Comprenant l'exposé des affaires religieuses








télécharger 1.17 Mb.
titreComprenant l'exposé des affaires religieuses
page1/28
date de publication16.05.2017
taille1.17 Mb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   28


@

C. H. DESGODINS

LA MISSION DU

THIBET

de 1855 à 1870



à partir de :

LA MISSION DU THIBET

de 1855 à 1870,

comprenant l'exposé des affaires religieuses,

et divers documents sur ce pays,

accompagnée d'une carte du Thibet,
par C. H. DESGODINS (1814-)

d'après les lettres de M. l'abbé Desgodins (1826-1913),
Laurent, éditeur, Verdun, 1872, 420 pages.

[c.a. Les quelques illustrations de cette édition numérique, autres que la carte, sont des compléments aux extraits de l'ouvrage, parus dans Missions catholiques.]

Ouvrage numérisé grâce à l’obligeance des

Archives et de la Bibliothèque asiatique des

Missions Étrangères de Paris



http://www.mepasie.org

Édition en format texte par

Pierre Palpant

www.chineancienne.fr

mars 2012

TABLE DES MATIÈRES

Carte

Lettre de Mgr Chauveau

Avertissement
PREMIÈRE PARTIE : FAITS PROPRES À LA MISSION

CHAPITRE I. Voyage du Havre à Dargeeling (Inde).

Départ du Havre — Première messe à bord — Rencontre d'un navire de guerre — Passage de la ligne — Séjour à l'île Bourbon — Pondichéry et Madras — Calcutta — De Calcutta à Dargeeling.

CHAPITRE II. Renseignements recueillis à Dargeeling.

Position de Dargeeling — Cultures du pays — Composition de la population — Rapports des missionnaires avec les résidants anglais — Correspondance avec le premier ministre du Sikim.

CHAPITRE III. Voyage de Dargeeling à Simla.

Départ de Dargeeling pour Agra — Insurrection des Indes. — Premier séjour à Agra — Arrivée à Simla — Détails sur Simla. — Hospitalité anglaise.

CHAPITRE IV. Itinéraire de Simla à la lamaserie de Kanam. — Retour à Agra.

Départ de Simla — Arrivée à Rampoor — Entrevue avec le rajah du Bushire — Arrivée et séjour à Chini — Départ de Chini — Lamaserie et village de Kanam — Séparation des deux missionnaires — Retour à Agra par Simla — Deuxième séjour à Agra. — Détails au sujet des établissements religieux — Départ d'Agra.

CHAPITRE V. Fonctions de l'abbé Desgodins comme chapelain dans l'armée anglaise. — Arrivée à Hong-Kong.

Détails sur la vie des camps et des troupes en marche — Expédition militaire — Fête de l'Assomption — Offices religieux — Détermination de Mgr Thomine Desmazures, chef de la mission — Arrivée de l'abbé Desgodins à Calcutta — Arrivée de M. Bernard à Allahabad. — Il reçoit une nouvelle destination — Départ de l'abbé Desgodins pour Hong-Kong. — Réflexions à bord du Fiery-Cross — Relâche à Pinang et à Singapore. — Débarquement à Hong-Kong.

CHAPITRE VI. Départ de Hong-Kong. — Voyage en Chine jusqu'à l'arrestation de l'abbé Desgodins.

Canton — Travestissement du missionnaire — Départ de Canton — On passe en vue de Fou-chane — Visite des douaniers — Arrivée à Lok-Shan — Rencontre des rebelles chinois — Rencontre des soldats impériaux — Arrivée à Henne-tchéou-fou — Considérations générales sur l'état du christianisme en Chine — Visite à une chrétienté — Départ pour Siang-tan et pour Tchang-cha-fou — Lac Tong-ting (province du Ho-nan) — Arrestation à Y'eou-iang-tchéou.

CHAPITRE VII. Captivité à Y'eou-iang-tchéou. — Retour à Hong-Kong.

Détention — Interrogatoires — Projet d'évasion des Chinois qui accompagnent le missionnaire — Détails sur la captivité — Lettre de Mgr Thomine Desmazures — Fin de la captivité — Conditions au sujet du retour à Canton — Départ pour Canton. — Retour à Hong-Kong.

