I l’excellence de ces pays fait bien d’eux un modèle








télécharger 45.04 Kb.
titreI l’excellence de ces pays fait bien d’eux un modèle
date de publication01.04.2018
taille45.04 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > histoire > Documentos
Les NPI d’Asie : Quel modèle ?

« Miracle de l’Asie orientale » : XIXème en Europe : croissance dépasse rarement 3%, depuis 70’s croissance de 6 à 10% pour les NPI.




I L’excellence de ces pays fait bien d’eux un modèle :
A] Croissance industrielle et développement :
1°) Un décollage industriel d’une rapidité sans précédent :

Croissance si vigoureuse qu’Asie a augmenté son poids mondial. Jap + 4 Dragons = 13% prod ind mondiale en 73, 25% auj. Les Dragons font 60% de la prod ind du 1/3M. 3BB Tigres (Malaise, Indo, Thaïlande) = 12% de la prod ind du 1/3M. PIB Corée x6 en 30ans, Taiwan x4. PIB/hs voisin des Européens. % dans le 2ndaire encore non négligeable. Pays gros exportateurs. Au RU, il a fallu attendre 60 ans pour x2 son revenu, aux EU 50 ans, au J 34 ans, en Corée du S 11 ans et en Chine 10ans. Pays qui partent le plus tard rattrapent le + vite (constatation de Gerschenkron).

2°) Les indicateurs de développement :

Recul de l’illettrisme : ensemble de l’Asie passe de 45% à 15% d’analphabètes. Taux de fécondation est + bas que la plupart des pays européens (1enfant / femme à HK). Espérance de vie souvent > Europe (HK : 79, Sing 78). IDH ~ 0,9. PA : recul du 1aire, progression du tertiaire. Attention : BB Tigres : niveau de progression moindre.
B] Les étapes d’un développement qui s’est inspiré du Japon :
1°) Un processus qui s’inscrit dans le temps :

Modèle en vol d’oies sauvages. Le Japon s’est servi des pays voisins, qui lui ont assuré la fourniture de produits primaires. Le J est devenu le 1er pôle éco pour l’Asie. Processus se fait par étapes :

  • 1er : HK : étroitesse de marché domestique, a donc fonctionné à travers les autres (fin 50’s). Part du textile, diversification, auj = haut de gamme. Transport, équipement, électro, info… Tout en étant une plaque tournante financière et commerciale.

  • Taiwan : 2ème début 60’s.

  • Corée = coup d’Etat amène dictature 62-63. Politique d’industrialisation pour l’exp. Développement des liens entre firmes jap et coréennes.

  • Singapour : 59 = devient autonome et entre dans la fédération malaise. Puis sort en 65. 55 – 56 : se mettent en place les conditions du décollage. Mais faut attendre 70’s pour que l’émergence ait vraiment lieu.

BB Tigres : décollage décalé de 10 ans (pendant 80’s). Emergence beaucoup – spectaculaire.

Restent des situations périphériques comme la péninsule indochinoise (Vietnam, Cambodge, Laos…) : risques encore élevés pour les investisseurs.

2°) Un processus qui s’inscrit dans l’espace :

Logique centre / périphérie. Gerschenkron l’a montré à partir du RU : PB, Belg, All, F. Asie : les + proches sont les 1ers à décoller. Singapour décolle en dernier. Ralentissement par la distance géo ou organisationnelle (ex : communisme chinois). Chaque secteur a essaimé à partir du J. Logique en saut de puce : produit à chaque fois chassé par la croissance des coûts de prod, l’augmentation des salaires. Diversification qui donne une palette en Asie + une division du travail.

II Quel modèle ?
A] Un modèle qui conjugue plusieurs démarches :
1°) Remontée des filières :

Bas de gamme, textile, puis biens intermédiaires (machines qu’on importait avant). Puis finalement : high tech, optique, biotechno. Maîtrise de la techno de + en + poussée.

