Informations pratiques sur l’exposition








télécharger 176.41 Kb.
titreInformations pratiques sur l’exposition
page3/6
date de publication20.05.2017
taille176.41 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > Biología > Documentos
1   2   3   4   5   6

Le Monde du vivant

Objectifs pédagogiques du monde


  • Explorer un environnement pour y faire des découvertes, se repérer, se déplacer et s’orienter.

  • Se repérer dans l’espace (comprendre les directions : gauche, droite, haut, bas)

  • Utiliser et exercer ses sens

  • Découvrir et utiliser des instruments méconnus (voire inconnus) des enfants

  • Reconnaître et différencier le monde du vivant et du minéral

  • Acquérir et développer un vocabulaire adapté pour décrire des lieux ou situations

  • Structurer le temps. Reconnaître le caractère cyclique de certains événements

Les ateliers

Écoute, tu n’es pas seul


Dans cet atelier, les enfants doivent identifier les sons des animaux et les reconnaître.

Description de certains animaux présents dans le jeu

  • La vache : elle meugle.

C’est un mammifère herbivore. Elle mange 50 kg par jour d'herbe en été et autant de foin en hiver. La digestion de l'herbe est assez complexe. La vache possède 4 estomacs : la panse, le bonnet, le feuillet et la caillette. Elle est un ruminant : elle avale de l'herbe qu’elle régurgite lorsqu’elle est au repos pour la mastiquer. De l’espèce des bovins, elle pèse plus de 500 kg, elle a 2 cornes plus ou moins développées suivant sa race, elle possède une grande queue qui l'aide à chasser les mouches l'été ! Elle est une femelle (le mâle est le taureau) qui donne vie à un petit (le veau) après une gestation de 9 mois, comme chez les humains. Pour allaiter ce petit, elle peut produire entre 20 et 30 litres de lait par jour. Elle possède un pis constitué de 4 mamelles que son petit tête lorsqu’il en a besoin. Son lait sert aussi de base à de très nombreux aliments : beurre, yaourt, fromage...

  • Le mouton : il bêle.

C’est un animal herbivore. Il mange de l'herbe, du foin et des céréales. C’est un ruminant. La femelle, qui a pour nom la brebis, donne naissance à 1 ou 2 petits après 150 jours de gestation. Suivant sa race, il pèse entre 40 et 120 kg. Il vit en troupeau. Il est gardé par un berger souvent aidé par un chien. Il est élevé pour sa viande et son lait et aussi pour la laine épaisse qui recouvre son corps. Cette laine est appelée toison. Elle est de couleur blanche, grise ou noire. On le tond au printemps quand les températures deviennent agréables. Avec sa laine, on fait de jolis habits !

  • La poule : elle caquette, glousse ou crételle

Elle appartient à l'ordre des gallinacés. Son corps est trapu, avec une petite tête et de courtes ailes arrondies. Ses pieds sont solides car elle passe son temps à marcher à la recherche de nourriture. Elle est presque incapable de voler. L'homme l'a domestiquée il y a déjà 5000 ans et elle est l'animal d'élevage le plus répandu au monde. Il lui arrive de manger de petits cailloux car le calcium qu’ils contiennent l'aide à former des coquilles résistantes pour les 250 à 300 œufs qu’elle pond chaque année. Ses œufs sont consommés partout dans le monde. S’ils ne sont pas fécondés par le mâle (le coq), ces œufs sont stériles. Si le coq féconde ses œufs, chacun d’eux verra naître un poussin tout jaune après 21 jours de couvée. Les poussins peuvent se nourrir seuls dès l'éclosion (naissance).

  • Le canard : Il caquette, cancane ou nasille.

Il appartient à l'ordre des ansériformes. Son plumage est imperméable. Ses pattes palmées font de lui un excellent nageur. Le mâle est un canard et la femelle une cane. Il pèse entre 1 kg et 1.5 kg. Il est largement répandu en Europe, en Amérique du Nord, au Sud du Groenland et en Asie. Il se nourrit à la surface de l'eau en plongeant parfois la tête à la recherche de plantes aquatiques ou d’invertébrés. Le plumage de la cane est différent de celui du canard. En période de reproduction, la femelle est brune et terne, ce qui lui permet de couver ses œufs sans se faire voir, alors que le mâle a un plumage beaucoup plus coloré : tête verte, bec jaune, collier blanc, pattes oranges. La femelle pond entre 8 et 12 œufs vert grisâtre qui éclosent après une période de gestation de 28 jours.

