Ce cours sert à nous présenter les métiers, trouver un stage, rédiger un cv, lettre de motivation IL ne faut pas être trop exigeant au départ, l’orientation








télécharger 117.88 Kb.
titreCe cours sert à nous présenter les métiers, trouver un stage, rédiger un cv, lettre de motivation IL ne faut pas être trop exigeant au départ, l’orientation
page2/3
date de publication03.04.2018
taille117.88 Kb.
typeCours
p.21-bal.com > loi > Cours
1   2   3

Croissance d’en moyenne ¼ tous les ans entre 1906 (2000 personnes) et 1960 (25000). A partir de là, la tendance s’inverse et les effectifs diminuent pour atteindre à peine 16000 au début 1980’s. L’arrivée de la télévision explique ce changement, et les effectifs de la télé croissent de manière spectaculaire. Aujourd’hui la télé recrute deux fois plus que le cinéma. A partir 1990’s, la situation des intermittents se dégrade.
Les coulisses des tournages

Un travail d’équipe (principe du « collectif de travail ») où chacun remplit une fonction interdépendante des autres
Des enjeux relationnels
Une hiérarchie implicite des statuts et des privilèges (le tournage est une phase très normée et encadrée où chaque filière de métiers est hiérarchisée (chef décorateur, chef ingénieur son, chef opérateur, chef costumier))
Une logique de création sous contrainte financière (va et vient entre le cadre du tournage et l’industrie) dont l’aboutissement est marqué par des fortes incertitudes
Une logique de compagnonnage
Des métiers qui fonctionnent selon une logique de projet (hyper flexibilité contractuelle de l’emploi)
Un travail intermittent : les ¾ des individus ayant participé à la réalisation d’un film au cours des cinq dernières années n’ont participé qu’à un seul film (moins de 11% des intermittents ont travaillé sur au moins 4 films)
Une tension monde technologique-bricolage
Profil et évolution de l’emploi dans les industries culturelles

L’emploi dans les fonctions culturelles occupe un peu plus de 315 000 personnes en France (soit 1.4% de l’emploi total (+ 74% entre 1982 et 1999))
Près de la moitié de ces emplois sont exercés par des diplômés de l’enseignement supérieur (le niveau d’études générales des artistes et techniciens du spectacle est beaucoup plus élevé que la moyenne des actifs, puisque près des deux tiers d’entre eux sont titulaires d’un diplôme de niveau bac +2 ou plus)
Les fonctions culturelles sont inégalement réparties sur le territoire (hypertrophie de la région francilienne)
Le contrat à durée déterminée concerne un emploi sur cinq au tournant du siècle
Le nombre d’artistes et de techniciens intermittents a augmenté de plus de 5% tous les ans entre la fin des 1980’s et le début 2000’s (passant de 40 000 en 1987 à 137 000 en 2007)
Plus spécifiquement dans le domaine de l’audiovisuel entre 1987 et 2006, les plus fortes progressions ont été enregistrées : - chez les réalisateurs (14000 vs 6000)
- les ingénieurs du son (750 vs jksdjks)
- jdskjdsk

L’audiovisuel devient créateur d’emploi dans toute la France (pas que l’Ile de France). Il y a peu de directeurs photo et éclairagistes femmes ; pas de question de discrimination mais de technologie mais la manière dont la manipulation exclue le sexe féminin.
Jusqu’au début 2000’s, c’est l’audiovisuel qui contribuait le plus à l’emploi intermittent (62% de l’offre d’emploi intermittent à la fin 1980’s, puis 52% en 2001).
A partir de 2002, le spectacle vivant rattrape l’audiovisuel en matière d’offre d’emploi intermittent. Aujourd’hui ; le secteur représente plus de ¾ du volume de travail des artistes et (au milieu 2000’s), un tiers du volume d’emploi des techniciens.
Caractéristiques générales de l’emploi dans les industries culturelles

