THÈse pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris 8








télécharger 1.88 Mb.
titreTHÈse pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris 8
page6/48
date de publication18.05.2017
taille1.88 Mb.
typeThèse
p.21-bal.com > histoire > Thèse
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   48

CHAPITRE I :
PENSER CYRTHA



« Pour connaître toute la mélancolie d’une ville,

il faut y avoir été enfant. »1
La ville imprègne et attire la littérature. Elle est une source d’inspiration que l’on rencontre chez de très nombreux auteurs. Qui peut oublier les descriptions de Paris dans les écrits de Balzac, de Zola ou encore de Baudelaire ? Ce dernier, en poète moderne avant l’heure, retient particulièrement notre attention car il fut l’un des premiers auteurs qui a évoqué l’évolution et la nouvelle représentation de l’espace au sein de la fiction. Il a fait allusion aux métamorphoses de la ville dans un de ses poèmes, Le Cygne. Ce propos est repris par Julien Gracq quand il écrit : « La forme d’une ville change plus vite, on le sait, que le cœur d’un mortel »2. L’écriture de la ville n’échappe pas, bien entendu, à la modernité où, d’une part, on note un véritable changement dans la narration, notamment dans la manière d’écrire ou d’inscrire l’espace dans la fiction, selon les besoins de l'énonciation. D’autre part, il est évident que la littérature moderne, qui n’est jamais totalement isolée du monde, réinvestit l’espace selon les nouvelles données.

En ce sens, le récit contemporain impose un nouveau mode de narration. Bien sûr, le lieu littéraire n’échappe pas à la règle : c’est le texte qui crée le lieu et non pas le lieu qui crée le texte. D’une certaine façon, Charles Baudelaire fut, en quelque sorte, un précurseur des auteurs modernes dont notre écrivain. Ce dernier, sur les traces de ses contemporains, utilise des techniques de narration moderne, en rupture avec la littérature classique que les anciens ont établie. Cette nouvelle littérature a intéressé de nombreux auteurs contemporains entre autres les Nouveaux Romanciers. À ce sujet, Bertrand Westphal écrit dans La Géocritique : qu' « en l'absence d'une hiérarchie strictement établie, le récit postmoderne s'empare du monde, le désinstalle, le remonte – ou le "re-monde" (reworlding) – à sa guise, tout en préservant sa qualité foncière »3.

Pour être précis, c’est à partir du milieu du XXe siècle, après la Seconde Guerre mondiale que les écrivains de l’époque commencent à penser le lieu autrement, c’est-à-dire à le penser de manière plus complexe et plus réfléchie. Reconstruire un espace chargé d’histoire ou détruit par la guerre invite le romancier à porter, à chaque fois, un regard neuf et critique sur le lieu en question.

Toutefois, il est important de préciser que depuis les années soixante, le concept d’espace a pris de l’ampleur et s’est complexifié avec non seulement l’émergence du Nouveau Roman, mais aussi l’apparition de nouveaux types de récits urbains : le parcours et la topographie égarent le lecteur et vont jusqu’à donner l’illusion de dérouter le narrateur. C’est pourquoi l’une des métaphores les plus complexes des récits postmodernes, le labyrinthe, un enchevêtrement de chemins inspiré de la mythologie grecque et construit jadis par l’architecte Dédale pour y enfermer le Minotaure, revient hanter l’imaginaire de ces écrivains.

Les représentations des villes alimentent, donc, leurs mondes intérieurs et nourrissent en profondeur leurs romans. Ceci nous montre l’importance et la préoccupation qu’accorde l’écrivain contemporain à la construction de son espace fictionnel. Mais chaque auteur a, bien entendu, sa manière de le percevoir et de l’inscrire dans ses récits littéraires. De plus, l’ancrage de l’espace dans la fiction relève de la créativité et du talent de l’auteur parce qu’il construit sa propre géographie symbolique et imaginaire même si on peut y repérer une  seconde représentation des lieux réels de la ville.

Il existe une relation étroite entre la ville et le roman dans le sens où ils se complètent mutuellement. Des théoriciens comme Michel Butor, George Perec, Italo Calvino entre autres, publient des études qui analysent cette double relation. Aujourd’hui, on parle de ville/roman dans la mesure où les théoriciens que nous venons de citer, grâce à leurs productions, nous permettent désormais de vivre et de traverser la ville différemment, de la déchiffrer et de la lire vraiment. En bref, « les espaces se sont multipliés, morcelés et diversifiés », affirme Georges Perec ; « il y en a aujourd'hui de toutes tailles et de toutes sortes, pour tous les usages et pour toutes les fonctions. Vivre, c'est passer d'un espace à un autre, en essayant le plus possible de ne pas se cogner »1.

