Interview de Jean-Marc Lhermet, directeur sportif de l’asm








télécharger 78.75 Kb.
titreInterview de Jean-Marc Lhermet, directeur sportif de l’asm
date de publication31.03.2018
taille78.75 Kb.
typeInterview
p.21-bal.com > économie > Interview
TPE

Problématique : Quelle est l’influence de la professionnalisation

dans les clubs de rugby et de football en France ?

Notre magazine « Ballon Magazine» 

Edito : (à mettre à gauche)

Rédacteurs

Valentin Morel

Guillaume de Saint Aubin

1ère ES

Lycée Massillon

(Remerciements (à placer à la fin du magazine)

Nous remercions nos professeurs et également Mme ….. et Monsieur Lhermet)

Préambule

Lorsque l’on évoque la professionnalisation du ballon en France, on pense surtout au football. Cependant le rugby évolue dans la même direction.

Dans ce numéro de décembre, nous vous proposons de trouver une réponse à cette question : quelle est de nos jours l’influence de la professionnalisation dans les clubs de rugby et de football en France ?

L’ancien joueur de rugby Serge Blanco a déclaré : « l’esprit du jeu ne change pas, c’est le monde autour de lui qui évolue ». Afin de mieux comprendre, nous allons nous intéresser en premier lieu au contexte historique. Nous vous proposerons un petit voyage dans le temps pour découvrir ou redécouvrir l’histoire et les origines du rugby et du football.

Dans la seconde partie du magazine une interview de Monsieur Jean-Marc Lhermet, directeur sportif de l’ASM et une enquête sur « Foot amateur et foot pro : est ce vraiment le même sport ? » tirée du site Newsring, nous permettrons d’en savoir plus sur la professionnalisation. Pour finir, nous vous présentons toutes les évolutions liées à la professionnalisation.

Sommaire :

Première Partie du magazine :

I- L’histoire du foot et du rugby avant le Professionnalisme

II- La naissance du professionnalisme

III- Qu’est-ce qu’un club professionnel ?

Deuxième Partie du magazine :

Quelles sont les conséquences de la professionnalisation sur ?

- les entrainements

- les compétitions

-les valeurs du sport

-les médias

-les salaires

-les droits du joueur

Quels sont les pièges de la professionnalisation ?

Troisième Partie du magazine

Interview de Jean-Marc Lhermet, directeur sportif de l’ASM

Analyse

Enquête : (www.newsring.fr/sport/football/4119-foot-amateur-et-foot-pro-est-ce-le-même)

Le mot de la fin (conclusion)

Les sources

Première Partie du magazine :

L’Histoire du rugby et du football avant le professionnalisme

Jusqu’au XIX ème siècle, la Soule, jeu traditionnel pratiqué sous l’ancien régime principalement en France est l’ancêtre présumé du Football et du Rugby. Le seul point commun à tous les jeux provenant de la Soule était de marquer des buts. Le mot rugby vient quant à lui du nom d’une petite ville qui se situe au centre de l’Angleterre. Les élèves du collège de cette ville jouaient au ballon.

En 1849, deux courants vont se distinguer : ceux qui ont privilégié le halding et les contacts et ceux qui ont privilégié le dubling et supprimé les coups et les blocages. Le divorce entre le rugby et le football est amorcé. Le football et le rugby s’exportent d’Angleterre en 1872 au Havre. Le premier club football/rugby est né en France : il se somme le « Havre Athlétic Club ». En 1894, les joueurs du club « Havre Athlétic club » se scindent en deux : les rugbyman et les footballeurs. Le football a plus de mal à s’implanter en France que le rugby.

Le rugby a été diffusé par deux canaux en France : les ports de commerce et surtout les universités. Il se répand surtout dans le sud ouest car il y avait de nombreux négociants en vin britannique. La Première Guerre Mondiale contribue à l’éclosion du sport féminin et de l’handisport, né pour gérer les séquelles laissées par l’effroyable conflit. En 1918 sera créée la Coupe de France de football.

