Des notions réglementaires qu’il est utile de connaître… Tout ce que vous devez savoir sur è








télécharger 210.43 Kb.
titreDes notions réglementaires qu’il est utile de connaître… Tout ce que vous devez savoir sur è
page4/5
date de publication03.04.2018
taille210.43 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5

Des qualités humaines



Qui interviennent dans la conduite d'une séance d'instruction et en conditionnent l'efficacité. Elles sont en partie innées, en partie acquises. Elles convergent sur l'aptitude à établir de bonnes relations avec l’auditoire.

L’entraîneur ou le moniteur sera efficace dans la mesure où il montrera de l’intérêt pour ses stagiaires, où il s'intéressera à leurs progrès plus qu'à ses propres performances de conférencier ou de démonstrateur.

Ces sentiments conduiront l’entraîneur ou le moniteur à chercher si les stagiaires comprennent, suivent, donc à établir le contact avec eux.
Par ailleurs, la formation dispensée doit provoquer un changement par rapport à des habitudes acquises. Pour obtenir ce changement il est nécessaire de remplir certaines conditions :


  • un entraîneur ou un moniteur qui soit compétent sur le sujet qu’il traite et en pédagogie,

  • son aptitude à établir la communication auprès de son auditoire,

  • un entraîneur ou un moniteur qui soit en mesure de contrôler l'efficacité de son enseignement.


Toute formation doit être envisagée en connaissant ces trois conditions « Clés de toutes bonnes communications »
Pour la formation d’adultes, il faut tenir compte également :

  • du vécu,

  • de l'âge,

  • des contraintes,

  • des responsabilités qui font la situation de l'adulte.


Pour être un bon pédagogue il faut savoir que :


  1. L'autorité de l’entraîneur ou du moniteur n'est pas acquise.

  2. La formation doit avoir un résultat concret en liaison directe avec

l’ activité exercée.

  1. La critique doit être constructive et non s’apparenter à une sanction qui rappelle le milieu scolaire, une vexation.

  2. L’expérience des personnes à qui s’adresse la formation est une base d’acquisitions de savoir dont l’évaluation doit être et prise en compte..

Or, communiquer n’est pas, à priori, chose facile

Pour bien communiquer, c’est-à-dire, bien apprendre aux autres, il faut susciter l'attention et vérifier que l'information est bien passée.



Le dialogue est nécessaire à toute communication entre deux êtres. Dans le cas précis qui met face à face un élève et un maître, ce dialogue commence souvent par un monologue qui fait du moniteur un enseignant mettant en application une méthode active.

Dans cette méthode de communication un certain nombre d'éléments de contrôle affirmant que le message a été perçu sont indispensables.

Il est important de bien cerner ces contrôles, les maîtriser parfaitement, en connaître les principaux rouages afin d’atténuer les effets néfastes des freins qui peuvent être mis à une bonne communication.
Voila comment pourrait se développer les différentes étapes qui constituent le cheminement d’un message de celui qui enseigne à celui qui apprend et la perte d'efficacité qui peut en découler. Il y a :
Tout ce que le moniteur veut dire

Ce que le moniteur dit en réalité

Ce que le l’élève entend

Ce que le l’élève écoute

Ce qu’il comprend

Ce qu’il retient

Ce qu’il peut restituer

Ce qu’il peut utiliser
L'information est naturellement tronquée. Pour pallier la déperdition de celle-ci vous devez :

  • être conscient qu'elle existe,

  • utiliser des stratagèmes pour diminuer la déperdition,

  • vérifier que l'information est passée.

Trois points-clés sont à retenir :

  • éveiller l'attention de l'auditeur,

  • savoir bien s'exprimer et avec conviction,

  • contrôler en questionnant en utilisation courante.