- Le non salariat caractérise l’emploi dans le secteur : Plus de la moitié des entreprises des industries culturelles n’ont pas de salarié, le chef d’entreprise étant souvent l’unique salarié. Le non salariat est important dans le cinéma et la vidéo, il concerne un peu moins d’un tiers des entreprises télévisuelles (en 2006), tandis que la radio est dominée par l’emploi salarié.
- Le secteur se caractérise par la taille modeste de la plupart des entreprises et par une forte concentration : Les 1 000 entreprises de 20 salariés ou plus des industries culturelles représentent, en nombre, 4% des entreprises (en 2006) et concentrent 81% du chiffre d’affaires. Les activités de la télévision comptent 15% d’entreprises de plus de 20 salariés qui génèrent 93% du chiffre d’affaires, tandis que dans le cinéma et la vidéo, 4% d’entreprises de 20 salariés ou plus produisent 59% du chiffre d’affaires du secteur.
Répartition du nombre d’entreprises de moins de 20 salariés (2006)

Cinéma et vidéo : 8648 entreprises
41 entreprises : 0 salarié
20 entreprises emploient 1 à 2 salariés
11 entreprises emploient 3 à 5 salariés
6 entreprises emploient 6 à 9 salariés
5 entreprises emploient 10 à 19 salariés
4 entreprises emploient 20 ou plus salariés

Audiovisuel : 9970 entreprises
8 entreprises : 0 salarié
20 entreprises emploient 1 à 2 salariés
11 entreprises emploient 3 à 5 salariés
6 entreprises emploient 6 à 9 salariés
5 entreprises emploient djskjdsk (10 à 19 ?)
kjd entreprises emploient dsjkdjsk (20 ou plus ?)

Répartition des salariés dans les industries culturelles selon le secteur d’activité
Vers la fin des 2000’s il y a énormément de personnes dans le secteur culturel, alors que presque rien dans le secteur audiovisuel.

Progression de la masse des intermittents, diminution du nombre de contrat par intermittent.
Le profil de l’emploi au cinéma

Un travail intermittent

La production de 664 films (2006-2010) a mobilisé :
Près de 122 000 intermittents
Une masse salariat de 725 Millions d’euros
Plus de 80% des effectifs intermittents sont salariés en tant qu’artistes interprètes (pour 1/3 de la masse salariale)
Les personnels techniques bénéficiant du statut de cadre représentent 5.3% des effectifs totaux (pour un gros tiers de la masse salariale globale)
Les emplois techniques non cadres concernent 12.9% des intermittents employés pour la production de l’ensemble des films (un peu moins du tiers de la masse salariale)
Toutes catégories confondues, 1.09 million d’euros est consacré en moyenne à la masse salariale des intermittents d’un film (budget moyen d’un film sur la période : 6.7 millions d’euros)
Des postes de cadre moins fréquents
Moins de 8% des emplois sont des emplois de cadre (un gros tiers de la masse salariale)
Sur la production d’un film de fiction en moyenne sont employés 387 intermittents dont :
- les 2/3 sont des artistes interprètes
- environ un quart sont des techniciens non cadres
- les cadres techniques représentant moins de 8%
Des effectifs importants, intermittents, et précaires
Parmi les 121 895 intermittents ayant travaillé sur au moins un film en cinq ans
Les trois quarts ont travaillé pendant une seule année d’agrément (que ce soit sur un ou plusieurs films)
A l’opposé : 3% seulement des effectifs totaux ont travaillé sur au moins un film chaque année d’agrément pendant cinq ans
Cette proportion de travailleurs réguliers est particulièrement (gyufyudfkgg klsd)
Des écarts qui s’accentuent à mesure que le devis de production augmente. (jhhjhkjhugtu)

Article Philippe Maraval
L’économie est liée à l’obligation de produire (chaînes de télévision) et à des politiques de régulation ; c’est pourquoi 280 films sont produits chaque année (bien plus que dans d’autres pays d’Europe). Une grande partie de l’argent provient de fonds publics. Où va l’argent ? Comment circule-t-il ? Qui en a les bénéfices ?