CHAPITRE VIII. Voyage de Hong-Kong à Ta-lin-pin. Province du Su-tchuen.

Départ de Hong-Kong — Espérances de réussite dans le nouveau voyage — Armements de la Chine — Fêtes du nouvel an en Chine — Difficultés du voyage — Nouvelle rencontre des rebelles — Arrivée à Ta-lin-pin — Résidence épiscopale — Exercice du ministère sacerdotal des missionnaires en Chine — Traité de paix de la France et de l'Angleterre avec la Chine.

CHAPITRE IX. Voyage de Ta-lin-pin à Tcha-mou-to. — Arrestation.

Départ de Ta-lin-pin — Arrivée à Ta-tsien-lou — Accueil fait aux missionnaires — Départ de Ta-tsien-lou — Passage à Litang et à Patang — Arrivée à Tcha-mou-to et séjour forcé dans cette ville — Difficultés que trois des missionnaires éprouvent à Kiang-ka — Départ de Mgr Thomine pour Pékin — Départ de deux missionnaires de Tcha-mou-to pour Lassa — Leur arrestation à La-gong — Retour à Tcha-mou-to — Conditions du voyage sur Bonga — Déloyauté chinoise à l'égard des missionnaires.

CHAPITRE X. Voyage de Tcha-mou-to à Bonga. — Travaux de la mission.

Départ de Tcha-mou-to pour Bonga — Arrivée à Bonga — Description de l'établissement des missionnaires à Bonga — Travaux de la mission — Résultats obtenus par la mission en dehors de Bonga.

CHAPITRE XI. Evénements qui ont précédé la destruction de Bonga — Ruine de cet établissement.

Aperçu sur la situation politique de la Chine et du Thibet en 1863 — Persécution — Mort de Mgr Renou — Détail de Mgr Thomine Desmazures — Guerre dans le Thibet — Nouvelle persécution — Dispersion des missionnaires — Appréciation de ces événements — Envoi d'objets de curiosité provenant du Thibet — Arrivée de deux nouveaux missionnaires et nomination de Mgr Chauveau comme vicaire apostolique du Thibet — Nouveaux détails sur Bonga — Appréhensions au sujet de cet établissement — Expulsion de deux missionnaires de Kiang-ka — Ruine de Bonga — Arrivée des fugitifs de Bonga sur le territoire de la Chine — Mort de M. Durand — Défaut de protection de la part de la légation française.

CHAPITRE XII. La Mission du Thibet réfugiée en Chine.

Exposé général — Nouvelle fondation à Tsé-Kou — Considérations diverses — Espérances de la Mission du côté de l'Ouest — Situation des affaires de la Mission — Mouvement religieux en Chine — Première lettre de Mgr Chauveau sur la Mission du Thibet — Seconde lettre de Mgr Chauveau sur le même sujet — Lettre de Mgr Chauveau sur l'invasion mongole — Arrivée de trois nouveaux missionnaires — Considérations générales — Post-scriptum — Tremblements de terre.
DEUXIÈME PARTIE. DOCUMENTS DIVERS

CHAPITRE I. Notice géographique sur le Thibet.

Objet de cette notice. — Mention des principaux auteurs qui ont écrit sur la géographie du Thibet.

1. Géographie physique : Configuration générale du relief de l'Asie — Position particulière du Thibet — Chaînes de montagnes — Cours des principaux fleuves de l'Asie : Le Sudledje ; le Bramapoutre ; l'Iraouaddy ; le Salouen ; le Menam ; le Me-kong ; le Sang-koï ; le Tchu-kiang (Tigre) ; le Kin-cha-kiang (fleuve Bleu) ; le Koang-hô (fleuve Jaune).

2. Division politique du Thibet.

3. Itinéraires suivis par l'abbé Desgodins : Itinéraire de Ta-tsien-lou à Tcha-mou-to — Itinéraire de Tcha-mou-to à Bonga — Itinéraire de Tcha-mou-to à Lassa, d'après des renseignements puisés à diverses sources — Itinéraire de Kiang-ka (Thibet) à Oui-si, province du Yun-nan (Chine) — Résumés des itinéraires.

4. Extrait d'une lettre de l'abbé Desgodins, insérée dans le bulletin de la Société de Géographie de Paris, d'octobre 1869.

Résumé et conclusion.