Dans les années 20, l’idée de professionnalisme dans le foot va prendre de l’ampleur. Cependant, les amateurs se battent contre cette idée. Ils ont peur que la notion de jeu et de plaisir ne disparaisse.

Les partisans du football professionnel pensent pourtant que la qualité de jeu sera meilleure. Les joueurs pourront se consacrer pleinement au jeu. Les joueurs venant des couches populaires, ils pouvaient ainsi s’enrichir grâce à leur talent. Les spectateurs de plus en plus nombreux désirent de beaux buts et des résultats. Les clubs désirent aussi des résultats. Les joueurs vedettes veulent être récompensés pour leur victoire. Cependant, ils ne peuvent pas recevoir d’argent. Les rémunérations sont alors déguisées (faux emploi, frais amplifiés…). C’est l’amateurisme « marron ».

La naissance du professionnalisme

Tout au long du XXème siècle, idéologie amateurisme et professionnalisme sportif s’affrontent. Un sport est dit professionnel lorsque ses pratiquants vivent de leur activité sportive. Un sportif est dit professionnel lorsqu’il reçoit un salaire par son club et/ou de son sponsor pour pratiquer une épreuve sportive. Voici la définition imposée par l’Amateur Athlétic Club en 1866 : « Est amateur tout gentleman qui n’a jamais pris part à un concours public ouvert à tout venant, ou pour de l’argent provenant des admissions sur le terrain, ou autrement, ou qui n’a jamais été, à aucune période de sa vie, professeur ou moniteur d’exercices de ce genre comme moyen d’existence, qui n’est ni ouvrier, ni artisan, ni journalier ».

Toutefois, en France dans les années 30, les dirigeants des ligues de football ont voulu résister à la professionnalisation des joueurs. Cependant, nos voisins européens avaient déjà effectué cette mutation. Le football devient alors officiellement professionnel en 1932. Un championnat de professionnel est organisé. En France, durant la Seconde Guerre Mondiale, le régime de Vichy interdit en 1942 tout sport professionnel. Le football redevient amateur. A cette époque, le rugby est fier d’être une activité de loisirs pratiquée par des amateurs. Néanmoins, les contraintes financières et économiques nécessitent d’avoir toujours plus d’argent afin d’être compétitif. La professionnalisation du rugby apparait officiellement le 21 aout 1995 lors de la Coupe du monde en Afrique du sud. Le rugby et le football n’ont pas de clubs féminins professionnels.

Qu’est ce qu’un club professionnel ?

Un club professionnel a pour but de faire des bénéfices sur la base de performances sportives. La plupart des clubs professionnels sont assimilables à de véritables entreprises, de par leur mode de fonctionnement et de gestion. Les clubs de foot et de rugby ont des dépenses et des recettes, ils génèrent un chiffre d’affaires, un résultat net, paient l’impôt sur les sociétés, ont des actionnaires… Les transferts de joueurs, les sponsors et les médias contribuent également au fonctionnement du club. Ils aident les clubs et les joueurs au niveau salarial et en faisant du sponsoring. Les supporters apportent des fonds par le biais des entrées au stade et ils amènent aussi un esprit de convivialité. L’esprit du rugby est véhiculé par les supporters, ils ont une place importante dans la vie du groupe. Les clubs professionnels de rugby et de foot ont de nombreux salariés : comptables, managers, entraineurs, kinésithérapeutes, secrétaires…

« …Ce sont des entreprises de sport, je dirais même aujourd’hui des entreprises de spectacle sportif. La seule particularité des clubs de foot, c’est que l’être humain est considéré comme une marchandise ; les joueurs sont des actifs comptables qui peuvent perdre ou gagner de la valeur. » Déclare Arnaud Flanquart, coordonnateur du pôle sport de Terra Nova, interrogé par L’Expansion.com.

