Résumé IL s’agit d’étudier l’impact de l’attractivité physique des modèles masculins et féminins sur l’attitude à l’égard de l’affiche et du produit.








télécharger 115.18 Kb.
titreRésumé IL s’agit d’étudier l’impact de l’attractivité physique des modèles masculins et féminins sur l’attitude à l’égard de l’affiche et du produit.
page1/2
date de publication31.03.2017
taille115.18 Kb.
typeRésumé
p.21-bal.com > documents > Résumé
  1   2
Impact de l’attractivité physique des modèles sur l’attitude à l’égard de l’affiche publicitaire et du produit :

Rôle médiateur de la crédibilité

Pr. Nabil MZOUGHI*

Directeur de l’Unité de Recherche MaPReCoB

Institut Supérieur de Gestion de Sousse

Université de Sousse

B.P, 37, Khesama-East, 4051, Sousse, Tunisie

teachershello@yahoo.fr
Ichrak BEN SLIMANE

Membre de l’Unité de Recherche MaPReCoB

Institut Supérieur de Gestion de Sousse

Université de Sousse

7, Av Ali Ibn Abi Taleb, El Mourouj3, 2074, Tunis, Tunisie

ichrakbs@yahoo.fr
Dorsaf HADIJI

Membre de l’Unité de Recherche MaPReCoB

Institut Supérieur de Gestion de Sousse

Université de Sousse

03 rue moncef bey, el menzah VII, 1004, Tunis, Tunisie

dorsafhadiji@yahoo.com
Héla AYED

Membre de l’Unité de Recherche MaPReCoB

Institut Supérieur de Gestion de Sousse

Université de Sousse

13, Rue Elhariri Khaznadar II , 2052, Tunis, Tunisie

ayedhela@yahoo.com


*  Auteur à contacter


Impact de l’attractivité physique des modèles sur l’attitude à l’égard de l’affiche publicitaire et du produit :

Rôle médiateur de la crédibilité
Résumé

Il s’agit d’étudier l’impact de l’attractivité physique des modèles masculins et féminins sur l’attitude à l’égard de l’affiche et du produit. L’effet modérateur du sexe et de la catégorie du produit et le rôle médiateur de la crédibilité sont également testés. Un questionnaire est administré à un échantillon de 320 individus. Deux catégories de produits reliés à la beauté du consommateur sont considérés: à objectif esthétique et régulateurs de défauts. Les principaux résultats montrent d’une part que l’attractivité physique du modèle a un impact positif sur les l’attitude et que cet effet est plus important pour la dimension affective lorsque le modèle et le récepteur sont de sexes opposés. D’autre part, l’attitude à l’égard des produits est positivement influencée par l’attractivité physique des modèles et ce quelque soit la fonction du produit (régulateur de défaut ou renforcement de l’apparence). Cet effet est assuré par l’intermédiaire de la crédibilité du modèle.

Mots clés : Attractivité physique, crédibilité du modèle, attitude à l’égard de la publicité, attitude à l’égard du produit.

Impact of physically attractive models on Attitude Toward print ad and product:

Mediator role of credibility

Abstract

This study explores the effects of pairing highly versus lowly attractive models with enhancing and problem solving products. It seeks to test the impact of male and female models on attitude toward ads and product. A questionnaire was conducted on 320 participants in order to check these relations and to assess the moderating role of sex and product’s type and the mediating role of models credibility. We found that physical attractiveness has a positive impact on attitude toward ad especially when the model and the receiver are of opposed sexes. In addition, the attitude toward product was also positively influenced by physical attractiveness. This finding is confirmed with the two product’s category which is contradictory to our hypothesis. This effect is however mediated by model’s credibility.

Key words: Physical Attractiveness, model’s credibility, attitude toward ads, attitude toward product.


