I /- les elements de bases d’un systeme teleinformatique 1-/ Présentation








télécharger 388.28 Kb.
titreI /- les elements de bases d’un systeme teleinformatique 1-/ Présentation
page5/8
date de publication29.03.2017
taille388.28 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > comptabilité > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8

Historique du WiFi


L’idée de transmettre des données informatiques par ondes électromagnétique est née dans les universités de Seattle, où les étudiants désiraient échanger des données par ce mode de transmission. Quelques années après, la première version du standard 802.11 apparaissait. Celle-ci a subi de nombreuses modifications.

Avantages du WiFi


- Mobilité facilitée
- Installation simple dans les endroits difficiles à câbler
- Idéal pour les installations temporaires (foires, manifestations…)

Inconvénients du WiFi


- Manque de sécurité évident
- Vulnérable à l’environnement extérieur pouvant perturber le passage des ondes

électromagnétiques
- Portée limitée
- Relativement cher

Couches OSI


L’utilisation des couches OSI décrites ci-dessous diffère des réseaux Ethernet conventionnels. L’utilisation de ces couches OSI est décrite ci-dessous. La couche physique, disposant de trois types de codage utile à la transmission des ondes électromagnétiques. Elle est utilisée pour la modulation des ondes électromagnétiques et la signalisation pour la transmission de données. La couche liaison, constituée du contrôle de la liaison logique (ou LLC pour Logical link control) et du contrôle d’accès au support (ou MAC, pour Media Access Control). Elle sert d’interface entre le bus de l’ordinateur utilisé et la couche physique. Notez que n’importe quel protocole peut être utilisé, comme dans les réseaux classiques.


Evolution de la norme IEEE 802.11

La norme IEEE 802.11 est la norme du WiFi original. Il y a eu par la suite de nombreuses révisions et améliorations visant à perfectionner les débits ou la sécurité. Les différentes normes et les modifications qu’elles apportent sont décrites dans le tableau ci-dessous.

Norme

Caractéristiques

802.11a

Cette norme permet d’obtenir un débit théorique de 54 Mo par seconde. Cette norme utilise 8 canaux radio dans une bande de fréquence de 5 GHz

802.11b

Cette norme est très répandue aujourd’hui. Son débit théorique est de 11 Mo par seconde. Sa portée est de 300 mètres, dans un espace dépourvu d’obstacle empêchant la transmission des ondes. Cette norme utilise 3 canaux radio utilisant une fréquence de 2,4 GHz.

802.11c

La norme 802.11c n’est pas utilisée actuellement. Il s’agit d’une modification de la norme 802.11d au niveau liaison des données.

802.11d

Cette norme permet une internationalisation des réseaux WiFi en autorisant les échanges de données sur les plages de fréquence et les puissances du pays d’origine de l’équipement.

802.11e

Amélioration de la transmission au niveau de la couche liaison des données. Le but étant une meilleures transmission des données audio et vidéo, cette norme redéfini les besoins des paquets en terme de bande passante.

802.11f

Cette norme permet à un utilisateur de changer de point d’accès au réseau sans s’en apercevoir lors d’un déplacement, à l’image du réseau de téléphone mobile. Il s’agit du protocole « Inter-Access point roaming protocol ». Cette caractéristique est appelée Itinérance.

802.11g

Cette norme permet un haut débit théorique, 54 Mo par seconde, en utilisant une fréquence de 2,4 GHz.

802.11h

Cette norme rend conforme les réseaux WiFi avec la réglementation européenne des fréquences et de l’économie d’énergie.

802.11i

Cette norme vise à perfectionner la sécurité des transmissions. Elle propose une méthode de codage des informations appelée AES (Advanced Ecryption Standard).

802.11lr

Cette norme permet d’utiliser la transmission des données par signaux infra-rouge.

802.11j

Cette norme rend conforme les réseaux WiFi avec la réglementation japonaise.