CHAPITRE II. Politique et administration.

Conquête du Thibet par les Chinois — Gouvernement issu de la conquête — Organisation du pouvoir — Rapports entre le roi de Lassa et l'empereur de la Chine — Administration des quatre principautés enclavées dans le royaume du Thibet et indépendantes du roi de Lassa — Armée chinoise entretenue au Thibet — Service des payeurs — Administration de la justice — Administration immédiate du Thibet par le vice-roi du Su-tchuen — Tribut — Impôts et corvées — Monnaies du pays — Retranchements faits au Thibet d'une partie de son ancien territoire — Notice sur le talaï-lama et sur les révolutions récentes du Thibet.

CHAPITRE III. Population.

1. Renseignements statistiques.

2. Causes nuisant au développement de la population — La configuration du pays — La mauvaise administration — L'usure — La dépravation des mœurs — Détails sur la condition des femmes — Les mœurs des lamas.

3. Partage de la population en six classes : mandarins ; lamas ; marchands ; laboureurs ; pasteurs ; mendiants.

4. Description du caractère et du physique du Thibétain. — Costume et mœurs.

CHAPITRE IV. Religion.

Bouddhisme — Son établissement au Thibet — Établissement de trois grandes sectes : secte des Peun-po, secte des lamas rouges, secte des lamas jaunes — Notions sur les lamaseries et sur les lamas — Instruction religieuse des lamas et du peuple.

CHAPITRE V. Littérature thibétaine.

Introduction d'un alphabet au Thibet — Dictionnaires thibétains — Littérature religieuse — Traductions des livres sanscrits en thibétain — Ouvrages scientifiques — Littérature nationale et chants populaires — Différences entre la langue écrite et la langue parlée — Imprimerie — Bibliothèques — Langage — Ressemblances et différences entre le langage thibétain et celui de différentes peuplades habitant au sud du Thibet — Vocabulaire mélam.

CHAPITRE VI. Industrie et arts divers.

1. Architecture et arts qui en dépendent : Architecture militaire ; architecture civile ; travaux des ponts et des chaussées ; architecture religieuse ; maçonnerie, charpenterie, menuiserie.

2. Industrie des métaux — Art du fondeur.

3. Armes en usage. — Sabre, fusils et accessoires.

4. Industrie des pierres précieuses.

5. Tissage et teinture.

6. Instruments de musique, danse.

CHAPITRE VII. Commerce du Thibet.

1. Commerce intérieur : Participation de toutes les classes de la population aux affaires de commerce — Réflexions sur la manière de faire le commerce au Thibet — Détails relatifs au commerce — Prix des marchandises et denrées diverses — Cultures — Instruments aratoires — Productions du sol — Pâturages — Salines. leurs produits.

2. Commerce du Thibet avec les pays étrangers : Généralités.

— Commerce avec la Chine : importance du commerce du thé, Ta-tsien-lou centre de ce commerce — Importations de la Chine au Thibet : thé, toiles, fils de coton, étoiles de soie, porcelaines, animaux, sucre jaune — Exportations du Thibet en Chine : de l'argent en monnaie ou en lingots, étoffes de laine, fourrures, plantes médicinales, musc.

— Commerce du Thibet avec la Mongolie et la Russie.

— Commerce du Thibet avec l'Inde : marchandises transportées de l'Inde au Thibet : draps, indiennes, ustensiles de ménage, indigo, corail et pierres précieuses, objets divers. — Objets transportés du Thibet dans l'Inde.

— Commerce que la France pourrait faire un jour avec le Thibet.

— Difficultés que l'on rencontre pour établir des relations entre l'Europe et le Thibet — Espérances à cet égard.

Appendices

Notice sur plusieurs peuplades habitant au sud du Thibet.

Lettre de Mgr Chauveau sur les mines du Thibet.

Lettres de l'abbé Desgodins sur la religion bouddhique : [Historique, dogme, moraleCulte : les monuments religieuxCulte : droit de prièresSorts, monstres et génies, pèlerinageFunérailles.]

Lettre de Mgr Chauveau, sur la situation politique et religieuse du Thibet (Extrait du journal les Missions Catholiques).