INTRODUCTION

Le corps est un atout commercial permettant à la publicité de mettre l’accent sur la provocation (Pazzale, 2004) et d’influencer les désirs primaires du consommateur. La société contemporaine accorde un grand intérêt aux apparences. Dion et al. (1972) évoquent le stéréotype: « Ce qui est beau est bien » (« What is beautiful is good »). Les individus classent inconsciemment les gens dans une variété de catégories cognitives (Damak, 1997). Le recours croissant à la beauté dans la publicité s’explique par son influence sur les consommateurs (Forkan, 1979). Indépendamment du produit et de la cible, les messages sont marqués par une forte présence des modèles à forte attractivité physique (Bower, Landreth, 2001; Baker, Caballero, Lumpkin, Madden, 1989 ; Caballero, Solomoon, 1984 ; Churchill, 1977 ; Peterson, Kerin, 1977). Plus le modèle est attirant, plus il est préféré, plus il est perçu favorablement et plus il a un impact positif sur le produit auquel il est associé (Smith, Engel, 1968 ; Kanungo, Pang, 1973 ; Kanungo, Johar, 1975 ; Baker, Churchill, 1977 ; Joseph, 1982 ; Caballero, Solomoon, 1984 ; Caballero, Lumpkin, Madden, 1989; Bower, Landreth, 2001). Les concepts abordés par la littérature sont la présence humaine dans la publicité (Gavard-Perret, 1993) et la provocation sexuelle du modèle féminin (Steadman, 1969 ; Gilly, 1988 ; Endres, Hug, 2004) ou encore l’attractivité des célébrités en publicité (Jaouad et Chandon, 2007 ; Fleck-Dousteyssier et Korchia, 2006 ; Marina et Rifon, 2005). Au niveau de la pratique, les publicitaires se fient plus à leur intuition qu’à des preuves empiriques (Bower, Landreth, 2001). Il paraît donc utile d’étudier dans un contexte expérimental l’effet de l’attractivité physique sur l’attitude du consommateur.

Il s’agit de vérifier si :

- L’introduction de modèles à forte attractivité physique peut avoir un effet sur l’attitude vis à vis du produit et du message,

- Cette relation dépend du sexe du modèle et du consommateur.

L’attractivité est mise en oeuvre pour différentes catégories de produits (Peterson, Kerin, 1977), en particulier ceux concernant la beauté et qui sont soit des produits régulateurs de défauts, soit des produits à objectif esthétique (Bower, Landreth, 2001). La congruence avec le produit a un effet sur la crédibilité du modèle. L’accent est mis sur le rôle de cette dernière dans la relation attractivité physique/attitude à l’égard du message (Joseph, 1982 ; Kamins, 1990 ; Ohanian, 1990 ; Till, Busler, 2000 ; Bower, Landreth, 2001).

Ces constats conduisent aux deux interrogations suivantes :

- Pour quels types de produit le recours à la beauté s’avère plus pertinent?

- La crédibilité du modèle assure t-elle un rôle médiateur dans la relation entre attractivité physique et attitude vis à vis du message?

La présente investigation répond à un double objectif :

- Opérationnalisation de la variable attractivité physique des modèles, aussi bien masculins que féminins ;

- Etude du recours à la beauté dans les affiches publicitaires et ce dans un contexte tunisien.

L’apport théorique de cette recherche se situe à deux niveaux : la prise en considération de la variable crédibilité, jusqu’alors peu étudiée et l’explication de la relation entre le stéréotype de l’attractivité physique et les pratiques publicitaires.

L’aide au choix des personnages constitue le principal apport managérial. Il doit être fait sur la base des attentes et des caractéristiques de la cible ainsi que sur la nature du produit promu. Les publicitaires intéressés par le marché tunisien et maghrébin trouveront ici réponse à certaines de leurs questions quant à l’influence de la catégorie du produit et du sexe du modèle sur la crédibilité de ce dernier.


