une structure spécialisée. Aujourd’hui, avec la loi du 11 février 2005 et son incidence sur la scolarisation des élèves en situation de handicap au sein des établissements ordinaires, les équipes peuvent se constituer avec des élèves scolarisés au sein d’une même structure.

A qui s’adresse le championnat Sport Partagé tennis de table ?


Ce championnat réserve deux places par équipe aux élèves en situation de handicap. Ces derniers ne peuvent pas pratiquer au sein de l’offre sportive UNSS traditionnelle, ou difficilement, et nécessitent d’avoir une pédagogie particulière, adaptée, pour pouvoir pratiquer une activité physique et sportive (APS). Ainsi, ces élèves à besoins sportifs particuliers conduisent les enseignants d’EPS à adopter une démarche pédagogique particulière visant à adapter les règlements sportifs, le matériel et les contenus aux caractéristiques et aux ressources mobilisables par chacun d’entre eux.

Le profil des élèves en situation de handicap


Les élèves concernés par ce profil doivent impérativement avoir une reconnaissance MDPH. Les profils dans le tableau ci-dessous ne mettent en avant que les capacités motrices, sensorielles ou mentales des élèves. La composante technique propre à la discipline du tennis de table ne doit pas rentrer en compte dans l’établissement du profil de l’élève.

http://unss.org/wp-content/uploads/2012/11/capture-d%e2%80%99%c3%a9cran-2012-11-30-%c3%a0-22.31.58.png

Pour les élèves en situation de handicap mental (profils E, F, G), deux tests seront effectués afin de définir leur profil sportif.

Le test de motricité fine : échelle de 0 à 4

► Renvoi d’une balle  en situation de tennis de table

Le test de mobilité : échelle de 0 à 4

► Lancer à la main une balle à droite et à gauche (coordination haut et bas du corps)

Les élèves ne répondant pas aux profils décrits dans le tableau ci-dessus, ne peuvent pas occuper les deux places réservées aux sportifs en situation de handicap. S’ils souhaitent s’inscrire dans ce programme, ils se verront orientés vers les deux places « valides ».

Les équipes ne pourront pas être composées de plus d’un élève  ayant un profil D, G ou H, c'est-à-dire étant autorisé à recevoir une compensation de points < ou égale à 1 (cf. tableau des compensations de points ci-après)

Les enjeux de la mise en œuvre d’aménagements sportifs

Les constats à l’origine de cette démarche


Les différents challenges « sport partagé » ont fait apparaitre des niveaux très hétérogènes entre les élèves dits en situation de handicap. Cette différence est bien sûr due au niveau sportif proprement dit (vécu dans l’activité, compétences propres…) mais surtout au niveau de handicap de chaque personne. Il en résulte une équité sportive pas toujours préservée.

Préserver l’équité sportive


Les modalités de victoire dans le sport sont implicitement jumelées aux ressources mobilisées pour obtenir la victoire. Si le handicap influe sur l’une de ces ressources, l’élève en situation de handicap possède-t-il alors la même égalité des chances que ses adversaires pour obtenir la victoire ? Comment assurer, dès lors, « l’égalité des chances », fondement sur lequel repose la pratique d’une discipline sportive telle que le tennis de table?

La philosophie qui anime ce règlement « sport partagé » repose ainsi sur l’idée que tous les sportifs doivent avoir les mêmes chances de remporter la victoire. La CMN « sport partagé » a donc travaillé sur une compensation de points afin de garantir plus d’équité sportive.

Les aménagements sportifs


Avant de proposer une adaptation quelle qu’elle soit, il nous a semblé indispensable de définir les différents handicaps ainsi que leur répercussion sur la pratique du tennis de table.

Le tennis de table


Sa logique interne

Le tennis de table est un affrontement duel où il s’agit de frapper une balle avec une raquette, en ayant comme but d’atteindre une cible horizontale (le camp adverse) après avoir franchi ou contourné une cible verticale (le filet). Pour marquer le point, le joueur cherche à réduire les incertitudes produites par l’adversaire et tend à augmenter les siennes.