  • Le cochon : Il grogne ou grouine

Il appartient à la famille des porcins. On appelle le mâle porc ou verrat et la femelle truie. Quant aux petits, ils se nomment porcelets, cochonnets ou gorets. C’est un animal omnivore, c’est à dire que, comme l’être humain, il mange de tout. C’est un des animaux utilisés pour rechercher des truffes. Ne pouvant suivre les nomades, le porc n’a été domestiqué qu’à partir de la sédentarisation de l’Homme. Contrairement à ce que l’on peut entendre, le porc n’est pas plus sale que les autres animaux. Si on le retrouve aussi souvent couvert de boue c’est parce qu’il a besoin de s’humidifier la peau lorsqu’il fait chaud car il ne transpire pas !

  • Le chien : Il aboie, jappe, hurle, grande ou clabaude

Il appartient à la famille des canidés. La femelle du chien est la chienne et ses petits sont des chiots. C’est la première espèce que l’homme a domestiquée. D’après les dernières découvertes, l’apparition des chiens proviendrait principalement de la domestication du loup gris ordinaire. Le plus vieux fossile de chien retrouvé à ce jour a un peu plus de 30 000 ans ! Il existe 335 races et il est donc impossible de faire des généralités sur son physique. Par exemple un chien peut peser de 900 grammes à 140 kg ! Le chien possède aussi 5 sens, son ouïe et son odorat sont beaucoup plus développés que ceux de l’Homme. En revanche, son goût (compensé par l’odorat) et son toucher le sont beaucoup moins. Pour la vue, il voit mieux la nuit et a un champ de vision de 255° (contre 120° à 160° pour l’Homme).

  • La chèvre : elle bêle ou béguète.

Elle appartient à la famille des bovidés, S’il reste encore quelques rares chèvres sauvages la chèvre est un animal principalement domestique qui mange 10 kg d’herbe et boit environ 10 L d’eau par jour ! Les mâles sont appelés boucs et les petits sont des chevreaux. Deux races de chèvre sont d’origine française ; la chèvre alpine et la chèvre poitevine. La plus répandue en France est la chèvre alpine (55% du cheptel) suivie de la saanen originaire de Suisse (environ 25%). Elle est appréciée pour la qualité de son lait et pour sa capacité d’adaptation à tout type d’élevage. La chèvre est présente dans de nombreuses mythologies (grecque, indienne, nordique, chinoise, tibétaine,...).

  • Le cheval : Il hennit

Il appartient à la famille des équidés. A l’état sauvage, le cheval n’existe presque plus. La femelle s’appelle la jument et les petits des poulains. Le cheval est capable de dormir couché ou debout. La taille et le poids des chevaux varient énormément en fonction de la race. Cela peut aller de 44,5 cm et 26 kg pour le plus petit à 2,19 m pour 1 500 kg pour le plus grand. Le poney est un cheval de petite taille ; tout cheval de moins d' 1,48 m au garrot est rangé dans la catégorie “poney”. Le garrot est la partie du corps située sur le dessus, entre le cou et le dos. Ses sens les plus développés sont l’ouïe (il entend les ultrasons), le toucher et l’odorat. Sa vue est médiocre bien qu’il voit clair la nuit et qu’il possède un champ de vision de 340°.

Les insectes


Dans cet atelier, les enfants observeront des phasmes et des fourmis.

A l’aide de leurs loupes ils découvriront :

  • Les insectes en générale

Les insectes ont six pâtes et deux antennes. Ils peuvent aussi avoir des mandibules et jusqu’à deux paires d’ailes, mais en fonction de leur adaptation à leur milieu de vie, ces dernières peuvent être atrophiées.