L'attention


  • Rechercher l'attention par l'organisation attractive de la séance

  • Etre convaincant, manifester une grande conviction Détecter les signes de relâchement de l'auditoire

  • Savoir poser des questions

  • Gérer les questions des stagiaires

  • Dire ce que l'on fait et faire ce que l'on dit et dire ce que l'on a fait

L'important c'est de savoir se placer dans des dispositions psychologiques favorables. Les techniques d'expression à utiliser sont nombreuses. 0n peut en rappeler quelques-unes :
a. Gestes :

  • posture dynamique

  • avoir de l'aisance, gestuelle tonique

  • attention aux tics
b. Regard :

  • garder le contact visuel

  • regarder en face sans fixer
c. Voix :

  • positionner sa voix, régler le débit

  • s'exprimer clairement

  • varier le rythme, ménager des silences



Les méthodes pédagogiques


Le répertoire des moyens pédagogiques peut être récapitulé de la façon suivante :


  • l'exposé, il est le plus souvent didactique

  • la leçon, qui est un tout

  • la démonstration, essentiellement pratique

  • l’exercice c’est aussi s'entraîner à mettre en pratique l’acquis enseigné. Il peut être théorique (exemple le code de la route et ses diapositives), il peut être pratique (c’est le cas de la conduite en ville) il peut faire suite directement à une démonstration)

  • la discussion, elle permet l'échange des idées


Ces moyens peuvent se combiner entre eux pour en pour accroître l'efficacité.
Les moyens sont des moyens… et non des fins en soi : d’où la nécessité de faire le (bon) choix des moyens…
Pour choisir il est nécessaire de tenir compte :


  1. du sujet, son degré de difficulté

  2. des stagiaires, âge et niveau

  3. du moniteur, aptitude et expérience

  4. des conditions de travail, lieu, climat, etc.


Les grandes méthodes pédagogiques peuvent se décliner en trois familles :
On distingue, à cet égard
a. Les méthodes affirmatives

  • exposé, le moniteur parle, les stagiaires écoutent

  • démonstrative, le moniteur montre les stagiaires regardent puis exécutent
b. Les méthodes applicatives

  • analogique, le moniteur fait comprendre un fait complexe en partant d’un fait simple et connu

  • interrogative, le moniteur fait découvrir progressivement le sujet en posant des questions de découverte
c. Les méthodes actives

  • découverte, le moniteur fait découvrir en posant un problème à résoudre dans son ensemble


Ces méthodes ne sont pas indépendantes elles peuvent se combiner au gré des besoins du formateur pour faire passer ses messages.

Comment bien préparer une leçon ? d’où l’intérêt de LA FICHE.



La meilleure préparation d’une séance d'instruction, passe par la rédaction d'une fiche ou l'étude et l'analyse d'une fiche déjà rédigée. Pour y parvenir de la meilleure façon qui soit, il est des questions préalables à se poser :


  • quel est le plan global d'apprentissage et sa progression

  • quel sera l'objectif de la séance, le message à passer ?

  • comment cette séance s'intègre dans le plan global d'apprentissage

  • quelles seront les connaissances, les techniques à enseigner pour atteindre ce but ?

  • comment sera découpé en phases successives l'enseignement de ces connaissances et de ces techniques, présentées de manière progressive avec des difficultés croissantes et un enchaînement logique ?

  • quels sont les points-clés à mettre en évidence ?

  • quels seront les procédés pédagogiques utilisés pour la présentation de l'enseignement et la mise en évidence des points-clés ?

  • comment les stagiaires pourront mettre cet enseignement en application ; quels contrôles seront prévus en fin de séance   en cours de séance   en début de séance ?

  • quelles seront les aides pédagogiques nécessaires ?

  • quelles seront les conditions matérielles d'organisation de la séance (horaire, lieu, moyens, matériels, etc. ) ?
a. Objectif

La détermination de l'objectif est particulièrement importante quand le moniteur doit rédiger sa propre fiche.
L'objectif est : ce que les stagiaires devraient savoir, ou savoir faire, à l'issue de la séance. Il fixe les connaissances nécessaires et suffisantes à enseigner en cours de séance.
Plus un moniteur est compétent dans une technique donnée, plus il doit se défier de sa tendance naturelle à enseigner plus qu'il n'est nécessaire pour atteindre l'objectif fixé.
Le moniteur n'a pas à "étaler" ses connaissances mais à conduire les stagiaires, tous les stagiaires, jusqu'à l'objectif qui doit donc être accessible à tous.
b. Plan

Les titres de ces étapes successives peuvent constituer un plan de fiche de moniteur.