Accès à un réseau WiFi en mode infrastructure Il existe deux équipements indispensables à l’exploitation d’un réseau WiFi. Il s’agit des adaptateurs réseaux ou carte d’accès, et des points d’accès également appelés « bornes sans fil ».



pointwifi


Point d'accès WiFi


Les adaptateur ou cartes d’accès sont des cartes réseaux permettant de se connecter à un réseau WiFi. Ces cartes réseaux peuvent être au format PCI, PCMCIA, USB, etc. Un point d’accès ou borne sans fil permet à un ordinateur de se connecter à un réseau WiFi, si il est équipé d’une carte réseau WiFi.

cartewifi


Carte réseau WiFi

Chaque ordinateur se connecte à un point d’accès. Un point d’accès couvre une zone contenant un certain nombre d’ordinateurs. Cette zone est appelée BSS et constitue une cellule. Chaque cellule est reconnue par un identifiant codé sur 6 octets appelé BSSID. Celui-ci correspond à l’adresse MAC du point d’accès. Cette situation est illustrée ci-dessous. Il va de soi que cette carte réseau nécessite un pilote, comme n’importe quelle autre carte réseau.

zonebss


Structure générale d’une zone BSS. Les ordinateurs présents sont des clients, qui communiquent avec le réseau par des ondes électromagnétiques.
Il est bien entendu possible de relier les points d’accès entre eux. Nous obtenons alors un système de distribution. Le réseau WiFi dans sa globalité forme un ensemble de service étendu, également appelé ESS, pour « extended service set ». L’image ci-dessous illustre ce que sont un système de distribution et un ensemble de service étendu. Rappelons que BSS1 et BSS2 sont des zones couvertes par le point d’accès.
ess


Ensemble de service étendu avec système de distribution

Lorsqu’un utilisateur se déplace avec un ordinateur dans les zones BSS1 et BSS2, l’ordinateur dont il est question utilisera le point d’accès qui offrira la meilleure réception. L’ordinateur peut sans aucun problème passer du premier point d’accès au second sans que l’utilisateur remarque le changement de zone. Bien entendu, un ordinateur qui se trouve dans la zone BSS1 pourra communiquer et échanger des données avec un ordinateur se trouvant dans la zone BSS2. Un ensemble de service étendu peut être reconnu à l’aide d’un identifiant de 32 caractères de long appelé ESSID. Il s’agit là d’une mesure de sécurité, car il est nécessaire de connaître l’identifiant ESSID pour pouvoir se connecter à un réseau Wi-Fi.

Ajout d’ordinateurs dans le réseau


Lors de l’ajout d’un ordinateur dans une zone, celui-ci envoie une requête contenant l’ESSID du réseau auquel il appartient, ainsi que les débits supportés par son adaptateur. Si aucun ESSID n’est configuré sur l’ordinateur, celui-ci écoute le réseau, pour obtenir un ESSID. Chaque point d’accès diffuse toutes les 0.1 secondes une trame balise contenant toutes les informations nécessaires concernant le réseau. En retour, l’ordinateur enverra plusieurs informations le concernant. L’ordinateur sélectionnera ensuite le point d’accès à utiliser. En revanche, il est souvent inutilisable en entreprise en raison de sa décentralisation.

Modèle de réseau ad-hoc


Le mode ad-hoc est un mode point à point. Les ordinateurs se connectent les uns aux autres. Il n’y a pas besoin de points d’accès dans cette situation. Les ordinateurs communiquent directement à l’aide de leurs adaptateurs. Ce type de réseau est très simple à installer et à exploiter.
Le mode infrastructure :

c’est un mode de fonctionnement qui permet de connecter les ordinateurs équipés d’une carte réseau WiFi entre eux via un ou plusieurs points d’accès qui agissent comme des concentrateurs. Il est essentiellement utilisé en entreprise. La mise en place d’un tel réseau oblige de poser à intervalle régulier des points d’accès dans la zone qui doit être couverte par le réseau.

Technique de transmission à bande étroite


La première technique utilisée pour transmettre des ondes radio ou infrarouge entre ordinateurs était la technique dite de transmission en bande étroite. Le nom vient du fait que la bande de fréquence est très réduite pour éviter les interférences avec les bandes voisines. Ce type de transmission a vite été dépassé. En effet, La technique de transmission à bande étroite contraint tous les ordinateurs d’une même zone au partage de la bande passante. D’autre part, les ondes radio risquent d’être réfléchies sur différents objets et éléments de l’environnement de travail.

Technique de saut de fréquence


La technique de saut de fréquence est également appelée FHSS, pour Frequency Hopping Spread Spectrum, ou étalement de spectre par saut de fréquence. Cela consiste à diviser une bande de fréquence large en 75 canaux au minimum, puis d’utiliser un arrangement de canaux connus de tous les ordinateurs présents dans la zone concernée. La transmission s’effectue en émettant à tour de rôle sur chaque canal une information différente à 0.4 seconde d’intervalle. Ce type de transmission est utilisé dans le WiFi standard.


