Cours de kinesitherapie objectifs du cours








télécharger 302.95 Kb.
titreCours de kinesitherapie objectifs du cours
page1/8
date de publication08.11.2016
taille302.95 Kb.
typeCours
p.21-bal.com > documents > Cours
  1   2   3   4   5   6   7   8


COURS DE KINESITHERAPIE


OBJECTIFS DU COURS

A la fin du cours l’étudiant en deuxième graduat en sciences de santé doit être capable de :

  • Connaitre quelques aspects de la rééducation fonctionnelle.

  • Avoir l’information sur quelques techniques de la kinésithérapie

  • Connaitre les effets de la kinésithérapie sur certaines affections

  • Orienter efficacement les patients nécessitant les soins de kinésithérapie

  • Participer et intégrer efficacement dans l’équipe multidisciplinaire.


PLAN DU COURS

INTRODUCTION ET DEFINITIONS

CHAPITRE. I LES GENERALITES

CHAPITRE II.QUELQUES TECHNIQUES UTILISEES EN REEDUCATION FONCTIONNELE

CHAPITRE III. CHAMPS D’APPLICATION OU DOMAINES D’INTERVENTION DE LA KINESITHERAPIE

CHAPITRE IV. QUELQUES EXAMENS EN KINESITHERAPIE

CHAPITRE V. CATEGORIE DU PERSONNEL IMPLIQUE DANS LE DOMAINE DE LA KINESITHERAPIE

INTRODUCTION ET DEFINITION DES CONCEPTS
La kinésithérapie peut se définir étymologiquement comme le "traitement par le mouvement". Au cours du temps, son champ d'application s'est étendu et couvre des domaines tels que la revalidation respiratoire et cardiaque, l'orthopédie, la pédiatrie, la neurologie, la gynéco-obstétrique...

Les études en kinésithérapie et réadaptation sont fondées sur la maîtrise des méthodes de kinésithérapie et de réadaptation.

Cette formation pratique s'appuie sur les sciences de la motricité, lieu de rencontre entre les sciences exactes, les sciences biomédicales et les sciences humaines (sciences sociales).

De plus, l'évaluation de la profession est telle que le kinésithérapeute n'est plus seulement amenée à soigner les déficiences physiques. Il doit également s'efforcer de faciliter la réintégration de la personne dans son milieu familial, social et professionnel. Santé, maîtrise de son corps, goût des contacts sociaux, disponibilité sont les atouts indispensables au kinésithérapeute.
OBJECTIFS DE LA KINESITHERAPIE:


  • Prévenir l’altération des capacités fonctionnelles (appareil locomoteur, respiratoire, cardio-vasculaire),

  • Concourir à leur maintien,

  • Rétablir ces fonctions,

  • Y suppléer ou compenser aux déficiences ou au handicap.

Ce constat nous mène au vocable « kinésiopathie », de kinèsis, mouvement et pathos, perturbation. C’est la science de l’étude du mouvement perturbé. Le corpus de cette discipline est à la fois scientifique (kinésiologie, biomécanique, anatomie fonctionnelle), clinique (observations consignées dans des nombreux ouvrages) et empirique (la répétabilité ou reproductibilité) du résultat positif servant alors de critère de jugement).

  • La kinésiologie : est la science de l’étude du mouvement (cinématique et cinétique) ;

  • La kinésio-pathologie : science de l’étude du mouvement perturbé ;

  • La kinésiopathie : état de mouvement perturbé ;

  • La kinésithérapie : c’est l’ensemble des techniques d’intervention qui portent remède au mouvement perturbé.

Le kinésithérapeute maîtrise différents outils (bilan clinique, techniques de bases et de massage, techniques spécialisées, ...) qui permettent d’améliorer le bien-être. Il réalise des actes destinés à prévenir, rétablir ou suppléer l’altération des capacités fonctionnelles de ses patients. Il travaille autant en cabinet privé qu’en milieu hospitalier.

Professionnel de la santé, il exerce ses compétences auprès des sportifs, dans les secteurs d’activité marchands et non-marchands. 