  1. Concept de l’attractivité physique

    1. Approche psychologique et sociale

La majorité des réponses humaines sont reliées positivement avec l’attractivité physique de la personne, à travers son apparence (Berscheid, Walster, 1974 ; Chaiken, 1979 ; Cliffort, Walster, 1973 ; Dion, Berscheid, Walster, 1972 ; Horai, Naccari, Fatoullah, 1974 ; Landy, Sigall, 1974 ; Miller, 1970). Les individus ayant une attirance physique sont les plus engagés dans les relations amoureuses (Byrne, Erwin, Lamberth, 1970), les plus acceptés (Kleck, Richardson, Ronald, 1974) et exercent une forte influence sociale (Chaiken, 1979 ; Debevec, Madden, Kernan, 1986). Le courant traitant de la relation entre le stéréotype d’attractivité physique et la perception s’inspire de l’étude de Miller (1970) selon laquelle il existe des différences significatives associant l’attractivité des individus avec l’aspect positif du trait de personnalité. Elle est ainsi considérée comme un avantage social. Les personnes à forte attractivité physique des deux sexes sont non seulement perçues comme étant plus aimées et plus désirées (Dion, Berscheid, Walster, 1972; Kanner, 1994), mais aussi plus dignes de confiance et plus crédibles (Joseph, 1982). D’autres éléments de la littérature psychologique et sociale sont synthétisés dans la figure1.


Figure 1 : Résultats divers des recherches sur l’attractivité physique

Seul déterminant d’appréciation et de fréquentation

de partenaires de danse choisis par ordinateur. L’évaluation d’essai

écrit par ordinateur.

Brislin et Lewis, 1968.

Landy et Sigall, 1974.

Walster et al , 1960.

A
ATTRACTIVITE PHYSIQUE
ffecte les jugements et la durée de la peine infligée dans des cas simulés de jugements en justice.

Influence les attitudes des

professeurs par rapport aux

performances de leurs élèves. Efran, 1974.

Izzbett et Leginski, 1973.

Sigallet landy, 1973.

Clifford et Walster, 1973.

Landy et Sigall, 1974.

Influence la

popularité d’une personne



Dion et al, 1972.
Source : Pasini, S., (1996), « La corporalité : Conceptualisation et Implications Marketing », Actes du colloque de l’Association Française du Marketing, Vol 12, p 313.

1.2. Attractivité physique en marketing

L’utilisation de la beauté, masculine et surtout féminine, est de plus en plus remarquée dans les magazines et les affiches publicitaires. La beauté physique n’est plus utilisée dans le seul but d’accroître l’attention de la cible, mais aussi pour rendre la publicité plus sophistiquée et plus esthétique pour le récepteur (Peterson, Kerin, 1977).
1.2.1. Modèles décoratifs en publicité

Les modèles sont utilisés dans les messages publicitaires pour montrer un lien direct et connu avec le produit, ou sans même qu’il y ait de relation avec le produit ou que leur présence soit réellement nécessaire dans la publicité (Joseph, 1982). Ces « modèles décoratifs » sont introduits uniquement grâce à leur beauté physique. C’est cette deuxième catégorie de modèle qui domine depuis quelques années dans la pratique publicitaire. Les modèles attrayants ne sont plus utilisés dans les publicités mettant en valeur des produits reliés à la beauté du consommateur (produits cosmétiques ou de lingerie), mais également ceux n’ayant aucune relation directe ou indirecte avec l’apparence physique de la cible (produits industriels, électroniques, etc.). Le recours à la beauté peut être dû à son caractère évocateur générant un plaisir d’ordre esthétique et/ou érotique qui suscite l’intérêt du récepteur envers le message et le pousse à l’action (Ben Cheikh Ahmed, 2003).