La pratique du sport professionnel peut être encadrée et soutenue par l’Etat et les collectivités françaises. Le Ministère des sports délègue certaines tâches aux fédérations notamment à la Fédération Française de Foot (FFF),  fondée en 1919, à la Ligue de foot pro (LPP) qui rassemble les clubs français et monégasque à statut professionnel soit les 20 clubs en Ligue 1, les 20 clubs en Ligue 2 pour le football ; et enfin à la FFR : Fédération française de rugby fondée en 1934 et à la Ligue national de rugby (LNR) : association ayant pour mission de gérer le secteur professionnel du rugby à XV pour le rugby.

Deuxième Partie du Magazine – Quels sont les conséquences de la professionnalisation ?

Qui n’a jamais entendu : « le rugby est malade, le rugby prend le chemin du foot… » Mais comment en sommes arrivés à un tel dénigrement ? Est-ce la faute de la professionnalisation ? Découvrons ensemble les conséquences de la professionnalisation sur nos sports favoris le rugby et le football.
La professionnalisation a des conséquences indiscutables et ce, à divers niveaux. Elle peut influencer le sport à divers degrés. Nous nous attarderons plus particulièrement sur ses effets sur les entrainements et les compétitions, les valeurs du sport, les médias, les salaires et enfin les droits des joueurs.

  • Entrainements et compétitions

Le quotidien d’un joueur amateur n’est pas le même que celui d’un joueur professionnel. En effet, le joueur amateur s’entraine une ou deux fois par semaine, il se prépare souvent seul après son travail. Les joueurs professionnels ont maintenant des contrats qui leur imposent des emplois du temps chargés. Ils sont payés pour suivre des entrainements quotidiens voire biquotidien. Leur mode de vie a changé, les joueurs ont une vie professionnelle extra-sportive en fonction des entrainements. Les fameuses troisièmes mi-temps sont rares car les joueurs doivent récupérer après des compétitions de haut niveau. Les joueurs sont entourés de staffs techniques et médicaux performants : médecins, kinésithérapeutes, ostéopathes, diététiciens, technicien du jeu au pied, technicien de la défense…Les entrainements ciblés s’orientent vers une technique individuelle, une technique tactique, des séances de course, des séances de musculation, des études de vidéo et de récupération.

Les joueurs deviennent des athlètes de haut niveau car ils sont entrainés avec les meilleurs outils. Le football et le rugby se rejoignent sur un point : l’exigence. Le sport de haut niveau est exigeant. « Nous, les joueurs, plus personne ne nous écoute. On est sur le marché du rugby. On est du bétail. Aujourd’hui, si on n’est plus performants, les clubs ne nous gardent pas et prennent quelqu’un d’autre. » affirme l’ancien international français, Sébastien Chabal, dans un entretien avec le Parisien/Aujourd’hui en France, 2013. Il dénonce ainsi le manque de considération des joueurs par les clubs.

Les compétitions en football sont classées en trois grands groupes : les nationales, les continentales et les internationales. En France, il y a trois compétitions disputées au cours d’une saison, qui se déroulent généralement d’aout à juin : le championnat de France, la Coupe de la Ligue et la Coupe de France.

Les compétitions en rugby sont quant à elles classées en deux groupes : les internationales, les clubs. Les compétitons internationales comptent le Tournoi des VI Nations et la Coupe du Monde. Les compétitions des clubs comprennent les championnats nationaux, la H Cup.

  • Les valeurs du sport

Le sport en général est porteur de hautes valeurs morales qui en font un moyen d’éducation privilégié, un facteur d’épanouissement de la personne, d’intégration sociale et enfin de promotion de l’homme. Le rugby et le football sont des sports d’équipe, populaires et instructifs. Le rugby est un mode de vie. Le football est un sport populaire. Les mots qui résument le rugby pourraient être : respect, solidarité, coopération, combat, troisième mi-temps, les mots résumant le football : effort, loyauté, respect, fête, fraternité, solidarité. Cependant, depuis quelque temps la Ligue National de Rugby française et sa commission de discipline sanctionnent de plus en plus de dérapages. Des bagarres sur le terrain, des mauvais gestes ou des propos nuisant au bon fonctionnement du Championnat sont de plus en plus fréquents. Toutefois, ces valeurs sont ancrés dans les clubs amateurs et le rugby reste un sport de « voyous joué par des gentleman » et non un sport « de gentlemen joué par des voyous ».