2°) Passage de l’ISI à l’IPE :

A l’exception de HK : Industrialisation de substitution aux imp : industrie de promotion des exp, sans forcément négliger le marché intérieur. Combinaison de ces 2 processus : industrialisation par substitution aux exp, c’est-à-dire que l’on substitue une exp à une autre, on continue à monter en grade. HK : vêtement, horlogerie, jouets. Sidérurgie aussi et naval. Singapour fabrique la ½ des lecteurs CD. Corée du S : électro grand public, textile synthétique, constructeur auto. Taiwan : leader mondial de l’agenda électro, fibres synthétiques.
B] Les ressorts du modèle :
Succès des 4 E : Education, Etat, Epargne, Exportation.

1°) Le capital financier :

Capacité d’épargne = capacité à investir. Taux d’investissement de 30 à 40% du PIB. Taux d’intérêt qui ont orienter l’épargne. Fiscalité suffisante, mais pas trop lourde. + attraction des capitaux étrangers. HK et Singapour ouverts aux IDE. Malaise : production électrique contrôlée à 9% par des firmes étrangères. Parfois Joint Ventures ou sous traitants locaux. Ex : Corée = d’abord sous traitants de l’armée américaine. Corée et Taiwan : part des EU, J et UE dans les IDE assez équilibrés. Différent de HK et Singapour : très nette prédominance d’un investissement J à HK et EU à S. Chronologiquement capitaux US plus précoces.

2°) Le capital humain :

1Mlld 300M Chinois, 1Mlld d’Indiens, 220M d’Indonésie, 62M de Thaïs, 42M de Coréens. Main d’œuvre éduquée. Enseignement 1aire et 2ndaire bien développé. Main d’œuvre nombreuse avec un minimum de bases et bon marché. Pays qui ont su mettre en œuvre des stratégies démo (différent de l’Algérie). Contrôle de la natalité, parfois peu démocratique (Corée : stérilisation obligée après 2 enfants). TAN très modeste chez BB Tigres. Rémunération faibles au début du décollage. Maintenant salaires C du S ~ RU. Par contre, BB Tigres = salaire encore avantageux. Facteur mentalité, discipline, enrichissement pas honteux.

3°) L’ouverture et l’insertion prudente dans la DIT :

x20 par des capacités d’exp pour HK ou Singapour. Taux d’ouverture : HK : 200%, Singapour : 162%. Malaisie aussi : + de 100%. 4 Dragons appartiennent aux 15ers imp/exp mondiaux. Succès pas imputable au LE. Ok ont profité de l’ouverture des autres pays, mais eux non, protectionnisme éducateur. Corée du S a utilisé toutes les combines pour contourner. Politique mercantiliste.

4°) L’Etat développeur :

Comme au J, l’Etat à la fois investigateur et coordinateur des politiques de développement. Planification comme au J. Utilisation de la politique du taux de change. Contrôle des E extérieurs. A réussi à éviter le capitalisme sauvage et les disparités. Rôle social, contrôle de la démo, des prix, des salaires. Etat qui a su soutenir le développement sans négliger l’agri. Taiwan s’est industrialisée par l’agri. J l’occupant ont développer les infrastructures, ont mis des engrais. Réforme agraire, incitée par les EU. 78 : excédentaire pour le riz, gros producteur de fruit&légumes&fleurs. 1er pour l’aquaculture. Taiwanais produisent 5x + qu’en F en valeur par km².
III Les limites du modèle :
A] Il faut parler de modèles au pluriel :
1°) Hétérogénéité des contextes :

  1. Hétérogénéité des territoires et populations :

Immensité (Chine), micro états (Brunei), morcelés (Philippines), partagés (Malaisie). Chine = 19x la F, Singapour 9x Paris. Hétérogénéité démo, des ressources disponibles aussi. Pas de ressources (HK, Sg), abondance (Indonésie = pétrole (10ème exp)), Thaï, Mal = richesses agri.

  1. Hétéro des histoires et des civilisations :

Confucianisme, riziculture irriguée : éléments d’unité. Civilisation assez communitariste. Grandes oppositions : religion : Indonésie (+ grand pays musulman (200M)), Philippines écartelées entre Bouddhisme/Islam. Hétéro des histoires : Chine a fait le choix du communisme, différent de l’ASEAN qui se construit sur la base de la lutte contre communisme. Depuis effondrement de l’URSS = y a plus l’argument de demander des aides aux EU. Corée du S a bénéficié de l’aide américaine (50-60’s) directe et des crédits d’une agence de l’ONU : UNKRA qui a distillé l’équivalent de 8% PNB pendant 50’s.

