Synthèse du plan








télécharger 41.44 Kb.
titreSynthèse du plan
date de publication16.12.2016
taille41.44 Kb.
typeThèse
p.21-bal.com > comptabilité > Thèse
FAUNY Sébastien 1ere S Rouge PROVOST Nathan LECERF Maxime

THEMATIQUE: SANTE ET BIEN ETRE

SUJET: L’influence des sons sur l’homme

Problématique : Comment les sons sont-ils perçus, et quels sont leurs effets sur l’organisme ?

Sommaire :

      • Plan

  1. Qu’est-ce que le son ?

        1. Fréquence

        2. Amplitude

        3. Tons

  1. Chez l’homme quel est le moyen de perception du son ?

        1. Fonctionnement de l’oreille

        2. Perception et traitement du son par le cerveau

  1. Influences

        1. Sur les capacités physiques

        2. Sur le comportement

        3. Sur les capacités intellectuelles

  • Synthèse du plan

  • Ouverture sur musicothérapie, marketing sonore

  • Annexe:

    • Lexique

    • Bibliographie

.

Qui n’a jamais vu un joggeur courant dans les rues d’une ville avec ses écouteurs ? Qui n’a jamais essayé de s’endormir en écoutant une musique douce ? La musique reste un grand mystère aujourd’hui pour le grand public pourtant elle a poussé nombre de chercheurs, de philosophes, de scientifique et d’étudiants mais aussi de musiciens à l’étudier en détail. Cependant on se rend compte tout naturellement que musique et son occupent une place très importante dans notre vie de tous les jours car ils nous entourent. On peut dire qu’elle nous influence sur notre comportement, nos sentiments, nos humeurs et ce sans que l’on en soit forcément conscient. Mais comment les sons sont-ils perçus, et quels sont leurs effets sur l’organisme ? Pour répondre à cette question, il faut d’abord définir ce qu’est le son puis décrire les mécanismes permettant à l’homme de les percevoir pour ensuite expliquer les influences sur le corps et l’esprit et enfin finir sur une conclusion résumant tout ce qui a été dit précédemment.


I-Qu’est-ce que le son ?
Le son est une sensation auditive produite par une vibration mécanique. Trois éléments sont nécessaires à l’existence du son : une source qui produit le son, un milieu qui transmet la vibration et un récepteur comme par exemple l’oreille.
A-Fréquence : Ce qui fait qu’un son est plus ou moins grave ou aigu. La fréquence est un phénomène périodique, c'est à dire qu'il se reproduit plusieurs fois au cour d’un temps donné. Quand celle-ci est régulière, on l’appelle fréquence sinusoïdale. Elle se mesure en hertz (abrégé Hz), les hertz étant le nombre d'oscillations d'une onde par seconde (aussi appelé la note dans le cadre de la musique). Il s’agit généralement d’une fréquence temporelle f, reliée à la période T (exprimée en secondes) du phénomène observé par la formule suivante : f = 1/T. L'homme est potentiellement capable d'entendre un son allant de 20 Hz jusque 20000 Hz mais cela peut changer d'un individu à l'autre en fonction de divers facteurs, notamment l’âge.

http://sonoran.e-monsite.com/medias/images/sen-1-e-1-2-img1.png

B-Amplitude : En mathématique, il s’agit de la distance entre le maximum de l’onde et l’axe horizontal .L'amplitude caractérise l'ampleur de l'oscillation d'une onde. Dans le cas du son, cela correspond au « volume sonore » qui se mesure en décibel (abrégé dB). L’oreille humaine perçoit les sons sur un intervalle allant de 0 dB, seuil d’audibilité, à 140 dB, seuil de surdité. Au-delà de 140 dB, l’oreille humaine est très gravement endommagée et une exposition prolongée peut entrainer la surdité.

http://www.spectra.fr/userfiles/image/echelle%20bruit%282%29.jpg

C-Tons : Il existe deux types de tons : Il y a les tons purs, qui ne possèdent qu'une seule fréquence et les tons complexes qui sont constitué par un ensemble d’au minimum deux tons purs, mais souvent bien plus. On parle aussi d’onde(s) sonore(s). Le ton complexe permet aux instruments de jouer la même note et donc la même fréquence avec un rendu de son différent.




Tons pures

Ton complexe


II. Chez l’homme quels sont les moyens de perception des sons ?
A-Fonctionnement de l’oreille

1-L’oreille externe



http://anso.pagesperso-orange.fr/images/oreil_ext_anat.gif

1 Pavillon

2 Conduit auditif

3 Tympan

 

L'oreille externe est composée du pavillon et du conduit auditif externe. Le conduit auditif externe, long d’environ 2,5 cm, est tapissé de cellules secrétant le cérumen. Ce sont les cellules cérumineuses.