Toute fois Hippocrate au Vème siècle avant J.C. parle du rôle de l’exercice physique dans le traitements des paralysies et des fractures ;

Aujourd’hui Pierre Henry LING est considéré comme le père de la kinésithérapie moderne.

La kinésithérapie moderne doit son évolution actuelle aux deux guerres mondiales, qui ont tellement fait des traumatismes qui laissaient tant des séquelles. Ces dernières ont constitué l’objet de la nécessité d’une nouvelle orientation de la vision traditionnelle sur la maladie.

La conception traditionnelle sur la maladie se résume en:

  • Étiologie,

  • Symptômes,

  • Diagnostique,

  • Prescription médicale, pour une éventuelle guérison,

C’est conception traditionnelle sur la maladie, selon la classification internationale des maladies (C.I.M.), mais très vite avec les blessés graves des deux guerres mondiales, cette conception va montrer ses limites. Ces deux guerres mondiales ont révélé que :

  • Les victimes (traumatisés) passaient beaucoup de temps voire même des années à l’hôpital,

  • Il y avait ceux qui récupéraient sans séquelles,

  • Il y avait ceux quittaient l’hôpital avec des séquelles graves (osseuses, musculaires, articulaires, neurologiques et fonctionnelles) fortement invalidantes.

Ce troisième constant est à la base du développement des sciences du mouvement (le mouvement normal et le mouvement perturbé) ; qui vont introduire en médecine la classification internationale du handicap (C.I.H. en 1973-1980 de la commission Wood) et la classification internationale du fonctionnement (C.I.F. en 2002). Ce qui va changer la conception sur la maladie. Il y a des pathologies qui guérissent sans séquelles cfr C.I.M. ; quant aux pathologies qui guérissent avec séquelles, C.I.H. et C.I.F. nous exigent :

Maladie  ---> déficience ---> incapacité ---> Réadaptation ---> Autonomie avec ou sans dépendance
C’est l'approche du concept handicap.
Cette conception a introduit en médecine une nouvelle conception sur la maladie «  la vision holistique de l’être ».

Les déficiences ne sont autres choses que la conséquence d’une lésion structurelle et organique ayant des répercutions sur la fonction. C’est ici où tire la base scientifique actuelle de la kinésithérapie.

La rééducation a connu une période de croissance très active depuis la Seconde Guerre mondiale, avec comme point d’orgue la décennie 1970-1980 qui a témoigné d’un intérêt soutenu pour le handicap, tant sur le plan social que médical.

  • DÉFICIENCE :

La déficience est définie comme toute réduction partielle ou totale de la capacité d’accomplir une activité d’une façon normale ou dans les limites considérées comme normales pour un être humain

  • INCAPACITÉ

C’est la difficulté ou l’impossibilité de réaliser des actes élémentaires ou plus complexes ; ce n’est plus l’organe qui est concerné mais la personne dans ses différentes fonctions (communication, soins corporels, locomotion….). Dans la classification de WOOD, elle s’exprime par des verbes d’action : se laver, se nourrir, marcher, courir…. Les incapacités peuvent être la conséquence d’une déficience mais toute déficience n’entraîne pas une incapacité.

  • HANDICAP ou désavantage social :

Le handicap introduit une dimension de relation de l’individu avec son environnement. Le handicap se définit comme désavantage social pour un individu résultat d’une déficience ou d’une limitation ou d’une incapacité et qui limite ou interdit l’accomplissement d’un rôle normal en rapport avec l’âge, le sexe, les facteurs sociaux et culturels. C’est la difficulté ou l’impossibilité pour une personne à jouer ou à remplir ses rôles sociaux auxquels elle aspire ou que la société attend d’elle. Dimensions affectées par le handicap :

    1. Les actes essentiels de la vie quotidienne,

    2. La famille

    3. La mobilité

    4. La formation

    5. Le travail

    6. Les loisirs

    7. La vie sociale

Le handicap traduit une désadaptation de l’individu par rapport à son milieu ou son environnement.