2°) La diversité des modèles :

Modèle chinois : originalité de l’éco socialiste de marché (10% de croissance malgré crise mondiale). Sg et HK = cités-Etats donc fonctionnement forcément différent, bien plus globalisé, ouvert tertiarisé. Taiwan vraiment originale : c’est le capitalisme auquel Smith avait pensé : beaucoup de petites entreprises qui se font concurrence, Etat pas trop présent, pas de monopole. La + grande société taiwanaise 16x + petite que la + grande coréenne. Capitalisation assez faible, mais dynamisme qui leur permet de traverser les crises + facilement. Corée : capitalisme d’obédience nippone : grands groupes complexifiés au cours du temps : Chaebols (= keiretsus). Samsung et Hyundai = 2 plus puissants coréens et leur CA équivaut au PNB de Sg ou de la Malaisie.

3°) Inégalité des résultats :

Eco riches : Dragons. Indices de développement les place dans les 30ers(IDH). TMI < 10%° (très faible). Singapour 4%°.

2ème groupe : quelques pays de l’ASEAN, notamment 4 : Malaisie (IDH 58ème), Thaïlande (74ème), Indo (112ème) et Philippines (94ème). BB tigres = décollage + récent, n’ont pas encore accompli les progrès des autres. En +, croissance + fragile, donc pas sûr qu’ils rattrapent.

3ème groupe : doublement attardé : soit structures communistes encore présentes (Vietnam, Laos…), soit contrôle de dictatures (Birmanie). Entre 109ème et 135ème pour l’IDH pour le Cambodge, Laos, Birma, Vietnam. Montre que le modèle asiatique ne s’est pas appliqué à tous. Birmanie = triple impasse : pas de démo, sida, éco souterraine. Contexte qui a participé à l’émergence des Dragons n’est plus aujourd’hui.
B] Ne pas trop attendre du modèle :
1°) Rattrapage pas certain, mais non dépassement :

Il existe désormais des groupes asiatiques capables d’investir à l’étranger (ex : Daewoo en Lorraine, TCL avec Schneider et Thomson). Mais ces pays ne devancent pas les pays riches. 4ème RI ne s’invente pas en Asie. Moteurs de leur croissance sont extérieurs donc dépendent de la conjoncture des autres (EU, J). Sont plus concurrents que complémentaires. Chine est en train de devenir un pb : à la fois concurrent (monnaie faible, réservoir de main d’œuvre bon marché) mais client important.

2°) La crise (97) : un simple panne ou une remise en cause de ce modèle ?

Crise = simple pause ? 97-98-99 : taux de croissance se sont effondrés, chômage a explosé, graves pb d’endettement. Mais taux à nouveaux dynamiques donc peut être qu’une pause. Mais signes qui ne trompent pas :

  • La crise n’est pas arrivée sans raison : ralentissement déjà avant, poussée des imp, surinvestissement notable (donc – de profitabilité), surenchérissement des coûts du travail.

  • La crise a touché l’essence même du modèle. Ex : grands groupes protégés de l’extérieur, mis en concurrence à l’intérieur. Chine victime de l’éco casino et de la libéralisation outrancière.


C] Le modèle asiatique : un mythe ?

Débat fait fureur dans les 90’s : l’Américain P. Krugman (Le mythe de la croissance asiatique (94)) et de l’autre côté : Nishikawa.
1°) La thèse de Krugman : rien d’original dans cette croissance asiatique :

Succès des firmes s’appuie uniquement sur des durées du travail + longues, sur une mobilisation des machines. « Croissance plus par transpiration que par inspiration ». Crise ne donne pas tort à cette thèse : une fois le rattrapage opéré, ils retrouvent des rythmes normaux.

2°) La réplique de Nishikawa :

Défend l’originalité du modèle. Exode rurale en Chine va encore permettre des réserves de compétitivité. Pour lui, pas de copie du modèle occidental par l’Asie, c’est pas nouveau, mais perturbé par la colonisation. Originalité de la diaspora chinoise.

