Travail – Justice Solidarité








télécharger 2.95 Mb.
titreTravail – Justice Solidarité
page8/53
date de publication03.04.2018
taille2.95 Mb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > économie > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   53

CHAPITRE IV : CROISSANCE ECONOMIQUE


      1. Évolution récente



Le contexte difficile que la Guinée a connu tout au long de la décennie écoulée a pesé lourdement sur l’évolution du secteur réel qui a affiché des performances médiocres. La croissance du PIB a, en effet, évolué en dents de scie et est restée à des niveaux faibles, bien en deçà des exigences du développement économique et social. En termes réels, la croissance a progressé à un rythme inférieur à 3% en moyenne au courant de la décennie.
La croissance économique de la Guinée est fortement tributaire des secteurs agricole et minier. L’importance des secteurs agricole et minier et la faible diversification de la production font que l’économie nationale demeure sensible aux fluctuations des cours mondiaux des matières premières et aux aléas climatiques.
Le secteur primaire a globalement progressé de 3% en moyenne en prix constants au cours des cinq dernières années, contribuant pour près de 21% au PIB (dont 14% pour l’agriculture). Le secteur secondaire, dont les mines, a enregistré une évolution très modeste malgré ses grandes potentialités. La valeur ajoutée de ce secteur a en effet affiché une moyenne annuelle inférieure à 3% sur les cinq années, mais sa contribution au PIB reste importante aux environs de 33% (dont 15% générés par l’exploitation minière et le reste provenant essentiellement des BTP). Quant au secteur tertiaire, englobant le commerce et le transport, entre autres, il a pratiquement stagné, du fait du marasme économique et social du pays au cours des dernières années. Les activités du tertiaire demeurent cependant le principal contributeur au PIB, soit près de 38%. Les droits et taxes à l’importation ont contribué pour une part non négligeable de 8% en moyenne au cours de cinq dernières années.
L’agriculture est principalement vivrière et ses activités sont restées concentrées sur le riz, la banane, la patate douce, le fonio, l’arachide, la mangue, et l’ananas. Mais elle a récemment amorcé une tendance à la diversification avec la relance de la culture du coton, et le développement de l’hévéa et des palmeraies. L’intensification de la culture du riz et d’autres produits alimentaires et le soutien des pouvoirs publics aux paysans et exploitants agricoles, seront poursuivis et renforcés, ce qui permettra au pays de se rapprocher de l’objectif de sécurité alimentaire et de réduire les importations des produits de base.
L’exploitation minière n’a pas atteint un rythme satisfaisant compte tenu des ressources avérées que recèle le sous-sol guinéen. Le pays dispose en effet de 30% des réserves mondiales de bauxite et est un des principaux pays riches en minerais de fer, or et diamant. L’accélération de la croissance dépend, à court terme, de l’évolution future de la production minière et de sa contribution aux recettes publiques, et à plus long terme, de la stimulation de la plus-value des autres secteurs, et de l’élargissement de la base du développement économique.
Une des caractéristiques de l’économie du pays réside dans l’ampleur du secteur informel qui occupe 86% des actifs et embrasse un large volume d’activités dans le commerce, l’artisanat, l’agriculture, et le transport. Le secteur formel étant essentiellement limité aux mines et à quelques activités de services.
Un des défis majeurs pendant les cinq prochaines années sera de formaliser les activités informelles afin d’élargir l’assiette fiscale et générer de nouvelles ressources pour le développement.


      1. Perspectives et stratégie de croissance


2.4.2.1 Stimulation de la croissance


La stratégie de développement du Plan Quinquennal repose sur la reprise graduelle de l’activité économique, la diversification des sources de production et la réalisation d’une croissance forte qui sera stimulée par une dynamisation de l’ensemble des secteurs du primaire, secondaire et tertiaire.
Nonobstant la diversification recherchée des investissements et de la production, le gouvernement mise sur l’agriculture et les mines pour tirer la croissance et stimuler l’économie étant donné les potentiels importants dont ils disposent et les effets multiplicateurs qu’ils peuvent induire. Le développement de l’agriculture et des mines devra contribuer significativement à l’accroissement des recettes publiques et l’amélioration des revenus des ménages, notamment dans le monde rural, afin de réduire la pauvreté et améliorer le niveau de vie.
Grâce aux mesures incitatives prises par les pouvoirs publics au début de 2011, la relance de la production agricole est désormais une réalité. Les subventions de l’Etat aux producteurs vivriers à travers l’importation d’engrais et de produits phytosanitaires à prix abordables, la reprise de la culture de certains produits d’exportation tels que le coton, illustrent la volonté politique de supporter l’agriculture.
Quant au secteur minier, tous les espoirs sont permis avec le lancement programmé de nombreux projets en cours d’étude et de développement notamment :

  • projet Global Alumina Corporation avec pour partenaires BHP-Billiton, Dubaï et Mudabala pour la production de 10 millions de tonnes de bauxite et 4 millions de tonnes d’alumine à Sangaredi. Il coûtera 4,5 milliards USD ;

  • projet Dian-Dian avec pour partenaire Rusal pour la production de 13,4 millions de tonnes de bauxite et 2,8 millions de tonnes d’alumine. Il coûtera 4 milliards USD ;