Le déroulement d'une séance d'instruction passe par différentes étapes :


  1. L'introduction ou prise de contact

  2. Le corps de la séance ou leçon proprement dite

  3. La conclusion – séparation



  1. L'introduction ou la prise de contact


Aussi brève soit-elle, une introduction est indispensable pour préparer les esprits à recevoir l'information. C'est l'introduction qui mobilise l'attention des stagiaires, éveille chez eux le désir d'apprendre sans lequel tous les efforts de l'instructeur seraient vains
L'introduction doit comprendre les éléments suivants :
1. Liaison avec la séance précédente :


  • Dire aux stagiaires la progression logique qui conduit de la séance précédente à la séance actuelle,

  • Cet enchaînement comporte, en outre, l'avantage de replacer les stagiaires sur un terrain commun où les connaissances récemment acquises pourront être utilisées,

  • Une révision de la séance précédente (l'indispensable) peut constituer le lien entre les deux séances :

  • Sous forme de synthèse présentée par le moniteur,

ou

  • Sous forme de quelques questions de sondage (petit tests rapides avec évaluation du résultat).


On peut même parfois faire trouver par les stagiaires eux-mêmes le sujet qui doit être abordé comme suite logique du sujet traité à la séance précédente.
2. Indication de l'objectif de la séance :
Le sujet de la séance ne doit pas être présenté sous forme d'un titre plus ou moins abstrait, mais sous forme d'un objectif concret à atteindre par les stagiaires.
3. Importance du sujet traité :
Les stagiaires fourniront un effort d'attention dans la mesure où le sujet traité leur apparaîtra important.
Le moniteur peut mettre l'accent sur l'importance du sujet en lui-même et faire ressortir ce que la séance apportera aux stagiaires sur le plan de l'utilité et de l'efficacité dans les concours ou de l'enrichissement personnel.
L'importance du sujet peut être renforcée par des considérations extérieures, par exemple la perspective d'un concours ou d'un test ainsi que de l'importance du coefficient accordé au sujet traité en concours.
4. Indication de la manière dont l'objectif sera atteint :
L'inconnu est, pour les stagiaires, source d'anxiété et l'anxiété inhibe, dans une certaine mesure la faculté d'apprentissage.
Un principe permanent du moniteur sera donc de renseigner les stagiaires sur leurs conditions de travail afin de réduire la part de l'inconnu.
En particulier, au début de séance, le moniteur aura souvent intérêt à annoncer le plan de la séance et l'organisation générale de son déroulement.
La valeur d'une leçon dépend de sa préparation. La leçon doit être simple, claire, précise, logique.
La préparation d'une leçon comprend :


  • La documentation écrite (lectures, ouvrages nouveaux, revues) ou

orale (contacter au besoin un spécialiste : vétérinaire, juriste, éleveur, etc.).


  • La maîtrise parfaite de ce que l'on veut enseigner :

  1. Se remémorer ses propres connaissances en utilisant au besoin, des supports de cours existant ou de la documentation appropriée,

  2. Aller à l'essentiel de ce qu’il faut enseigner.

  3. Ordonner le fond de la leçon.




  • L'exécution d'un plan précis

Définition.

Objectif.

Classification des éléments essentiels dans l'ensemble.

Etude de chaque élément   Forme, rôle.

Fonctionnement de l'ensemble des éléments.

Conclusion.


  • Compléments

Terminologie : préparer une fiche avec les mots difficiles utilisés, les mots-clés.

Nomenclature des moyens nécessaires :

  • Matériel, documents

  • Schémas pour facilitez l'exécution de mouvements en cours de leçon.

  • Vérification du bon fonctionnement du matériel à présenter : Le réunir.


Il faut veiller à la phase restitution, qui se présente sous forme d'une synthèse des choses apprises et retenues. Elle vous permet de faire un bilan, de rectifier certaines choses mal perçues et de corriger votre présentation.