Le rôle de la « femme décor » dans la publicité, bien qu’il soit traditionnel, demeure essentiel (Lundstrom, Sciglimpaglia, 1977; Widgery, Robin, Ruch, 1981). Les modèles féminins attrayants sont plus persuasifs, surtout lorsqu’ils ont rôle décoratif (Gilly, 1988). «Le recours à l’inclusion de jeunes femmes très séduisantes en publicité, autant que modèles décoratifs, est maintenant une des décisions créatives les plus omniprésentes » (Saâd, 2004).

Le sexe du récepteur joue un rôle dans la relation entre cette variable et l’attitude à l’égard du message (Baker, Churchill, 1977 ; Gordon, 1983; Caballero, Solomon, 1986 ; Stern, 1999 ; Brett, 2003).
H1 : Le sexe des sujets a un effet significatif sur l’attitude à l’égard de la publicité.
L’attitude à l’égard de la publicité est considérée à travers ses composantes cognitive, affective et conative (Baker, Churchill, 1977 ; Gordon, 1983) :

  • H1-1 : Le sexe des sujets a un effet significatif sur l’attitude cognitive à l’égard de la publicité.

  • H1-2 : Le sexe des sujets a un effet significatif sur l’attitude affective l’égard de la publicité.

  • H1-3 : Le sexe des sujets a un effet significatif sur l’attitude conative à l’égard de la publicité.


1.2.2. Attractivité physique et attitude à l’égard de la publicité

La présence d’un modèle attrayant conditionne la perception des individus. Une voiture, par exemple, paraît « plus attrayante, plus vivante, plus jeune et plus esthétique » lorsqu’elle est insérée avec un modèle attrayant (Smith, Angel, 1968). Le modèle affecte les perceptions subjectives des caractéristiques objectives de la voiture (Baker, Churchill, 1977). L’attractivité physique a un effet positif sur le changement d’opinion de la cible ainsi que sur la mémorisation publicitaire (Joseph, 1982 ; Steadman, 1969 ; Cohan, 2001 ; Endres, Hug, 2004 ;  Orth, Holancova, 2004).

D’autres chercheurs avancent que l’effet positif de l’attractivité physique dans la publicité dépend du produit (Kanungo, Pang, 1973). Ils suggèrent ainsi l’intégration de la variable « congruence entre le modèle et le produit » afin de générer une plus forte efficacité publicitaire. Baker et Churchill, (1977) trouvent que l’effet de l’attractivité physique sur l’efficacité publicitaire est positif mais il est modéré par le type du produit ainsi que le sexe du récepteur et celui du modèle lui même.

Plusieurs études (Caballero, Solomoon, 1984 ; Caballero, Lumpkin, Madden, 1989 ; Joseph, 1982 ; Bower, Landreth, 2001) supportent les avantages de l’attractivité physique et son effet positif sur l’attitude à l’égard de la publicité.

  • H2 : L’attitude à l’égard de la publicité est plus forte lorsque le modèle qui y figure est physiquement attrayant que lorsqu’ il est non attrayant et ce quelque soit son sexe.

    • H2-1 : L’attitude cognitive à l’égard de la publicité est plus forte lorsque le modèle qui y figure est physiquement attrayant que lorsqu’ il est non attrayant et ce quelque soit son sexe.

    • H2-2 : L’attitude affective à l’égard de la publicité est plus forte lorsque le modèle qui y figure est physiquement attrayant que lorsqu’ il est non attrayant et ce quelque soit son sexe.

    • H2-3 : L’attitude conative à l’égard de la publicité est plus forte lorsque le modèle qui y figure est physiquement attrayant que lorsqu’ il est non attrayant et ce quelque soit son sexe.


Rôle modérateur du sexe du modèle 

Le rôle modérateur du sexe dans la relation entre l’attractivité physique et l’attitude à l’égard de la publicité est prouvé dans la littérature (Baker, Churchill, 1977). Selon la théorie d’apprentissage, l’attraction des hommes envers les femmes dans la vie quotidienne sera la même envers les modèles féminins dans le contexte publicitaire (Gordon, 1983 ; Cohen, Saine, 1977, Snyder, Rothbart, 1971 ; Horai et al, 1974). La réciproque est également vraie (Mills, Aronson, 1965 ; Peterson, Kerin, 1977). L’impact de l’attractivité physique varie ainsi, selon que le modèle et le récepteur sont de même sexe ou de sexe opposé.