Le rôle de l’oreille externe est :




-de protéger le tympan des agressions extérieures. (contre les bruits parasites)




-de capter, d'amplifier et de transmettre jusqu'au tympan les vibrations sonores.




-d’aider à la localisation de la source sonore.




-participer à l’audition binaurale (« synchronisation » des 2 oreilles)



2-L’oreille moyenne


http://anso.pagesperso-orange.fr/images/oreil_moy_anat.gif

4 Marteau

5 Enclume

6 Etrier

7 Trompe d’Eustache

 

Elle est constituée de la caisse du tympan, de la trompe d’Eustache et de la chaîne des osselets (le marteau, qui est au contact du tympan, l’enclume et l’étrier). Cette chaîne osseuse dont les éléments ont une taille d’ordre millimétrique réalise la jonction entre l’oreille externe et l’oreille interne.

L’oreille moyenne a un double rôle: elle doit à la fois protéger l’oreille interne et transformer les sons, des vibrations aériennes, arrivant de l’oreille externe en vibrations solidiennes (des vibrations se propageant à travers des solides et qui sont analysables par l’oreille interne). Cette transformation se fait par l‘intermédiaire des osselets : les vibrations du tympan entraînent successivement celles du bloc marteau-enclume puis celle de l’étrier, qui les transmet à l’oreille interne via la fenêtre ovale (la partie de l'oreille moyenne présentant un film liquidien sur sa face interne)
3-L’oreille interne :
Elle est constituée de trois éléments : le vestibule, les canaux semi-circulaires et la cochlée. Elle est reliée à l’oreille moyenne par deux orifices (à savoir la fenêtre ovale et la fenêtre ronde) qui sont obturés par des membranes. C’est sur la fenêtre ovale que va s’insérer l’étrier.

 

http://anso.pagesperso-orange.fr/images/oreil_int_anat.gif

8 canaux semi-circulaires

9 Cochlée

10 Nerf cochléaire

 

 

B. Perception et traitement du son par le cerveau
Le son, transformé en signale électrique, arrive au cerveau par l’intermédiaire du nerf auditif et noyau cochléaire, un relai auditif situé sur la face arrière du tronc cérébral qui définit le type de son perçu (cri, parole, alarme …).Le signale électrique arrive ensuite dans le thalamus où une réponse adaptée est conçue. Enfin, les influx sont transmis au lobe temporal, partie du cerveau responsable de l’audition, de la mémoire et du goût, et plus précisément au cortex auditif qui va recevoir un message déjà en partie décodé par le noyau cochléaire et les neurones du thalamus, et va pouvoir le reconnaître voire le mémoriser. Il peut aussi donner un ordre d’importance aux différents sons qu’il perçoit, d’où l’impression de brouhaha que l’on peut ressentir dans un espace très bruyant par exemple. De même, le cerveau permet la coordination entre les deux oreilles. En effet, c’est lui qui va situer le son dans l'espace, lui qui reconnaît un instrument de musique ou une personne précise, ainsi que la situation dans l’espace de la source d’où provient le son.http://perceptionsonoretpe.free.fr/iii/images/fig_1.png

III-Les influences

A-Sur les capacités physiques

Il y a beaucoup d’idées reçus concernant la musique et son influence sur les capacités physique. Des chercheurs se sont interrogés sur l’effet réel de la musique sur notre corps, et notamment sur les performances physiques. En 1999 une étude menée par des chercheurs Britannique (A.Szabo, A.Small et M.Leigh) montre l’effet bénéfique d’une musique rapide sur l’effort physique de courte durée. A l’inverse des chercheurs Américains (Copeland et Franks) ont montrés l’effet bénéfique d’une musique lente sur un effort de durée. Pour illustrer cette idée nous allons faire une expérience avec les valeurs trouvées.

Nous avons fait courir ….. personnes sur 2 distances différentes (50 mètres et 1000 mètres) avec 3 types de musiques : silence-musique lente (canon de Pachelbel), musique rapide (……………..).
B-Sur le comportement

Les sons, quels qu’ils soient, influencent le comportement humain et ce en fonction de leur volume, de leur fréquence, du moment où ils sont écoutés et du ou des tons composant(s) le son. Le type de ton le plus complexe, la musique, est celui qui a l’effet le plus important : les musiques douces telles que la musique classique ont tendance à calmer, à reposer tandis que les musiques agressives comme le hard rock ou le rap augmentent l’agressivité et provoquent une certaine fatigue de l’oreille. Les souvenirs sont très souvent liés à des sons ainsi un son lié à un bon souvenir procurera automatiquement un sentiment de bien-être et inversement pour les sons liés à des souvenirs négatifs.