Avant la séparation, vous allez préparer vos stagiaires au thème de la leçon suivante.
IMPORTANT : L'introduction comme la conclusion ne peuvent être préparées par l’entraîneur ou le moniteur que lorsqu'il a déjà mis au point le corps de la séance.

La préparation d'une fiche

a. Thème

Le point de départ peut être

  • la simple indication du sujet à traiter

  • une documentation plus ou moins importante

  • une autre fiche dont celle rédigée par le moniteur pourra être une adaptation ou un résumé
b. Eléments

Les éléments d'une fiche donnent l'objectif les moyens et la progression

  • la délimitation du contenu de la séance et de sa durée

  • les indications sur l'organisation matérielle

  • les indications sur le déroulement pédagogique, liste des étapes

  • la mise en pratique
c. Structure

Adopter un cadre de fiche et y rester fidèle

  • préparation

  • partie préliminaire :

  1. Introduction ou prise de contact

  2. Leçon proprement dite

  3. Séparation ou conclusion


L'introduction comme la conclusion, doivent être entièrement rédigées (l'expérience ayant prouvé qu'il n'y a rien de plus difficile que d'ouvrir et de terminer une séance d'une manière convaincante).

Déroulement d'une leçon.



L'exécution de la leçon comprend trois phases principales :


  • La prise de contact

  • La leçon proprement dite

  • La séparation


Il convient d'ajouter la phase masquée qui concerne plus particulièrement le moniteur et l'encadrement du club, c'est la conclusion où on fait le bilan de la leçon

La prise de contact



a. Présentation : se présenter aux nouveaux adhérents et les présenter, présenter le groupe.

b. Contrôle des présences.

c. Mise en place des stagiaires

Répartition pour éviter les apartés entre maîtres ou les distractions entre chiens.

Il est souhaitable d'avoir des lieux adaptés :

  • Terrain avec matériels et accessoires, zone d'évolution balisée

  • Locaux avec tableau noir, tables et chaises, estrades pour les démonstrations, afin que tous les auditeurs puissent suivre facilement.

d. Interrogation de contrôle et de révision. Chaque question très précise amenant :

  • une réponse en deux ou trois mots

  • l'exécution de mouvements définis

e. Présentation du thème ou inscription du titre qui amènera la définition de la leçon.

La leçon



a. Donner ou écrire les paragraphes du résumé, titres, sous titres, mots–clés, au fur et à mesure du déroulement de la leçon

b. Faire vivre son groupe

Eviter les longues explications souvent fastidieuses.

Faire découvrir   Poser des questions   Etablir des liens avec les leçons précédentes.

c. Une démonstration ou croquis valent mieux qu'un long discours.

Les démonstrations ou les croquis sont fait au fur et à mesure.

d. Lorsqu'il doit y avoir présentation de matériel ou d'accessoire nouveau

ne pas le laisser en vue (distraction possible présentée par le caractère de nouveauté),

e. La leçon doit être adaptée au niveau de l'auditoire.

Chaque geste ou mot nouveau ou difficile sera expliqué.

f. Diriger la discussion. Ne pas se laisser entraîner. Ne pas éluder une question imprévue.

g. Méthode d'une interrogation.

Poser une question collective. Laisser réfléchir, puis désigner la personne qui doit répondre. L'interrogation orale est délicate avec des personnes d'âge mûr. Elles pourront être interrogées en atelier de travail pratique Exemple : amener une question sur le port de la muselière.

h. Ne pas oublier les pauses, apprécier la fatigue et la lassitude.

La séparation (ou fin de leçon)



Vérification de l'acquis : en fin de leçon, faire résumer l'idée d'ensemble. Préciser Les détails importants qui, en se rassemblant, formeront la synthèse de la leçon. Bien établir les liens entre la théorie et la pratique. Chaque geste pratique est en relation directe avec la technique.
Prendre congé de la classe en fixant le prochain rendez-vous

La conclusion



A la fin de la leçon

Noter sur une fiche les lacunes.

  • Repenser certains arguments dont on a senti la faiblesse.

  • Envisager, au besoin, une présentation différente.

  • Améliorer ou refaire les démonstrations, les schémas.


