A propos de Charles Lutwidge dogson, Alias Lewis carroll








télécharger 11.19 Kb.
titreA propos de Charles Lutwidge dogson, Alias Lewis carroll
date de publication17.05.2017
taille11.19 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > comptabilité > Documentos
A propos de Charles Lutwidge DOGSON, Alias Lewis CARROLL

Fils du Diacre Charles DODGSON et de son épouse Frances Jane LUTWIDGE, l’écrivain anglais, professeur de mathématiques au Christ Church College d’Oxford et Diacre, Charles Lutwidge DODGSON alias Lewis CARROLL est né au tout début de l'ère victorienne le 27 janvier 1832 à Daresbury dans le Cheshire, petite bourgade proche de Manchester.
A partir de 1843 la famille déménagea à Croft dans le Yorkshire à l’abri dans un presbytère isolé comme dans un château fort. Son père était le pasteur très actif de la paroisse (école le dimanche, conférences, lutte contre la pauvreté… ).
Charles est le frère aîné d’une famille de onze enfants dont une majorité sont des filles. Tous étaient comme lui gauchers et comme lui bégayaient. Ces anomalies, partagées par une communauté soudée, permirent à Charles de développer une personnalité d’enfant doué, hors normes, dans un cocon protecteur.

Ses frères et sœurs furent son premier public et c’est à Croft que ses talents d’amuseur allaient illuminer toute sa vie (création de jeux de société, de théâtre de marionnettes, de jeux de prestidigitation, etc.) La famille connaissait le jeu d’échecs et avait même acheté des feuilles de parties pour noter les coups.

Dans « De l’autre côté du miroir » le temps, aussi bien que l’espace, se trouve inversé. On écrit à l’envers, on souffre d’abord, on se blesse ensuite. Dans ce monde bizarre, il faut s’éloigner du but pour l’atteindre.
Le psychanalyste américain John SKINNER estime que la gaucherie est à l’origine de cette obsession du renversement qui constitue l’un des thèmes dominants de Lewis CARROLL.
Il écrivit plus de 98 000 lettres dans sa vie : notamment des lettres à ses « amis enfants » tout en collaborant à des revues littéraires et de mathématiques.

Charles L. DODGSON, dans son âge mûr, prenait souvent plaisir à mystifier ses jeunes correspondantes en commençant ses lettres par la signature et en les terminant par le commencement.
Soulignons :

  • Son génie mathématique,

  • son amour des chiffres dont une prépondérance pour le nombre 42 présent dans toute son œuvre,

  • Sa grande maîtrise de la logique symbolique,

  • Son sens artistique très développé tant dans le théâtre que le dessin,

  • Ses travaux photographiques qui, pour certaines photos, s’avèrent être les plus réussies du XIXème siècle.


Notons qu’il fut aussi l’inventeur de multiples objets ; sans oublier son excellente condition physique : chaque semaine et dans une seule journée, il faisait environ 35 km de marche à pied !
Lors d’une promenade en barque, le 4 juillet 1862, l’écrivain fut captivé par la personnalité d’Alice LIDDELL (10 ans et demi), l’une des filles du Doyen du Christ Church College. Elle lui inspira le monde imaginaire d’Alice dont le succès, à l’époque, fut presque comparable à la Bible ! La suite d’Alice « De l’autre côté du miroir et ce qu’Alice y trouva » parut en 1871 lorsque Alice atteignit ses 19 ans.

Passionné d’échecs, Lewis CARROLL écrivit dans ses journaux intimes plusieurs passages qui rapportent ce fait. Il souligne qu’il notait ses parties avec ses frères, sœurs et tantes et indique même un déplacement à Londres pour assister à un match d’échecs (août 1866).
C’était sans doute le match opposant les deux plus grands joueurs du moment ANDERSSEN, et STEINITZ. Ils avaient disputé, dans les 3 clubs Londoniens (Westminster, le London Chess Club et le Saint Georges’s), un match qui s’acheva par la victoire de STEINITZ par 8 à 6.

STEINITZ devint le 1er champion du monde de l’histoire en 1886.
Enfin nous avons appris que dans sa bibliothèque se trouvait les livres d'échecs suivants :

- The Art of Chess-Play : A new treatise on the Game of Chess  (L'art de jouer aux échecs : un nouveau traité du jeu d'échecs, de George Walker de 1846.)

- The Chess-Player's Companion : Comprising a new treatise on Odds, and a collection of games (Le compagnon du joueur d'échecs : comprenant un nouveau traité sur les bizarreries échiquéennes et une collection de parties de Howard Staunton - 1849)

- The chess tournament, a collection of the games played at this celebrated assemblage (namely at the St. George's Club to mark the Great Exhibition) (Le tournoi d'échecs, une collection des parties jouées lors d’une exhibition au Saint George's Club de Howard Staunton – 1852.)


Lewis CARROLL en 1862
En savoir plus :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lewis_Carroll

Lewis Carroll and chess

similaire:

A propos de Charles Lutwidge dogson, Alias Lewis carroll iconLewis Carroll; Walt Disney et Tim Burton

A propos de Charles Lutwidge dogson, Alias Lewis carroll iconUne part de nous Petites Autobiographies Classe de 3èmeC
«Charles» mais cela rappela immédiatement à mon père le héros de La Petite Maison dans la prairie de Laura Ingalls Wilder, Charles...

A propos de Charles Lutwidge dogson, Alias Lewis carroll iconOn note parfois : opérateur de Lewis

A propos de Charles Lutwidge dogson, Alias Lewis carroll iconCharles Juliet, Lambeaux, Extrait n°2 (pages 129 à 132), 1995
«je» qui révèle une identité auteur/narrateur. Ici pas la moindre occurrence du «je»

A propos de Charles Lutwidge dogson, Alias Lewis carroll iconA propos de eBooksLib com

A propos de Charles Lutwidge dogson, Alias Lewis carroll iconAvant-propos

A propos de Charles Lutwidge dogson, Alias Lewis carroll iconAvant propos

A propos de Charles Lutwidge dogson, Alias Lewis carroll iconRapporter des propos

A propos de Charles Lutwidge dogson, Alias Lewis carroll iconNb : depuis le 11 janvier les célébrations et les annonces pour les...

A propos de Charles Lutwidge dogson, Alias Lewis carroll iconPoème de Charles baudelaire
«Ange plein de…» trahit son effort pour se convaincre lui-même, pour accepter un dogme plutôt étranger à son univers de pensée








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com