"Déterminisme et libre arbitre"








télécharger 68.33 Kb.
titre"Déterminisme et libre arbitre"
page1/2
date de publication02.04.2018
taille68.33 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2


"Déterminisme et libre arbitre"

entretiens présidés par Ferdinand Gonseth et recueillis par H.-S. Gagnebin

Une présentation (1)

par Philippe Lestang

Je venais de découvrir Ferdinand Gonseth (2) et m'étais rendu à la librairie Vrin à Paris, pour voir si je pourrais y trouver un ouvrage de lui. Il en restait un seul, "Déterminisme et libre arbitre", dans une édition "Copyright 1944 et 1947". Il ne s'agit pas d'une traduction.

La bibliographie qui figure sur le site de l'association Ferdinand Gonseth ne mentionne pas cette édition mais seulement l'édition allemande, "Determinismus und Willensfreiheit", datée de 1948, ainsi que, dans les traductions, une version française datée de 1974. L'édition dont je dispose semble donc antérieure à l'édition allemande mentionnée sur le site.

Le contexte

Les entretiens présentés dans ce livre eurent lieu vers 1944, sous la forme d'une série de rencontres présidées par Ferdinand Gonseth à partir d'un thème proposé par la société Les Etudiants Romands. Ils furent ensuite mis en forme par H.-S.Gagnebin, à l'aide de ses notes et de contributions écrites transmises par les participants.

Le livre n'est pas un simple compte rendu des séances. H.-S. Gagnebin a utilisé les matériaux dont il disposait pour créer des dialogues construits, entrant progressivement dans le vif du sujet. La référence à Platon et aux "joutes socratiques" est explicite. L'auteur met en scène une série de personnages, "l'hôte", "le président", "le mathématicien", "le médecin", "l'individualiste" etc. L'ensemble est présenté comme constituant quatre "journées" successives.

« Sous cette forme, indique H.-S. Gagnebin dans l'introduction, nous tenterons d'aborder quelques uns des problèmes que la science pose au savant et à l'homme: la notion de réalité, celle de finalité, celle d'objectivité... ». Peut-être cette annonce ambitieuse de programme ne correspond-elle pas au sujet réellement traité par le livre.

"Le président" (figurant F.Gonseth) indique dans son intervention d'ouverture qu'il y a « cent manières d'étudier un problème », chacune ayant ses mérites et ses défauts; chacune ses règles propres. « Chacune représente un genre, comparable à un genre littéraire ». Et il précise: « Quel est (le genre) que nous allons pratiquer dans ces entretiens? C'est certainement le genre unanimiste », qui « ne manquera pas, si nous le pratiquons avec assez de soin, d'imprimer une orientation commune » à nos diverses pensées.

« La discussion .. ne sera pas une joute de l'esprit dans laquelle chacun cherche à faire triompher ses propres couleurs. (..) Nous avons en vue un autre combat, dont chacun se retire enrichi ». « (..) Ce n'est pas la dispute de tous contre tous, c'est la discussion de chacun pour tous ». (..)

« Dirons-nous que (les exigences de ce genre) nous font de la tolérance envers toute opinion une règle intangible? Ce serait dire à la fois trop et trop peu. Trop peu car (..) nous provoquerons (la contradiction) comme un des moyens de notre recherche. » (..) Cependant « la tolérance à l'égard des idées qui ne sont pas les nôtres (..) n'est que l'envers d'une exigence qui fait de l'intolérance une vertu fondamentale. Nous rechercherons la contradiction non pour la tolérer, mais pour la dépasser. »

« (Nous nous appliquerons) à n'évoquer les contradictoires, les inconciliables et les incompatibles que pour en faire des repères sur le chemin d'un nouvel arbitrage. » (..)

« Ad vera per contraria: la contradiction précède et annonce la vérité»

Léonard de Vinci, précurseur du déterminisme

Au lieu de débuter la discussion par des définitions (du genre: "Qu'est-ce que le déterminisme? Qu'est-ce que le libre arbitre?"), le livre va nous entraîner, à travers quatre grandes "journées", à approfondir progressivement ces notions.

« Les mathématiques sont le langage de la nature »: telle est la phrase de Léonard de Vinci par laquelle le président débute la discussion.

Puis "le philosophe" cite une phrase moins connue de Vinci: « Il me paraît que vaines et pleines d'erreur sont les sciences qui ne naissent pas de l'expérience, mère de toute certitude, et qui n'aboutissent pas à une notion expérimentale, c'est à dire dont ni leur milieu ni leur fin ne passent par aucun des cinq sens ».