Ressources mobilisées

Au sein de cette activité, l’élève est confronté à des situations de choix stratégiques de gestion du temps et de l’espace, choix à reconstruire et à adapter pratiquement à chaque frappe dans une simultanéité des actions d’attaque et de défense. Ce jeu  lie ainsi  intimement,  les aspects techniques, tactiques, physiques et mentaux dans un contexte de pression et d’urgence temporelle, imposant une importante vitesse de réaction.

La définition des handicaps et incidences sur la pratique du tennis de table

LES ATTEINTES MOTRICES


Dans cette partie nous avons tenté de définir différents handicaps. Cette liste n’est pas exhaustive et n’est qu’une indication afin de vous aider à choisir le profil qui correspond le mieux au sportif. Toutefois, pour un handicap qui n’apparaîtrait pas  ci-dessous, le sportif trouverait quand même sa place dans les profils évoqués. Pour cela, vous devez évaluer si la déficience atteint un, deux, trois ou quatre membres.

LES SPORTIFS DE PROFIL A


Essai de réponse sur le profil du sportif

ATTEINTE SUR 3 ou 4 MEMBRES (2 membres inférieurs et 1 membre supérieur, 2 membres inférieurs et 2 membres supérieurs, 1 membre inférieur et 2 membres supérieurs)

  • Ä Tétraplégie (2 membres supérieurs et 2 membres inférieurs atteints)

Le terme de tétraplégie est habituellement réservé aux paralysies qui résultent de lésions de la moelle épinière. Elles peuvent être complètes (paralysie totale) ou incomplète. Les paralysies constituent la partie la plus évidente du handicap, mais les troubles associés peuvent exister. La tétraplégie est une atteinte des quatre membres

  • Ä Les handicaps neurologiques évolutifs (3 à 4 membres atteints)

Toutes ces maladies (myopathies, amyotrophies spinales…) sont évolutives à des degrés très divers et la pratique sportive se doit d’être accompagnée de certaines limites médicales. Plus particulièrement, la myopathie est une atteinte directe d’un des constituants du muscle et se traduit par une dégénérescence du tissu musculaire (faiblesse voire paralysie). L’évolution de cette maladie est progressive (un sportif possédant cette pathologie pourra se situer dans les profils A, B ou C en fonction de l’évolution de la maladie)

  • Ä L’infirmité motrice cérébrale  touchant 3 à 4 membres avérés

Il s’agit d’une déficience neurologique centrale. Il en résulte un handicap moteur, qui associe à des degrés divers, des troubles de la posture et du mouvement. Il s’agit plus de troubles de la commande motrice et de la régulation automatique des mouvements que de paralysie.

Comment situer l’impact du handicap sur la pratique sportive?

Le haut du corps

De par le manque de certains muscles du bras, le pongiste aura une réelle difficulté, même impossibilité dans certains cas, à réaliser des enchaînements précis et réguliers en coup droit comme en revers. Le poignet étant « bloqué » à 80 %  (orthèse permettant de tenir la raquette attachée au poignet), cela limitera la création « d’effets » dans divers compartiments du jeu (services, démarrage en particularité).

Le bas du corps

De plus, les déplacements seront ralentis soit par l’utilisation d’un fauteuil manuel ou électrique soit par une difficulté avérée en station debout. Le joueur de tennis de table pourra alors couvrir un champ plus restreint de la table de jeu.

LES SPORTIFS DE PROFIL B


Essai de réponse sur le profil du sportif

ATTEINTE SUR 2 MEMBRES (2 Membres supérieurs, 1 membre inférieur et 1 membre supérieur ou 2 membres inférieurs)

  • Ä Paraplégie (2 membres inférieurs touchés)

Le terme de paraplégie est habituellement réservé aux paralysies qui résultent de lésions de la moelle épinière. Elles peuvent être complètes (paralysie totale) ou incomplète (utilisation des jambes pour réaliser un appui sur le fauteuil par exemple). Les paralysies constituent la partie la plus évidente du handicap, mais les troubles associés peuvent exister. La paraplégie est une atteinte sur les membres inférieurs

→  « basse » : les deux membres inférieurs sont paralysés, mais l’équilibre du tronc est bon, ce qui  donne une bonne aisance en fauteuil.