Le joueur est devenu une star que les fans adulent. Les joueurs professionnels se doivent de gagner le plus de match possible. Cette incitation a plus de performances peut favoriser les risques de dopage, pratique interdite consistant à absorber des substances ou à utiliser des actes médicaux définis par des organismes ad hoc afin d’augmenter ses capacités physiques ou mentales.

  • Les médias

La médiatisation est primordiale dans le sport de haut niveau et participe au processus de professionnalisation. Les grands événements sportifs tel que les Jeux Olympiques, les grands championnats sont représentés par les médias.

Grâce aux nouvelles technologies (informatique, radio, télévision…), le monde entier peut suivre les événements sportifs. L’information est devenue instantanée. Cependant, cette médiatisation dépasse parfois le cadre sportif. Les joueurs deviennent de véritables stars et leur vie privée est observée et commentée. Les différentes chaines françaises retransmettent les événements et les manifestations sportives. Les chaines de télévision payent des droits de retransmission. Le cout des droits de retransmissions a nettement augmenté en dix ans. Les clubs de football français sont devenus dépendants du monde télévisuel. Les joueurs répondent à de nombreuses conférences de presse ou des interviews. C’est le football qui demeure l’activité sportive la plus médiatisée et lucrative en France.


  • Les salaires

Les salaires d’un joueur de foot en ligue 2 varient entre 2000 et 60 000 euros, la moyenne étant aux alentours de 12000 euros brut. A ces salaires, il faut ajouter les primes de matchs qui fluctuent en fonction du classement de l’équipe. Les primes d’objectifs sont attribuées individuellement mais peuvent être collectives. Les clubs et les joueurs professionnels ont souvent des sponsors. Les contrats publicitaires sont signés avec des grandes entreprises. Vincent Roca chroniqueur et humoriste déclare avec ironie : « Au football seul le ballon n’est pas payé, c’est pourtant lui qui se prend le plus de coups. ». Cependant, la carrière d’un footballeur est éphémère et il doit épargner pour le reste de sa vie. Très peu de footballeurs arrivent à vivre toute leur vie des revenus du football. L’argent du football et du rugby provient principalement des ventes de billet (abonnements), des droits TV (diffusion des matchs), des revenus commerciaux (sponsoring) et enfin des ventes de joueurs (transferts).

Le rugby n’est pas en retrait : beaucoup d’argent déferle dans le monde du ballon ovale depuis quelques années. Des hommes d’affaires investissent dans les clubs afin qu’ils soient plus compétitifs. Les clubs de rugby comme les clubs de football sont en effet plus performants quand ils peuvent recruter des joueurs de haut niveau. Les clubs très riches peuvent se payer des transferts de joueurs réputés. Ces grands joueurs viennent souvent d’Australie, d’Afrique du Sud ou d’Angleterre. Le salaire moyen pour un rugbyman est de 10 000 euros par mois. En dix ans il est passé de 5000e à 10 000e.

Interrogé sur la place de l’argent dans le rugby, le Président de Toulon, Mourad Boudjellal, répond : «A la fin, il reste quoi ? Tout juste de quoi s’acheter un bar-tabac, et encore. On gagne bien sa vie, oui, mais sur un laps de temps très court. Arrêtons de misérabiliser le rugby si l’on veut que les jeunes viennent à ce sport. Il faut que ce tabou de l’argent cesse. »

  • Les droits du joueur

Les Footballeurs professionnels ont leur syndicat : UNFP (Union National des Footballeurs Professionnels). UNFP a été créé le 16 novembre 1961. Ce syndicat défends les intérets collectifs et individuels de ses adhérents : membres, services, adhésion, liste des joueurs libres, actualités.