  • Le phasme

Les phasmes peuvent être de différentes formes : le phasme bâton, le phasme scorpion, le phasme épineux et le phasme feuille.

Afin d’échapper à ses prédateurs, le phasme peut élaborer de nombreuses stratégies. Il peut par exemple adopter un comportement mimétique pour mieux se cacher : changer de couleur en fonction de son environnement (cela lui prend tout de même plusieurs jours...), pratiquer l’autotomie, c’est-à-dire s’amputer volontairement si sa vie en dépend (comme le fait le lézard avec sa queue), faire le mort pendant plusieurs minutes sans même bouger une patte ! La journée, les phasmes se reposent, c’est la nuit qu’ils sont actifs.

Les phasmes se nourrissent quasi exclusivement de lierre et de ronces. Ils sont végétariens mais, en cas de manque de nourriture, ils peuvent manger leurs mues voire devenir cannibales.
La reproduction se fait essentiellement par parthénogénèse donc sans l’intervention des mâles. En France, on ne trouve pratiquement que des femelles.

A La Rotonde, ce sont des phasmes « bâton » que les enfants peuvent observer. Leur nom est Phasme morose (Carausius Morosus). Leur alimentation est essentiellement composée de feuillage (ronces, lierre chêne) qu’il faut renouveler deux fois par semaine. L’humidité étant au cœur de leur survie, il est nécessaire de les arroser par pulvérisation tous les soirs. Ils vivent entre 11 et 15 mois et atteignent leur maturité sexuelle entre 6 et 10 mois. A partir de ce moment-là, un phasme pondra environ 300 œufs. Tous les phasmes moroses sont des femelles, elles se reproduisent par parthénogenèse (reproduction à l’aide de gamètes femelles non fécondés) et donneront naissance uniquement à des femelles.

  • La fourmi

Contrairement à ce que peut nous faire penser leur ressemblance, les termites et les fourmis ne font pas partie du même ordre. Les fourmis appartiennent à l’ordre des hyménoptères (comme les guêpes et les abeilles)

De la famille des formicidés, plus de 10000 espèces ont été découvertes et beaucoup d’autres demeurent encore inconnues. En Europe, il existe “seulement” 400 espèces. La biomasse des fourmis (masse totale estimée de l’ensemble des fourmis) est très importante, une fourmi ne pèse que quelques milligrammes mais leur nombre est impressionnant : elles représentent plus de 4 fois la biomasse des vertébrés terrestres ! (E.O Wilson, Success and Dominance in Ecosystems : The Case of the Social Insects (1990),Ecology Institute, Oldendorf.)

La communication entre les fourmis se fait grâce à leurs phéromones, des molécules (particules invisibles, comme les odeurs) qu’elles vont secréter. A l’aide de ces phéromones, les fourmis pourront retrouver une piste menant à de la nourriture, savoir s’il y a un danger, …

La plupart des espèces de fourmis possèdent une (ou deux) reines. Ces reines, pondent des œufs tout au long de leur existence. Si l’œuf est fécondé, la fourmi sera une fourmi femelle, s’il ne l’est là pas, la fourmi sera un mâle. Les femelles peuvent avoir différents rôles : s’occuper de la reine et des jeunes, participer à la construction et aux réparations du nid, aller chercher de la nourriture ou encore défendre la colonie. Les mâles (qui, comme les reines avant leur fécondation, ont des ailes) n’ont qu’un seul objectif : la fécondation. Leur durée de vie est très courte et ils meurent après avoir fécondé une reine. Les reines fécondées, le plus souvent, fondent une nouvelle colonie.

Les fourmis que les enfants peuvent observer à La Rotonde sont des Crematogaster scutellaris. La reine peut vivre 20 ans et les ouvrières 2 ans. La reine mesure 10mm et les ouvrière 4 à 5,5mm. Il n’y a qu’une seule reine par colonie.



Les saisons


Dans cet atelier, les enfants seront amenés à classer différents objets (boule de neige, feuille morte, …) en fonction des saisons.