Quelle est la question fondamentale qu’on se pose quand on veut rentrer dans un secteur plutôt fermé ?

Duo producteur/scénariste
Directeur de production (quantifie le scénario ; ressources financières à soumettre au producteur)
Feigelson a interviewé 90 directeurs de productions : modes de production, valeurs, modes de décisions, comment travaillaient ?
Est allé à leurs réunions, déjeuners, etc. Puis il est allé sur les tournages (Prague, films délocalisés). A partir d’une enquête sur tournages (films de fictions, téléfilms), il a été dans une phase d’observation pour comprendre l’organisation des tournages. Trop chiant d’observer tournages et plateaux. A alors interviewé plusieurs protagonistes et voir comment ils travaillent les uns par rapport aux autres. A pu comprendre l’interaction entre les métiers. Tous ces individus sont motivés par la même finalité (réaliser un film). Equipes techniques, équipes ouvrières, … Etait sur des équipes internationales donc a pu comparer et tout et tout. A beaucoup analysé, compris, fait des entretiens. Relation de dépendance entre ces équipes, relation interactive avec directeur de production. Sur le plan de l’organisation technique, il y a des formes de ruptures importantes entre équipes artistique et technique. 205 entretiens en tout qu’il a ensuite interprétés et qui constituent un chapitre de son livre.
Deuxième phase de son travail a été de comprendre quelles étaient les problématiques de travail qui étaient esquissées dans cette recherche. Le milieu des techniciens produit peu d’écrits. Depuis le début du cinéma, il y a eu en gros 4 générations qui se sont succédées et qui ont fait l’Histoire du cinéma mais pourtant pas vraiment de questionnement sur le milieu du travail et l’activité. Avant d’être de l’image, des paillettes, un spectacle, le cinéma est une activité qui mobilise beaucoup d’individus. Pourquoi tous se mobiliser comme ça ? On se lève tôt, on a les mains dans le cambouis, dans des conditions parfois relous (froid), on y subit une hiérarchie, on peut être viré, etc. Il y a à la fois une rareté du travail et une grande compétitivité. En croisant l’évolution du secteur dans son histoire, il a mis à plat tout ça.
S’est intéressé à des typologies de films : gros budgets. Mais a aussi consacré un chapitre aux amateurs et bénévoles pour comprendre comment on passe du statut d’amateur au statut de professionnel. Economie gratuité du don / économie industrielle. Dans l’ensemble de ses enquêtes, il a interrogé une catégorie de techniciens diversifiés par leur statut, leur âge (20 à 60 ans).
Globalisation.
Bollywood, Los Angeles.
A partir 1910 montée en puissance du cinéma comme art du spectacle. Mais au cours de ses enquêtes, a vu comment sont apparus des métiers qui paraissaient n’être rien. Comment les droits se font reconnaître ? Grâce au statut d’intermittent. Statut important car quasiment le seul statut qui nous permet aujourd’hui de manière constante dans ce milieu.
Modèle corporatiste se greffe sur le statut d’intermittent ; ce modèle ne fonctionne que dans la corporation. Toute l’organisation du travail en France est le fruit d’un long travail historique, héritière du compagnonnage, d’une histoire du syndicalisme. Série d’accords qui ont légitimé les travailleurs du cinéma. Comment comprendre cet univers d’activité ? Univers d’indépendance, collectif. On est professionnel dans ce milieu si on a le statut d’intermittent (depuis 1936). Capacité relationnelle est essentielle.
Reconversion difficile si on laisse tomber au bout de plusieurs années d’échec.
Système hiérarchisé mais surtout profondément inégalitaire (en termes de disparité de revenus.
Producteurs formations écoles de commerces, financières, Ena, Essec, HEC, …
On peut facilement aller travailler à l’étranger, c’est « l’essence-même du métier ». Aujourd’hui le métier est très internationalisé. Formation technique utile mais il est aussi important d’avoir une très bonne connaissance des langues étrangères. Equipes aujourd’hui sont internationalisées. ANGLAIS et langues rares. Il faut avoir profil psychologique adapté pour pouvoir accéder au secteur et y rester ; ça n’a rien avoir avec une entreprise lambda.
Cinema Map qu’on trouve dans le livre. Question de la production de films de fiction dans le monde. Inde, Etats-Unis, Chine. Le cinéma américain est exporté depuis 1920’s. Cinéma asiatique qui produit trois fois plus que cinéma américain est peu connu.
Question de la télévision mobilise plus de 400 chaînes. Secteurs où on recrute, où il y a une grosse rotation des cadres qui y travaillent. Le marché est accaparé par un marché anglo-saxon principalement. Groupes multimédia ont comme projet de réinvestir dans la production.