→ « haute » : les conséquences sont une paralysie au niveau des membres inférieurs mais aussi des muscles lombaires et abdominaux, ce qui rend l’équilibre du tronc en fauteuil plus difficile.

  • Ä L’hémiplégie (1 membre supérieur et 1 membre inférieur touchés)

La paralysie concerne le côté droit ou le côté gauche, par atteinte de l’encéphale du côté opposé à l’hémiplégie. Elle est habituellement incomplète et prédomine à l’extrémité des membres. Le membre supérieur est souvent le plus déficitaire. L’hémiplégie s’accompagne toujours de troubles du tonus musculaire et souvent de spasticité.

  • Ä L’infirmité motrice cérébrale  touchant 2 membres avérés

Il s’agit d’une déficience neurologique centrale. Il en résulte un handicap moteur, qui associe à des degrés divers, des troubles de la posture et du mouvement. Il s’agit plus de troubles de la commande motrice et de la régulation automatique des mouvements que de paralysie.

  • Ä Les handicaps orthopédiques sur 2 membres

Les sportifs peuvent être amputés (traumatiques ou suite au traitement d’une pathologie) ou atteints d’agénésie (défaut de développement d’un ou plusieurs membres pendant la grossesse). L’ablation d’une partie du corps peut gêner l’équilibration du tronc.

Comment situer l’impact du handicap sur la pratique sportive?

Paraplégie basse et haute

Les mouvements du tronc favorisant une meilleure couverture de la table, une haute instabilité (due au manque de muscles lombaires et abdominaux) va entraîner une réduction des possibilités techniques du pongiste.

De plus, une balle avec un rebond court pourra mettre directement la personne en difficulté car :

- l’amplitude mobilisable pour aller chercher une balle sera restreinte due à l’utilisation du fauteuil

- de plus, pour les joueurs atteints d’une paraplégie haute, ils ne pourront pas se redresser facilement par manque des muscles de la ceinture abdominale et des lombaires.

Handicap des membres supérieurs et inférieurs

- Le sportif atteint d’hémiplégie reste souvent gêné dans la pratique sportive (à des degrés très variables), par l’asymétrie de ses possibilités physiques et une forte spasticité (hypertonie musculaire).

- Les Infirmes Moteurs Cérébraux quant à eux peuvent être en difficulté lors d’un échange long car leur temps de réaction peut être sensiblement ralenti.

- Enfin, Pour les personnes dont l’atteinte est en même temps sur les membres supérieurs et inférieurs, l’équilibration est la plus grande difficulté dans la pratique. Les déplacements seront donc leurs plus grosses problématiques.

LES SPORTIFS DE PROFIL C


Essai de réponse sur le profil du sportif

ATTEINTE SUR 1 MEMBRE JOUANT

  • Ä Les handicaps orthopédiques sur 1 seul membre

Les sportifs peuvent être amputés (traumatiques ou suite au traitement d’une pathologie) ou atteints d’agénésie (défaut de développement d’un ou plusieurs membres pendant la grossesse). L’ablation d’une partie du corps peut gêner l’équilibration du tronc.

  • Ä Les handicaps neurologiques d’origine périphérique qui atteint un seul membre

Ces affections touchent le neurone moteur périphérique, qui, sur la voie motrice volontaire, peuvent atteindre de façon variée les quatre membres et le tronc. La paralysie engendrée peut-être due à des causes diverses : traumatique, virale, toxique, auto-immune…

Comment situer l’impact du handicap sur la pratique sportive?

Handicap d’1 membre supérieur

- Si le handicap atteint le bras jouant (ex : amputation, déformation) quelques contraintes techniques limiteront les possibilités motrices du sportif (amplitude du bras moindre, difficultés pour mettre des effets dans la balle…).

Handicap d’1 membre inférieur

 

- Si le handicap est sur une partie basse du corps, les déplacements seront plus lents et l’amplitude de table que le joueur pourra couvrir sera moindre. Les déplacements sont donc les plus grosses problématiques posées à ces sportifs, surtout dans les enchainements.