Les joueurs de rugby et de football doivent signer un contrat de travail à durée déterminée afin de devenir joueur professionnel. Les rugbymans professionnels ont leur syndicat : Provale. Provale a été créé pour accompagner le joueur dans sa profession de rugbyman. Son rôle principal est « de défendre les droits et les intérêts matériels, moraux et économiques, tant collectifs qu’individuels, des joueurs de rugby salariés sous contrat exerçant leur profession sur le plan national comme international ».

II Quels

II- Quels sont les pièges de la professionnalisation ?

L’argent :

Les investisseurs sont plus souvent intéressés par la rentabilité du club que passionnés par le sport.

Les footballeurs français jouent pour des clubs étrangers. Ils vont dans ces clubs par souci d’ambition sportive et pour le salaire. L’ « amour du maillot » parait être moins primordial. Les joueurs tiennent l’essentiel du business à travers les transferts ainsi ils ont tous les droits

L’argent pousse les sportifs à avoir recours au dopage ou à d’autres formes de triche afin d’avoir de meilleures performances que leurs adversaires.

Les footballeurs ne paient pas les cotisations sociales.

La médiatisation :

Le football est très médiatisé car il connait des événements importants tels que la Coupe du Monde. Les footballeurs ne sont pas formé pour s’exprimer devant les médias.Le rugby suit à grands pas le football. La médiatisation transforme le sport en « sport business ».

Les supporters :

Des faux supporters de club de football organisent régulièrement des bagarres (exemple : bagarre entre supporters de Lyon et Marseille le 18/05/2013, bagarre entre supporters de Saint-Etienne et Nice le 24/11/2013.)

L’hooliganisme est absent du rugby. Peu à peu le folklore du rugby disparait, cependant les coutumes restent présentes dans les campagnes. Le rugby reste un sport rural. Le public du rugby s’élargie au public féminin.

L’économie :

Le rugby français a usé du marketing et des coups médiatiques avec son calendrier des « Dieux du stade ». Le but était de séduire un plus large public.

« Le football a fait passer des gamins de l’état sauvage à celui de milliardaire sans passer par l’étape culture. Si eux ne sont pas des symboles d’intégration, on n’y arrivera jamais. Grâce au sport, ils ont la chance de pouvoir faire partie des référents pour leur génération. Les problèmes d’intégrations sont réels et les footballeurs ont le devoir d’être des exemples de sorte justement de faciliter cette intégration. Les Nasri ou Benzema représentent trop dans les cités pour ne pas assumer leur rôle. Certaines de leurs attitudes singent ces rappeurs qui semblent dire « on nique la police et la justice » propos de Mourad Boudjellal président du club de Toulon

Le Jeu :

Les footballeurs ne viennent pas du monde amateur, ils sortent de centre de formation. Le football construit des joueurs individualistes, soucieux de leur vie sportive. Les joueurs de rugby ont des valeurs d’équipe qui leurs font gagner des matchs. Ce sont des guerriers.

Les haies d’honneur à la fin d’un match tendent à disparaitre. Elles représentaient le respect d’une équipe envers une autre.

Les matchs de rugby utilisent l’arbitrage vidéo. Les footballeurs ne respectent pas souvent les arbitres. Ils contestent régulièrement les décisions arbitrales. Certains joueurs manquent de valeurs comme Karim Benzema qui déclare : « On ne va pas me forcer à chanter « la Marseillaise ».Zidane, par exemple, ne la chantait pas forcément. Et il y en a d’autres. Je ne vois pas où le problème. Il y a même des supporters qui ne la chantent pas. Ce n’est pas tout le le stade qui chante « la Marseillaise » en 2012

Sources :

  • Livres



  • Sur le football


-Le Football professionnel français, par Gilles Gauthey, édition Montdidier (date ??)

Les Footballeurs professionnels des années 30 à nos jours, par Wahl et Lanfranchi, éditions Hachette (date de parution ??)
ATTENTION TROP PEU DE LIVRES ET ENCYCLOPEDIE !!!! Vous allez vous faire allumer le jury a horreur des recherches exclusivement menées sur internet alors gruge !!! je te rajoute une petite liste pour faire style !! et tu me vires quelques sites internet yen a de trop !!!!!!!