  • projet de construction d’une usine d’Alumine à Kamsar avec pour partenaires Alcoa et Rio Tinto/Alcan pour une production initiale de 1,5 millions de tonnes d’Alumine avec la possibilité d’extension jusqu’à 3 millions de tonnes à partir de la bauxite produite par CBG. Il coûtera 1 milliard USD ;

  • projet Dabola /Tougué avec pour partenaire l’Iran pour la production de 10 millions de tonnes de bauxite et 1 millions de tonnes d’alumine. Il coûtera 4 milliards USD ;

  • projet d’Usine d’Alumine de Boffa avec comme partenaire BHP-Billiton pour la production de bauxite et d’alumine ;

  • projet de bauxite de Gaoual avec pour partenaire Alliance Mining Corporation, une société australienne pour la production de bauxite et d’alumine dont les études de faisabilité sont à un stade avancé ;

  • quatre projets d’extraction de fer en phase de développement à Simandou avec Rio-Tinto, au Mont Nimba avec BHP-Billiton, à Kalia dans Faranah avec la Société australienne BellZone et à Zogota dans Nzérékoré avec la Société BSGR.


La mise en œuvre de ces projets miniers permettra de créer des emplois directs qui sont estimés à 7300 durant la phase de construction, et 20000 durant la phase d’exploitation2.

Des actions sont nécessaires pour assurer une plus grande intégration des activités minières dans l’espace économique du pays, une utilisation judicieuse des revenus miniers pour accélérer la croissance et le développement économique et social, et faire bénéficier l’ensemble de la population des fruits de la croissance. Le gouvernement et les compagnies minières devront établir de commun accord un plan d’investissement et un chronogramme des activités d’exploration, d’exploitation et de transformation, notamment concernant la bauxite, l’alumine, l’aluminium et le fer, et ce pour une meilleure transparence et visibilité dans le secteur.



    Sur cette base, le taux de croissance du PIB projeté selon une approche graduelle tenant compte de l’effort que nécessite la mobilisation des investissements se situe, en prix constants, au niveau de 6,1% en moyenne annuelle sur les cinq années du Plan. Cette croissance sera portée par l’agriculture (5,8% en moyenne annuelle), l’élevage (5%), la pêche (5,1%), la sylviculture (2,6%), les mines (5,9%), le secteur manufacturier (6,3%), eau et électricité (7,8%)3, BTP (9,4%), commerce (6,1%), transport (6%).



La structure du PIB devra se consolider davantage. Elle verra une amélioration de la contribution des secteurs porteurs de croissance, et qui devront, de ce fait attirer des volumes d’investissement croissants. A ce titre, il est prévu que le secteur primaire y contribuera à raison de 21,6% en moyenne annuelle (dont agriculture 14,2%), secteur secondaire 33,6% (dont mines 14,3%), secteur tertiaire 36,96%, le reliquat étant la part des Droits et Taxes à l’Importation (7,88% du PIB).
Tableau 2: Indicateurs du PIB

Indicateurs/année

2010


2011

2012

2013

2014

2015

PIB aux prix constants en milliards de FG 2003

8022



8339,4

8795,8

9342,05

9981,04

10788,49

Croissance du PIB

1,9%



4,0%

5,5%

6,2%

6,8%

8,1%

Composantes du PIB (en pourcentage de croissance)

Secteur primaire

3,2%



4,5%

5%

5,1%

5,7%

6,2%

Secteur secondaire

2,3%



4,5%

6,8%

7,3%

8,5%

9,5%

Secteur tertiaire

1,3%



3,2%

4,3%

5,8%

6%

7,3%

Droit et Taxes à l’importation

-0,2%



4,0%

7,1%

7%

7%

10,7%

PIB en milliard FG, prix courants

27118



32790

39288,5

43640,7

48516,7

54717,4

PIB en million US$, prix courants (a titre indicatif)

4529



4608,7

5061,1

5838,2

6394,6

7105,3
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   53

similaire:

Travail – Justice Solidarité iconRepublique de guinee travail – Justice – Solidarité

Travail – Justice Solidarité iconEducation et Justice
«13/18 questions de justice» réalisée par la Protection Judiciaire de la Jeunesse

Travail – Justice Solidarité iconLa Justice des Mineurs en Afrique
«maltraitance des enfants» n'ont pas été entièrement adaptées au contexte africain et certaines formes de maltraitance des enfants...

Travail – Justice Solidarité iconRapports avec la Chine Gouvernement, administration Justice Population...

Travail – Justice Solidarité iconBulletin de connaissance de soi/mieux-etre/developpement personnel/spiritualites/ecologie-/solidarite/...

Travail – Justice Solidarité iconAussi le travail principal est de commencer à apprendre la cocréation...

Travail – Justice Solidarité iconLe travail est le produit d’une force par un déplacement (W= f X...

Travail – Justice Solidarité iconDiscours d'Ouverture de Son Excellence, Monsieur le Ministre de la Santé
«Médecine Traditionnelle, Santé Communautaire et Médicament : Evolutions et Solidarité»

Travail – Justice Solidarité iconNotions : justice et droit, la politique, la morale
«juge et parti» dans un différend, et qui va peser et décider en fonction d’une norme intangible qui s’applique à tous : la loi

Travail – Justice Solidarité iconLe respect, la tolérance, l’acceptation de l‘autre, la convivialité,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com