Les objets présents dans cet atelier

Printemps

Eté

Automne

Hivers

Fleurs

Papillon

Abeilles

Carotte

Asperge

Cerise

Fraise

Petit pois

Coccinelle

Pomme de terre nouvelle


Maillot de bain

Tournesol

Bob

Chaussure de plage

Tomate

Mûre

Haricots

Pêche

Feuille verte

Pastèque

Tong

Maïs

Oignon

Botte

Imperméable

Champignons

Raisin

Poire

Citrouille

Pomme

Chapeau de pluie

Bonnet

Gants

Sapin

Père Noël

Masque de ski

Bonhomme de neige

Kiwi

Clémentine

Orange

Poireau

Pour commencer, faisons la différence entre les saisons et les climats. Il existe 4 saisons sur Terre : l’hiver, le printemps, l’été et l’automne. Ces saisons durent environ 3 mois chacune en suivant un cycle total d’un an.

  • Les saisons météorologiques

Hémisphère nord :

    • Printemps: 1 mars jusque 31 mai

    • Eté: 1 juin jusque 31 août

    • Automne: 1 septembre jusque 30 novembre

    • Hiver: 1 décembre jusque 28 février

Hémisphère sud :

    • Printemps: 1 septembre jusque 30 novembre

    • Eté: 1 décembre jusque 28 février

    • Automne: 1 mars jusque 31 mai

    • Hiver: 1 juin jusque 31 août

 

  • Les saisons astronomiques

Hémisphère nord :

    • Printemps: 21 mars jusque 20 juin

    • Eté: 21 juin jusque 20 septembre

    • Automne: 21 septembre jusque 20 décembre

    • Hiver: 21 décembre jusque 20 mars

Hémisphère sud :

    • Printemps: 21 septembre jusque 20 décembre

    • Eté: 21 décembre jusque 20 mars

    • Automne: 21 mars jusque 20 juin

    • Hiver: 21 juin jusque 20 septembre

Un climat correspond à une étude faite sur différents paramètres tels que : la température, les précipitations, l’ensoleillement, l’humidité et la vitesse du vent. On retrouve par exemple, le climat océanique, le climat méditerranéen, ou encore le climat équatorial.

Mais pourquoi y a-t-il différentes saisons? Pourquoi le 25 décembre c’est l’hiver en France quand c’est l’été à Saint-Denis de La Réunion?

  • La course apparente du soleil et les saisons (vues de France)

Si l’on fait attention au déplacement du Soleil dans le ciel (déplacement apparent, car c’est la Terre qui bouge et pas le Soleil), on se rend compte qu’il ne fait pas le même chemin en été qu’en hiver.

Au premier jour du printemps (date d’équinoxe), le Soleil se lève à l’Est, puis monte à 45° dans le ciel à midi (heure solaire) et se couche à l’Ouest. Ce jour-là, le jour et la nuit sont d’égale durée (12h).

Au premier jour de l’été (solstice d’été), le Soleil se lève légèrement au Nord-est. À midi (toujours heure solaire !) c’est le jour de l’année où le Soleil est le plus haut dans le ciel. Attention ! À notre latitude, il n’est jamais au zénith ! Enfin, il se couche légèrement au Nord-Ouest. Le premier jour d’été correspond au jour le plus long de l’année de l’hémisphère Nord.

Au premier jour de l’automne (date d’équinoxe), le Soleil suit la même course qu’au premier jour du printemps.

Au premier jour de l’hiver (solstice d’hiver), le soleil se lève légèrement au Sud-est, puis à midi il est très bas dans le ciel (environ 23°). Enfin, il se couche légèrement au Sud-ouest. Le premier jour de l’hiver est le jour le plus court de l’année de l’hémisphère Nord.



  • La concentration de chaleur

En été il fait plus chaud pour deux raisons : parce que le Soleil est plus haut dans le ciel et parce que, comme les journées sont plus longues, il nous chauffe plus longtemps !

Pourquoi fait-il plus chaud quand il est plus haut ? Un même faisceau de lumière du Soleil chauffe une plus petite surface en été qu’en hiver. En hiver, la surface à chauffer est plus grande, chaque mètre carré reçoit donc moins de chaleur. Vous voulez une preuve? Il suffit de prendre deux gâteaux au chocolat et de les chauffer avec deux lampes identiques ayant une inclinaison différente, le gâteau qui fondra le plus vite est celui chauffé par la lampe la moins inclinée !

