THÈse pour le diplôme d’État de docteur en








télécharger 0.67 Mb.
titreTHÈse pour le diplôme d’État de docteur en
page14/21
date de publication06.12.2016
taille0.67 Mb.
typeThèse
p.21-bal.com > documents > Thèse
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   21

TROISIÈME PARTIE : Preuve que le miel promeut la guérison des plaies, son usage dans la médecine moderne.



11)Introduction :





L’usage du miel dans le traitement des plaies remonte à des milliers d’années. Les plus anciens textes retrouvés font référence à son utilisation en Egypte ancienne, chez les Assyriens, les Chinois, les Grecs, les Romains. Il demeure de nos jours une thérapie traditionnelle couramment utilisée dans la médecine populaire.

Plus récemment il y a une renaissance de l’utilisation thérapeutique du miel dans la médecine professionnelle moderne. En 1989 Zumla et Lulat dans The Journal of the Royal Society of Medecine se réfèrent au miel comme à un médicament redécouvert. Ils écrivent que : « le potentiel thérapeutique du miel est largement sous utilisé. Le miel est utilisé dans de nombreuses communautés et bien que son mécanisme d’action et plusieurs de ses propriétés restent obscurs et nécessitent d’autres investigations le temps est arrivé pour la médecine conventionnelle d’attribuer à ce remède traditionnel toute la reconnaissance qui lui est due. » (110)

Il est probable que le surcroît d’intérêt à cette thérapie alternative soit le résultat du développement de résistance aux antibiotiques des bactéries qui pose parfois un problème majeur. Aussi les effets secondaires parfois sévères des antibiotiques peuvent suffire à créer une certaine aversion pour ces médicaments synthétiques.

Ainsi le miel est utilisé en France de façon routinière dans divers hôpitaux : dans un service de Médecine à Dijon (60), dans le service de rééducation de la Pitié Salpetrière (21), dans le service de Chirurgie B à Limoges. (31)

Il y a une tendance de certains praticiens à refuser de considérer le miel comme un remède de valeur dans la médecine moderne. Certains l’ont classé dans la catégorie des substances sans intérêt mais sans danger. D’autres ignorent les recherches actuelles apportant une explication rationnelle à ses effets thérapeutiques. Nombreux ignorent que le miel possède une activité antibactérienne autre que l’effet osmotique. Maintenant de nombreuses études retrouvent la présence d’autres substances ayant un effet antibactérien.

Les anciens médecins qui prescrivaient le miel n’avaient pas connaissance de ses principes actifs et possédaient juste un savoir empirique de son efficacité. Actuellement les médecins recherchent des explications rationnelles à son action avant de donner à cette médecine traditionnelle toute leur considération. On trouve de nombreux rapports sur le sujet le plus souvent hors de la littérature médicale scientifique et la plupart des professionnels médicaux traitent ces écrits avec scepticisme d’autant plus qu’il font presque du miel une panacée.

Les rapports les plus pertinents sont disséminés à travers une très large variété de journaux. Ces articles rassemblent des données de l’observation clinique, des expérimentations diverses, des études et essais cliniques qui considérés dans leur ensemble font de l’usage du miel une médecine efficace. (70)


12)Mode d’application du miel :





La procédure décrite dans la plupart des rapports consiste dans un premier temps à effectuer un nettoyage de la plaie même si beaucoup décrivent une action nettoyante et de débridement du miel.

Si nécessaire les abcès sont incisés et drainés, les tissus nécrotiques sont éliminés avant la réfection du pansement au miel. Certains utilisent des procédures rigoureuses. Ils nettoient avec une brosse à dent souple puis désinfectent avec du peroxyde d’hydrogène, rincent avec du sérum physiologique, désinfectent à la bétadine, puis nouveau rinçage au sérum physiologique. Certains désinfectent avec du Dakin dilué ou du peroxyde d’hydrogène sur la plaie et de l’alcool sur la peau environnante. D’autres utilisent la chlorhexidine aqueuse. La plupart lavent simplement la plaie avec du sérum physiologique avant de refaire le pansement.