Fiche d'entraînement (modèle)




Titre

Référence :

Durée :


Introduction
L'introduction ou la prise de contact qui permet de se présenter de faire le lien avec la séance précédente.

Objectif


  1. Description de ce que l'équipe maître/chien sera capable de faire en fin de séance



Moyens


  1. préparer le lieu de la séance

  2. mettre en œuvre le matériel nécessaire

  3. utiliser si besoin des auxiliaires

  4. préparer des démonstrations



Progression avec la liste des étapes


  1. vérifier les pré-requis

  2. décrire chaque étape isolément

  3. définir les enchaînements d'étapes

  4. à chaque étape nouvelle reprendre l'enchaînement de toutes les étapes qui précèdent

Développement des apports


  1. Vérifier les acquis

  2. Refaire l'exercice dans des conditions différentes


Conclusion
Séparation ou conclusion de la séance qui sert à préparer la prochaine.
Enfin, on retiendra que ce n’est pas l’autorité qui initie le pouvoir de l’entraîneur ou du moniteur, mais c’est sa compétence qui fonde son autorité.


F § 2 : L’analyse succincte du comportement du chien

Le comportementalisme est une science à la mode qui est en constante évolution. Elle n’est pas dénuée d’intérêt pour l’entraîneur/moniteur de club quand il s’agit de conseiller un éventuel acquéreur de chien en lui évitant, autant que faire se peut le piège ‘’ du mauvais choix’’.
Quelques notions qu’il faut connaître …
Les modes de communication du chien


  • Olfactifs

  • Auditifs

  • Visuels

  • Tactiles

  • Gustatifs.


Chez le chien, l’olfaction est un organe sensoriel particulièrement performant. Les récepteurs sensoriels sont situés au niveau de la muqueuse olfactive, qui se distingue de la muqueuse respiratoire des cavités nasales et des sinus par une couleur brun jaunâtre qui lui vaut le nom de tache jaune. La mesure de cette tache et le comptage des récepteurs olfactifs vont vous donner une idée de l’importance de tout ceci : chez le berger allemand 170 cm² et 200 million de récepteurs, chez l’homme 10 cm² et 10 millions de récepteurs. La communication olfactive se fait principalement par les phéromones, substances susceptibles d’être perçues olfactivement par un congénère et déclencher chez lui une réaction comportementale ou physiologique (signalons que l’homme est inapte à percevoir la plupart des phéromones animales et encore moins à en comprendre la signification)
Les études (audiogramme) des fréquences audibles par le chien s’étendent de 20 Hertz à 60.000 Hertz, alors que l’homme n’entend pas les fréquences supérieures à 16.000 Hertz. ( ex: sifflets à ultrasons). Chez le chien, la communication auditive serait destinée à renseigner les congénères où se trouve celui qui émet les sons. Elle se fait par l’intermédiaire de sons vocaux (gémissement, cri aigu, aboiement, etc…) et non vocaux ( claquement des dents, halètement).
Les aptitudes visuelles : les axes optiques des yeux sont séparés par un angle de 20 à 50 ° selon les races, le champ visuel est de 250 à 280°. Le chien peut donc voir sur les côtés, et dans une certaine mesure, derrière lui. Par contre si son aptitude à voir en relief est meilleure que chez les herbivores, elle est moins bonne que chez l’homme et le chat. La communication visuelle est fondée sur les postures corporelles (mimiques faciales et activité gestuelle), plus que sur le regard lui-même.
Concernant la communication tactile, on pense que des informations transmises par le sens du tact seraient échangées dans certaines circonstances, chiens qui se « tâtent » de la truffe, dorment côte à côte, lors des jeux.
L’organisation sociale du chien.
Historique :
Vie en meute- structure hiérarchique incluant une notion de territoire
Conséquences :
Connaître les règles de la vie des meutes pour une bonne compréhension du chien car il essaie de retrouver au moins partiellement un contexte plus conforme à son hérédité en transposant et adaptant les conditions d’existence imposées par son maître – territoire à protéger – hiérarchie à imposer (besoin d’un chef ou d’être lui-même le chef).
Application pratique :
Lui définir son territoire et les règles de conduite vis à vis des membres de la famille en précisant sa position hiérarchique qui ne doit pas être celle d’un dominant.
Par exemple l’autoriser à être présent aux repas, voir même en profiter, manger avant tout le monde, en présence de tout le monde, est pour lui un signe de soumission de notre part et le sens de la hiérarchie est inversé. L’autoriser pendant le jeu à vous chevaucher vous met également dans la position du soumis.