Attention, le phénomène des saisons (et donc de concentration de chaleur) n’a rien à voir avec la distance Terre-Soleil ! En effet, même si cette distance varie très peu, c’est en janvier que la Terre est la plus proche du Soleil… Et ce n’est vraiment pas la saison la plus chaude !!!

  • La ronde des saisons, d’un point de vue astronomique.

Pour comprendre pourquoi les rayons du soleil arrivent de façons différentes en été qu’en hiver, il faut prendre du recul et partir dans l'espace.



la.climatologie.free.fr

C’est bien la Terre qui tourne autour du soleil et non l’inverse ! De plus, elle ne le fait pas n’importe comment : son axe de rotation reste toujours en direction de l’étoile polaire.

On peut aussi remarque que, dans l’hémisphère Sud, on ne peut pas voir l’étoile polaire. Il n’y a donc aucun repère équivalent pour mesurer l’angle de l’axe de rotation de la Terre, ni même pour s’orienter…

Si l’on fait bien attention, on remarquera que, de part l’inclinaison de la Terre, lorsque dans l’hémisphère nord, la course du soleil est courte et basse et ses rayons chauffent une grande surface (hiver), dans l’hémisphère sud, la course du soleil est longue et haute et ses rayons chauffent une petite surface (été).

Pour résumer, les saisons existent à cause de trois facteurs :

  • La Terre tourne autour du Soleil (une révolution se fait en 365 jours 5h et 49 mn) et tourne sur elle-même (une rotation se fait en 24h et explique l’alternance des jours et des nuits)

  • Son axe de rotation est incliné (de 23,4°)

  • Son axe de rotation vise toujours l’étoile polaire.


Mais qu’y a-t-il sous nos pieds ?


Dans cet atelier, les enfants ouvriront des trappes pour découvrir ce qui se cache sous leurs pieds.

Sous les trappes ils découvriront :

  • Le ver de terre

Il existe 13 familles de vers de terre et plus de 5000 espèces. En creusant le sol, les vers de terre transportent la terre de la surface, riche en matière décomposées, dans les couches plus profondes. Ils contribuent aussi à l’aération du sol en empêchant la terre de se tasser. Sans les vers de terre, les larves d’insectes qui séjournent dans le sol ne pourraient pas y vivre.

Le ver de terre est composé de nombreux segments, chacun de ces segments possède différents types de muscles qui permettent au ver de terre de bouger. Le premier segment correspond à la tête : c’est par là qu’il avale la terre. Et le dernier correspond à l’anus : c’est par là qu’il rejette ce qu’il n’a pas utilisé. Il ne crée donc pas de galerie puisque lorsqu’il creuse pour avancer, il rejette simultanément des matières derrière lui.


  • La taupe

C’est un mammifère parfaitement adapté à la vie sous terre. Ses puissantes pattes antérieures se terminent par des mains aplaties, munies de longues griffes, qui lui servent à creuser la terre. Sa forme arrondie et son poil particulièrement doux lui permettent littéralement de glisser dans la terre.

C’est un animal très vorace, elle dévore tout sur son passage. Elle mange mille-pattes et limaces mais raffole des vers de terre !

La taupe n’est pas très sociable, elle vit seule la plupart du temps (à l’exception de la période de reproduction et de sevrage des petits). Le plus souvent aveugle, elle est dotée d’yeux très petits, parfois recouverts de peau au point de ne plus être visibles du tout ! Cela ne l'empêche pas de savoir exactement où elle va, à l’aide de son long museau muni de moustaches très sensibles, de son odorat et de son ouïe très développés qui lui permettent d’éviter les obstacles et de capturer ses proies.

Contrairement aux idées reçues, la taupe n’est pas un animal nuisible. Certes, elle laisse quelques taupinières dans le jardin (qui disparaissent en un coup de râteau), mais elle mange certaines larves nuisibles pour le jardin et participe, en creusant des galeries, au drainage du terrain.