@

Lettre

adressée au rédacteur du manuscrit

par Mgr Chauveau, évêque de Sébastopolis, vicaire apostolique du Thibet

@

Ta-tsien-lou, 12 août 1870

Monsieur,

J'achève, il y a quelques instants à peine, la lecture du manuscrit dont je vous parlais dans ma dernière lettre et qui va partir. Avant de fermer le paquet, permettez-moi de vous dire tout le plaisir que m'a causé cette lecture et de féliciter à la fois l'auteur et le héros de l'histoire intéressante que je viens de parcourir et dont j'étais loin de connaître tous les détails.

Vous me paraissez, Monsieur, avoir heureusement échappé à un écueil contre lequel il était facile et dangereux de se heurter. J'entends par là une abondance de détails connus des missionnaires et de leurs amis, un étalage assez vain et parfois prétentieux de circonstances plus ou moins intéressantes, de plaisanteries plus ou moins heureuses, et surtout d'idées jusqu'à un certain point extravagantes ou seulement discutables. Mais rien de tout cela ne se rencontre dans votre récit. Il est simple, naturel, riche dans sa sobriété ; vous glissez légèrement sur des faits qui ne sortent pas de la vie commune du missionnaire ; vous insistez un peu plus sur les circonstances particulières où votre frère s'est trouvé, et c'est justement ce qu'il fallait. Malgré toute votre discrétion, le récit ne languit pas ; il suit une marche régulière, évitant en même temps les longueurs fatigantes d'un poème épique et la désolante aridité d'un rapport sur un marais salant. Votre sujet demandait quelques aperçus chrétiens, l'expression nette et presque sentimentale des pensées catholiques telles qu'on nous les connaît ; mais c'est là encore qu'il ne fallait rien outrer, ni trop ni trop peu : trop peu, vous enlevez à votre héros le trait saillant qui le caractérise puisqu'il est prêtre ; trop, vous semblez alors faire un sermon de charité ou marcher sur les traces du père Faber, le plus grand mystique de notre siècle. Mais, Dieu merci, vous avez su vous tenir dans un juste milieu qui a son prix parce qu'il est rare et très louable.

De plus clairvoyants que moi apercevront sans doute d'autres mérites dans votre écrit, Monsieur ; peut-être aussi verront-ils au tableau quelques ombres qui ne m'ont pas frappé. Mais, somme toute, cette petite notice est intéressante et pour la forme et pour le fond ; elle sera reçue favorablement par le public, et je ne suppose pas qu'elle soulève des observations désagréables pour personne ; il me semble même qu'elle ouvre une voie nouvelle à la parole longtemps cachée du missionnaire. En effet, d'autres voudront probablement faire pour leurs frères ce que vous avez fait pour le vôtre, c'est-à-dire mettre en ordre les notes et observations qu'ils auront reçues de cet ami, de ce frère perdu peut-être dans les steppes de l'Asie centrale ou dans les forêts du Nouveau Monde, travail aisé, du reste, mais que la vie errante du missionnaire ne lui permet guère d'entreprendre. Ainsi votre idée pourra devenir encore sous ce point de vue féconde et utile à plusieurs. Si la seconde partie de l'ouvrage que vous préparez correspond à celle que je viens de lire, j'espère pour tout le livre un grand et légitime succès. En louant, comme je viens de le faire sans aucune restriction, le manuscrit que vous m'avez présenté, ce n'est cependant pas à dire que je partage toutes les idées contenues dans ces pages. Il y en a quelques-unes que j'accepterais timidement. Mais au moins il n'en est aucune qui ne puisse être soutenue par quelque bonne raison. Ce qui est encore précieux, ce qui le sera surtout pour la seconde partie, c'est que ce que vous avancez est généralement très exact. Au reste, c'est une des qualités les plus estimables de l'esprit de votre excellent frère, de voir juste, ordinairement, de dire clairement ce qu'il voit, mais de ne dire aussi que ce qu'il a vu clairement.