De toute façon le modèle anglo-saxon a accéléré son expansion mondiale, et l’Asie perd de son originalité. Ce qu’il faut aux PMA : privatisations, déréglementations car LE seul peut faire sortir du sous-développement. Corée du S : lancement d’un Big Deal : rupture des liens avec Etat + redistribution au sein des firmes. La crise a permis aussi d’affirmer le modèle : Malaisie a rompu avec le consensus de Washington, a établi le contrôle des changes, s’est posé en défenseur d’un asiatisme. 1ère ébauche de Fonds Monétaire Asiatique. Crise a peut être aussi réveillé un processus d’intégration commerciale en Asie. D’abord Asean politique, puis éco avec AFTA en 92. On devait ouvrir la ZLE en 2002 mais on est encore loin. Chine et Asean = accord pour création d’une ZLE. J et Corée du S veulent aussi. Accords bilatéraux : Sg/J, Vietnam/ EU + Inde.
Conclusion :
Progrès incontestables.

Si le marché est nécessaire, l’Etat reste incontournable (chine, Malaisie, Dragons).

Structures sociales et culturels = élément de compréhension et de l’efficacité du modèle.

Peut-on parler d’une nouvelle donne est-asiatique dans la mondialisation ?
25% du PMB. 83% des réserves de change mondiales. 53% des flux d’entrée d’IDE.
I Une nouvelle donne liée à l’émergence de cet espace depuis 3 décennies :
A] Depuis les 70’s, intégration croissante de cet espace dans la mondialisation :
70’s : Japon = 3ème puissance. Chine est à la cave, NPI pas encore NPI. Ce sont les années de l’entrée en scène pour certains et de l’affirmation pour d’autres.

80’s : Emergence + globale. Japon = 2ème puissance. Dragons poursuivent leur remontée de filières. Décennies de réformes pour la Chine.

90’s : décennie disparate faite de doute (Japon en crise, crise asiatique). Poussée de la Chine.
B] Facteurs et acteurs de l’émergence :
Archipels asiatiques bien placés pour les échanges. Espace favorisé par le rôle des EU dans la GF et par la crise des 70’s. Les Etats de la région et leur stratégie. Les FMN et leur stratégie. La diaspora chinoise. Les entreprises locales : keiretsus, chaebols.
II Une nouvelle donne à toutes les échelles :
A] Mondiale :
1°) L’Asie orientale, un acteur :

Recomposition de l’espace productif, des flux, des rapports de force. Rôle de + en + important dans la production de richesses. Une nouvelle donne : de l’ancienne à la nouvelle DIT.

2°) L’Asie orientale, un pôle :

Flux de capitaux, émission de capitaux, flux physique (flux trans-Pacifique > flux trans-Atlantique). Commerce Asie-Orientale = 1/3 du CI. Transport maritime. Tourisme. Flux migratoires.

3°) L’Asie-Pacifique, un enjeu dans la mondialisation :

A-P offre un marché mondial. Conflits commerciaux autour des AMF, dumping social, sur la propriété intellectuelle.
B] Echelle régionale :
Difficulté du leader japonais. Croissance fulgurante chinoise. Les NPIA sont l’objet de surenchère.

C] A l’échelle locale :
Mondialisation instaure des disparités : opposition littoral/intérieur, ville/campagne, façades actives/inactives.
III Une nouvelle donne à nuancer :
A] L’UE, les EU, n’ont pas forcément de quoi s’affoler : l’émergence asiatique ne remet pas tout en question :
Crise asiatique n’a pas eu d’effet sur les autres. Espace encore fragile et dépendant. Ancrage au dollar.
B] Un essor fragile qui subit souvent la mondialisation :
C] Un espace inégalement intégré et actif dans la mondialisation :
Typologie de développement. NPI sont + ouverts que le Japon.
Conclusion :
Slogan EU dans les 80’s : « Japon bashing » = « mort au Japon ». Aujourd’hui : « China Bashing ».
Façades maritimes et développement économique dans l’Asie-Pacifique depuis les années 50 :

