I. Le langage est-il le propre de l’homme ?








télécharger 182.77 Kb.
titreI. Le langage est-il le propre de l’homme ?
page9/10
date de publication06.12.2016
taille182.77 Kb.
typeRésumé
p.21-bal.com > Biología > Résumé
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

Eléments de linguistique saussurienne


Ferdinand de Saussure est un linguiste suisse qui a fondé, au début du XX 4e siècle, la linguistique structurale, qui est elle-même en grande partie à l’origine du structuralisme, vaste courant de pensée qui a éclôt en France dans les années 1960 avec Lévi-Strauss, Foucault, Roland Barthes, etc. Voici quelques éléments de sa linguistique.

Il faut distinguer trois choses : (1) le langage : la faculté de parler, d’utiliser une langue ; (2) la langue : telle ou telle langue constituée, par exemple le français ou l’anglais ; (3) la parole : tel ou tel usage ponctuel d’une langue particulière. L’objet de la linguistique est la langue.

Le signe n’est pas l’association d’un mot et d’une chose mais d’une image acoustique (signifiant) et d’un concept (signifié). La langue découpe simultanément dans la masse amorphe des sons et dans la masse amorphe des pensées. C’est ainsi qu’elle produit un signe. Par exemple en isolant le son [chat] des sons voisins et en distinguant l’animal correspondant des animaux semblables. Le lien entre signifiant et signifié est donc arbitraire. C’est le jeu des rapports entre les signifiés et entre les signifiants qui fait la langue. Le sens d’un mot, c’est sa différence avec les autres mots. Par exemple le sens du mot « mouton » est déterminé par sa différence avec les autres mots. L’anglais sheep n’a pas le même sens car en anglais il existe aussi le mot mutton qui désigne la pièce de viande apprêtée et servie à table.

Autres idées


- Le langage produit la pensée : la pensée se fait dans la bouche. « L’occasion, la compagnie, le branle même de ma voix tire plus de mon esprit que je n’y trouve lorsque je le sonde et emploie à part moi. » (Montaigne, I, X)

- Les problèmes philosophiques sont des problèmes de langage. (Wittgenstein)

- Kundera souligne le fait que le sens des mots varie en fonction de l’expérience, des désirs, des préoccupations, bref en fonction du monde de chacun. Chacun dispose d’un lexique personnel. Ces variations sont à la source de malentendus plus ou moins importants. (Kundera, L’Insoutenable légèreté de l’être)

- Projet de langue idéale :

- Langue logique pure. (Leibniz a eu l’idée le premier. Frege a poursuivi cette idée, fondant la logique moderne.) Les mathématiques aussi constituent un langage pur – Galilée disait déjà que la nature est un livre écrit en langage mathématique.

- Espéranto : à la fin du XIXe siècle, des utopistes ont créé cette langue, qui se voulait la langue universelle des échanges, afin de faciliter la communication et l’amitié entre les peuples sans imposer l’hégémonie d’une culture particulière. Mais cette tentative à échoué.

- Dans l’analyse de la communication, une idée importante est celle de feedback, ou rétroaction, action en retour. Par exemple, quand celui qui parle atténue ou modifie son propos en voyant son interlocuteur hausser les sourcils, c’est une forme de feedback. De même, la qualité du cours d’un professeur de philosophie dépend étroitement de l’attention que lui accordent ses élèves !

- Un autre exemple du pouvoir des mots : la cure psychanalytique et shamanistique.
« Maintenant nous allons donc savoir ce que l’analyse entreprend avec le patient à qui le médecin n’a pu être d’aucun secours. »

Il ne se passe rien d’autre que ceci : ils parlent ensemble. L’analyste n’utilise aucun instrument, pas même pour l’examen, il ne prescrit pas davantage de médicaments. Pour peu que ce soit possible, il laisse même le malade en traitement dans son milieu et sa situation. Ce n’est évidemment pas une condition absolue et même ce n’est pas toujours réalisable. L’analyste convoque le patient à une certaine heure de la journée, le laisse parler, l’entend, puis lui parle et le laisse écouter.

Le visage de notre interlocuteur impartial exprime maintenant un soulagement et une détente indéniables, mais traduit tout aussi nettement un certain dédain. C’est comme s’il pensait : rien que cela ? Des mots, des mots et encore des mots, comme dit le prince Hamlet. Sans doute, le discours ironique de Méphistophélès, qui veut prouver combien il est facile de se payer de mots, lui traverse-t-il également l’esprit – ces vers que nul Allemand n’oubliera jamais.

Il dit aussi : « C’est donc une sorte de magie, vous soufflez sur les souffrances et elles s’envolent. »

Très juste, ce serait de la magie si cela agissait plus vite. Le charme a pour condition essentielle la rapidité, on aimerait dire : la soudaineté du succès. Mais les traitements analytiques réclament des mois, voire des années ; un charme aussi lent perd le caractère du merveilleux. Nous ne voulons d’ailleurs pas mépriser la Parole. N’est-ce pas un instrument puissant, le moyen par lequel nous nous révélons les uns aux autres nos sentiments, la voie par laquelle nous prenons de l’influence sur l’autre ? Des paroles peuvent faire un bien indicible et causer de terribles blessures. Assurément, tout au commencement était l’action, la parole vint plus tard ; ce fut sous maints rapports un progrès culturel quand l’action se modéra et se fit parole. Mais la parole était à l’origine un charme, un acte magique, et elle a conservé encore beaucoup de son ancienne force.

Sigmund Freud, La Question de l’analyse profane (1926)

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? iconLa violence dans les soins
«c’est l’instinct de combat de l’animal et de l’homme dirigé vers son propre congénère» (K. Lorentz)

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? icon«Le théâtre est par définition un art du présent. Notre sujet n’est...

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? iconL 'Homme* est un hologramme et l'homme ne le sait pas

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? icon«L’Éternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre, IL souffla...

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? iconAttention : la liste et les coordonnées des centres investigateurs...

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? iconSynopsis «Vous m'avez enseigné le langage, et le profit que j'en tire est que je sais maudire.»
«Vous m'avez enseigné le langage, et le profit que j'en tire est que je sais maudire.»

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? iconDossier de presse Ciné Bocage
«clé en main», n’est pas le fruit d’une volonté politique, ce n’est pas un produit commercial, IL s’est forgé sa propre identité

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? iconLe passé ne meurt jamais complètement pour l'homme. L'homme peut...
«Le passé ne meurt jamais complètement pour l'homme. L'homme peut bien l'oublier mais IL le garde toujours en lui. Car tel qu'il...

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? iconRésumé Exactitude de la description de la réalité, qui est observée...

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? iconLa science économique est l'ensemble des travaux élaborés par les...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com