Vers la fin du manuscrit, votre frère semble avoir eu quelques scrupules sur la hardiesse de certaines expressions ; je ne trouve cependant pas qu'elles aient quoi que ce soit de répréhensible, bien moins encore d'exagéré. Car enfin, l'histoire est l'exposé d'un fait, et si le fait est honteux, à qui s'en prendre ? Ce ne doit pas être à celui qui le raconte et qui le juge. N'est-ce pas le cas de rappeler le mot connu de Louis XIV : Pourquoi donc avez-vous fait un tyran de Louis XI ? — Pourquoi l'était-il ?, répondit le grand historiographe... N'est-il pas certain que pour nous, au Thibet, les malheurs proviennent de deux causes : la perfidie du légat chinois Man-kin, et la faiblesse de la légation française. Si l'on objecte que toute vérité n'est pas toujours bonne à dire, j'en conviendrai sans peine ; j'ai assez vécu pour le savoir. Mais on avouera aussi qu'il faut représenter les faits, les hommes et les principes tels qu'ils sont, si l'on veut les faire connaître. D'ailleurs en disant que tel personnage s'est trompé, ou laissé tromper, ce n'est pas toujours un reproche qu'on lui adresse. Il y a des erreurs à peu près inévitables. Telle a été celle de la légation française qui a paru croire que le Thibet était indépendant de la Chine. Cela n'est pas exact, du moins, exact en tout. Que la Chine, même en y mettant la meilleure volonté, puisse en ce moment faire recevoir des missionnaires catholiques à l'Hassa, par exemple, j'en doute fort : car il faut avouer que le gouvernement chinois est d'une faiblesse telle que personne n'en a peur ni ne le respecte. Mais que ce faible gouvernement chinois ne soit cependant pas assez fort pour empêcher ses officiers de nous contrarier, de nous calomnier, de nous insulter comme plusieurs le font ; qu'il ne soit pas assez fort pour punir ceux qui sont venus en 1865 nous piller, nous tuer même et brûler nos maisons sur des territoires qui nous appartenaient en propre ou qui relèvent de la Chine ; qu'il ne soit pas assez fort pour nous faire rendre la justice qu'il nous a promise et que nous sollicitons depuis cinq ans, ce sont de ces excuses lâches et puériles que l'on n'emploie qu'envers ceux que l'on méprise. Que la légation française, malgré tout ce qu'on a pu lui dire, soit restée persuadée que le gouvernement chinois ne soit pour rien dans nos épreuves, et qu'il ne puisse nous prêter aucun secours, dans les termes où nous le réclamons, c'est ce qui nous paraît humainement inexplicable, et qui ne se comprend un peu que par l'incertitude et la mobilité de la politique extérieure de la France depuis la guerre d'Italie. Si donc en racontant notre histoire de ces dernières années, on est obligé de jeter quelques blâmes sur des hommes qui ont rendu des services, bien intentionnés mêmes si l'on veut, mais enfin qui ont eu le tort de se laisser jouer comme des enfants, ce n'est pas à l'historien qu'il faut lancer des pierres : que ceux dans le jardin desquels elles tombent les ramassent.

Je me laisse emporter, vous voyez. En relisant cette page, je ne la regrette pas néanmoins. Elle confirme en plusieurs choses des idées que vous émettez, idées qui sont très justes à mon avis, idées dont votre frère redoute un peu l'expression trop franche, et que je serais cependant bien fâché de voir disparaître de l'ouvrage que vous allez publier. Enfin, pour me résumer, la pensée que vous avez conçue, et l'exécution de cette pensée me paraissent utiles, peu susceptibles d'opposition sérieuse ou malveillante. Je souhaite à ce travail un plein succès ; j'espère qu'il appellera sur cette mission difficile une attention qui ne peut que lui être avantageuse, et je vous prie de croire que s'il ne manquait à l'ouvrage pour atteindre son but qu'un vœu du cœur, je le forme volontiers dans le mien ; je dis plus, s'il ne fallait qu'une bénédiction sur l'auteur et sur le livre, notre divin Maître sait avec quelle sincérité je la lui demande pour l'un et pour l'autre.

Agréez, etc.

JOSEPH-MARIE CHAUVEAU,

Évêque de Sébastopolis,

vicaire apostolique du Thibet. 