  • Les cailloux

Sous la terre, on retrouve de nombreux cailloux. Toutes les personnes qui jardinent le savent ! A la surface, les gros cailloux ont tendance à remonter : ce sont les vibrations de la terre qui provoquent ce phénomène.

Pour mieux comprendre, une expérience est facilement réalisable. Prenez un pot (transparent de préférence), des céréales et un objet assez gros. Déposez l’objet au fond du pot et verser dessus les céréales. Tapez le pot plusieurs fois sur la table... Vous allez voir l’objet remonter !

Ce phénomène est dû à ce que l’on appelle dans le milieu scientifique « la vibration des poudres». Si l’on secoue un milieu de petites particules (qui abritent une grosse particule) où une grosse particule est perdue cette dernière va remonter.

Mais pourquoi ? Cela est dû à un jeu de forces qui fait que les petites particules se faufilent le long de la grosse particule et se positionnent sous elle.

A la fin, la grosse particule (remonte donc à la surface) se trouve tout en haut du paquet ! C’est vrai pour l’expérience que vous avez faite… c’est vrai aussi pour les cailloux dans le jardin !
Pour voir l’expérience en image : « Le paquet de céréales » sur www.laboiteabidouilles.com


  • Les racines

Sous la terre, il y a aussi plein de racines. Ce sont les organes des plantes qui leur permettent à la fois d’être fixées au sol mais aussi d’y puiser l’eau et les éléments nutritifs dont elles ont besoin pour survivre. La racine peut aussi avoir comme rôle l’accumulation de réserves ou encore la communication avec des arbres de la même espèce afin de mettre en commun des ressources (pour certaines espèces seulement).

Il existe différents types de racines :

  • Racines pivots : chez certaines plantes, une partie des racines s'enfonce verticalement dans le sol pour assurer la stabilité de la plante.

  • Racines adventives : ce sont des racines qui apparaissent le long d'une tige.

  • Racines-crampons : il s’agit d’une sorte de racines adventives qui permettent à la plante de s'accrocher à son support : on les retrouve par exemple chez le lierre.

  • Racines aériennes : elles sont développées par certaines plantes pour absorber l'humidité atmosphérique.

  • Racines internes : ce sont des racines adventives qui peuvent se développer à l'intérieur du tronc creux d'un arbre vivant.

  • Racines tubérisées (en tubercule) : elles permettent l’adaptation à l'accumulation de réserves, (généralement d'amidon ou d'inuline), dans les différents tissus des racines. On les retrouve chez la ficaire, le dahlia ou encore la betterave sucrière.

  • Racines succulentes : elles sont adaptées au stockage de l'eau.

  • Racines-échasses : ce sont des racines arquées ancrées dans la vase, adaptées aux passages des marées, typiques de la mangrove. Le palétuvier en est l’exemple emblématique.

  • Racines-suçoirs : on les observe chez les plantes parasites comme le gui.



http://www.infovisual.info/01/013_fr.html


www.il.nrcs.usda.gov/technical/plants/npg/NPG-rootsystems.html



for-wild.org/download/idensele/root1.gif

Plonge ta main


Dans cet atelier, les enfants plongeront la main dans des sacs afin de découvrir ce qu’ils contiennent.

Les objets présents dans les sacs :

  • Pomme de pin

  • Bout de bois

  • Coquillage

  • Crabe

  • Poisson

  • Etoile de mer

  • Sauterelle

  • Mouche

  • Chaussure

  • Banane

Mais qu’y a-t-il dans ces sacs ? Pas facile de le découvrir sans nos yeux pour nous aider... C’est à l’aide de nos mains et du sens du toucher que nous allons pouvoir découvrir ces objets !

Lorsque l’on parle du toucher, on l’associe souvent à la main car c’est notre organe tactile le plus performant et, de par sa mobilité, il nous permet de toucher rapidement des objets se trouvant dans un espace assez vaste.

Il existe deux sortes de toucher : le toucher passif, nous sommes immobiles et quelque chose ou quelqu’un nous touche ; le toucher actif, nous sommes acteurs de l’action.