Je t’ai donc fait des recherches pour étoffer ta bibliographie les livres sont en dessous et classés

- Football management de Vincent Duluc et David Marmo paru aux éditions Eyrolles

-Une saison de préparation physique en football, d’Alexandre Dellal, éditions de Boeck, collection sciences et pratiques du sport, 2013

-Economie du football professionnel, de Bastien Drut paru aux éditions La Découverte


  • Sur le rubgy


-Parlez-vous Rugby ? de Pierre-François Glaymann paru aux éditions Eyrolles en 2007

-100 raisons de préférer le rugby au foot, de Romain Allaire paru chez Brochet en 2007

-Rugby : Techniques et Skills (Tome 1) - Formation du joueur débutant au joueur confirmé de Collinet Serge (3 mai 2013)

-Rugby clubs de France d’Antoine Aymond et Nemer Habib, Frédéric Humbert

-petites histoires secrètes du rugby...de Bernard Laporte et Gaetane Morin paru chez Broché –date ?




  • Sites internet

www.20 minutes.fr/sport/football/845320/christian-gourcuff

www.lamontagne.fr/auvergne/actualitédepartement/puy-de-dome

www.lexpress.fr/actualite/sport/rugby/Sebastien-chabal

librapport.org/getpdf.php?download=202

www.ballon-football.com

www.foot01.com/ligue1/lafrance lefootball et l’argent de l’étranger

suite101.fr/article/c’est –quoi-un-club-professionnel-de-football

amapro-rec.e-monsite.com

fr.wikipedia.org/wiki/Union_nationale_des_footballeurs_professionnels

fr.wikipedia.org/wiki/Dopage

fr.wikipedia.org/wiki/Ligue_nationale_de_rugby

corpsetculture.revue.org La professionnalisation du rugby français.

Librapport.org/getpdf.php ?download=166:

www.revue-pouvoirs.fr Les instances du rugby professionnel

www.revue-pouvoirs.fr Les joueurs les effets du professionnalisme

www.cairn.info/revue-pouvoirs-2007

www.ilosport.fr/rugby/tout-savoir/compétition-des-clubs/

www.lejdd.fr/sport/rugby/le-rugby-a-l-image

www.sportstrategies.com

Images pour le TPE

www.google.fr/searc?q=lerugby+et+foot&client=safari&hl=fr&source=Inms1 :

  • Compte-rendu de l’interview

Grâce aux précieuses réponses de M.Lhemet à notre questionnaire sur la professionnalisation du rugby, nous avons pu remarquer que la professionnalisation de l’ASM et du rugby en général a été une évolution nécessaire. Cette évolution s’est observée sur les hommes, le sport, et sur l’administration.

Selon J.M.Lhermet, « les relations humaines ont beaucoup évoluées », les joueurs se consacrent pleinement aux entrainements, ce sont des athlètes lourds, puissants, grands. Cependant, un seul joueur ne peut gagner un match. L’esprit de groupe reste donc très présent au sein des équipes. C’est grâce à cet esprit que l’on gagne un match. Cependant, il faut se méfier de l’argent qui envahit les clubs à outrance. Selon lui, un match de rugby est devenu un véritable spectacle car les représentations sont de meilleures qualités.

Toutefois, il faut s’attendre à un changement au niveau des supporters. Le public du rugby de l’ASM a changé. C’est devenu « tendance » de se rendre à un match. Le public aime se montrer et se faire voir. Malgré cela les « vrais » supporters sont toujours très impliqués et variés, femmes et enfants compris. Les mutations dues à la professionnalisation ont changé le cadre administratif car un joueur est devenu un salarié avec une convention collective. Pour conclure, M.Lhermet estime que le professionnalisme est nécessaire mais qu’il ne faut pas faire les mêmes erreurs que le foot. Le rugby doit s’inspirer des erreurs du foot.