@
AVERTISSEMENT

@

p.001 Ancien vicaire de la cathédrale de Verdun, l'abbé Desgodins, après une année d'épreuve au séminaire des missions étrangères de Paris, était désigné par ses supérieurs pour la mission du Thibet. Il partit du Havre, le 18 juillet 1855, sur un bâtiment de commerce en destination de Pondichéry. Le but qui lui était assigné était de rechercher par les Indes un passage à travers la chaîne de l'Himalaya, pour pénétrer au Thibet, afin d'éviter aux missionnaires venant d'Europe l'énorme détour de la Chine. Ses efforts ne durèrent pas moins de trois ans ; et ce ne fut qu'en 1859, alors que n'ayant pas réussi, bien qu'il eût exploré tout le Sud de cette chaîne, et franchi de beaucoup les dernières limites des possessions anglaises, qu'il se dirigea sur Canton, pour traverser la Chine de l'est à l'ouest, venir sur les frontières du Thibet se mettre à la disposition d'un évêque, le premier qui venait d'être nommé pour cette contrée, et se réunir à quelques confrères, qui avaient déjà fait eux-mêmes d'autres tentatives de ce côté.

p.002 À cette époque la prise de Pékin n'avait pas encore eu lieu ; et l'abbé Desgodins fut arrêté par l'autorité chinoise, au milieu de son voyage, et ramené à Canton. Dans une seconde tentative, il fut plus heureux ; c'était au moment où grondaient les canons français et anglais devant la capitale : aussi, quoique rien ne fût encore réglé diplomatiquement, put-il rejoindre ses confrères.

À la conclusion du traité entre les belligérants, les membres épars de la mission se réunirent sous la direction de Monseigneur Thomine-Desmazures, et invoquant les conventions, se dirigèrent à la fin de 1861, sur Lassa, la capitale du Thibet. On aurait peut-être quelque peine à croire qu'en 1870, ils n'ont pu réussir encore dans leur entreprise, et ont seulement pénétré à quelque distance dans l'intérieur ; il faut dire aussi que tous les obstacles ont été apportés par la Chine elle-même, sous l'influence de la théocratie ombrageuse des lamas du Thibet.

En vain, invoquant le traité, les missionnaires excipèrent-ils de leur droit à pénétrer dans ce royaume tributaire de la Chine, droit reconnu dès le principe, puisque des passeports visés par l'autorité chinoise et par la légation française furent délivrés à plusieurs d'entre eux ; ils se virent toujours repoussés, et, à la suite de vicissitudes innombrables qui furent marquées en 1865 par la ruine de l'établissement de Bonga, et après la mort violente de M. Durand, l'un d'eux, le personnel entier de la mission p.003 n'eut plus que la ressource extrême de s'établir dans les pays thibétains de la frontière, gouvernés directement par la Chine, en attendant que justice leur soit rendue. Ils n'avaient obtenu aucune satisfaction, malgré des réclamations incessantes adressées à toutes les juridictions. Aujourd'hui ils considèrent que tout est perdu, humainement parlant, et ne comptent plus que sur la Providence ; cependant, grâce aux succès des armées anglaises et françaises en Chine, ils espéraient pouvoir attaquer le Bouddhisme dans son centre, à Lassa, cette Rome idolâtre de l'Asie.

Sans rien préjuger des destinées futures de cette mission du Thibet, région nommée la terre promise du missionnaire, nous pensons qu'il sera intéressant pour le lecteur de trouver les récits des efforts inouïs qu'on a faits pour arriver au but. La correspondance très régulière de l'abbé Desgodins, comprenant des sujets de toute nature, permet aussi d'y puiser des matériaux au point de vue religieux, administratif, politique, militaire et commercial, sans parler d'observations sur l'histoire naturelle, les langues, les mœurs et la géographie se rapportant au Thibet, notions à compléter un jour, s'il lui était permis d'explorer à Lassa la mine inépuisable de documents renfermés dans cette ville mystérieuse, connue seulement des européens par ce qu'en ont dit MM. Huc et Gabet dans la relation de leur voyage remontant à plus de vingt ans. En ce qui concerne la géographie du Thibet, les cartes actuelles présentent des p.004 incertitudes et même des contradictions sur l'origine et la direction de plusieurs grands fleuves ; la carte de l'abbé Desgodins apporte quelques données nouvelles, et ses itinéraires permettent de fixer la position de certains centres de population. M. Garnier, chef de l'expédition du Mékong, leur a reconnu une certaine valeur.

