I. Le langage est-il le propre de l’homme ?








télécharger 182.77 Kb.
titreI. Le langage est-il le propre de l’homme ?
page6/10
date de publication06.12.2016
taille182.77 Kb.
typeRésumé
p.21-bal.com > Biología > Résumé
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

B. Jeux de langage et formes de vie



Comment tous ces phénomènes sont-ils possibles ? Le cas de l’intellectuel ou du scientifique est assez facile à comprendre : ce qu’il fournit à la société, ce sont des travaux, des recherches, des connaissances. Mais comment comprendre les autres types d’échange ? Il faut en fait, pour cela, supposer que le langage n’a pas une visée uniquement théorique. Et de fait, Wittgenstein a montré l’incroyable diversité des jeux de langage :
§ 23 – Mais combien de sortes de phrases existe-t-il ? L’affirmation, l’interrogation, le commandement peut être ? – II en est d’innombrables sortes ; il est d’innombrables et diverses sortes d’utilisation de tout ce que nous nommons « signes », « mots », « phrases ». Et cette diversité, cette multiplicité n’est rien de stable, ni de donné une fois pour toutes ; mais de nouveaux types de langage, de nouveaux jeux de langage naissent, pourrions-nous dire, tandis que d’autres vieillissent et tombent en oubli. (Nous trouverions une image approximative de ceci dans les changements des mathématiques.)

Le mot « Jeu de langage » doit faire ressortir ici que le parler du langage fait partie d’une activité ou d’une forme de vie.

Représentez-vous la multiplicité des jeux de langage au moyen des exemples suivants :

Commander et agir d’après des commandements.

Décrire un objet d’après son aspect, ou d’après des mesures prises. Reconstituer un objet d’après une description (dessin).

Rapporter un évènement.

Faire des conjectures au sujet d’un évènement.

Former une hypothèse et l’examiner.

Représenter les résultats d’une expérimentation par des tables et des diagrammes.

Inventer une histoire ; et lire.

Jouer du théâtre. Chanter des « rondes ».

Deviner des énigmes.

Faire un mot d’esprit ; raconter.

Résoudre un problème d’arithmétique pratique.

Traduire d’une langue dans une autre.

Solliciter, remercier, maudire, saluer, prier.

Ludwig Wittgenstein, Investigations philosophiques (1953)
L’idée de Wittgenstein est qu’il n’y a rien de commun entre ces différents « jeux de langage ». En réalité, ces différents jeux de langage reposent eux-mêmes sur différentes « formes de vie » qui en constituent le « fondement ». Les jeux de langage sont aussi variés que les formes de vie sur lesquelles ils reposent.

C. Quand dire, c’est faire



Dans la lignée de Wittgenstein, John Austin (1911-1960) a étudié en détail certains jeux de langage, et il a montré que le langage peut notamment servir à agir. Austin parle d’énoncés performatifs (de l’anglais to perform, accomplir) pour désigner ces jeux de langage. Alors que les énoncés constatifs sont vrais ou faux, les énoncés performatifs ne sont ni vrais ni faux, ils peuvent simplement réussir ou échouer à accomplir l’action qu’ils visent à accomplir. Plus précisément, Austin distingue, au sein d’un même acte de langage, un acte locutoire (le fait de dire : proférer des sons (acte phonétique) qui sont des expressions d’un langage (acte phatique) et qui ont une signification (acte rhétique)), un acte illocutoire (affirmer, constater, s’engager, baptiser, etc.) et un acte perlocutoire (convaincre, menacer, etc.). L’acte perlocutoire concerne les effets de l’acte illocutoire que le locuteur parvient à induire sur son auditoire. Par exemple, en affirmant une chose, je dis quelque chose (acte locutoire), je le soutiens (acte illocutoire) et je convaincs mon interlocuteur (acte perlocutoire).

Quelques années plus tard, John Searle poursuivra l’analyse d’Austin. Il distingue en particulier deux directions d’ajustement des actes de langage. Dans l’assertion, le langage dit que les choses sont, et comment elles sont : il doit s’adapter au monde. Dans l’ordre ou la promesse en revanche, c’est le monde qui doit s’adapter au langage. Searle aboutit ainsi à une classification des cinq grandes « forces » primitives du langage :

(1) La force assertive : affirmer, remarquer, etc. La direction d’ajustement est du langage vers le monde.

(2) La force directive : actes par lesquels le locuteur tente d’obtenir un changement dans le monde, ce changement étant de la compétence ou sous la responsabilité de l’interlocuteur.

(3) La force engageante (promissive) concerne les actes où le changement à accomplir dans le monde est à l’initiative ou à la charge du locuteur.

(4) La force déclarative concerne tous les actes qui ont la particularité d’instituer la situation qu’en même temps ils décrivent. Par exemple, quand le président énonce « La séance est ouverte. » ou quand le maire dit « Je vous déclare mari et femme. » L’énoncé est vrai du seul fait qu’il a été prononcé. Cet énoncé a une double direction d’ajustement, il croise les deux directions d’ajustement : il décrit et il instaure.

(5) La force expressive, enfin, qui se caractérise par l’absence de mise en relation du langage et du monde : simple manifestation d’états psychologiques qui peuvent être indépendants d’une situation donnée.

Bref, toutes ces analyses montrent, de manière très détaillée, que le langage n’est pas seulement un instrument théorique, mais constitue aussi un outil pratique qui permet d’agir directement sur le monde. Ceci permet de comprendre certains échanges de mots et comment le langage peut conférer un certain pouvoir à celui qui le maîtrise.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? iconLa violence dans les soins
«c’est l’instinct de combat de l’animal et de l’homme dirigé vers son propre congénère» (K. Lorentz)

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? icon«Le théâtre est par définition un art du présent. Notre sujet n’est...

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? iconL 'Homme* est un hologramme et l'homme ne le sait pas

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? icon«L’Éternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre, IL souffla...

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? iconAttention : la liste et les coordonnées des centres investigateurs...

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? iconSynopsis «Vous m'avez enseigné le langage, et le profit que j'en tire est que je sais maudire.»
«Vous m'avez enseigné le langage, et le profit que j'en tire est que je sais maudire.»

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? iconDossier de presse Ciné Bocage
«clé en main», n’est pas le fruit d’une volonté politique, ce n’est pas un produit commercial, IL s’est forgé sa propre identité

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? iconLe passé ne meurt jamais complètement pour l'homme. L'homme peut...
«Le passé ne meurt jamais complètement pour l'homme. L'homme peut bien l'oublier mais IL le garde toujours en lui. Car tel qu'il...

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? iconRésumé Exactitude de la description de la réalité, qui est observée...

I. Le langage est-il le propre de l’homme ? iconLa science économique est l'ensemble des travaux élaborés par les...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com