Dans le sillage de cette nouvelle littérature, les auteurs maghrébins, à leur tour, accordent une place importante à la notion de l’espace qui participe à la structuration des récits fictionnels. En ce sens, il importe de souligner que beaucoup d'écrivains maghrébins – s'inspirant notamment des Nouveaux Romanciers – construisent leur espace/ville1 à la manière de leurs contemporains. Kateb Yacine, par exemple, dans son roman Nedjma, fait de la ville de Constantine un thème essentiel pour raconter les événements tragiques du 8 mai 1945 durant la guerre de décolonisation. Selon nous, la liste de ces auteurs qui font de la ville un thème principal dans leurs écrits est bien longue. Or, notre objectif ici n’est pas de les énumérer, mais de préciser l’importance qu’occupe le lieu dans leurs productions.

Salim Bachi s'inscrit dans la lignée de ses aînés, lui, qui fait de sa ville, connue sous le nom de Cyrtha, un élément important de ses écrits. L'originalité de son travail littéraire réside en effet dans la création d'une ville hybride et énigmatique. L'orthographe du lieu justifie clairement la détermination de l'auteur à vouloir se démarquer des autres écrivains maghrébins qui ont évoqué dans leurs romans la cité antique et numide sous son vrai nom, à savoir Cirta. En outre, ce choix lui permet d’exprimer ses préoccupations personnelles liées à l'ancrage de l'espace au sein de la narration moderne.
Certes, les livres de ce romancier sont, comme nous l’avons évoqué dans l’introduction, porteurs d’un thème commun qui est celui de l’histoire de l’Algérie2. Dans certains récits, ce thème apparaît comme un thème principal, tandis que dans d’autres, il ne vient qu’en arrière-plan. Mais il s’agit, avant tout pour l’auteur de raconter des événements historiques dans un lieu imaginaire. En ce sens, il écrit l’histoire de trois millénaires dans un espace qui n’existe pas dans la réalité.

En posant d’emblée ce lieu imaginaire, il peut évoquer ainsi les lieux mythiques de l’histoire de l’Algérie et créer un espace géographique dont la complexité et l’ambiguïté vont pouvoir se décliner avec toutes leurs richesses. C’est ce qui va d’ailleurs donner sens à l’écriture de l’Histoire.

Cyrtha est, en effet, le lieu commun des romans de Salim Bachi. Elle représente l’espace-clé dans lequel se déroulent ses récits fictifs. La ville se trouve quelque part en Algérie. C’est un espace à la fois complexe et polymorphe parce qu’il est chargé de plusieurs significations. Il renvoie, en outre, à différents lieux énigmatiques à la fois imaginaires, historiques et mythiques.
La création de cette cité, à la fois antique et moderne, permet donc à son auteur de poser un cadre délimité dans lequel la réalité de la ville peut s’incarner. Le roman devient ainsi le creuset d’une nouvelle lecture de l’histoire ; il offre au lecteur et constitue en lui-même un lieu hybride, à mi-chemin entre le réel et l’imaginaire, qui nous invite à explorer avec profondeur la richesse symbolique de la ville. Mais quel est le rapport à l’Histoire interrogé avec insistance  par l’écriture du lieu?

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   48

similaire:

THÈse pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris 8 iconTHÈse pour obtenir le grade de

THÈse pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris 8 iconThèse Pour obtenir le grade de

THÈse pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris 8 iconThèse Pour obtenir le grade de
«capricieuse»!!! Merci également de m’avoir permis d’être impliqué dans des collaborations (eth zurich) et dans un programme Européen...

THÈse pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris 8 iconTHÈse pour le diplôme d’État de docteur en médecine par nom : levy...
«pertinence du dosage de la vitamine d en medecine generale : etude pilote realisee entre decembre 2012 et juillet 2013»

THÈse pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris 8 iconTHÈse pour le diplôme d’État de docteur en

THÈse pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris 8 iconTHÈse pour le diplome d'État de docteur en médecine

THÈse pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris 8 iconDocteur de l’université pierre et marie curie

THÈse pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris 8 iconCe thème a été exposé au cours de deux conférences à l'Université...
«linh son mondiale», sous la direction du Recteur de l'Institut International des Études Orientales et Occidentales «Linh Sơn» :...

THÈse pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris 8 iconUniversité Paris II – Panthéon Assas

THÈse pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris 8 iconUniversite de paris XIII année 2010








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com