Et "l'hôte" ajoute cette autre citation: « Aucune recherche ne mérite le nom de science si elle ne passe pas la démonstration mathématique ».

« (Ceci) nous pousse à croire, enchaîne le président, que Vinci imaginait la nature, le monde des réalités physiques et naturelles, soumis à une détermination dont les mathématiques fournissent l'expression. »

Et il demande au groupe: « Faisons maintenant intervenir notre propre point de vue dans la discussion. Avons-nous des raisons de souscrire sans arrière-pensée à l'affirmation de Vinci? »

Le "mathématicien" et "l'astronome" interviennent les premiers, et amènent le président à préciser sa réflexion: il apparaît, dit-il, « que le contenu du mot déterminisme ne nous est pas donné par avance, une fois pour toutes. L'idée correspondante ne se révèle que peu à peu, à travers l'expérience et par le progrès de notre connaissance. » En conséquence « l'idée du déterminisme doit être gardée suffisamment souple, afin qu'elle reste capable de s'affiner à partir de l'idée toute simple qu'on s'en fait dans la vie quotidienne, (et) puisse prendre la forme plus évoluée qui seule convient à une connaissance plus approfondie de la réalité. »

"Le physicien" répond à son tour et remarque que « l'idée assez simple qu'on se faisait de la relation de cause à effet a été quelque peu obscurcie par le développement de la physique atomique. (..) En physique classique, étudier un phénomène, c'est en chercher les conditions; lorsque ces conditions sont réunies, le phénomène se produit infailliblement. (..)

A l'échelle atomique, (..) nous ne pouvons constater (..) que des effets statistiques obéissant à des lois rigoureuses. (..) Les prévisions relatives à l'observable individuel sont indéterminées ». « (Il s'agit d'un) jeu plus complexe où causalité et probabilisme interviennent concurremment ».

Le président note que pour les sciences "exactes", « la pensée scientifique moderne est fondée sur l'idée de loi naturelle se réalisant soit par la liaison des causes aux effets, soit par l'évolution des répartitions statistiques ». Et il demande que les représentants des autres disciplines scientifiques s'expriment à leur tour.

"Le médecin" montre comment le développement de la physiologie utilise un ensemble de techniques basées sur l'idée d'un déterminisme. Et il ajoute: « l'homme, en tant qu'individu physiologique, paraît donc tomber sous le coup de l'investigation déterministe; son action, sa vie peuvent être conçues comme des conséquences d'actions élémentaires, de transformations physico-chimiques ». « La génétique vient encore resserrer le cercle du déterminisme (..). La répartition du patrimoine héréditaire ne se fait pas par élection, par prédestination. Elle obéit strictement à une loi statistique ».

L'auteur fait alors intervenir "l'individualiste", qui s'inquiète du tour que prend la discussion et craint que le groupe tente « de soumettre toutes nos activités, les unes après les autres, à une analyse inspirée des mêmes intentions que celles qui ont déjà été présentées »; il pense que « cette tentative blesserait en nous quelque chose d'essentiel ». « N'y a-t-il pas des limites à ne pas franchir, sous peine d'ouvrir la voie à un déterminisme de principe (..) qui mettrait en péril toutes les valeurs humaines auxquelles nous sommes légitimement attachés? »

Assurément, répond le président, il ne faut pas que l'enquête ainsi commencée devienne un pur jeu de l'esprit. Mais l'ignorance, de son côté, est-elle sans danger? La vérité est exigeante. « Où tracer les frontières qu'elle ne devrait pas franchir? ».

Il nous reste à entendre, ajoute-t-il, les représentants de la sociologie et de la psychiatrie. Vont-ils proposer une autre méthode, une autre vérité?

"Le sociologue" explique que « les sociologues actuels en sont encore à (..) tenter d'installer le déterminisme au sein de la réalité sociale ». « Si la sociologie ne peut encore être considérée comme une science, la tendance qui préside à sa formation est nettement déterministe. Comment en pourrait-il être autrement: chaque fois qu'une question précise se pose, n'est-ce pas dans la connaissance objective, et nulle part ailleurs qu'il faut aller chercher les éléments d'une réponse valable? » « Le sociologue qui se veut efficace est nécessairement déterministe. » Et il poursuit: « Certains sociologues font état du fait qu'aucune méthode philosophique (..) n'a pu absolument fonder la morale, pour constituer celle-ci en science rationnelle ». Pour eux, une morale pratique rationnelle se constituerait à l'image des mathématiques appliquées. (..) « L'intention déterministe est ainsi portée au centre de nos convictions intimes ».