Donc la kinésithérapie trouve sa place :

  • Dans la médecine promotionnelle ou soins promotionnels

  • Dans la médecine préventive ou soins préventifs

  • Dans la médecine curative ou soins curatif

  • Dans la médecine Séquelles et la réinsertion (réadaptation) ou soins réadaptationnels.




  1. Rappel sur les objectifs

De part les objectifs de notre cours, il est clairement établit que ce cours ne vise pas à rendre les apprenants des Kinésithérapeutes. Le but étant d’offrir ces futures Infirmiers des informations claires sur les techniques de Kinésithérapie et leurs moyens d’action.



  1. Constat sur ce qui se vit dans les milieux hospitaliers par rapport à la Kinésithérapie

En nous référant sur le fonctionnement des structures sanitaires de notre pays en général et de notre Province en particulier, nous remarquons que très peu d’entre elles organisent des services de Kinésithérapie. Cela démontre en suffisance du manque d’intérêt aux techniques de Kinésithérapie dans la dispensation des soins.



  1. Vision de la kinésithérapie vis à vis de notre population

Sachant que la Kinésithérapie est un domaine de soin récent dans nos milieux, la population locale connais mal ses effets sur la plus part des maladies même pour lesquelles les actes Kinés sont bénéfiques.


  1. Espoir (souhait)

Nous osons croire qu’à l’issu de ce cours les apprenants pourrons mettre a profit toutes les informations reçues et qu’ils seront en même de faire prévaloir les aspects de la Kinésithérapie dans leurs prestations chaque fois que cela sera nécessaire.
CHAPITRE I. LES GENERALITES


    1. DEFINITION

La kinésithérapie

C’est l’art de guérir en utilisant toutes les techniques générales et spécifiques du mouvement.

En grecque, c’est terme ou mot kinésithérapie signifie Kinésis = mouvement et Thérapie = soins ou traitement
La Physiothérapie

Signalons que dans certains pays et surtout les pays francophones, le mot physiothérapie peut signifier kinésithérapie ( il s’agit seulement d’appellation selon les différents pays. Mais en vrai dire, la physiothérapie dans sa vraie signification ; veut dire la thérapie qui fait recours ou utiliser les agents physiques tels que : l’eau, la boue, le soleil ( lumière) l’électricité, le mouvement, la chaleur, le froid, etc.

La Rééducation fonctionnelle

C’est le rétablissement (reprise) de la fonction motrice après une perturbation quelconque par suite d’une maladie ou une infirmité.

Réadaptation

C’est le résultat final d’une progression des diverses techniques individualisées pour adapter le sujet aux exigences de la vie et du travail et dont l’objectif final est celui d’une recherche de l’indépendance du patient l’automobile


    1. BUT DE LA KINESITHERAPIE

  • Récupérer les mouvements anatomiques de différents segments du corps (souplesse articulaire, force musculaire).

  • Entretenir les mouvements anatomiques dans certains cas.

  • Correction des positions des segments les uns par rapport aux autres (attitudes correcte).

  • Préparer la rééducation fonctionnelle des mouvements (massage, mobilisation), la réadaptation motrice professionnelle, socio – scolaire, en vue de la réhabilitation (réinsertion) du malade dans son milieu social, familial, professionnel, etc.

  • L’apprentissage de l’emploie des appareils orthopédiques (prothèses, orthèses)




    1. . MOYENS UTILISES EN KINESITHERAPIE

On distingue deux grands types : Les cinèses et les anacinèses

  • Les Cinèses :

Signifie mouvements. Ces mouvements peuvent être classés en deux sortes dont en mouvement actifs dynamiques ( analytiques/systématique) ou simplement statiques ; soit en mouvements dits passifs.

  • Les anacinèses :

Signifie immobilisation (inactivité).

