Utopie (ce lieu qui selon l’étymologie grecque n’existe pas et que nonobstant nous voulons toujours atteindre) ou de conquête (notre «quête commune»








télécharger 261.66 Kb.
titreUtopie (ce lieu qui selon l’étymologie grecque n’existe pas et que nonobstant nous voulons toujours atteindre) ou de conquête (notre «quête commune»
page1/14
date de publication14.04.2017
taille261.66 Kb.
typeUtopie
p.21-bal.com > documents > Utopie
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14
d:\mes documents\travail\festival latin grec 2005 2007\festival 2005 et apparentés\portfolio\couvertire.jpg

..\illustrations\sigle dernier couleur.jpg



PREMIER FESTIVAL EUROPEEN DU GREC ET DU LATIN

4-6 MARS 2005

à BECHEREL, village des livres,

entre Rennes et Saint-Malo.
Un Premier Festival Européen Du Grec et du Latin, le projet est ambitieux.

Il répond à des désirs souvent exprimés : l’Appel pour le Latin et le Grec 2004, publié aux éditions parisiennes Les Belles Lettres, n’a-t-il pas réuni 70 000 signatures ?
Ce Festival éveille des enthousiasmes et des collaborations inespérées. Des associations de professeurs et universitaires bien sûr (SEL, APLAES, CNARELA, SPLG …), mais aussi d’éditeurs, de journalistes, de mathématiciens, d’artisans. Dans une petite librairie de Bécherel, Harry Potter en latin s’est vendu cet été à raison d’un tous les deux jours. Des journaux européens comme L’Europe Nouvelle du Dr. Cécile Vrain, basée en Hongrie et qui vient d’obtenir le prix du « Mot d’Or », sont prêts à participer à l’aventure.
Le traducteur d’Astérix en latin - 22 en 40 ans ! - est allemand (Graf von Rothenburg, alias Rubricastellanus), celui de Harry Potter en grec ancien (Harry Wilson) est anglais. Des professeurs de l’université de Neuchâtel inventent des modules pédagogiques très vivants sur Internet. Les sites internationaux de qualité, depuis quelque temps, se multiplient. Une radio finlandaise parle latin,

Des Russes traduisent en cette langue les blagues de l’ère soviétique …
Dans le Nouveau Monde, comme en Europe centrale – où le latin se parle entre peuples de langue différente dans certains milieux -, le latin n’a jamais été si vivant, avec des sites entiers sur la Toile consacrés à des poètes latins … contemporains. Quant à la Grèce, après la finale de l’Euro 2004 et le triomphe de l’équipe grecque contre Lisbonne, les journaux ne reprirent-ils pas en chœur le vieux mot lancé en 490 av. J-C par Philippides après la victoire de Marathon (sur les Perses) :  Nenikekamen, « nous avons gagné ! ».
Européennes et vivantes sont ces deux langues qui nous permettent de nous comprendre entre peuples qui disent « porte » (du latin porta) et peuples qui disent « door » ou « Tür » (du grec thyra). Deux langues, racines de nos mythes et de nos rêves, de nos valeurs d’utopie (ce lieu qui selon l’étymologie grecque n’existe pas et que nonobstant nous voulons toujours atteindre) ou de conquête (notre « quête commune »), les langues-mères de l’Europe des cultures.

d:\mes documents\travail\becherel\projets\fetelatingrec\illustrations\film\ppda.jpg
Pour manifester son soutien au premier Festival Européen de Latin et de Grec et son plaisir de le voir se tenir dans la ville des libraires et bouquinistes de Bécherel, le présentateur vedette de TF1, Patrick Poivre d’Arvor a accepté de présenter les gros titres du Journal de l’an 429 av. J-C dans l’Athènes de Périclès et du « Miracle grec », suivis d’un bref entretien. Le DVD sera montré à nouveau pour les festivals suivants.
Plusieurs professeurs ayant demandé pour leurs classes cet extrait, P.P.D.A. a volontiers accepté de leur en autoriser la diffusion, dans un cadre pédagogique.
429 av. J-C

Périclès fils de Xanthippe petit-neveu de notre législateur Clisthène et cousin des Alcméonides, réélu stratège d’Athènes. Pour ses trente ans de pouvoir, il nous accorde une interview exclusive.

Deuxième guerre du Péloponnèse : Sparte connaît des revers. Une bataille meurtrière près de Corinthe.

Procès d’une courtisane accusée d’impiété. Aspasie et Socrate témoins à décharge.

Après vingt ans de travaux, les sanctuaires de l’Acropole détruits par les Perses presque entièrement reconstruits.

Au théâtre, l’auteur d’Alceste et de Médée, le poète Euripide, fait répéter sa prochaine pièce. Et le magistrat Sophocle, auteur d’Antigone, reprend son Œdipe Roi.

A la palestre, les athlètes et les musiciens se préparent pour les prochains Jeux.
Entretien filmé, avec Jacqueline de Romilly, de l’Académie Française (DVD)d:\mes documents\travail\becherel\projets\fetelatingrec\portfolio\jromillyphoto.jpg
« Une fois, voilà quelques années, j’ai fait un exposé dans une classe d’enfants de neuf ans. Une petite fille m’a dit : Madame, chez les Grecs, la déesse du mariage c’était Héra et la déesse de l’amour c’était Aphrodite, pourquoi c’était pas la même ? C’est ça aussi que j’ai aimé dans l’enseignement. »


  • Quand je parle, à quelque niveau que ce soit, je me sens encore professeur, j’ai envie que les gens apprennent, qu’ils en tirent quelque chose, qu’ils s’enrichissent.