Nous sommes aussi sensibles, par le biais de notre peau, aux températures, aux vibrations et à la pression.

En plus de cette sensibilité superficielle, des capteurs situés dans nos muscles, articulations et tendons nous donnent une sensibilité profonde. Ces différents récepteurs nous renseignent sur nos postures et nos mouvements. C’est ce qu’on appelle la «proprioception».

Toutes ces sensations peuvent se transformer en douleur si le signal devient trop fort, ceci permet à notre corps de ressentir certains dangers. Par exemple la sensation de brûlure nous permettra de retirer notre main d’une flamme (ou d’une source trop importante de chaleur) très rapidement.

Dans le monde animal, ce sens, plus ou moins précis en fonction des espèces, est essentiel pour la survie et le développement des êtres vivants ; il facilite (permet) l'exploration, la reconnaissance, la découverte de l'environnement, la locomotion ou la marche, la préhension des objets et la nutrition, les contacts sociaux, ...

Chez le fœtus humain, c'est le premier des cinq sens à se développer même s'il ne s'agit pas d'un sens indépendant des autres.

Hum…ça sent bizarre !


Dans cet atelier, les enfants sentiront les odeurs présentes dans différents pots et essayeront de les identifier.

Les odeurs présentes sont les suivantes (en fonction des périodes) :

  • Thé 

  • Citron

  • Orange

  • Menthe

  • Lavande

  • Noix de coco

  • Cacao

  • Fraise

  • Framboise

Que sent-on dans ces boîtes ? Pas facile de deviner sans voir d’où viennent ces odeurs !

Nous devons donc utiliser notre nez et notre sens de l’odorat pour essayer de deviner !

L’odorat est aussi appeler olfaction.

Les odeurs sont des molécules (particules invisibles car de très petite taille) présentes dans l’air. Lorsque nous inspirons par le nez, ces molécules rentrent dans notre cavité nasale et viennent se fixer sur des petits cils : les cils olfactifs. Ces derniers envoient un message éclectique au cerveau qui l’analysera et nous permettra d’identifier l’odeur. L’Homme est capable de reconnaître plusieurs milliers d’odeurs différentes !

L’odorat a aussi un rôle très important quand nous mangeons ! Lorsque l’on met un aliment dans la bouche, nous pouvons déterminer son goût à l’aide de notre langue (amer, salé,...) (CF : 1-3.2 Les 5 sens). Et notre nez nous permettra de déterminer son ou ses arômes (chocolat, fraise, …) grâce aux molécules des arômes qui passent dans notre bouche et remontent jusqu’à notre nez. C’est ce que l’on appelle l’olfaction rétro-nasale.


Le potager


Lors de votre arrivée, vous pourrez découvrir le potager de La Rotonde.

Dans ce potager, on pourra retrouver en fonction des saisons

  • zone « légumes »

    • Courgettes

    • Maïs

    • Tomates

    • Piments

    • Courges

    • Poivron

Plusieurs types de légumes peuvent pousser dans un potager :

  • Les légumes secs : haricots blancs, rouges, fèves, petits pois, ...

  • Les légumes fruits : aubergines, poivrons, tomates, cucurbitacées (courges, courgettes, citrouilles, potirons, concombres, cornichons, melons, pastèques), fraisiers, les gousses des légumineuses récoltées avant maturité : haricots verts, petits pois, ...

  • Les légumes feuilles : salades (laitues, mâches et chicorées), choux, épinards, fenouil, oseille, céleris, bettes,...

  • Les légumes tiges : avec turion comme les asperges, ou avec un bulbe : ail, échalotes, oignons, poireaux,...

  • Les légumes fleurs : artichauts, chou-fleur, brocolis,...

  • Les légumes racines : betteraves, carottes, navets, panais, radis, radis noirs, salsifis, scorsonères.

  • Les tubercules : pommes de terre, topinambours, patate douce,...

On y trouve aussi des plantes aromatiques et des plantes condimentaires.