LES SPORTIFS DE PROFIL D


Essai de réponse sur le profil du sportif

ATTEINTE SUR 1 MEMBRE NON JOUANT et SURDITE

Handicap du membre supérieur qui ne tient pas la raquette

- Si le handicap est atteint sur le bras non jouant (ex : amputation, déformation) quelques contraintes techniques limiteront les possibilités (notamment au service).

Les sourds

Il s’agit d’une diminution du champ auditif en quantité (intensité) et en qualité (fréquence). Le message sonore est perçu faiblement et déformé, peu méconnaissable.

(Un audiogramme devra être fourni lors de l’inscription).

Comment situer l’impact du handicap sur la pratique sportive?

Les Sourds

Malgré des aptitudes cardio-vasculaires et musculaires intactes, la surdité constitue un réel handicap, en particulier pour l’apprentissage du geste sportif mais aussi pour la pratique en compétition (pas de repères sonores de l’impact de la balle sur la raquette…).

Handicap du membre supérieur qui ne tient pas la raquette

Des adaptations seront vite mises en place par ces sportifs (comme de lancer la balle au service avec la main tenant la raquette). Dans les autres phases de jeu, aucune adaptation spécifique ne sera nécessaire.

LES ATTEINTES COGNITIVES


Essai de réponses sur les 3 niveaux de la Fédération Française du Sport Adapté. Ici la classification est réalisée selon le savoir-faire du sportif en tennis de table, sans le stigmatiser à son simple handicap mental (Retard Mental Léger, Retard Mental Moyen ou autres).

LES SPORTIFS DE PROFIL E


Essai de réponses sur le profil du sportif

Types d’établissements : ULIS, IME, IMP et IMPro.

Joueur ou joueuse qui est dans la remise en jeu de la balle, avec pas ou peu de stratégie. Il participe déjà à des compétitions FFSA en D3.

LES SPORTIFS DE PROFIL F


Essai de réponses sur le profil du sportif

Types d’établissements : UPI, IME, IMP et IMPro.

Joueur ou joueuse qui commence à mettre en place des stratégies simples (droite/gauche) suivant le placement de l’adversaire. Il a des difficultés dans la lecture des effets et a encore du mal dans la synchronisation et la coordination du service (lancer la balle, attendre la descente puis frapper la balle).

Il participe déjà à des compétitions FFSA en D2.

LES SPORTIFS DE PROFIL G


Essai de réponse sur le profil du sportif

Types d’établissements : ULIS, IME, IMP et IMPro.

Joueurs ou joueuses avec un bon niveau de jeu, souvent inscrits dans un club FFTT (classé ou non) et participant à des compétitions. Ils ont une gestuelle adaptée, un service règlementaire et met en place des stratégies. Il participe déjà à des compétitions FFSA en D1.

Comment situer l’impact du handicap sur la pratique sportive?

Ces sportifs peuvent présenter des difficultés lors de la prise d’information dans des situations de jeu trop rapides ou trop variées. Le jeu a tendance à être stéréotypé avec une variété de coup restreinte ou peu adapté à la situation. Cependant, dans le cadre du sport intégré les difficultés seront partiellement compensées par une pratique régulière de l’activité.

Le système de compensation de points


Pour répondre à ces besoins sportifs particuliers, identifiés en fonction des différents handicaps, nous avons mis en place une grille de compensation de points.

La compensation de points est définie avant la compétition, et est applicable pour chaque affrontement :

- entre un élève en situation de handicap et un élève valide (ce cas ne peut s’envisager que sur le simple fille)

- entre deux élèves en situation de handicap

Pour évaluer la compensation de points lorsque deux élèves se rencontrent, il faut effectuer la démarche suivante :

- si un élève de profil A rencontre un élève de profil G, le score au départ sera de 6 -1, que l’on ramènera à 5-0 au début de la rencontre.

- Si un élève de profil F rencontre un élève de profil D, le score de départ sera de 4-1, que l’on ramène à 3-0.

- si une fille de profil B rencontre une fille valide, le score de départ sera de 4-0.

Cette compensation s’effectue à chaque manche de la partie.

Ces points de compensation sont mis à la disposition des élèves et chaque sportif a libre court pour les utiliser ou non au début de la rencontre.