H3 : Les modèles masculins à forte attractivité physique ont un impact positif plus fort sur l’attitude des femmes à l’égard de la publicité que celle des hommes.

    • H3-1 : Les modèles masculins à forte attractivité physique ont un impact positif plus fort sur l’attitude cognitive des femmes à l’égard de la publicité plus que celle des hommes.

    • H3-2: Les modèles masculins à forte attractivité physique ont un impact positif plus fort sur l’attitude affective des femmes à l’égard de la publicité plus que celle des hommes.

    • H3-3: Les modèles masculins à forte attractivité physique ont un impact positif plus fort sur l’attitude conative des femmes à l’égard de la publicité plus que celle des hommes.




  • H4 : Les modèles féminins à forte attractivité physique ont un impact positif plus fort sur l’attitude des hommes à l’égard de la publicité plus que celle des femmes.

    • H4-1: Les modèles féminins à forte attractivité physique ont un impact positif plus fort sur l’attitude cognitive des hommes à l’égard de la publicité plus que celle des femmes.

    • H4-2 : Les modèles féminins à forte attractivité physique ont un impact positif plus fort sur l’attitude affective des hommes à l’égard de la publicité plus que celle des femmes.

    • H4-3 : Les modèles féminins à forte attractivité physique ont un impact positif plus fort sur l’attitude conative des hommes à l’égard de la publicité plus que celle des femmes.


1.3. Attractivité physique et évaluation du produit 

Il existe deux catégories de produits qui touchent à la beauté physique du consommateur (Bower, Landreth, 2001). La différence majeure entre eux réside au niveau du degré de leur association à l’apparence de l’utilisateur.

- Les produits régulateurs de défauts: agissant indirectement sur la beauté du consommateur, ils sont destinés à résoudre des problèmes d’imperfection et à réparer des défauts (les produits de soin du corps, du visage, des cheveux, etc.).

- Les produits à objectif esthétique: ils agissent directement sur la beauté du consommateur. Destinés à mettre en valeur et à améliorer l’apparence physique de leur utilisateur, ces produits sont plus esthétiques que régulateurs de défauts. Ils peuvent être naturellement beaux (les bijoux) ou renforcent l’apparence de celui qui les possèdent par leur simple utilisation (le rouge à lèvre ou le parfum).

Rôle modérateur de la catégorie du produit 

Les produits esthétiques sont plus convaincants lorsqu’ils sont associés à des modèles à forte attractivité physique (Bower, Landreth, 2001). Cette parité entre produit esthétique et attractivité physique s’avère pertinente pour renforcer la qualité perçue du produit.

Les modèles à forte attractivité physique sont perçus ne pas avoir les mêmes soucis de beauté des gens « normaux ». Ils n’ont donc pas réellement besoin des produits régulateurs de défauts (Dion, Berscheid, Walster, 1972 ; Kanner, 1994 ; Walster et al, 1966). Les modèles « normaux » sont plus crédibles puisqu’ils sont perçus avoir plus d’expérience avec ces produits. Leur ressemblance avec le consommateur permet d’améliorer l’attitude envers le produit (Bower, Landreth, 2001).


  • H5 : La catégorie du produit modère la relation entre l’attractivité physique du modèle et l’attitude à l’égard des produits.

    • H5-1 : L’attitude à l’égard des produits renforçant la beauté du consommateur est plus forte lorsque ils sont associés à un modèle à forte attractivité physique vs faible attractivité physique.

    • H5-2 : L’attitude à l’égard des produits régulateurs de défauts est plus forte quand ils sont associés avec un modèle à faible attractivité physique vs forte attractivité physique.