Le cinéma : un art collaboratif par excellence ?

1910’s-20’s : cinéma en France apparaît comme sans auteur. Tout est fait par des opérateurs. Les metteurs en scène apparaîtront plus tard. Au départ, il n’existait aucune spécialisation dans le cinéma.

Chez Gaumont, on a 3 catégories :
- les plein temps
- les auxiliaires
- intermittents
Aux Etats-Unis comme en France, le personnel travaille en relations associatives.
Spécialisation du travail à très grande échelle.
Emergence du système des studios.
En France, 1910’s : réalisateur choisit ses acteurs, écrit son scénario, gère le budget, …
Un seul ouvrier fait les manœuvres : lumières, costumes, décors (le réalisateur dirige tout ça).
Il n’y a pas encore de monteur.
Opérateur numérote les plans et après le tirage fait un assemblage.
1920’s : monteur.

Personnel de compagnies de téléphone et de radios sont devenus ingénieurs sons. Seul métier à avoir titre « d’ingénieur » dans milieu du cinéma.
Métiers de maintenance (s’occupent des nouvelles technologies de l’époque) et des techniciens capables d’assurer l’enregistrement du son. Beaucoup de conséquences pour les métiers préexistants.
Pendant le passage au parlant, les laboratoires perdent les 4/5 de leur personnel car le traitement de la pellicule s’est imposé et des machines ont pris la place des personnels.

Les salaires des monteurs sont rarement mentionnés. N’ont vraiment aucune importance au début. Associé à un simple technicien produisant un travail mécanique (et non technique).
Les chefs opérateurs et ingénieurs son qui auraient pu s’intéresser à leur travail ont légué ce travail au monteur. Il a mis en avant son utilisation de la Moviola qui permet la synchronisation image/son. Ils sont passés d’un statut de simple exécuteur à la troisième place (après réalisateur et chef opérateur) dans la hiérarchie des auteurs du film.

Evolution des techniques d’éclairage. Naissance responsable des lumières / chef opérateur.
Généralisation des pellicules qui fait valoir son autorité. Chef opérateur bien crédité au générique (premier crédit 1918). Peut recruter des électriciens qui vont être sous son contrôle.

Le réalisateur peine à s’affirmer après ces spécialisations, appuyées avec le passage au parlant. Mais le réalisateur est reconnu en fonction de sa capacité à mener à bien un projet. A ce titre, il bénéficie d’un certain statut et prestige social. Les compétences techniques de l’équipe n’arrivent qu’en générique de fin.

1947 : un projet de loi définit le film comme œuvre de collaboration.
Peu de personnes accèdent au statut de co-auteurs du film.
Avec la NV, l’œuvre est mise en équivalence avec l’auteur-réalisateur remettant en cause toutes les pratiques du cinéma 1930’s-40’s (Cinéma de la Tradition ou Cinéma de la Qualité Française).
Métiers en marginalisation : scénariste (réalisateur est souvent l’auteur de ses histoires), décorateurs marginalisés (tournages en extérieurs), producteur, acteurs (la plupart improvisent).
Il y a une appropriation symbolique par le réalisateur de tous les procédés techniques et artistiques mis en œuvre dans un film.