Notre but, disons-le, a été d'attirer principalement l'attention sur cette contrée : quant aux Indes et à la Chine, il ne les a traversées qu'en voyageur, et sans autre but que celui d'arriver sur le terrain de sa mission ; elles n'ont donné lieu de sa part qu'à des remarques accidentelles.

On comprend, que, entièrement consacré à la chrétienté qu'il administre, l'abbé Desgodins n'ait pu mettre en ordre ses notes de voyage ; mais il a autorisé son frère 1 à se charger de ce soin, et ce recueil est publié avec l'agrément des supérieurs des missions et celui de son évêque.

La première partie comprendra les faits qui sont propres à la mission elle-même ; la seconde, les documents divers.

Il a paru que la méthode la plus naturelle était d'emprunter alternativement la forme du récit et la forme épistolaire, quand il semblait plus utile de donner des extraits. Ainsi, très souvent on a préféré laisser parler le témoin lui-même pour ne rien perdre du cachet de vérité et d'exactitude qui le caractérise, ce qu'une analyse ne saurait faire : cependant il a fallu quelquefois y avoir recours pour abréger et faire des coupures ; car cette publication ne saurait être fort étendue. Cette forme, du reste, permettait au rédacteur de ces pages de donner une place à ses propres réflexions.

Ajoutons qu'une opinion, malheureusement trop répandue, est que le zèle religieux brise chez le missionnaire tout lien de parenté ; l'exemple de l'abbé Desgodins prouve le contraire.

Puissent ces notes, qui donnent une idée très imparfaite des travaux du missionnaire lorrain, être lues avec les yeux du cœur par sa famille, avec ceux de l'amitié par ses anciens paroissiens, ses supérieurs, ses anciens et ses nouveaux confrères ! Puissent-elles enfin exciter quelque intérêt dans le public ! Si surtout elles pouvaient procurer quelques associés de plus à l'œuvre si éminemment catholique et civilisatrice de la propagation de la foi, notre but serait rempli.

@



PREMIÈRE PARTIE

FAITS PROPRES À LA MISSION

La pensée de l'homme ne s'élève et son horizon ne s'agrandit, que lorsqu'il se détache du monde et de lui-même. La résignation au sacrifice qu'il s'impose est sa véritable valeur devant Dieu. Et si, dans les affaires de ce monde, l'égoïsme joue un rôle immense, celui de l'activité du missionnaire désintéressé lui est sans contredit infiniment supérieur.

CHAPITRE I

Voyage du Havre à Dargeeling (Inde)

@

Départ du Havre. — p.007 Le 18 juillet 1855, à midi, comme cela a lieu journellement, la foule se pressait sur la jetée du Havre. Le
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   28

similaire:

Comprenant l\1870 Traditions et légendes de la Belgique Traditions et légendes...

Comprenant l\Exposé réalisé à partir des ouvrages suivants
«Physiopathologie et prévention des troubles liés à l’exposition à la chaleur ou au froid» du centre de recherche du service de santé...

Comprenant l\Pole capital humain direction des affaires sociale groupe management du médical

Comprenant l\Cette charte a été réalisée et modifiée par un groupe comprenant des élèves et des adultes
«Je suis au collège pour travailler et permettre à mes camarades de travailler, c’est pour cela que je m’engage à respecter les règles...

Comprenant l\Exposé du monothéisme des messagers et son antagonisme : la religion...
«Je désavoue totalement ce que vous adorez, à l’exception de Celui qui m’a créé, car c’est Lui en vérité qui me guidera»}3

Comprenant l\I introduction : I. 1 Exposé du problème

Comprenant l\Résumé La présente recherche a pour objectif d’étudier dans quelle...

Comprenant l\Renault: le chiffre d'affaires du groupe progresse
«tout à fait satisfaits» (étude menée fin 2007). 100 des sites industriels Renault (soit 39 au total) sont certifiés iso 14001

Comprenant l\Exposé sur frère Jean (Gargantua)
«Moi, je suis un moine accompli» (p 307) dans l’Abbaye de Seuilly. De plus, IL y a une particule dans son prénom «des Entommeures»...

Comprenant l\Photo Michel Chartrand: L’abbaye Sainte-Marie des Deux-Montagnes...
«La foi est une relation personnelle avec le Seigneur», explique sœur Marie-Laetita, la plus jeune des religieuses cloîtrées, aussi...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com