Technique d’étalement de spectre à séquence directe


La technique d’étalement de spectre à séquence directe est également appelée DSSS, pour Direct Sequence Spread Spectrum. Lors de la transmission, chaque 1 est représenté par une séquence de 11 bits, et chaque 0 par le complément de cette séquence. Ainsi, les données transmises sont modulées pour détecter et réparer les erreurs survenues durant la transmission. La bande de fréquence de 2,400 à 2,4825 est utilisée dans ce mode de transmission. Cette bande de fréquence est divisée en 14 canaux de 5 MHz, dont les 11 premiers sont utilisables aux Etats-Unis. En Europe, seuls les canaux 10 à 13 peuvent être utilisés.

Transmission par infrarouge


La transmission par infrarouge permet d’utiliser la lumière pour transmettre des données. La transmission par infrarouge offre une sécurité bien plus grande que les autres techniques de transmission. En revanche, le débit est bien plus réduit. Il s’étend de 1 à 2 Mo par seconde.



LA TELEMATIQUE


Introduction
Le néologisme télématique est apparu en 1978 dans le rapport Nora et Minc sur l’informatisation de la société, où il était défini comme l’ensemble des techniques et services mettant en œuvre l’informatique et les télécommunications. Bien qu’il soit susceptible de faire double emploi avec le mot téléinformatique, le terme de télématique désigne plus volontiers l’ensemble des services offerts aux professionnels ou au grand public, grâce aux techniques de la téléinformatique, pour produire de l’information au sens large (données, texte, images, dessins, son, etc.).

Ce chapitre présente les principaux produits télématiques proposés à l’heure actuelle. Compte tenu du nombre relativement élevé de ces services, seul le vidéotex est étudié plus en détail. Le choix s’est porté sur ce service pour deux raisons. D’une part, parce que le vidéotex s’inscrit dans le prolongement naturel des applications téléinformatiques classiques. L’utilisateur dispose en effet d’un terminal clavier-écran qui lui permet de mettre en œuvre à travers un réseau, des applications hébergées par un ordinateur central. D’autre part, parce qu’il s’agit sans conteste du service télématique le plus répandu. Il occupe une place privilégiée dans la fonction de communication, à un point tel que pour beaucoup, la télématique est devenue synonyme de vidéotex. Enfin, la dernière partie de ce chapitre sera consacrée à la carte mémoire dont l’utilisation tend à se généraliser, notamment dans le cadre du vidéotex.
I/-- LES DIFFERENTS SERVICES TELEMATIQUES
Les différents services télématiques peuvent se distinguer par le type d’informations qu’ils produisent (texte, images, son etc.) ou encore par le type d’utilisateur final concerné (grand public ou professionnel).

Cependant il est d’usage de retenir la classification suivante :

  • Les services de la communication de l’écrit : télex, télétex, télécopie, messagerie électronique.

  • Les services de communication de groupe : téléréunion, audioconférence, visioconférence, vidéotransmission.

  • Les services de communication de l’image et du texte : vidéotex, télétexte.


1-/-- Les services de communication de l’écrit
Ce sont des services de communication et de production d’informations écrites (textes, graphiques, messages, etc.). En ce sens, ils sont parfois regroupés sous l’appellation services bureautiques bien qu’il n’y ait pas de définition précise du terme bureautique.

En effet pour certains, la bureautique s’étend au-delà des services de production et de transmission de documents et inclut pratiquement tous les services télématiques professionnels.
a/-Le télex
C’est un service qui permet d’échanger des messages écrits entre correspondants sous forme dactylographiée. Le réseau emprunté est le réseau télégraphique commuté qui est propre au télex. Le terminal utilisé est appelé téléimprimeur. Les téléimprimeurs classiques sont en quelque sorte des machines à écrire qui comprennent un clavier et un perforateur de bande pour la sortie des messages émis ou reçus.


    • Principales caractéristiques du télex

- Transmission asynchrone avec deux classes de débits (50 ou 200 bauds), codage de chaque caractère suivant le code CCITT n° 2 (code Baudot) à cinq moments encadré des signaux START et STOP codés respectivement sur un moment et un moment et demi. Il est également possible d’utiliser le code ASCII sauf pendant la phase d’établissement où c’est le code CCITT n° 2 qui est retenu.

- Réception 24 heures sur 24

- Interconnexion avec les réseaux étrangers et le réseau TRANSPAC

- Accès au service Atlas 400, vidéotex et télétex.