  • Où se trouve donc le vrai interview avec questions et réponses ? Il risque de vous être demandé

Notre Avis :

Nous espérons que notre magazine « Balloon » vous aura aidé à vous faire une opinion sur ce vaste sujet.

En effet le XXe siècle a énormément évolué, les données sur le plan économique ont changé. Nous sommes passés à une économie de marché. Les profits et par conséquent la consommation sont les principales bases de notre société moderne. Le monde du sport n’échappe pas à ce système et doit s’adapter à ses nouvelles règles. Le sport doit évoluer. Le sport représente la victoire, le progrès, l’évolution sociale…

La professionnalisation a conquis le football puis le rugby. Ces sports étaient encrés en France avec de nombreuses traditions. Cette mutation n’a pas été simple et les pièges nombreux.

L’argent fait parti intégrante du monde professionnel. Un joueur professionnel doit gérer sa carrière. Il développe des comportements plus individualistes. Le sport d’amateur est plus libre. L’amateurisme regroupe tout les sportifs qui ont envi de se retrouver pour jouer et faire la fête. On entend souvent que l’amateurisme vient des campagnes ou de la province profonde. Auparavant, les joueurs désiraient gagner un match pour l’honneur, la reconnaissance. Maintenant les footballeurs et les rugbymans gagnent pour l’argent. Mais peut-on leur en vouloir ? Il est primordial, que les joueurs gardent leurs valeurs. Les joueurs professionnels sont des exemples pour les plus jeunes. Les athlètes doivent respecter les arbitres, les coachs, les dirigeants.

Cependant, notre monde évolue et sport professionnel doit trouver sa place. Il y aura toujours des gens qui trouveront que c’était mieux avant. Aujourd’hui, les matchs sont des spectacles où les joueurs sont des vedettes. Le public est toujours plus nombreux. Les retransmissions de football et de rugby se partagent les plages horaires des grandes chaines de télé. Les investisseurs étrangers placent leur argent dans les grands clubs afin de les faire vivre. Cela permet ainsi au sport professionnel français de rester dans les championnats internationaux. Le sport représente la France dans le monde entier.



  • Des exemples de clubs régionaux



  1. ASM

-Histoire de l’ASM : L'ASM Clermont Auvergne est un club de rugby à XV français basé à Clermont-Ferrand et actuellement présidé par Eric de Cromières [2]. L'équipe première est entraînée par le néo-zélandais Vern Cotter depuis 2006, évolue dans le Top 14 et dispute la Coupe d'Europe. Le club est créé en 1911 par Marcel Michelin fils d'André Michelin et cofondateur avec son frère Édouard Michelin de la société Michelin et porte alors le nom d'Association Sportive Michelin puis d'Association Sportive Montferrandaise[3]. Le club accède à l'élite en 1926 et ne la quitte plus depuis.

-De l’amateurisme au professionnalisme : Le 27 Août 1995, l'IRB met fin à la règle de l'amateurisme. Cette annonce fait prendre conscience à la majorité des clubs que rien ne sera plus comme avant. En 1999, mené par son capitaine Jean-Marc Lhermet, le club remporte le Challenge européen, aux dépens des compatriotes du CS Bourgoin-Jallieu. La même année, l'ASM est en passe de décrocher le premier titre professionnel du rugby français

  1. Clermont foot

Histoire du Clermont foot : Le football de haut niveau s'installe à Clermont-Ferrand en temps de guerre avec la promotion du club en première division lors de la saison 1942-1943. Le club se hisse à la troisième place du groupe sud en 1944-1945. A l'issue de cette saison le club abandonne son statut pro pour des raisons financières. Le football clermontois repart au bas de l'échelle, avant de s'extirper de l'échelon départemental en 1966. Le Stade-Clermontois est sacré champion d’auvergne en 1971 et accède à la troisième division.