C-Sur les capacités intellectuelles

Les aires cérébrales jouant un rôle dans l’analyse des sons servent aussi à la mémoire, surtout le cortex auditif, ce qui fait que certains sons, notamment la musique, peuvent stimuler ou diminuer la mémoire ou la capacité à raisonner. Divers expériences ont montré que la musique classique et les sons harmonieux sont les plus stimulants alors que la musique de type hard rock et les sons discordants sont les plus inhibant. Comme exemple, nous avons choisi l’expérience menée par deux chercheurs qui ont exploré cette relation en étudiant les effets de la musique et du rythme sur le système nerveux des souris. Pendant huit semaines, un groupe de souris a constamment écouté des valses de Strauss (une musique très structurée et harmonieuse) tandis qu’un autre groupe entendait des sons dissonants provenant de battements de tambour continus. Un troisième groupe a été élevé dans le silence. Au bout de huit semaines, on a mis les souris dans un labyrinthe pour qu’elles y trouvent de la nourriture. Seules les souris du deuxième groupe se sont égarées, complètement désorientées, ce qui confirme qu’elles avaient du mal à apprendre et il leur a fallu beaucoup plus de temps pour trouver la nourriture qu’au début de l’étude.

Des collégiens étaient soumis à un test de raisonnement abstrait-visuel du Stanford-Binet : soit analyse de modèles, matrices ou pliage et découpage de papier.

effet-mozart.jpg

Les scores moyens obtenus ont été convertis en QI. Le groupe Mozart a obtenu un QI de 119 alors que les groupes de relaxation et silence ont eu un résultat de 111 et 110. L’analyse des statistiques après chacun des 3 tests a révélé que les étudiants du groupe Mozart avaient de meilleures performances aux tests de raisonnement abstrait-visuel. La performance intellectuelle du groupe Mozart diffère significativement de celle des deux autres groupes, relaxation et silence. Les performances des groupes relaxation et silence ne diffèrent pas l’une de l’autre. L’effet Mozart mesuré dans cette recherche est l’effet produit par la sonate dans les 15 minutes qui suivaient l’audition de dix minutes. On ne sait ici si cet effet sur le raisonnement persiste au-delà des 15 minutes de la période de test.

Synthèse du plan :
Nous avons vu que les sons sont des ondes sonores, autrement dit des vibrations mécaniques, définies par leur fréquences, leur amplitudes et leurs tons. L’oreille, divisée en trois parties, soit l’oreille externe, l’oreille moyenne et l’oreille interne, est l’organe transformant les sons en signaux électriques qui sont acheminés jusqu’au cerveau par l’intermédiaire du noyau cochléaire. Les informations sont traitées dans différentes zones du cerveau, notamment le thalamus et le lobe temporal où elles sont archivées et classées par ordre d’importance. Le cerveau crée ensuite une réaction appropriée. Les sons ont une influence sur les capacités physiques: les musiques rapides améliorent les performances lors d’efforts de courte durée et les musiques lentes font de même pour les efforts de longue durée. Qui plus est, le lobe temporal étant à la fois responsable de l’audition, de la mémoire, du goût et de la compréhension des sons, les sons influent aisément sur les émotions et les capacités intellectuelles. Tous ces éléments montrent donc que les sons ont une influence sur l’homme.
Musicothérapie :

Depuis quelques années, le physicien français Joël Sternheimer s’est intéressé a une science toute nouvelle mais néanmoins particulière : la génodique. La physique quantique a montré que les particules élémentaires qui composent les atomes, les molécules ou bien les assemblages moléculaires peuvent présenter deux aspects : corpusculaire ou bien ondulatoire. A toute quantité de matière peut être associée une onde quantique dont la fréquence peut être calculée. A partir de ces concepts, la "génodique" permet de caractériser des ondes particulières, naturellement associées au processus de synthèse des protéines.

Tableau rapport d’une note avec synthèse des acides aminés. Certaines fréquences inhibent ou stimulent la formation de tel ou tel acide aminé.

http://tpepouvoirmusique.e-monsite.com/medias/images/sans-titre.png


C’est sur ce principe que la musicothérapie fonctionne. Il suffit de choisir, par l'audition, une ou plusieurs mélodies parmi les morceaux de musicothérapie que l'on pense pouvoir correspondre au symptôme. D'ordinaire, un médecin examine les patients et leur prescrit des remèdes en fonction de leurs symptômes. Avec la musicothérapie, le patient choisit lui-même les "remèdes musicaux" qui lui correspondent le mieux, en comparant par l'audition plusieurs morceaux de musicothérapie. Puisque ces "remèdes musicaux" agissent directement au niveau de l'expression des gènes et de la synthèse de protéine, et puisqu'un processus d'auto-sélection par l'auditeur qui ressent leur action est mis en œuvre, les "remèdes musicaux" sont plus efficaces que les remèdes ordinaires. Ceci donne une nouvelle perspective du traitement médical, complètement différente de ce que nous avons connu."