Le règlement


Le service se fait par tirage au sort avant le début de la rencontre. Celui qui gagne choisit s’il commence ou non à servir.

Les élèves classés au sein de la FFTT (Fédération Française de Tennis de table), ne peuvent pas participer aux championnats nationaux UNSS « sport partagé » des collèges et des lycées.

Les aménagements du milieu sportif


EN SIMPLE

Pour les élèves en situation de handicap moteur http://unss.org/wp-content/uploads/2012/11/capture-d%e2%80%99%c3%a9cran-2012-11-30-%c3%a0-22.35.21.png


Le service

- interdiction d’effectuer un service court (pas d’effets « rétro » et la balle doit sortir de la table si on laisse plusieurs rebonds) face à un élève en fauteuil. Si tel est le cas, le service est à remettre.

- le service doit s’effectuer dans l’axe de la table lorsque l’on joue face à un élève en fauteuil (la balle ne doit pas sortir sur les côtés après un ou plusieurs rebonds). Si tel est le cas, le service est à remettre.

L’appui sur la table

- Les élèves en fauteuil ou à mobilité réduite (élève ayant un handicap avéré sur au moins un des membres inférieurs) peuvent prendre appui sur la table pour se rééquilibrer après une action de jeu.

- les élèves « debout » sans stabilité complète peuvent prendre appui sur la table si nécessaire.

Pour les élèves en situation de handicap mental

Aménagements des règlements selon les niveaux D1

Pas d’aménagement spécifique, c’est l’application stricte du règlement FFTT.

Aménagements des règlements selon les niveaux D2

Dérogation acceptée : la balle doit décoller verticalement de la paume de la main, mais pourra être frappée même si elle n’atteint pas 16 cm ou le sommet de sa trajectoire.

Aménagements des règlements selon les niveaux D3

Pour le pongiste qui ne sait pas effectuer le service de manière traditionnelle, un rebond préalable sur sa demi-table est autorisé avant la frappe sur la demi-table adverse. Ce rebond ne pourra s'effectuer que sur une zone de service d'une largeur de 20 cm devant la ligne de fond de la table. Le début de service est dans tous les cas le même qu'en DI, la balle repose sur la paume de la main afin d'éviter la négociation d'une hauteur de rebond permettant d'effectuer une frappe directe. Sous cette forme, le service doit être une simple remise en jeu et non pas une balle trop difficile à ramener et/ou qui donne le point directement. Dans ce cas le service est à remettre.

EN DOUBLE

Pour les élèves en situation de handicap moteur 

- Il n’y a pas d’application de la règle d’alternance si l’équipe se compose d’un élève en fauteuil, mais interdiction pour le même joueur de toucher plus de deux fois de suite la balle.




Comment définir la compensation de points de l’élève en situation de handicap ?


Les responsables d’équipes

Il incombe aux responsables d’équipes, qui encadrent les sportifs toute l’année, de définir le profil des sportifs qui correspond. Cependant, devant la nouveauté de ce dispositif et la volonté que toutes les équipes « jouent le jeu », nous avons décidé la création d’une commission « CMN – sport partagé », qui agira à deux moments distincts lors des compétitions.

La commission « CMN – sport partagé »

Une commission se réunira sur les championnats nationaux « sport partagé ». Elle se composera de membres de la CMN « sport partagé », ainsi que d’un expert Handisport et d’un expert Sport Adapté.

En amont du championnat

La commission « CMN – sport partagé » se tiendra à votre disposition à l’accueil des équipes, la veille au soir du championnat.  Ainsi, pour tout responsable d’équipe ayant des difficultés pour établir le profil d’un sportif de son équipe, il pourra s’entretenir avec la commission « CMN – sport partagé » pour l’accompagner dans cette démarche.

Pendant les championnats

Aucune réclamation par une équipe participant au championnat ne sera autorisée pendant celui-ci. Une vérification concernant le respect du règlement et notamment sur les profils déclarés de sportifs sera effectuée par la commission « CMN – Sport partagé » et sera valable pour toute la durée du championnat.

similaire:

Sommaire iconLe catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur "International"...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconLa Ville est partenaire de Suivez le Phil, une émission radio qui...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com