THÈse pour le diplôme d’État de docteur en








télécharger 0.67 Mb.
titreTHÈse pour le diplôme d’État de docteur en
page9/21
date de publication06.12.2016
taille0.67 Mb.
typeThèse
p.21-bal.com > documents > Thèse
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   21

8)Propriétés biologiques du miel :




1.37-Propriétés énergétiques :


Les nombreuses vertus attribuées au miel sur le plan médical ne doivent pas faire oublier qu’il est, avant tout, un aliment énergétique, par ailleurs non dépourvu d’intérêt gastronomique. La consommation du miel ne doit pas être ramenée à une affaire de santé et de régime ; c’est aussi un plaisir de la table.

Comme tous les aliments glucidiques, le miel apporte 3200 calories par kilo de matière sèche, ce qui, compte tenu de la teneur moyenne de 17 à 18 % d’eau donne une valeur calorique de l’ordre de 2700 calories au kilo. Rappelons que les besoins énergétiques de l’homme adulte sont de l’ordre de 2800 calories par jour.

Pour couvrir ses besoins caloriques, un adulte devrait consommer quotidiennement environ un kilogramme de miel. Cette consommation ne couvrirait ni les besoins protéiques, ni les besoins lipidiques, ni les besoins en vitamines. Le miel n’est pas un aliment complet.

En revanche, c’est un excellent aliment du muscle, bien connu des sportifs qui doivent fournir un effort de longue durée. Sir Edmund Hillary, premier homme au sommet de l’Everest, en consomma plusieurs kilos durant son ascension. (24) Sous un faible volume, il apporte des sucres directement assimilables, avec un léger effet retard en ce qui concerne le lévulose, qui ne passe pas directement dans le sang.

Par rapport au sucre, le miel offre l’avantage de présenter une variété importante de saveurs originales. Les arômes du miel font partie de ces substances appétitives qui facilitent la digestion.

1.38-Propriétés médicinales :


Quant aux vertus médicinales du miel, elles sont connues depuis des millénaires de façon empirique. On a utilisé et on continue à utiliser le miel pour soigner les maux les plus divers, touchant aussi bien l’appareil digestif que le cœur ou l’appareil respiratoire. Le miel médicament doit ses vertus à sa composition : l’association du glucose et du lévulose, les acides organiques, les matières minérales, les centaines de substances identifiées ou non qui proviennent des plantes ou de l’organisme de l’abeille constituent une véritable pharmacopée.

Malheureusement pour le miel, l’immense bibliographie que l’on possède sur sa valeur thérapeutique n’est pas toujours d’une grande rigueur scientifique, non pas parce que les recherches ont été mal conduites, mais parce que le miel ne doit pas être considéré comme un produit défini et stable.
Que peut-on retenir de la masse des travaux sur les propriétés biologiques et médicinales en restant dans le domaine de ce qui paraît le mieux établi?

L’action sur le muscle cardiaque paraît bien établie à la suite de travaux réalisés avec un miel déprotéiné rendu injectable de la même façon qu’un sérum physiologique glucosé. L’effet est plus important que celui du glucose à la même concentration. (62)

L’administration du miel en médecine infantile a montré une action favorable sur la fixation du calcium et sur le taux d’hémoglobine, ainsi que sur la croissance.

Quant aux propriétés légèrement laxatives du miel, il semble qu’on doive les attribuer surtout au fructose qui aurait une action favorable sur le péristaltisme. (22)

Le miel a une action favorable dans le traitement de la gastro-entérite. Il raccourcit la durée des diarrhées d’origine bactériennes lorsqu’il remplace le glucose dans les solutions de réhydratation. (51)

On retrouve en prise orale une action curative sur la dyspepsie, les gastrites et l’ulcère peptique à Helicobacter pylori. (5)

Il est utilisé avec de bons résultats en ophtalmologie dans le traitement de la conjonctivite, la kératite, la blépharite, les ulcères de cornée. (43)

La traditionnelle consommation de miel pour sucrer les tisanes en hiver n’est pas sans fondement, une action antibactérienne du miel trouve son application dans le traitement des affections respiratoires. En Bulgarie, Maldenov et Mladenova (1985) ont prescrit un traitement au miel, en aérosol ou applications locales à 15000 personnes pour traiter des rhinites, sinusites, bronchites. (22)

Son action antibactérienne trouve sans doute sa meilleure utilisation dans le traitement des plaies par usage externe. Ces propriétés antibactériennes et cicatrisantes seront abordées dans la deuxième partie qui fait suite.

1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   21

similaire:

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplome d'État de docteur en médecine

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État de docteur en médecine par nom : levy...
«pertinence du dosage de la vitamine d en medecine generale : etude pilote realisee entre decembre 2012 et juillet 2013»

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État de

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com