II. Caractéristiques originelles et actuelles du virtuel








télécharger 83.24 Kb.
titreII. Caractéristiques originelles et actuelles du virtuel
page4/5
date de publication19.10.2016
taille83.24 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5

V. La sagesse critiquable des prophètes du virtuel du cyberespace



Le virtuel suggère une certaine déréalisation du réel. Je pense à Second Life, une simulation virtuelle d’une société sur Internet. Cette perte de la réalité chez certains utilisateurs du jeu constitue-t-elle aussi une fuite de la réalité ? La perte peut être de celle de la différence entre le possible et le réel mais aussi entre la réalité et l’imaginaire. Le péril ? Le virtuel est amputé de ses côtés pragmatique et heuristique. Mais ce n’est pas l’avis de tout le monde…
Pierre Lévy soutient que le virtuel est un accroissement de la réalité. Selon lui, depuis l’aube des temps, l’humanité s’est constituée et  « dilatée » grâce à la « virtualisation » du réel. Lévy fournit trois exemples d’hominisation par la « virtualisation » :


  • Le langage nous arrache à l’ici et au maintenant. Sans le langage, on collerait à notre environnement sans progresser. Une distanciation d’avec le contexte et les évènements s’ajoute aux possibilités accordées grâce au langage.

  • La contractualisation, c’est-à-dire une « virtualisation » de la violence grâce au phénomène de distanciation et à la négociation.

  • Le développement de la technologie a offert un accroissement du pouvoir par des stratégies de détour grâce à l’action « virtualisée ».


En s’inspirant du philosophe Deleuze, Lévy suggère l’existence de phénomènes de désubstantialisation et de déterritorialisation : les choses et l’information circulent, sont partagées et mises en commun dans un monde qui s’engage dans le virtuel. En revanche, une attitude de « substantification » et d’essentialisation n’en favorise pas l’émergence. Nous sommes comme crispés et enfermés dans un territoire. Selon Lévy, sans le virtuel, nous serions dans la répétition et dans la non évolution. Pour notre penseur, le cyberespace est une mise en scène, à l’échelle planétaire, des vertus du virtuel. Cet espace est réalisé par la mise en réseaux des ordinateurs du monde entier. Virtuellement, nous sommes des émetteurs et des récepteurs par lesquels passent de l’information. Cette réalité est uniquement maintenue par la connexion. La communication est entretenue et l’espace dynamique. Mais cet espace a pour caractéristique d’être « anisotopique » (sans repère et sans lieu). En son sein, l’information est douée d’ubiquité, c’est-à-dire qu’elle est susceptible de se retrouver n’importe où à tout moment ; elle n’est pas fléchée.
Selon Lévy, nous avons souffert de l’universel fermé et totalitaire. Il serait temps de promouvoir un universel ouvert, tel celui du cyberespace. Il dissoudrait tous les dogmatismes et montrerait que le virtuel est plus grand que le réel. Une parousie et une théophanie connotent l’œuvre de Pierre Lévy.
Le summum est atteint avec le scientifique Joël de Rosnay quand il encourage les internautes à « l’art de la subsomption ». Ainsi, de Rosnay n’hésite-t-il pas, dans L’Homme symbiotique12, à nous inviter à nous imaginer comme les « neurones de la planète, intégrés au système nerveux universel réalisé par les internautes grâce à l’interconnexion de leurs ordinateurs ». Mais, pour consentir à n’être qu’un neurone, il faut évidemment se résoudre à être interchangeable, aléatoire, un simple noeud de l’hyperréseau, un lieu de passage dans l’écosystème informationnel – bref : à n’avoir en soi-même aucun sens et à être prêt à mourir pour céder la place à un autre neurone. C’est bien le signe que nous sommes devenus des individus mais que nous avons perdu la qualité de sujet. Telle est la sagesse de l’autosacrifice, une sagesse proche de certaines idées des stoïciens. Dans cet ordre d’idées, d’aucuns disent que la sagesse consiste à en finir avec le corps et la réalité : en témoignent les discours à propos des anges de plus en plus en vogue et le désir de faire appel à la cryogénie en espérant que son esprit pourra être « téléchargé » dans le futur sur du silicium.
Je suis, en revanche, pour une sagesse pratique, engagée dans le réel et où le contexte est maintenu. Ce qui correspond à l’idée que je me fais du virtuel tel qu’il est traité par ces « prophètes » est qu’il constitue une invitation à la désincarnation. Or, pour moi, il n’est pas de sagesse qui ne soit incarnée.

1   2   3   4   5

similaire:

II. Caractéristiques originelles et actuelles du virtuel iconUn personnage virtuel que l’utilisateur d’un ordinateur choisit pour...

II. Caractéristiques originelles et actuelles du virtuel iconFortebraccio teatro
«Ubu» dans ce que nous considérons être une de ses déclinaisons les plus actuelles

II. Caractéristiques originelles et actuelles du virtuel iconIntroduction transformations actuelles de nos connaissances et de nos croyances

II. Caractéristiques originelles et actuelles du virtuel icon17 Place Bellecour 69002 lyon (france) Téléphone / Fax : +33 (0)4 78 92 92 29
«Salon Permanent des Inventions», le premier salon virtuel où chaque inventeur participant peut disposer d’un ou de plusieurs stands...

II. Caractéristiques originelles et actuelles du virtuel iconCaractéristiques générales

II. Caractéristiques originelles et actuelles du virtuel iconCaractéristiques dérivées

II. Caractéristiques originelles et actuelles du virtuel iconCaracteristiques de l’impot

II. Caractéristiques originelles et actuelles du virtuel icon3. Caractéristiques d'un processus léger 5

II. Caractéristiques originelles et actuelles du virtuel icon5 Caractéristiques principales du béton frais

II. Caractéristiques originelles et actuelles du virtuel iconThéorie, caractéristiques techniques et conseils pratiques








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com