"Le psychiatre" renchérit en affirmant qu'après la "marionnette physiologique", « la psychanalyse freudienne (..) nous confronte avec une marionnette morale, avec un être ne formant que des pensées dictées par une nécessité interne à laquelle il lui est impossible de se soustraire ». « A partir des constellations de l'inconscient, une logique impitoyable reconstruit (..) les enchaînements d'une vie réglée comme ceux d'une vie déréglée. Ces constatations qui ressortissent aux sciences exactes, de quel droit pourrions-nous les révoquer? » « En rejetant ces réalités incompatibles avec le sentiment de votre dignité, vous ne feriez qu'obéir à quelque impératif inscrit au fond d'un repli de votre subconscient. »

"L'hôte" conclut la première journée en suggérant que la réflexion soit approfondie dans deux directions: affiner ce que l'on entend par déterminisme; et comparer ce que les jeunes scientifiques participant aux échanges ont dit, avec ce qu'ont écrit des savants connus.

La notion de déterminisme

"L'hôte" indique que le mot déterminisme date du milieu du XIX° siècle. Le Vocabulaire de la philosophie de Lalande distingue le déterminisme expérimental (ou scientifique), concernant le lien entre phénomènes, et le déterminisme philosophique, selon lequel « tous les événements de l'univers, et en particulier les actions humaines, sont liés de façon telle que (..) il n'y ait pour chacun des moments (..) ultérieurs qu'un état et un seul qui soit compatible avec (les moments antérieurs) ». L'hôte propose un troisième sens du mot, à partir de la réflexion de Kant sur les catégories de l'entendement: notre esprit est ainsi fait, estime le philosophe allemand, que nous ne pouvons prendre connaissance de la réalité du monde sans lui conférer un aspect où les effets sortent nécessairement des causes.

Le président estime que les discussions de la première journée ont porté sur une conception intuitive, pratique, inanalysée du déterminisme, conférée par notre expérience, sans en faire un principe a priori. A "l'individualiste", qui rejette cette « connaissance objective » et s'affirme antidéterministe, le président répond que sa révolte doit l'amener, non à rejeter les vérités d'ordre pratique qui ont été mises en évidence, mais à les considérer comme un obstacle à franchir. Il rappelle d'autre part que le déterminisme ne se maintient, dans la science actuelle, que par un accommodement, un partage d'influence avec l'idée de probabilité.

Les participants citent ensuite, conformément à la suggestion de "l'hôte", des textes de savants divers. Laplace par exemple se situe dans la perspective d'un déterminisme total ("philosophique"), symptomatique, remarque "le philosophe", de l'envoûtement rationnel de son siècle. "L'astronome" cite un texte de Gaston Bachelard, montrant que le déterminisme est pris tantôt « comme un caractère fondamental du phénomène, tantôt comme la forme a priori de la connaissance objective. Souvent c'est le passage subreptice d'un sens à l'autre qui apporte une confusion dans les discussions philosophiques ».

"Le physicien" cite d'abord Planck et Langevin, tous deux partisans d'un déterminisme intransigeant. Pour Planck, qui prend l'exemple du mouvement des molécules, « il n'y a de hasard et de probabilité que pour l'observateur macroscopique »; il conclut que « la physique (..) prend pour base, dans tous ses domaines, l'application rigoureuse de la loi de causalité ». Paul Langevin écrit à propos du principe d'indétermination de Heisenberg: « On s'est livré à toute une variété de dévergondages intellectuels, en parlant d'un libre arbitre des corpuscules (..). Du fait que la nature ne répond pas d'une façon précise quand nous lui posons une question (..), c'est beaucoup de prétention de notre part de conclure: il n'y a pas de déterminisme dans la nature. (..) C'est que la question est mal posée. »

Louis de Broglie, également cité par "le physicien", distingue la notion de déterminisme de celle de causalité, tout en notant que « la relation entre ces deux notions (..) dépend dans une large mesure des définitions que l'on admet pour l'une ou pour l'autre ». Contrairement à certains auteurs qui considèrent le concept de causalité comme plus étroit que celui de déterminisme, il lui paraît « plus naturel de dire qu'en physique quantique il n'y a plus de déterminisme (..) mais qu'il y a encore causalité, en donnant à ce terme un sens un peu plus large (..) ».

Enfin "le physicien" cite un partisan de l'indéterminisme, E.T.Whittaker, qui écrit notamment: « Dans la nouvelle conception du monde matériel qui a résulté de la théorie des quanta, il y a dans certaines classes d'événements une imprévisibilité qui est un indéterminisme vrai, c'est à dire qui ne peut se réduire au déterminisme en postulant l'existence de paramètres cachés ». Et il continue: « L'univers est en fait représenté comme ouvert à chaque instant à des influences qui ne dérivent pas de son état antérieur ».