Cette immobilisation en kiné peut se faire de deux manières : par posture (manuelle..) ou avec plâtre orthopédique


    1. . PRINCIPE DE BASE DE LA KINESITHERAPIE

  • Connaître l’état du patient

  • Adapter le traitement kiné à chaque patient

  • Varier les exercices

  • Gradation des exercices




    1. . EQUIPEMENT DE BASE (utilisés en kiné)

  • Les mobiliers (tables de traitements, tabourets,…

  • Les accessoires de la pouliethérapie (crochets, élingues, poulie, crochet, mousqueton, etc)

  • Les engins de la mécanothérapie (des MI et MS) tel que : chevrières, poignets en bois ou en cuire, etc.)

  • Les appareils de traction ‘ colliers de Sayer, sangles, cordes, poulie)

  • Les appareils de massage (vibromasseur, G5)

  • Les appareils de mesure (thermomètre, tensiomètre, mètre ruban, goniomètre, pèse personne

  • Les appareils d’électrothérapie (dia dynamique de Bernard, ultra sons, stimulateur, ondes courtes




    1. LES ABREVIATIONS UTILISEES EN KINE

Plusieurs abréviations sont utilisées en kinésithérapie dont certains sont écrites en majuscules et d’autres en minuscules selon qu’il s’agit de l’importance du partie du corps concernée. Quelques principes concernant les abréviations

  • Les parties du corps sont écrites en majuscule

  • Les abréviations se terminent par un point

  • Les noms des mouvements du corps sont écrits en minuscule

  • Les noms pluriels prennent un «  s » à l’exception du nom genou qui prend un «  X »


1.7. POSITIONS FONDAMENTALES

L’on distingue deux positions fondamentales :

  • Positions primaires ou de base

  • Positions dérivées


1.7.1 Positions Primaires

Elles comprennent :

  • la station

  • la position l’assise,

  • l’agenouille,

  • le décubitus


1.7.2 Positions dérivées

a) De la station

  • Par modification des MI

  • Par modification des Ms

  • Par modification du tronc


b) Du décubitus

  • par rapport au point d’appui

Coucher ventral = facial

Coucher latéral

Coucher dorsal

  • Modification par rapport au tronc ou MI

Demi - coucher dorsal

Coucher dorsal MI en déclive

Demi-coucher facial

  • Décubitus déclive (Trendelenburg)


1.8. Les MOUVEMENTS DU CORPS HUMAIN

Les différentes articulations autorisent des mouvements en fonction de leurs formes et structures, c’est ainsi que nous parlerons des mouvements suivants :

  • Flexion: courbure ou diminution de l’angle entre 2 segments articulés du corps, les extrémités distales se rapprochent ;

  • Dorsiflexion: décrit la flexion au niveau de l’articulation de la cheville c'est-à-dire celle qui se produit lorsqu’on grimpe ou qu’on soulève les orteils au dessus du sol.

  • Flexion plantaire: oriente le pied ou les orteils vers la surface plantaire ou plante du pied.

    • Exemple: se soulever sur la pointe de pieds.
  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconCours de fiscalite genrale objectifs Général du Cours

Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconObjectifs du cours

Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconTp cours objectifs de l’activité

Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconProgramme de géographie Objectifs de la séquence
«Mondialisation et dynamiques géographiques des territoires» au cours de ce seul thème introductif

Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconCours d’essai horaires des cours saison 2015-2016 (Adultes)
«aptitude à la pratique des sports de contact», délai de 10 jours après la reprise des cours

Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconCours d’essai horaires des cours saison 2016-2017 (Adultes)
«aptitude à la pratique des sports de contact», délai de 10 jours après la reprise des cours

Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconCours de mme tenenbaum
«bis». IL n’y aura pas de résumé ou topo du cours présenté par le(a) chargé(e) de td au début de chaque séance. Le cours doit donc...

Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconPrevention en kinesitherapie

Cours de kinesitherapie objectifs du cours icon0 Urbanisme (2). Note du 22/3/02
«analyse des contenus des cours existants et futurs» afin de «formuler une proposition d’un ensemble de cours structuré et complémentaire...

Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconCours n° 28: Sira partie 3 Thème IV: Histoire de l’Islam Leçon n°19:...
«successeur» (sous-entendu du Prophète), terme dérivé du verbe khalafa (xalafa, خَلَفَ) signifiant «succéder»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com