    • Domaines d’application du télex

Ils concernent principalement les échanges d’informations importantes et de faibles volumes ne nécessitant pas de dialogue (par exemple la transmission d’informations urgentes, ou encore la prise de commandes, etc.). la trace écrite de la communication pouvant servir de justificatif, ce service est largement employé par les entreprises.
b/-- Le télétex
Ce service, créé en 1985, permet de transmettre des textes entre deux machines à travers un réseau de communication. Il s’agit donc d’un service de courrier électronique. Les terminaux télétex sont soit des machines dédiées, soit des machines de traitement de texte ou des micro-ordinateurs équipés d’un dispositif approprié. Ils fonctionnent suivant deux modes :

  • En mode local, le terminal sert à la création, la mise en page et le stockage des documents dactylographiés. Il est également possible de sortir le texte sur l’imprimante locale.

  • En mode transmission, l’échange du texte se fait directement entre les mémoires des terminaux émetteur et récepteur, ce qui permet de remettre un document à un destinataire même pendant son absence. Celui-ci peut visualiser, imprimer ou stocker le document reçu.

Les deux modes sont simultanés. La réception d’un document peut avoir lieu sans perturber le travail en cours. Comme dans le cas du télex, chaque terminal dispose d’un indicatif propre, et lors d’une communication entre deux correspondants, ces informations sont échangées ainsi que la date et l’heure de la communication.

Le service télétex est basé sur un ensemble d’avis du CCITT qui précise en particulier les caractéristiques de l’équipement terminal, le répertoire des caractères utilisable, les fonctions de formatage et de présentation, et les règles d’échange afin de garantir une indépendance vis-à-vis du matériel.

    • Principales caractéristiques du télétex

  • Réception automatique 24 heures sur 24

  • Réseaux utilisés : RTC ou TRANSPAC

  • Débit de 2 400 bit/s qui permet de transmettre une page dactylographiée au format A4 en une dizaine de secondes environ.

  • Interconnexion avec les réseaux étrangers et le réseau télex

    • Domaine d’application du télétex

Il concerne la transmission et la diffusion rapide de textes mis en forme. D’autre part l’interfonctionnement télétex-télex permet de joindre un correspondant ne disposant que d’un téléimprimeur.
c/--La télécopie

Ce service permet de transmettre à distance par un réseau de communication qui est soit le RTC soit NUMERIS, un document quelconque (texte, manuscrit, graphique, dessin, photo, etc.) à partir de terminaux appelés des télécopieurs. La communication est établit par une simple numérotation du destinataire à l’émission. compte tenu des procédés utilisés par différents constructeurs, les télécopieurs sont classés en quatre groupes suivant des normes de compatibilité spécifiées par le CCITT :


  • Groupe 1

Ce sont des terminaux dans lesquels le codage se fait point par point sans méthode de compression. La transmission s’effectue par modulation de fréquence (une fréquence pour le noir et une pour le blanc). La transmission d’un document au format A4 prend environ 6 minutes avec une liaison de type téléphonique. Ces matériels sont aujourd’hui dépassés.


  • Groupe 2

Ces télécopieurs font appel à des techniques pour comprimer la bande de fréquence du signal transmis ce qui ramène le temps de transmission d’un document au format A4 à 3 minutes. Ils sont également en voie de disparition.


  • Groupe 3

Avec ce type de terminal, les informations issues de l’analyse optique du document à émettre sont soumises à des techniques de compression numérique qui réduisent les redondances du signal. Celui-ci est ensuite transmis suivant les procédés de modulation de phase. Le récepteur dispose bien sûr de la même logique. La vitesse moyenne par page A4 est alors d’une minute environ voire moins suivant que le terminal utilise un modem à 4 800 bits/s (avis V27 ter) ou à 9 600 bit/s (avis V29).