Le plus souvent le miel est étalé sur la plaie puis recouvert par un pansement sec, souvent une gaze. La quantité de miel utilisée est variable.Certains utilisent une couche mince de miel deux à trois fois par jour, la plupart étalent simplement le miel sur la plaie, d’autres utilisent une couche épaisse et laissent baigner la plaie généreusement dans le miel. D’autres ont appliqué le miel sur le pansement ou une gaze qui est ensuite placée sur la plaie. Les cavités des plaies profondes sont remplies par une gaze imprégnée ou directement par du miel puis recouvertes par un pansement.

La plupart du temps les pansements sont changés quotidiennement parfois seulement tous les deux à trois jours. Un auteur rapporte qu’il renouvelle les pansements tout d’abord chaque jour puis lorsque la plaie est propre et sèche des changements moins fréquents sont suffisants. Un autre rapporte qu’il change les pansements une à deux fois par jour jusqu’à obtention d’un tissu de granulation propre puis alors effectue un changement quotidien. D’autres rapportent changer les pansements deux voir trois fois par jour s’ils sont souillés par les urines ou les selles.

Certains mélangent le miel avec de l’huile de castor, de la vaseline ou du lard pour faciliter l’application. Ceci était fréquent dans des temps anciens mais n’est pas nécessaire car le miel se fluidifie lors d’un réchauffement prudent à 37°C ou s’il est vigoureusement mélangé.

Il y a donc de multiple mode d’application du miel. L’étalement du miel sur le pansement plutôt que directement sur la plaie est plus facile et moins traumatique pour le patient. Il fournit également une meilleure couverture de la surface de la plaie. Les plaies profondes ou les abcès nécessitent un remplissage par le miel, le plus pratique étant l’utilisation de miel en tube maintenant disponible dans le commerce.

Rationnellement la quantité de miel nécessaire par unité de surface dépend de l’importance de l’exsudation. Les nombreux effets bénéfiques du miel sur les tissus ayant tendance à diminuer s’il se retrouve dilué par une grande quantité d’exsudat, ainsi la fréquence des changements de pansement dépend de la rapidité avec laquelle le miel est dilué par les exsudats.

L’efficacité du miel dans la réduction de l’inflammation et l’exsudation permet de diminuer la fréquence ultérieure des changements de pansement. Il n’est pas nécessaire de changer le pansement fréquemment afin d’éviter une infection car l’activité antibactérienne du miel prévient ceci particulièrement si du miel à haut niveau d’activité antibactérienne est utilisé. (72)

A partir de l’expérience clinique de nombreux auteurs, Molan P.C. relève différents points pratiques quant à l’utilisation du miel comme pansement :

Typiquement 20 ml soit 25 à 30 grammes sont utilisés pour un pansement de 10 centimètres carrés.

Un pansement occlusif ou absorbant secondaire est nécessaire afin d’éviter le suintement du miel hors de la plaie. Le pansement occlusif étant meilleur car il permet le maintient d’une plus grande quantité de miel que le pansement absorbant.

Des bandes de contention sont nécessaires sur le pansement pour obtenir la guérison des ulcères variqueux.

Des pansements avec des compresses pré-imprégnés de miel sont le moyen le plus pratique d’utiliser le miel. Ces pansements sont commercialisés en Australie et en Nouvelle-Zélande. S’ils ne sont pas disponibles, il est mieux d’étendre le miel sur un pansement plutôt que sur la plaie.

Les abcès et cavités doivent être remplies de miel avant d’être recouverts par un pansement et ceci pour permettre le contact du miel avec le lit de la plaie.

Les pansements doivent être découpés à une taille s’étendant au-delà des berges de la plaie et de la zone inflammatoire environnante.

La fréquence des changements de pansements est habituellement une fois par jour elle est parfois plus fréquente jusqu’à trois fois par jour si les exsudats sont importants. (72)


1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   21

similaire:

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplome d'État de docteur en médecine

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État de docteur en médecine par nom : levy...
«pertinence du dosage de la vitamine d en medecine generale : etude pilote realisee entre decembre 2012 et juillet 2013»

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État de

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État de docteur en iconTHÈse pour le diplôme d’État








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com