"Le médecin" considère pour sa part que le déterminisme est admis par tous en médecine. Personne ne laisse « au libre arbitre un espace où s'exercer ». Claude Bernard écrit: « Il y a un déterminisme absolu dans toutes les sciences » et ajoute: « Je veux prouver qu'il en est de même pour les corps vivants ». Jean Rostand par contre fait partie de ceux qui acceptent l'intervention d'un probabilisme expérimental, mais il estime que « l'encerclement de l'homme par la causalité aveugle et le hasard désordonné est absolu ».

"Le sociologue" cite Renan, qui ne craint pas d'affirmer: « Un jour viendra où l'humanité ne croira plus, mais elle saura: elle saura le monde métaphysique et moral, comme elle sait déjà le monde physique ». "L'hôte" voit dans ces affirmations la caractéristique d'un état d'esprit qui « durait encore il y a quelques années »; il cite Taine: « Que les faits soient physiques ou moraux, il n'importe, ils ont toujours des causes (..). Le vice et la vertu sont des produits comme le vitriol et le sucre ». Et Henri Berr, historien, écrit: « S'il y a des faits de hasard et des accidents, il n'y a pas de faits sans cause (..). Un fait complètement indéterminable ne pourrait être qu'un miracle. Encore un miracle aurait-il une cause surnaturelle. »

Max Planck de son côté écrit: « L'homme le plus haut placé quant à l'esprit est (..) lui aussi assujetti dans toutes ses activités à la loi de causalité, et l'on doit, à tout le moins en principe, compter constamment avec la possibilité de voir la recherche scientifique (..) réussir finalement à comprendre même la plus géniale créature humaine dans son conditionnement causal. Car la pensée scientifique exige (..) la causalité. (..) Le but dernier de la science (est) de mener jusqu'au bout (..) la recherche des causes. »

"L'hôte" remarque que « les définitions du Vocabulaire rendent peu compte de la diversité des points de vue réellement adoptés. (..) La meilleure des définitions n'empêche pas l'idée du déterminisme de varier sous la pression de l'expérience. »

"L'ingénieur" conclut cette "deuxième journée": « Le déterminisme, qui forme l'un des termes du problème qui nous occupe, n'est pas (..) conçu arbitrairement ou défini artificiellement: c'est le déterminisme de fait (..). Il serait sans intérêt de confronter une définition artificielle du déterminisme avec une définition conventionnelle de la liberté, (..) valeur dont se réclame constamment notre action journalière d'hommes responsables. Il est au contraire passionnant de reconnaître si une liberté réelle peut subsister en face d'un déterminisme de fait. » Et il ajoute: « On se trompe en croyant connaître du premier coup tous les caractères du déterminisme: celui-ci se révèle par étapes, comme toute autre réalité de la nature. Pour progresser dans sa connaissance, notre perspective intellectuelle doit se transformer. (..) Mais à travers cette mobilité, c'est toujours du déterminisme de fait qu'il s'agit. »
  1   2

similaire:

\"Déterminisme et libre arbitre\" iconExamen arbitre departemental

\"Déterminisme et libre arbitre\" iconSpecialite 4 : dosage par étalonnage du «chlore libre»
«libre» (c’est à dire d’élément chlore sous une forme quelconque : hclO, ClO ou Cl2) libérée par 1,0g de ce produit

\"Déterminisme et libre arbitre\" iconRésumé : La réorganisation des magasins par univers fut une réelle «révolution»
«sur la présentation à la vue et à la portée de la main du client avec affichage de prix, le libre accès du client à la marchandise,...

\"Déterminisme et libre arbitre\" iconBibliographie p. 7
...

\"Déterminisme et libre arbitre\" iconDevoir libre n°2

\"Déterminisme et libre arbitre\" iconVolleyball libre en gymnase

\"Déterminisme et libre arbitre\" iconUn article de Wikipédia, l'encyclopédie libre

\"Déterminisme et libre arbitre\" iconLiaison ethernet Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre

\"Déterminisme et libre arbitre\" iconRimbaud ma boheme I. Un voyage libre et illimité A. Le titre

\"Déterminisme et libre arbitre\" iconTél : 03. 20. 52. 59. 91 Fax : 03. 20. 88. 25. 60
«allégée». Le but de cette formation est qu’en l'absence d'arbitre officiel sur la rencontre IL y ait au moins une personne de chaque...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com