Le cinéma est-il un travail artistique ou est-il un métier ?

Pour Hitchcock, le fait de regarder un ‘art’ ne veut rien dire, il faut qu’il y ait des compétences techniques pour mettre en valeur ces idées.
Pour l’ensemble de la profession cinématographique, le film appartient à ses auteurs et ce qu’on voit à l’écran est le fruit de leur travail (principalement du réalisateur dont la place économique lui donne des droits supplémentaires par rapport aux autres auteurs). Version finale est le fruit d’une discussion entre réalisateur et producteur. Un acteur non créatif, non auteur entre alors dans la discussion (le producteur).
1   2   3

similaire:

Ce cours sert à nous présenter les métiers, trouver un stage, rédiger un cv, lettre de motivation IL ne faut pas être trop exigeant au départ, l’orientation iconCours d’initiation aux Statistiques (les termes anglais sont entre...
«faux» soit publié… ! (ex des plannaires et des engrammes). Les erreurs d’échantillonnage sont les plus communes, particulièrement...

Ce cours sert à nous présenter les métiers, trouver un stage, rédiger un cv, lettre de motivation IL ne faut pas être trop exigeant au départ, l’orientation iconNote : Cette expérience fait double emploi, avec des cours et des...

Ce cours sert à nous présenter les métiers, trouver un stage, rédiger un cv, lettre de motivation IL ne faut pas être trop exigeant au départ, l’orientation iconComité Central d’Entreprise extraordinaire du 10 avril 2014
«Conditions de Travail et des Risques Psychosociaux, qui n’a pas pour objectif de présenter les travaux de cette commission, mais...

Ce cours sert à nous présenter les métiers, trouver un stage, rédiger un cv, lettre de motivation IL ne faut pas être trop exigeant au départ, l’orientation iconL’information gratuite n’existe pas
«désespérément besoin que les journaux, magazines et sociétés de presse réussissent, car IL nous faut leur contenu»

Ce cours sert à nous présenter les métiers, trouver un stage, rédiger un cv, lettre de motivation IL ne faut pas être trop exigeant au départ, l’orientation icon"Déterminisme et libre arbitre"
«Quel est (le genre) que nous allons pratiquer dans ces entretiens? C'est certainement le genre unanimiste», qui «ne manquera pas,...

Ce cours sert à nous présenter les métiers, trouver un stage, rédiger un cv, lettre de motivation IL ne faut pas être trop exigeant au départ, l’orientation iconCours n°8 Pharmaco-épidémiologie Evaluation des risques en santé...
«case only designs» afin d’avoir une meilleure compréhension de certaines notions mais je remets le plan tel qu’il est sensé être...

Ce cours sert à nous présenter les métiers, trouver un stage, rédiger un cv, lettre de motivation IL ne faut pas être trop exigeant au départ, l’orientation iconProjet n°03 : Rédiger une lettre ouverte à une autorité compétente...

Ce cours sert à nous présenter les métiers, trouver un stage, rédiger un cv, lettre de motivation IL ne faut pas être trop exigeant au départ, l’orientation iconFleurette, c’est fou !
«J’arriverai six jours avant le départ, le temps de pouvoir bien m’acclimater à la chaleur, à l’humidité, et un petit peu à un environnement...

Ce cours sert à nous présenter les métiers, trouver un stage, rédiger un cv, lettre de motivation IL ne faut pas être trop exigeant au départ, l’orientation iconRecherche sur les «services écosystémiques»
«stage» de 5 jours. Nous vous livrons à la suite de cette liste, les programmes que nous ont adressés les chercheurs

Ce cours sert à nous présenter les métiers, trouver un stage, rédiger un cv, lettre de motivation IL ne faut pas être trop exigeant au départ, l’orientation iconIl n’y a pas non plus de culture de l’image. Nous ne faisons que consommer l’image
«les images n’agissent plus sur leur destinataire car elles sont trop nombreuses; leur multiplication serait un désenchantement»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com