  • Alors, grec et latin, langues vivantes ou langues mortes ?

  • Eh bien, en général, les défenseurs du latin et du grec protestent beaucoup contre l’expression « langues mortes », et c’est vrai que d’une certaine manière, c’est très injuste, non seulement parce qu’il existe une langue grecque contemporaine proche de la langue antique, mais surtout parce que ces langues vivent dans nos langues. On reconnaît les racines qui viennent du grec ou du latin, avec des emplois souvent différents – en ce sens-là, elles sont vivantes et nous nourrissent encore. Mais je suis encore une des personnes qui ne répugnent pas à dire « langues mortes » parce que, dans l’enseignement qui m’importe avant tout, le fait qu’elles ne soient plus parlées comme elles l’étaient dans l’Antiquité, fait qu’elles réclament un effort de réflexion, d’attention, d’analyse. On ne peut pas apprendre le latin et le grec comme ça, en devinant, par à-peu-près, par une sorte d’instinct : il faut analyser. Et, pour moi, c’est un exercice merveilleux non pas seulement pour se rendre maître du latin et du grec, mais parce que ça oblige à faire le même effort pour d’autres langues que des langues vivantes, pour analyser comment ça marche, pour comprendre sa propre langue, pour voir le détail, être précis. En ce sens, ces langues ont l’avantage d’être encore vivantes dans une certaine mesure, mais mortes, ce qui les rend un outil d’enseignement inégalable. Nous tenons beaucoup, nous qui défendons le latin et le grec à ce que ce ne soit pas un enseignement réservé à la filière littéraire. Il est capital que ça serve aussi de formation aux scientifiques. D’ailleurs les meilleurs élèves, les meilleurs étudiants viennent des classes scientifiques. Je crois que le goût de la précision y est pour beaucoup.  J’avoue que j’étais très bonne en mathématiques.



  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14

similaire:

Utopie (ce lieu qui selon l’étymologie grecque n’existe pas et que nonobstant nous voulons toujours atteindre) ou de conquête (notre «quête commune» iconToute chose qui existe finit par disparaître. Pourtant notre ego...
«tu es immortel, les accidents c’est pour les autres, ça ne peut pas t’arriver !»

Utopie (ce lieu qui selon l’étymologie grecque n’existe pas et que nonobstant nous voulons toujours atteindre) ou de conquête (notre «quête commune» iconMichèle Bourton, ancien professeur dans l'Éducation nationale, a...
Elle nous a envoyés notre numéro d'établissement national. Nous sommes connus et inspectés par l'Éducation nationale, mais nous ne...

Utopie (ce lieu qui selon l’étymologie grecque n’existe pas et que nonobstant nous voulons toujours atteindre) ou de conquête (notre «quête commune» icon"Déterminisme et libre arbitre"
«Quel est (le genre) que nous allons pratiquer dans ces entretiens? C'est certainement le genre unanimiste», qui «ne manquera pas,...

Utopie (ce lieu qui selon l’étymologie grecque n’existe pas et que nonobstant nous voulons toujours atteindre) ou de conquête (notre «quête commune» iconUtopie de la conquête de l’espace
«la symphonie polyexpressive» futuriste d’une «réalité chaotisée» comme ils l’écrivent dans leurs manifestes, notamment le Manifesto...

Utopie (ce lieu qui selon l’étymologie grecque n’existe pas et que nonobstant nous voulons toujours atteindre) ou de conquête (notre «quête commune» icon«La question de la moralisation de la vie publique, et en premier...

Utopie (ce lieu qui selon l’étymologie grecque n’existe pas et que nonobstant nous voulons toujours atteindre) ou de conquête (notre «quête commune» iconAvant-propos La lessive qui ne pollue pas, ça n'existe pas, mais
«saleté» et choisir l’effet ou la combinaison des effets qui sont nécessaire pour enlever la saleté

Utopie (ce lieu qui selon l’étymologie grecque n’existe pas et que nonobstant nous voulons toujours atteindre) ou de conquête (notre «quête commune» iconLittérature québécoise
«Les Propos du Samedi seront avec tous ceux qui voudront nous lire un échange très simple, et cordial, d’impressions, d’idées, de...

Utopie (ce lieu qui selon l’étymologie grecque n’existe pas et que nonobstant nous voulons toujours atteindre) ou de conquête (notre «quête commune» iconL’information gratuite n’existe pas
«désespérément besoin que les journaux, magazines et sociétés de presse réussissent, car IL nous faut leur contenu»

Utopie (ce lieu qui selon l’étymologie grecque n’existe pas et que nonobstant nous voulons toujours atteindre) ou de conquête (notre «quête commune» iconPropos et textes recueillis, traduits et annotés
«Ceux qui nous font des reproches ne savent pas tout ce qu’il y a dans la nature d’artiste, et pourquoi nous imposer des devoirs...

Utopie (ce lieu qui selon l’étymologie grecque n’existe pas et que nonobstant nous voulons toujours atteindre) ou de conquête (notre «quête commune» iconNécessaire initial
«je suis» ? Nous répondons par la négative, non parce que nous n’aurions pas d’intuition immédiate de notre être, mais parce que...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com