Marketing sonore :

Le marketing sonore, aussi appelé marketing auditif, est l’utilisation de la musique et des voix à des fins commerciales. Les professionnels du marketing ont compris que l’ouïe était un sens indispensable, et qu’il serait particulièrement utile de l’exploiter dans leurs campagnes de communication. Le marketing sonore a effet pour but de permettre de représenter et de définir les valeurs de la marque ou du produit vanté. La musique doit également rappeler aux clients la marque à laquelle elle est associée grâce au marketing sonore : une musique, un jingle ou une voix doivent permettre de se différencier par rapport à la concurrence. La marque Leclerc, par exemple, utilise dans toutes ses publicités à la radio les même voix pour vanter ses offres promotionnelles. Cela permet aux auditeurs de reconnaître la marque à chaque fois qu’ils entendent ces voix, qui ont l’effet d’un jingle. L’influence de la musique est d’autant plus efficace qu’elle est perçue par le subconscient des consommateurs. Ainsi, sur les lieux de vente, il est important d’utiliser la technique du marketing sonore. L’utilisation de la musique dans les surfaces commerciales n’est pas récente, et de nombreuses études ont montré que la musique influe sur la perception du temps dont disposent les acheteurs. La musique classique aurait beaucoup d’effet sur les consommateurs, et les musiques connues du moment auraient des impacts importants sur le temps passé sur le point de vente et les sommes dépensées. Une musique lente et douce incite ainsi les clients à la flânerie, tandis qu’une musique plus dynamique rend les plus pressé. Sur Internet, le marketing sonore est aussi un moyen d’augmenter la fréquentation d’un site, et la nouvelle tendance dans ce domaine est d’identifier les internautes et de leur proposer des musiques différentes suivant leur profil.
Lexique :

Thalamus : Zone de forme ovoïde, constituée d'une paire de noyaux gris centraux, située dans la partie profonde du cerveau. Il constitue le centre de réflexes émotionnels.
Tronc cérébral : Le tronc cérébral correspond à la partie du système nerveux central située à l'intérieur du crâne, entre le cerveau proprement dit et la moelle épinière au-dessous. Il permet le passage des nerfs qui vont vers le cerveau et ceux qui en partent.
Génodique : Théorie associant des acides aminés à des notes qui les stimulent ou les inhibent.
Physique quantique : physique des particules.

Bibliographie :

http://f5zv.pagesperso-orange.fr/RADIO/RM/RM11/RM11a01.html

http://www.futura-sciences.com/magazines/matiere/infos/dico/d/physique-frequence-3940/

http://perceptionsonoretpe.free.fr/III-1.html

http://www.universalis.fr/encyclopedie/audition-acoustique-physiologique/#i_85916

http://tpepouvoirmusique.e-monsite.com/pages/partie-2-le-pouvoir-de-la-musique/l-action-physiologique.html

http://www.netpme.fr/info-conseil-1/commercial-marketing/marketing-communication/fiche-conseil/40798-marketing-sonore

http://www.musique-comportement.sitew.com/#Qu_est_ce_que_la_musique_.B

http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie-medicale/

similaire:

Synthèse du plan iconModèle de plan de cours synthèSE

Synthèse du plan iconApproche systémique de l’expérience japonaise de Carlos Ghosn décrite...
«le peuple») avant une présentation officielle du plan de renaissance de Nissan (baptisé nrp comme Nissan Revival Plan) lors d’une...

Synthèse du plan iconRéputation de sainteté et fécondité spirituelle : le cas de Jacques et Raïssa Maritain
«retourné comme un gant» lors de sa conversion est devenu, sur le plan ecclésial, selon la formule de Paul VI de 1973, «un maître...

Synthèse du plan iconPlan de cours

Synthèse du plan iconLe plan d'aménagement est établi

Synthèse du plan iconVocabulaire du tourisme a american plan : Pension complète

Synthèse du plan iconQuelques exemples de la relativite du concept de traitement au plan international

Synthèse du plan iconSynthèse lors de la 6

Synthèse du plan iconSynthèse additive

Synthèse du plan iconSynthèse de stage








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com