THÈse pour le diplôme d’État








télécharger 0.86 Mb.
titreTHÈse pour le diplôme d’État
page3/30
date de publication27.03.2017
taille0.86 Mb.
typeThèse
p.21-bal.com > comptabilité > Thèse
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   30

1ère PARTIE : INTRODUCTION



Ludovic, 7 ans et demi, patient de J. Siaud-Facchin (1), psychologue :
« Dis Madame, je voudrais m’enlever être surdoué.

  • Explique-moi mieux ce que tu veux dire.

  • C’est que je veux plus être surdoué, ça m’embête.

  • Et qu’est ce qui t’embête ?

  • Je veux être pareil que les autres, je veux pas être différent ! »


1. LES TERMINOLOGIES RENCONTREES




Différents termes sont utilisés pour évoquer l’enfant « surdoué » qui est traduit par les Anglo-Saxons par « gifted ». En effet, faut-il parler « d’enfants surdoués », « d’enfants doués », « d’enfants précoces », « d’enfants intellectuellement précoces », « d’enfants à haut potentiel », « à haut potentiel intellectuel », de « zèbres » comme les appelle J. Siaud-Facchin, « d’enfants talentueux », « prodiges », « hors normes » ou « de génies »…

Tous ces termes ne sont pas forcément synonymes et font appel à des connotations et des conceptions théoriques différentes.
« Surdoué » est un terme véhiculant l’idée de don, d’héritage magique, et peut renvoyer à la question de l’hérédité de l’intelligence. Il évoque une personne hors norme, quel que soit le domaine considéré, une notion de supériorité qui ne laisse pas envisager qu’il puisse exister des difficultés d’apprentissage notamment.

Le terme EIP : « Enfant Intellectuellement Précoce » suppose une échelle de développement constante pour tous, avec certains plus en avance que d’autres, mais donc susceptibles d’être rattrapés plus tard. Or, non seulement, ce n’est pas toujours le cas, mais il semble s’agir d’une organisation neuro-fonctionnelle différente et non d’une simple avance dans le développement. De plus ce terme présente l’inconvénient de se limiter aux enfants...

Le terme « talentueux » renvoie plus à un domaine spécifique, et présente l’avantage de ne pas se limiter à la sphère intellectuelle, mais ce terme s’avère inapproprié lorsque le talent n’est pas exprimé...

« Haut Potentiel » (ou HP) est le terme privilégié aujourd’hui car il évoque l’idée de capacités, de potentialités, mais pas forcément d’exercice de celles-ci. Il permet de plus d’y adjoindre un qualificatif spécifique au domaine : intellectuel, artistique, émotionnel....

C’est donc le terme que j’utiliserai dans ma thèse, en me limitant au domaine le plus étudié jusqu’alors, à savoir la sphère intellectuelle.

2. POURQUOI S’Y INTERESSER ?




Il y a en France, statistiquement 5% (source courbe de Gauss page 15) d’enfants dits à « Haut Potentiel » dans la population (en retenant un QI>125). Il y a en 2013, en Ile de France, selon l’INSEE, 2 291 408 enfants scolarisés âgés de 3 ans à 16 ans ce qui fait environ 115 000 enfants HP (si l’on considère un QI>125 selon certaines sources)…Vous en connaissez donc ou vous en connaîtrez nécessairement plusieurs.
Sachant qu’un médecin généraliste voit en moyenne 802 patients différents par an (source : INAMI : Institut National d’Assurance Maladie Invalidité), chaque médecin généraliste a dans sa patientèle, environ 40 patients à HP par an.
Les réactions de la population et des professionnels sont diverses, c’est un sujet controversé et surtout méconnu des professionnels, malgré une médiatisation grandissante.

En effet, n’importe quel médecin généraliste peut évoquer sans difficulté le souvenir de patients souffrant d’arriération ou de handicap mental dont il a eu à s’occuper pour diverses raisons. En revanche, ces derniers ont de la peine à identifier les HP parmi la même patientèle. Pourtant, la symétrie de distribution du QI sur la courbe de Gauss les rend aussi nombreux. Ces patients “transparents“ sont-ils pour autant sans histoire sur le plan médical? 

Nous sommes gênés par un paradoxe car l’enfant HP donne l’impression d’être à la fois un être destiné à l’excellence et un être pouvant nécessiter une aide spéciale aussi bien pédagogique que psychologique.

En effet la maturité intellectuelle précoce des enfants HP est le plus souvent en décalage par rapport aux autres secteurs de développement : psychomoteur, affectivité et social ; c’est le syndrome de « dyssynchronie » décrit par Jean Charles Terrassier (2), psychologue spécialiste des enfants surdoués. D’après les données de la littérature d’études d’enfants surdoués : A. Adda (3), psychologue auteur de « Le livre de l’enfant doué », G.Prat (4) neuropsychiatre, auteur de «  Vingt ans de psychopathologie de l’enfant doué et surdoué en internat de psychothérapique, M. Dugas et MC. Mouren (5), (6) pédopsychiatres auteurs de « aspects psychopathologiques et psychologiques » en 1981 et « Les enfants surdoués. Aspects psychologiques et psychopathologiques » en 1976 ; près d’un tiers des enfants HP repérés seraient confrontés à un échec scolaire paradoxal par inhibition intellectuelle, non reconnaissance des troubles psychopathologiques (agitation, instabilité, dépression, anxiété, troubles du comportement alimentaire, du sommeil) et fragilité psychologique associée.