  • Groupe 4

Il s’agit de télécopieurs rapides entièrement numériques. Ils utilisent donc le service TRANSCOM ou le réseau NUMERIS. Le débit de 64 kbit/s abaisse le temps de transfert d’un document A4 à dix secondes. L’impression est de qualité laser sur papier ordinaire.
2-/--Les services de communication de groupe
Ce sont des services de téléconférence, c’est-à-dire qu’ils permettent de réunir à distance plusieurs participants. Ils évitent ainsi les déplacements qui sont toujours une perte de temps. Plusieurs services sont proposés en fonction du type de communication recherchée.
a/-- La téléréunion
Ce service, appelé aussi réunion-téléphone, permet à un groupe de 20 personnes maximum de dialoguer ensemble par l’intermédiaire du téléphone. Il faut préalablement réserver la téléréunion à l’opérateur de communication ( côte d’ivoire télécom) en précisant la date de la réunion ainsi que le nombre de participants. Un numéro confidentiel est alors affecté à la téléréunion prévue. Au jour et à l’heure convenus, les participants composent ce numéro à partir d’un poste téléphonique quelconque (cabine publique, poste particulier, téléphone de voiture) pour se trouver immédiatement en relation.
b/--L’audioconférence
L’audioconférence permet de réunir à distance par le son deux ou plusieurs groupes de personnes. Chaque groupe de travail se réunit autour de terminaux audioconférences numériques qui comprennent des microphones et un haut-parleur.

Ces terminaux très ergonomiques ne nécessitent pas un traitement acoustique particulier du local. Les liaisons sont en duplex intégral via le réseau. L’utilisation de ces réseaux offre une très bonne qualité sonore puisque la bande passante du signal est de 7 kHz. Le dialogue peut être enrichi par l’utilisation dans chaque local, de télécopieurs pour échanger des documents ou encore de la télé-écriture qui est un système permettant la transmission d’informations graphiques saisies à l’aide d’un stylo sur une tablette et affichées sur un écran. La transmission de l’écrit s’effectue sur la même liaison que la voix sans perturber la conférence.
c/--La visioconférence
La visioconférence est une amélioration de l’audioconférence car elle ajoute l’image au son. C’est donc un service de communication complet.

Les participants sont réunis par six maximums dans des studios spéciaux. Les studios sont interconnectés par des liaisons à 2 Mbit/s. Compte tenu des volumes d’informations à transporter. Chaque studio dispose d’écrans de télévision, de caméras, de haut-parleurs et de microphones. Des matériels de télécopie et de télé-écriture équipent également les studios.
d/--La vidéotransmission
La vidéotransmission consiste à transmettre vers plusieurs lieux de réception géographiquement dispersés. Des images TV filmées en direct depuis un studio de production. Elle représente un moyen de suivre collectivement un même événement. Le studio de production est équipé de caméras de prises de vues, de microphone et de haut-parleurs. Il comprend également une régie vidéo et une antenne d’émission car les images ainsi que le son sont transmis vers les salles de réception par satellite ou voies hertziennes. Les salles de réception sont équipées d’écran géant et d’enceintes acoustiques pour la restitution de son. Elles disposent également de microphones afin que les participants puissent dialoguer avec le studio d’émission. Le son en retour est transmis par câble.
3-/--Les services de communication de l’image

et du texte
Ce sont des services de vidéographie, c’est-à-dire qu’ils permettent de diffuser des informations alphanumériques ou graphiques destinées à être affichées sur un écran. On distingue deux types de vidéographie interactive appelée vidéotex. Nous ne présentons ici que le télétexte, car le vidéotex est étudié plus en détail par la suite.

Le télétexte est un service qui permet à un utilisateur d’effectuer un choix parmi des informations diffusées sous forme d’images sur un réseau de téléviseurs. Les images (ou pages) contiennent des caractères alphamosaïques (c’est-à-dire semi-graphiques, voir le vidéotex) et du texte qui sont codés suivant une norme appelée ANTIOPE (Acquisition Numérique et Télévisualisation d’images Organisées en Pages d’écriture). Cette norme est également utilisée dans le cas du vidéotex. Les pages sont transmises sur des canaux servant également à la diffusion de programmes de télévision. Il n’y a pas d’interactivité entre l’utilisateur et le centre émetteur. Seules les données en cours de diffusion peuvent être visualisées sur le téléviseur moyennant l’utilisation d’un décodeur. En effet, les données correspondant au codage des pages sont multiplexées à l’émission avec le signal vidéo du programme de télévision en cours. Le système utilisé porte le nom de DIDON (Diffusion de DONnées). A la réception le décodeur sert à extraire du signal vidéo, les signaux propres aux pages ANTIOPE. L’utilisateur dispose aussi d’un clavier de commande avec lequel il passe en mode réception du télétexte. Lorsqu’il désire visualiser une page, il la sélectionne au moyen du clavier de commande. Le décodeur laisse passer les pages qui sont diffusées jusqu’à la page sélectionnée, puis l’affiche sur le téléviseur. En effet les pages sont organisées en magazine et sont envoyées séquentiellement de façon cyclique. Pour éviter un temps d’attente trop long entre le choix d’une page et son affichage, il faut donc un nombre limité de pages.