2. Crédibilité du modèle

C’est « les caractéristiques positives du communicateur qui affectent l’acceptation du message par le récepteur  ». La littérature définie deux dimensions de la crédibilité : degré de confiance et  expertise (Ohanian, 1990; Lafferty et Goldsmith , 2004).
2.1. Degré de confiance accordée au modèle 

Il est défini comme « le degré de confiance qu’admet l’auditeur envers l’émetteur et son niveau d’acceptation du message » (Ohanian, 1990). C’est le niveau de confiance accordé au modèle et sa capacité à présenter les revendications que le consommateur considère les plus valides (Hovland et al, 1953). Lorsque le communicateur est perçu digne de confiance, un message opiniâtre est plus efficace en terme de changement d’attitude qu’un message non opiniâtre (Miller, Baseheart, 1969). Cette relation n’est pas significative avec un faible degré de confiance. Ce dernier est positivement corrélé à la ressemblance perçue du modèle avec le répondant, son niveau d’attractivité physique ainsi que son degré d’expertise (Mc Ginnies, Ward, 1980). Ce qui augmente la confiance et la crédibilité perçue de la source (Deshpandé, Stayman, 1994). Les modèles « normaux » deviennent donc plus appropriés puisqu’ils représentent mieux la majorité du public et sont donc perçus plus digne de confiances que les modèles attrayants (Bower, Landreth, 2001; Martin, Gentry, 1997 ; Duflos-Priot, 2000).


  • H6 : Les modèles à faible attractivité physique vs forte attractivité physique sont perçus être plus digne de confiance.


2.2 Expertise du modèle 

C’est l’étendu de l’habileté perçue du modèle à présenter des revendications valides sur le produit et le message (Ohanian, 1990). Elle est également appelée autorité (Mc Croskey, 1966), compétence (Witehead, 1968), expérience (Applbaum et Anatol, 1972) et qualification (Berlo, Lemert, Mertz, 1969). L’expertise perçue du modèle a un impact positif sur l’attitude (Horai, Naccari, Fatoullah, 1974 ; Milles, Harvey, 1972 ; Ross, 1973).

Les modèles attrayants sont perçus avoir une plus grande expertise et semblent être toujours entourés d’objets très esthétiques.

  • H7-1 : Les modèles à forte attractivité physique vs faible attractivité physique sont perçus avoir une plus grande expertise pour les produits renforçant la beauté.

Les modèles à forte attractivité physique ne sont pas perçus avoir des problèmes de beauté. Ils semblent donc avoir une faible expertise des produits régulateurs d’imperfection. Il est préférable de présenter un modèle faiblement attrayant quand il s’agit de promouvoir ce type de produit. Ce dernier doit représenter une solution efficace mais surtout crédible.

  • H7-2 : Les modèles à faible attractivité physique vs à forte attractivité physique sont perçus avoir une plus grande expertise pour les produits régulateurs de défauts.


Rôle médiateur de la crédibilité du modèle 
Une forte crédibilité de la part de l’émetteur génère un changement d’attitude. Le degré de confiance et l’expertise assurent une médiation entre l’attractivité physique et l’attitude à l’égard du produit (Bower, Landreth, 2001).


  • H8-1 : Le degré de confiance du modèle joue un rôle médiateur entre l’attractivité physique et l’évaluation du produit.

  • H8-2 : L’expertise du modèle joue un rôle médiateur entre l’attractivité physique et l’évaluation du produit.