Ce ne sont que des exemples, mais qui en interrogeant comme nous l’avons vu le maître qui vient avec un adulte à problème, vous découvrirez d’où peut venir ce problème. Et de là, il vous sera plus aisé de conseiller le propriétaire sur les changements de comportement à avoir, de même que le reste de la famille, pour obtenir un début de reprise en main du chien. Attention, ce ne sera pas la phase la plus facile, il ne faudra pas culpabiliser le maître, il faudra bien lui faire passer le message, au mieux même que ce soit lui qui découvre l’erreur qu’il a pu faire, car ensuite il faudra que lui arrive à convaincre le reste de la famille.



Le rebelle, appelé délinquant par d’autres, est toujours un chien hyperactif, parfois trop vite délaissé par la mère et qui a dicté sa propre loi dans la portée. Il dort peu, il s’habitue très lentement, est hyper vigilant. Il faudra très vite le traiter et avoir à l’esprit qu’un facteur déclenchant peut très vite le ramener dans la délinquance. C’est un chien potentiellement dangereux
Les indépendants, comme le nom l’indique n’ont pas un besoin vital de la vie en collectivité, ils n’hésiteront pas à mordre si on les dérange trop, par contre si l’autorité de l’homme est constante, présente et surtout cohérente (justice dans les punitions) ce seront d’excellents chiens de travail.
Les soumis, ou dépendants, par leur excès d’attachement sont des chiens infantiles respectant l’autorité, par contre ils auront tendance à la destruction de portes, meubles, etc… lorsqu’ils seront laissés seuls, ou à s’auto créer des lésions de la peau par léchage voir mordillements pouvant aller jusqu’à des plaies.
Enfin les tendres, souvent inhibés totalement, passifs, faciles à éduquer mais beaucoup moins aptes au dressage. Ils peuvent souffrir de troubles d’anxiété.
De nombreux tests ont été pratiqués, et l’on a eu tendance à mettre dans ces catégories de façon systématique certaines races. Si cela est vrai, il faut aussi et avant tout tenir compte de l’importance du maître dans ce comportement, et là aussi est le rôle du moniteur de mettre en garde le propriétaire sur les tendances de la race qu’il adopte. Maintenant dire à l’acheteur d’aller faire des tests scientifiques chez l’éleveur pour choisir le chiot ne sera, à forte raison, pas apprécié par l’éleveur sérieux. Chez celui-ci, une observation visuelle, même à diverses périodes de la croissance des chiots, de leur comportement apportera déjà beaucoup d’enseignements.



  1. Par association = récompense après une action bien effectuée (exemple un rappel correct = croquette)




  1. Par essai et erreur ou autopunition : exemple : le chien fugueur en longe qui se punit lui-même, ou chien qui s’approche trop près d’une plaque chauffante




  1. Répétition ou réflexes conditionnés (d’où l’importance de la tenue d’une fiche de séance)




  1. Imitation en organisant une séance de travail avec un congénère (exemple chien de berger sur troupeaux)








§ 3 : Des notions nutritionnelles et la préparation physique du chien.

Notions nutritionnelles

Définition et rôle :

Eléments simples que le chien ne peut synthétiser lui-même et qui doit entrer dans la composition alimentaire dans des proportions intégrant l’âge, le format, son stade physiologique et son état de santé.
L’eau : le chien peut rester des semaines sans manger mais pas plus de 3 jours sans boire. La perte de moins de 10 % de l’eau corporelle équivaut à la mort.
Protéines : importance de la qualité et non de la quantité (assimilation)
Minéraux :

- macroéléments : calcium, phosphore, sodium, etc. – importance du rapport phospho-calorique