Parfois, des fleurs sont plantées dans les potagers tels que des cosmos, des capucines ou des œillets d’Inde. Si elles embellissent les jardins, ces fleurs sont aussi et surtout là car elles permettent d’attirer des pollinisateurs ou de repousser des parasites.

Les dates des semis et récoltes

Pour les plantes potagères



www.prestavert.fr

Pour les légumineuses



www.prestavert.fr

Pour les plantes aromatiques



www.prestavert.fr



Les fruits et légumes de saison

potagerdeladime.be

Le vermicompostage

Le vermicompostage (ou lombricompostage) correspond à la digestion de déchets organiques (épluchures de fruits et de légumes, papier, coquilles d’œufs,...) par des vers et leur transformation en compost (produit fertilisant riche et organique).

Les principales espèces de vers utilisés sont Eisenia Andrei, Eisenia Fetida ou Dendrobaena Veneta.

Les avantages du vermicompostage, par rapport au compostage traditionnel, sont nombreux : il n'émet ni chaleur ni odeur et reste actif toute l’année. De plus, la dégradation des déchets est beaucoup plus rapide et le vermicompost se récupère facilement à l’aide d’un robinet.

Qu’y a-t-il dans un vermicomposteur ?



www.alternativesecologiques.net

Nous sommes deux sœurs jumelles.


Dans cet atelier, les enfants utiliseront des jumelles ou des longues-vues afin de chercher différents objets présents dans La Rotonde.

Liste des objets à repérer :

  • Nuage

  • Mouton

  • Papillon

  • Escargot

  • Rat X 2

  • Sophie la girafe

  • Oiseaux X 2

Nos yeux nous permettent de voir (Cf. : 1-3.2 les 5 sens) mais comme ils ont leurs limites, des instruments ont été inventés pour voir mieux et plus loin !

Dans l’exposition, vous avez pu utiliser deux sortes d’objets permettant d’observer des objets éloignés : la longue-vue et les jumelles.

La longue-vue est un instrument monoculaire (on n’utilise qu’un seul œil) alors que les jumelles sont des instruments binoculaires (on utilise les deux yeux).

La longue-vue, comme les jumelles, est composée de lentilles permettant de grossir l’image et de la redresser.

L’avantage des jumelles est qu’elles permettent de conserver notre vision stéréoscopique ; nos deux yeux ne voient donc pas exactement la même image et cela nous permet d’apprécier la profondeur et donc de voir en trois dimensions.


1   2   3   4   5   6

similaire:

Informations pratiques sur l’exposition iconInformations pratiques sur l’exposition
«Main à la pâte» initié par Georges Charpak puis le projet Pollen et Fibonacci (projet d’éducation aux sciences au niveau européen)...

Informations pratiques sur l’exposition iconRésumé Ce document contient des informations sur le fournisseur Microsoft...

Informations pratiques sur l’exposition iconManuel
«en vase clos». Cet état de fait nous interpelle sur notre conception de l’école et nous oblige à nous interroger sur nos objectifs...

Informations pratiques sur l’exposition iconInformation sur pratiques administratives méprisables (3)

Informations pratiques sur l’exposition iconUn dispositif d’accueil péri et extra-scolaire
«S’interroger sur ses pratiques» même la direction doit se remettre en question comme toutes les personnes présentes sur un accem,...

Informations pratiques sur l’exposition iconTable des matières
«Catalogue raisonné de l'œuvre peint» sous le numéro 1786, page 82 : "Le sculpteur", 1978 huile sur toile, signée en bas à droite,...

Informations pratiques sur l’exposition iconNotions générales sur l’accessibilité architecturale et urbanistique...

Informations pratiques sur l’exposition iconObservatoire eps – Académie Créteil
«handicaps» (ici l’asthme) de bénéficier d’un enseignement adapté. IL reprend certaines informations générales sur l’asthme afin...

Informations pratiques sur l’exposition icon«Hommage aux Aînés» exposition des photos d’Annie Coudert
«Portraits de nos villages par les Aînés» : exposition des photos d’Annie Coudert

Informations pratiques sur l’exposition iconQuestionnaire relatif à la conformité (2009)
«Liste de contrôle sur la présentation et les informations à fournir» de Deloitte








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com