Modèle de la recherche

Figure2 : Schéma conceptuel de la recherche


Sexe





Attractivité physique


Attitude à l’égard de la publicité







Attitude à l’égard du produit

Catégorie de produit






Expertise du modèle accordé au modèle





Degré de confiance accordé au modèle





Méthodologie de la recherche

Choix des stimuli

17 photos de modèles masculins et féminins extraites de magazines tunisiens et étrangers ont été sélectionnées. Un premier pré-test, effectué auprès de 40 individus (20 hommes et 20 femmes), a permis d’éliminer les modèles connus. Un deuxième pré-test a servi à mesurer l’attractivité physique des modèles restants sur une échelle sémantique différentielle à 7 points. Un troisième pré-test au près de 40 individus a mené au choix des produits correspondants aux deux catégories : le parfum (à objectif esthétique) et le gel nettoyant (produit régulateur de défauts). Ces deux produits ont été déjà proposés dans la littérature (Bower, Landreth, 2001) et sont utilisés aussi bien par les hommes que par les femmes.

Le plan d’expérimentation est ainsi 2x2x2 et se présente comme suit :

Tableau 1 : Plan d’expérimentation





Femme

Homme

Forte attractivité

Faible attractivité

Forte attractivité

Faible attractivité

Parfum

Affiche1

Affiche3

Affiche5

Affiche7

Gel nettoyant

Affiche2

Affiche4

Affiche6

Affiche8
  1   2

similaire:

Résumé IL s’agit d’étudier l’impact de l’attractivité physique des modèles masculins et féminins sur l’attitude à l’égard de l’affiche et du produit. iconCours : I les recherches qui portent sur l’impact de l’attitude sur le discours produit
«blocs» : alternance d’arguments faiblement polarisés des deux polarités (favorables et défavorables)

Résumé IL s’agit d’étudier l’impact de l’attractivité physique des modèles masculins et féminins sur l’attitude à l’égard de l’affiche et du produit. iconRésumé Le but de cet article est de fournir un modèle conceptuel...

Résumé IL s’agit d’étudier l’impact de l’attractivité physique des modèles masculins et féminins sur l’attitude à l’égard de l’affiche et du produit. iconRésumé : Les consommateurs réalisent souvent leur premier jugement...

Résumé IL s’agit d’étudier l’impact de l’attractivité physique des modèles masculins et féminins sur l’attitude à l’égard de l’affiche et du produit. icon*Réactions des buteurs après le tir*
«attitude dite de reconciliation et d’approbation …» ou IL est titulaire et que son manager l’encourage et trop aimable avec lui...

Résumé IL s’agit d’étudier l’impact de l’attractivité physique des modèles masculins et féminins sur l’attitude à l’égard de l’affiche et du produit. icon«Le millepatte ne s'arrête pas pour une patte boiteuse.» Thème :...
«le boulevard des superhéros». IL serait bien qu’il soit à la vue de tous les enfants et des parents. Vous pourriez également suspendre...

Résumé IL s’agit d’étudier l’impact de l’attractivité physique des modèles masculins et féminins sur l’attitude à l’égard de l’affiche et du produit. iconLa représentation des personnes âgées et impact sur le soin et l’accompagnement

Résumé IL s’agit d’étudier l’impact de l’attractivité physique des modèles masculins et féminins sur l’attitude à l’égard de l’affiche et du produit. iconRésumé : L’objectif de cette recherche est de Comparer l’effet de...

Résumé IL s’agit d’étudier l’impact de l’attractivité physique des modèles masculins et féminins sur l’attitude à l’égard de l’affiche et du produit. iconAdaptation de l’organisme à l’effort physique
«220 –âge (en années)»il s’agit de la fréquence cardiaque théorique maximale (fctm). L’augmentation de la fréquence des battements...

Résumé IL s’agit d’étudier l’impact de l’attractivité physique des modèles masculins et féminins sur l’attitude à l’égard de l’affiche et du produit. iconAdaptation de l’organisme à l’effort physique
«220 –âge (en années)»il s’agit de la fréquence cardiaque théorique maximale (fctm). L’augmentation de la fréquence des battements...

Résumé IL s’agit d’étudier l’impact de l’attractivité physique des modèles masculins et féminins sur l’attitude à l’égard de l’affiche et du produit. iconRésumé La présente recherche a pour objectif d’étudier dans quelle...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com