Selon  l’étude menée par Laurence Vaivre-Douret (7), Professeur, docteur en psychologie, neuropsychologue du développement et psychomotricienne dans le groupe hospitalier de Cochin, auprès  de 145 surdoués, et suivis sur une période de 10 à 20 ans, il en résulte que ces enfants ont suivi un cursus scolaire chaotique : 40 % d'entre eux ont atteint ou dépassé le niveau bac + 2 ; 9 % se sont arrêtés au bac ; et 43 % n'ont décroché qu'un BEP ou un CAP.

Il est tout de même important de noter qu’un bon nombre des enfants HP vont très bien, sont heureux de vivre, réussissent à l’école, font les études et le métier qui leur conviennent et construisent des vies riches et passionnantes… Ces enfants sont moins connus car ils n’arrivent pas ou peu dans les cabinets de consultation. Mais il est nécessaire de savoir que ces enfants peuvent rencontrer des difficultés importantes que les médecins doivent savoir repérer et prendre en charge.

Parcours typique d’un enfant à haut potentiel rentrant en maternelle d’après Gérard Bléandonu (8), pédopsychiatre hospitalier auteur de « Les enfants intellectuellement précoces » :

«  L’entrée en maternelle est difficile pour beaucoup d’enfants. Ce sera d’autant plus difficile pour l’enfant précoce du fait de sa grande sensibilité. Il est décidé à bien faire à suivre les conseils et les recommandations de ses parents. Mais sa curiosité le pousse à poser beaucoup de questions. L’école lui fait comprendre que le personnel ne va pas passer son temps à lui répondre, qu’il est loin d’être le seul dans sa classe. A la récréation il est surpris de se retrouver souvent seul : les autres ne veulent pas jouer avec lui. Bref, il découvre vite qu’il est différent des autres enfants.

L’enfant se résigne aux compromis imposés par son entourage. Il compense en se défoulant chez lui. Il enchaîne les questions, il accapare ses parents ou fait des bêtises. Il se met à apprendre à lire avec les textes que sa mère lui apporte au moment du coucher.

La lecture devient un exutoire et envahit sa vie. L’enfant parle avec aisance. Le décalage avec le reste de la classe s’accroît.

La première année de maternelle se termine enfin. Les grandes vacances lui donnent l’occasion de déployer tous ses talents prometteurs : il brille aussi bien en sport que dans les arts.

Lors de sa deuxième année de maternelle il revient décidé à vivre comme il l’a fait pendant les vacances. Il apparaît provocateur et il se fait souvent punir. Cela développe son sens de l’injustice qui était déjà présent. Sa mère peine à expliquer qu’il s’est pourtant assagi à la maison. Elle ne tarde pas à se trouver dans la réprobation et le rejet.

Un jour l’enseignante excédée finit par dire à la mère « quelque chose ne va pas chez votre fils. Vous devriez le montrer à une psychologue. »
Ce qu’en pense J C Terrassier (2) «  un problème essentiel n’a pas reçu de réponse: celui de l’identification des enfants précoces (…) on attendra encore trop souvent qu’un enfant soit en échec pour le découvrir précoce (…). Or, plus tardive est l’identification, plus difficile sera la réactivation de l’intérêt pour la connaissance. »
Or, comme nous le verrons par la suite, nous avons une connaissance avancée sur les caractéristiques des enfants HP à partir de l’âge de 6 ans grâce aux nombreuses études déjà réalisées sur cette population. JC.Terrassier a même fait un inventaire d’identification (ANNEXE 1), utilisé par les professionnels de santé pour aider au repérage clinique des enfants HP de 6 à 12 ans.

Malheureusement, les difficultés peuvent survenir très tôt, dès la moyenne section de maternelle.

A ce jour, trop peu d’études se sont intéressées aux enfants de 0 à 3 ans. Les données concernant cette période précoce, primordiale, ont fait l’objet d’une seule étude menée en 2004 par Laurence Vaivre-Douret (9). Elle recueille dans une démarche rétrospective, des données développementales périnatales et de la petite enfance chez 60 enfants reconnus ultérieurement à « hautes potentialités ». Grâce à cette étude un abord neuro-développemental des fonctionnements a pu apporter une base de données solide pour la réflexion débutant à la période périnatale. Cela a permis d’enrichir le regard porté sur ces enfants à haut potentiel.

Mais il n’y a aujourd’hui aucun inventaire d’identification comme celui de JC. Terrassier permettant le repérage précoce des enfants à 3 ans…

Je me suis donc intéressée aux caractéristiques communes les plus fréquentes de ces jeunes enfants afin de favoriser leur repérage le plus tôt possible.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   30

similaire:

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État de

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com