C’est pourquoi le télétexte convient surtout à la diffusion d’informations de faible volume, rapidement évolutives et susceptibles d’intéresser un grand nombre d’utilisateurs. Les principaux magazines sont la Bourse, la météorologie, les journaux d’information, etc.

4-/--LE VIDEOTEX
a/-- Présentation du vidéotex
Le vidéotex est un service de vidéographie interactive qui met en relation une personne appelée habituellement utilisateur et un programme informatique désigné sous le terme de service à travers un réseau de communication. Ceci met en évidence trois composants :

  • Le terminal de consultation

C’est un terminal clavier-écran. Le clavier sert à entrer les demandes de l’utilisateur, et l’écran à afficher les informations les informations reçues qui sont représentées sous forme de graphiques ou de texte. Ce terminal de consultation est Minitel.

  • Le réseau de communication

Il assure la transmission des demandes de l’utilisateur et des réponses obtenues en retour. Les réseaux utilisés sont le RTC ou TRANSPAC. Il est possible d’utiliser également NUMERIS.

  • Le serveur

C’est l’équipement informatique qui héberge les bases de données consultées et les programmes d’application. L’ensemble des prestations fournies par un serveur représente un service vidéotex. Les établissements publics ou privés qui développent des services capables de répondre aux besoins des utilisateurs sont appelés fournisseurs (ou prestataires) de service.


EXERCICES



Exercice1 :

  1. Qu’est ce que la téléinformatique ?

  2. Qu’est ce que la télématique ?

  3. Qu’est ce qu’un réseau informatique ?

  4. Donnez quelques besoins de communications de données informatique ?


Exercice2 :

  1. Entre deux informations, l’information peut être transmise de deux façons, lesquelles ?

  2. Donnez les avantages et les inconvénients de chaque mode de transmission.


Exercice3 :

  1. Quels sont les trois types de réseaux ou enjeux de télécommunications ?

  2. Donnez leurs différentes caractéristiques et des exemples.


Exercice4 :

Définir les expressions suivantes :

  1. bande passante

  2. valence

  3. Rapidité de modulation

  4. Débit binaire

  5. Capacité d’une ligne


1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

I /- les elements de bases d’un systeme teleinformatique 1-/ Présentation icon3. Présentation générale du système 4

I /- les elements de bases d’un systeme teleinformatique 1-/ Présentation iconAbondance relative des éléments chimiques
«s’allument pas», c’est ce qui s’est passé pour les neuf planètes du Système Solaire

I /- les elements de bases d’un systeme teleinformatique 1-/ Présentation iconLe fonctionnement du Système nerveuse se fait sur trois éléments : entrée/ intégration/ sortie

I /- les elements de bases d’un systeme teleinformatique 1-/ Présentation iconLa mémoire
«système de récompense» lui permettant d'enregistrer les sensations plaisantes et déplaisantes, de rechercher les premières et de...

I /- les elements de bases d’un systeme teleinformatique 1-/ Présentation iconEn physique, toute interaction implique un échange d'énergie et réciproquement....
«hamiltonien» de cet objet. On ne parle plus d'ailleurs d'objet, mais de système formé d'objets liés par un champ de force, pour...

I /- les elements de bases d’un systeme teleinformatique 1-/ Présentation iconOn appelle système, l’ensemble des objets soumis à l’étude. On entend...

I /- les elements de bases d’un systeme teleinformatique 1-/ Présentation iconS41- les bases de la mercatique

I /- les elements de bases d’un systeme teleinformatique 1-/ Présentation iconUnité : Les solutions aqueuses : Travail Chapitre 2 : Les acides et les bases

I /- les elements de bases d’un systeme teleinformatique 1-/ Présentation iconQuelles sont les particularités de la Terre au sein du système solaire...
«ce que je sais» bilan commun des connaissances du collège.= lister les objets connus du système solaire. Notion de biodiversité...

I /- les elements de bases d’un systeme teleinformatique 1-/ Présentation iconTp de physique n°5 : Les éléments chimiques sur Terre et dans l’Univers
«Nous sommes tous des poussières d’étoiles !»-Abondance des éléments chimiques sur Terre et dans l’Univers








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com