Le Stade fusionne avec l'ASM pour créer le Clermont-Ferrand Football Club (CFC) en 1984. Le CFC attire alors les foules au stade Marcel-Michelin et retrouve le professionnalisme lors de la saison 1988-1989. Mais l'aventure en seconde division est éphémère. Suite à une mauvaise santé financière le club dépose le bilan en 1990.

Alain Dalan, ancien portier du club dans les années 1970, décide avec Yves Quinty de fonder le Clermont Foot Auvergne. Le club repart en Division Honneur avec pour seul objectif de retrouver le monde professionnel pour s'y installer durablement. Contrat rempli pour le président. En treize ans, le Clermont Foot Auvergne passe de la Division Honneur à la Ligue 2.

Le stade Gabriel-Montpied, inauguré en décembre 1995, devient le nouveau terrain de jeu des clermontois.

De l’amateurisme au professionnalisme : Le Clermont Foot Auvergne égale son ancêtre du Clermont-Fd Football Club et recrute des habitués de la Ligue 2. Lors de sa première saison à ce niveau, le club se maintient à une honorable 13ème place. Clermont monte en puissance et pointe sur le podium au tiers de la saison 2003/2004. Olivier Chavanon, joueur fidèle au club depuis 1997, reprend en main l'équipe, couvert par le diplôme d'entraineur de René Le Lamer, de retour. L'équipe termine en 14ème position.

Depuis 2004, le club est toujours en ligue 2

  • Entretien avec Monsieur Lermet

Il faut faire de vraies phrases !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Questions à reformuler

Pro influence niveau joueurs ?

Comment avez vs vécu la pro ?

La pro changé valeurs sport ?

Quel a été votre parcours professionnel ?

Avez-vous fréquenté un club amateur ?

D’après vous, le rugby doit il suivre l’exemple du football dans la voie de la professionnalisation ?

Quels ont été les conséquences de la professionnalisation de l’ASM ?

Selon vous, quels sont les avantages et les inconvénients de la professionnalisation de l’ASM ?

Quels sont les intérêts des joueurs dans ce changement ?

Le joueur de rugby n’est il pas devenu une super star comme les joueurs de foot ?

Les valeurs du rugby sont elles menacées ?

Le rugby reste-t-il un sport collectif ? L’équipe de France de Football a tendance à s’individualiser, ce qui provoque un manque de résultats. Qu’en pensez-vous ?

N’y a-t-il pas un grand décalage entre les idées du rugby professionnel et le rugby amateur ?

Le public est il toujours le même ?

Comment voyez-vous l’avenir pour votre club et le rugby en général ?

A l’heure actuelle quels sont les différences entre le rugby professionnel et le football professionnel ?

Pensez vous qu’il n’y que les règles de jeu qui changent entre ces deux sports ?



similaire:

Interview de Jean-Marc Lhermet, directeur sportif de l’asm iconTM/thl/asm frédéric godfryd & Edouard dos santos 3219. doc, 26/03/17

Interview de Jean-Marc Lhermet, directeur sportif de l’asm iconRapport moral : présenté par l’évêque
«oral» que nous présentera notre évêque, Mgr Marc qui remercie les recteurs des paroisses qui ont, presque tous, envoyé leur rapport...

Interview de Jean-Marc Lhermet, directeur sportif de l’asm iconMajor Marc-André Gélinas, cd afghanistan

Interview de Jean-Marc Lhermet, directeur sportif de l’asm iconL’interview de l’artiste (niveaux A2, B1)

Interview de Jean-Marc Lhermet, directeur sportif de l’asm iconInterview with verónica chen

Interview de Jean-Marc Lhermet, directeur sportif de l’asm iconInterview / BÉatrice barbusse

Interview de Jean-Marc Lhermet, directeur sportif de l’asm iconAdresse directeur

Interview de Jean-Marc Lhermet, directeur sportif de l’asm iconClub Sportif et Artistique

Interview de Jean-Marc Lhermet, directeur sportif de l’asm iconEntrainement sportif et planification

Interview de Jean-Marc Lhermet, directeur sportif de l’asm icon2011/2012 L’alimentation du sportif








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com