I Le rôle du facteur maritime dans le développement :
A] L’Océan Pacifique est l’Océan des superlatifs :
C’est le + grand, le + profond, il est bordé des façades les + peuplées (ex : mégalopole jap). En 1980 : 31% du CI passe par cet océan, auj : 42%. Il est bordé de ports gigantesques (Singapour, HK, Chiba).
B] L’Asie, une position de carrefour offrant des atouts essentiels :
Transport maritime important. Richesses de la mer : pêche (Tokyo 1er mondial), énergie (pétrole). La mer est essentielle pour les centrales thermiques et nucléaires. Asie-P = carrefour d’influences (bouddhisme, shintoïsme). Tourisme.
C] La mer, motrice du miracle asiatique :
Mer = élément du modèle d’extraversion développé par les pays asiatiques. Asie = 1/3 des E des pays en développement, 12% du CI (sans le J). Mer = lieu de montée en puissance des services.
II L’organisation des espaces littoraux :
A] Les systèmes portuaires :
Ils offrent des fonctions multiples et complexes. Sur les 20ers ports mondiaux, 10 sont en Asie. Espaces productifs et commerciaux. : zones franches, zones éco spéciales. Ce sont des espaces d’organisation pour d’autres espaces beaucoup + grands (des sortes d’hinterland).
B] Hiérarchie/typologie :
III Disparités et effets pervers :
A] La mer, source de conflits :
Détroit de Taiwan, présence américaine dans le Pacifique, îles Spratly.
B] Un manque de cohésion dans l’espace qui nuit à la construction d’un cohérent :
Pas de cohésion monétaire, communautaire. Différentes influences : chinoise, jap, américaine.

C] La littoralisation des économies présente aussi des dangers :
Disparités littoraux/intérieur. Croissance de la spéculation foncière. Engorgement donc dysfonctionnements. Limites du toyotisme ?



similaire:

I l’excellence de ces pays fait bien d’eux un modèle iconL’éducation des tout petits enfants avant leur naissance
«Alors IL prit un petit enfant, le plaça au milieu d’eux en l’embrassant, IL leur dit : «Quiconque reçoit un de ces petits, c’est...

I l’excellence de ces pays fait bien d’eux un modèle iconRéputation de sainteté et fécondité spirituelle : le cas de Jacques et Raïssa Maritain
«retourné comme un gant» lors de sa conversion est devenu, sur le plan ecclésial, selon la formule de Paul VI de 1973, «un maître...

I l’excellence de ces pays fait bien d’eux un modèle iconRapporté par Mouslim
«Tu as dit la vérité. Maintenant, parle-moi de l'Excellence (al-Ihsan = الإحْسانُ)». Le Prophète – la bénédiction et le salut d’Allah...

I l’excellence de ces pays fait bien d’eux un modèle iconThème biblique : L’affection/ TÉmoigner de l’affection
«… dans la mesure où vous avez fait cela pour l’un de ces plus petits, l’un de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.»

I l’excellence de ces pays fait bien d’eux un modèle iconUlysse, le héros par excellence véhiculé par la représentation collective
«Odyssée» est dérivée d’Odusseus, «Ulysse» en grec. Homère annonce de ce fait que le récit sera centré sur le héros, et IL affirme...

I l’excellence de ces pays fait bien d’eux un modèle iconLes inégalités de développement (partie 1)
«développement» en est venu à incarner le modèle de croissance économique dont les pays occidentaux ont été les pionniers, depuis...

I l’excellence de ces pays fait bien d’eux un modèle iconTravail, salaires, retraites : la lutte continue
«surnombre» (France Telecom), les entreprises semblent bien avoir déstabilisé leurs personnels au point de pousser certains d’entre...

I l’excellence de ces pays fait bien d’eux un modèle iconLe Maroc sur la voie de la réforme ?
«gouvernement d’un peuple vivant sous la domination d’un prince ou en république», ou bien le pays lui-même, c'est-à-dire l'État...

I l’excellence de ces pays fait bien d’eux un modèle iconComme les autres pays européens, la France fait aujourd’hui face...

I l’excellence de ces pays fait bien d’eux un modèle iconThèse iut de Bayonne et du Pays Basque, Université de Pau et des Pays de l'Adour








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com