- oligoéléments : fer, cuivre, manganèse, etc.
Aussi, dans la vie du chien sportif, on distinguera différentes périodes qui jalonnent ses activités :
Période de repos : aliments d’entretien de haute qualité
Période d’entraînement : passage progressif à une ration de travail ou ajout d’un complément alimentaire
Période de concours : stress du concours qui peut nécessiter une adaptation nutritionnelle
Période de désentraînement : retour progressif à l’entretien.
Conclusion :
PERFORMANCE = ALIMENTATION ADAPTEE + ENTRAINEMENT

Notions de préparation physique du chien


Il faut faire la différence entre la préparation physique du chiot et celle de l’adulte
Chiots : de 3 à 10 mois activité de type Endurance avec augmentation progressive de la durée et des parcours – augmentation du volume cardiaque puis activité de type fractionnée développant le muscle cardiaque et qui favorise les échanges sanguins et le débit d’oxygène.
Adulte : développement du ou des systèmes qui prédominent dans l’activité physique ou sportive à laquelle on destine le chien. (exemple muscles du cou et mâchoires dans les programmes de mordant, muscles des membres et du dos pour les sauts.

Chronologie d’une séance : points importants à ne pas négliger, à adapter en fonction des exercices programmés pour la séance définie ce jour là :
Echauffement : exercices légers permettant une amélioration du métabolisme énergétique et du débit sanguin (disponibilité en Oxygène) et permettant de diminuer le temps de contraction – réaction
Entraînement : progressifs en durée et intensité, évoluant en fonction des saisons
Retour au calme : exercices légers après l’effort qui aident à l’élimination des toxines accumulées dans le sang et les muscles (acide lactique ) ; moindre sensation de fatigue- meilleure récupération ; la pompe musculaire est maintenue en activité empêchant une accumulation de sang dans les extrémités.


1   2   3   4   5

similaire:

Des notions réglementaires qu’il est utile de connaître… Tout ce que vous devez savoir sur è iconJe remercie tout d’abord lyon place financiere et tertiaire de son...
«le 21e siècle, l’accès au savoir» avec un regard sur l’histoire et l’économie du savoir à travers le temps

Des notions réglementaires qu’il est utile de connaître… Tout ce que vous devez savoir sur è iconTout savoir sur l’hydratation pour mieux courir

Des notions réglementaires qu’il est utile de connaître… Tout ce que vous devez savoir sur è iconRapport : Un rapport général de votre parc de pc est disponible....

Des notions réglementaires qu’il est utile de connaître… Tout ce que vous devez savoir sur è iconVous devez rendre une copie par exercice, soit 4 copies

Des notions réglementaires qu’il est utile de connaître… Tout ce que vous devez savoir sur è iconFiche I : Berger, Un métier avant tout
«suivre» et «mener le troupeau», c'est-à-dire savoir adapter le nombre de têtes en fonction de la surface, faire pâturer sans abîmer...

Des notions réglementaires qu’il est utile de connaître… Tout ce que vous devez savoir sur è iconN. b : Pour en savoir plus sur les enjeux abordés dans cette activité,...

Des notions réglementaires qu’il est utile de connaître… Tout ce que vous devez savoir sur è iconPourriez-vous m’indiquer dans quelle mesure êtes-vous d’accord avec...

Des notions réglementaires qu’il est utile de connaître… Tout ce que vous devez savoir sur è iconInterview de Jean-Marc Lhermet, directeur sportif de l’asm
«Foot amateur et foot pro : est ce vraiment le même sport ?» tirée du site Newsring, nous permettrons d’en savoir plus sur la professionnalisation....

Des notions réglementaires qu’il est utile de connaître… Tout ce que vous devez savoir sur è iconDiscours sur la première décade de Tite-Live
«D'ailleurs les désirs de l'homme sont insatiables : IL est dans sa nature de vouloir et de pouvoir tout désirer, IL n'est pas à...

Des notions réglementaires qu’il est utile de connaître… Tout ce que vous devez savoir sur è iconRupture du tendon d’ achille
«la reprise de la cap sera possible lorsque vous réussirez à marcher sur la pointe des pieds. Essayez quand vous voulez, IL n’y a...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com